Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 août 2012 1 27 /08 /août /2012 09:00

 

C'était un lundi comme aujourd'hui, au bout d'un long tunnel d'été.

 

Elle avait fini par s'éteindre. 

 

Je n'ai pas pu faire de billet le 23 août dernier.

 

Son souvenir m'effleure presque tous les jours pourtant. Comme une impuissance à sentir ce que ses proches enfouissent au fond d'eux-mêmes. Ma nièce m'a téléphoné longuement ce jour d'un anniversaire trop sensible pour son frère, pour ses neveux et nièces (les frères et soeurs d'Anne-Sophie), pour elle sans doute, pour ses parents (ma soeur ainée et mon beau-frère), qui ne sont plus capables d'en parler, qui mettent sur leur coeur l'analgésique d'un oubli de façade, en trompe-coeur.

Trop sensible encore pour qu'on s'en souvienne ce jour-là justement. Ce jour-là, la mémoire fuit, zappe. 

Moi qui y pense très souvent, je n'ai pas fait le lien non plus ce jour-là. La pensée d'Anne-Sophie n'a pas émergé à ma conscience. Nous avons parlé d'une foule d'autres choses, y compris de la dureté du monde, du monde des autres.

Ainsi sans doute devrons-nous tous apprendre à vivre cette tragédie dans la ponctuation de dates à la mémoire trop cruelle pour être regardée en face. Le temps, non pas du déni, mais du "comme si cet été-là n'avait pas eu lieu".

Le temps à laisser des plaies vives se transformer en chéloïdes boursouflées, cicatrices laides et fragiles qui feront mal et referont mal longtemps encore et sans doute jusqu'à la fin de leurs jours.

 

Puisse-t-elle au moins ne pas être morte pour rien !

 

Car oui, Anne-Sophie est morte des conséquences de coups et  blessures infligées par son compagnon, au bout d'une longue agonie de près de deux mois

 

En 2012, 122 femmes et 24 hommes ont officiellement été intégrées dans les statistiques des personnes "mortes en 2011 du fait de la violence de leur compagnon ou ex-compagnon (compagne). Source : Le Monde du 03/08/2012

 

C'est parait-il moins qu'en 2010 où le chiffre de 146 femmes (sans doute sous-estimé lui-même) avait été publié.

Tous ceux qui travaillent avec les statistiques et les mots apprécieront les précautions que je mets dans cette phrase.

Combien de faits déqualifiés pour faire baisser les statistiques ?

sans oublier les décès qui ont été traités vite fait bien fait comme des accidents ...

 

Comprenons-nous bien, il ne s'agit pas de dénoncer les hommes ou les femmes, ni même les hommes ou les femmes violents. Ces réactions d'hommes (jamais de femmes) minorant la réalité et clamant qu'il y a aussi des femmes qui maltraitent leur compagnon m'anéantissent à chaque fois que j'en lis ou que j'en entends. Oui, bien sûr il y a des femmes violentes. Oui bien sûr, beaucoup d'hommes, peut-être même une majorité, respectent leur alter-egos féminins.

 

Ce ne sont pas les individus violents qu'il faut combattre, c'est la violence.

 

Ce sont les causes de la violence.

 

Ce qu'il faut, c'est que chaque être humain prenne bien conscience qu'un geste de violence peut avoir des conséquences dramatiques, même un seul.

 

Que la violence ne soit pas banalisée comme elle l'est trop souvent.

 

Que la fragilité de la vie soit une évidence, que dans certaines circonstance, l'erreur n'offre pas de seconde chance, qu'il n'y a pas d'autre vie. 

 

Que la vie n'est pas un jeu.

 

Que les hommes (les humains) trouvent enfin une manière vivable de construire l'Humanité

Car oui, on peut atteindre la lune !

 

Anne-Sophie encadrée - reduc

Anne-Sophie au pastel sec, fait l'an dernier

 

les yeux dAnne-sophie

clic sur les yeux pour retrouver ce que j'ai écrit pour Anne-Sophie

 

les commentaires sont fermés sous cet article, merci de votre compréhension

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Petit Poucet rêveur 06/09/2012 20:13


Je pose juste une main sur ta douleur, Jeanne. sur la leur, à travers toi.


La violence malheureusement est omniprésente. Partout. Mais ne pas cesser d'espérer. d'être du côté de ceux qui la dénoncent et qui combattent, sans violence.

Jeanne Fadosi 14/09/2012 19:57



quand je vois la bêtise aveugle de quelques fanatiques de la violence, je me demande si cela sert à quelque chose de la dénoncer sous toutes ses formes et d'où qu'elle vienne !



Quichottine 01/09/2012 11:43


Je sais qu'il y a des choses que nous ne pouvons pas oublier, qu'il ne faut d'ailleurs pas oublier.


Combien de personnes, d'hommes, de femmes, d'enfants, seront encore victime de la violence, de celle qui se manisfeste chaque jour de façon différente ?


 


Je ne sais... mais je sais que ta douleur est grande et je voudrais qu'un jour tu puisses aussi faire le deuil nécessaire pour retrouver la joie de ce jour-là, au présent.


 


Prends bien soin de toi, Jeanne. Je t'embrasse très fort.

Jeanne Fadosi 04/09/2012 10:40



Il ne s'agit pas de ma douleur, je la connaissais trop peu pour cela, mais de celle de ses parents et grand-parents qui sont mes proches.


mais je sais les ravages d'avoir enfoui au fond de soit d'autres douleurs et qu'il vaut mieux en parler que se taire


et surtout, je fais ce rappel et le referais pour que d'autres violences ne soient pas.


Je sais que cet événement a fait réfléchir certains qui avaient tendance à s'échauffer, et à prendre des mesures plus radicales encore pour modifier leur comportement.


je ne pense pas à celui qui a fait cet acte abominable. Je pense à ceux qui pensent que donner des coups, ce n'est pas grave


bises



Harmonie37 27/08/2012 23:07


Je vous trouve tous très triste, la guerre chez M'amzelle Jeanne, la faim dans le monde chez Jill et ici, la maltraitance....


 


Oui peut être qu'en ce moment, je préfère rêver,  comme pour oublier les maux.


Mais les maux sont là !!!!


 


Je voulais te répondre à ton com ce matin, la mesquinnerie, j'aurai aimé l'apprendre. Au moins on saurai s'en protéger.


(je ne le pense pas vraiment, car je m'aime telle que je suis)


 


Et là en lisant ton article et bien je ne crois plus que ce soit la mesquinnerie qui engendre les maux.


Mais les maux aux même !


 


 


Gros bisous Jeanne


 

Jeanne Fadosi 30/08/2012 19:22



Aussi longtemps que je tiendrai un blog ou autre chose de ce genre et que ma mémoire ne me fera pas défaut, je rappelerai cette date triste, tu as raison mais je préfère la regarder en face, et
que justement cette tragédie impensable face réfléchir non pas ceux qui ont déjà commis l'irréparable, ceux-là, ils ont foutu plusieurs vies en l'air, dont la leur au passage même cela, mais tous
ceux qui à un moment donné, pour mille raisons, ont la tentation de la violence. Je crois aux vertus de cette exemplarité-là. 


Je t'embrasse Harmonie et garde ta part de rêve. Nous en avons tous besoin de cette part-là, même avec des souvenirs douloureux ...



Solange 27/08/2012 21:40


Un bien triste souvenir.

Jeanne Fadosi 04/09/2012 09:48



la vie continue et reprend ses droits autour des jeunes qui sont l'avenir.


A plus forte raison ne pas oublier ce que peut être les conséquences de la violence et surtout pour remonter à ses sources et en supprimer les causes



jill bill 27/08/2012 11:31


Bonjour Jeanne ! 122 femmes et 24 hommes en 2011 ce sont 146 tombes qui n'auraient pas dû être creusées oui mais voilà... Ces gens sont tombés sous les coups de leurs proches, c'est terrible
et impardonnable... aussi ! Amicales pensées, jiill

Jeanne Fadosi 04/09/2012 10:01



terrible et du gâchis. pardonnable, impardonnable ? de toutes façons je n'aime pas cette notion de pardon. Rien n'efface l'inimaginable. Pour autant pour continuer à vivre, il est indispensable
de dépasser ce qui s'est passé, de vivre avec, non pas dans le passé mais au présent. Bises



Présentation

  • : Fa Do Si
  • Fa Do Si
  • : Au fil de mes réflexions, en partant du quotidien et ou de l'actualité, d'une observation, ou à partir de thèmes des communautés de blogs ...
  • Contact

Sur les blogs, les jeux d'écriture témoignent de la vitalité

de la langue française sans tapage

Recherche

 

 Ephéméride de ce jour

 

et chaque jour

je n'oublie pas Anne-Sophie

les yeux dAnne-sophie

et ses compagnes d'infortune :

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015

(clic sur son regard pour comprendre ... un peu)

 

Profitez des instants de la vie :

le temps s'écoule à sa cadence,

trop vite ou trop lentement,

sans retour possible

La Marguerite des possibles

TheBookEdition - La marguerite des possibles

130818 couverture 200

La 4ème anthologie est en préparation

Informations sur 

 Les anthologies éphémères