Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 novembre 2016 2 01 /11 /novembre /2016 07:00

Nouvelle réédition du Billet 25  du 1er novembre 2008 18:18, précédente mise en ligne 1er novembre 2014
 

 

Ne restons pas à pleurer sur ta tombe,

Tu n'y es pas, tu n'y dors pas.

Tu es un millier de vents qui soufflent,

Tu es le scintillement du diamant sur la neige,

Tu es la lumière du soleil sur le grain mûr,

Tu es la douce pluie d'automne.

Quand je m'éveille dans le calme matin,

Tu es le prompt essor

Qui lance vers le ciel les oiseaux silencieux,

Tu es la claire étoile qui brille dans la nuit.

Ne restons pas à pleurer sur ta tombe,

Tu y es et tu n'y es pas.

Tu es partout où le monde est vivant.

 

Adaptation (j'ai réécrit à ma mode les deux derniers vers) d'un poème anonyme trouvé dans le livre « Paroles d'espoir » recueillies par Michel Piquemal, illustrations de Michele Ferri aux éditions Albin Michel,  1999

© 1995, Albin Michel Jeunesse

 

Je pense avoir trouvé ce livre plus tard et cette adaptation retrouvée en faisant un peu de rangements, était à l'origine dédiée à ma soeur Lil au début de l'année 2002.
elle aurait pu correspondre à Maman partie en 1999 ou plus tard à Gérard, un autre de mes frères, qui a tiré sa révérence le jour de la Toussaint, il y a tout juste dix ans.

En 2008, j'étais loin d'imaginer que s'ajouterait à cette liste une jeune femme de 24 ans, ma petite-nièce Anne-Sophie, battue à mort par son compagnon en 2010. Pourquoi ne l'ai-je pas évoquée lors de ma réédition de 2014 ? Je ne sais.

Pourquoi n'ai-je pas évoqué dès le début aussi ce frère fauché à seulement dix mois par une pneumonie et dont je n'ai connu que la tombe, sa photo sur le buffet de la salle à manger et les récits, jamais escamotés, que m'en faisaient enfant et jeune adulte ma maman et mes soeurs. Mon père et mes frères, s'ils m'en parlaient moins, pudeur des sentiments oblige, l'évoquaient parfois, au détour d'un souvenir ou d'une expédition au cimetière ou lorsqu'un jour de pluie nous avaient plongé dans les vieilles photos du carton à chaussures.

Je pourrais allonger la liste qui est dans mon coeur.

La visite des cimetières est sans doute utile pour beaucoup et nécessaire aussi pour montrer aux gestionnaires des communes que la ou les tombes des proches n'est pas délaissée. Le commerce sur la mort existe aussi. Honte à nous décadents qui ne respectons plus rien.
Je n'ai pas besoin de cette proximité pour me sentir reliée aux êtres chers qui m'ont accompagnée de leur vivant.
Après tout, leur éternité s'inscrit dans la mémoire des vivants et leur transmission.

 

Ci-dessous le fac similé de la double page de l'original :

ne reste pas2 - reduc

paroles d'espoir - reduc 

extrait de ce petit livre que je vous recommande pour adoucir vos pensées si on le trouve encore.

Une pensée particulière pour celles et ceux qui ont, d'une manière ou d'une autre, perdu des proches en cette année 2016

Partager cet article

Repost 0
Published by Jeanne Fadosi - dans rêve-et-quotidien fêtes
commenter cet article

commentaires

emma 01/11/2016 19:46

Toutes ces ombres qui marchent ā nos côtés.... merci Jeanne !

Loic 01/11/2016 11:17

Plutôt inquiétant, bien que réaliste : le terme "décadence" appliqué de plus en plus souvent à notre civilisation ...

jill bill 01/11/2016 10:52

En vieillissant nous avons de plus de plus de gens connus, aimés, proches, dans les cimetières avant qu'un jour nous-mêmes les rejoignons, la mort, comme tu dis Jeanne, c'est aussi tout ça... merci, bises

Clémentine Séverin 02/11/2014 21:47

voilà le lien. J'espère que cette fois ci ça va
fonctionner.
C.S.

Jeanne Fadosi 06/11/2014 09:51



mais oui il fonctionne ton lien. et si tu ne vois pas apparaitre les commentaires en modération rapidement, c'est que je résiste à cet engouement actuel (et j'espère temporaire) d'être en
permanence connectée. D'une part je n'utilise pas les réseaux du web à part les blogs (une toute petite partie d'ailleurs, j'imagine) et d'autre part, je vis aussi sans allumer ces petites
machines pas plus que la télé d'ailleurs que je ne regarde en général que le soir. et il m'arrive même d'éteindre la radio, que j'écoute souvent toute la journée



Clémentine Séverin 02/11/2014 21:45

ton poème est beau. C'est l'espoir.
J'ai mis un autre lien. j'espère qu'il
va fonctionner.
bonne soirée
clem

Jeanne Fadosi 03/11/2014 08:58



merci le lien fonctionne cette fois-ci et j'ai trouvé le chemin de ton site.


belle journée



Clémentine Séverin 02/11/2014 13:58

Bonjour
J'ai un nouveau blog mais je ne parviens pas à mettre les liens et à utiliser pleinement le blog. Sinon ton article traduit l'espérance.
bonne journée
C.S.

Jeanne Fadosi 02/11/2014 19:09



Je suis désolée mais le lien vers le blog n'est pas correct et la correction que j'en ai faite m'indique que le blog en question n'existe pas.


ravie de ce petit signe



fanfan 02/11/2014 13:44

Un très beau poème ; on m'en avais donné un qui allait dans le même sens . Nous négligeons nos défunts ,nous ne prenons plus le temps d'aller un peu nous recueillir sur leurs tombes .Le respect
n'existe plus .
Bises

Jeanne Fadosi 02/11/2014 19:12



je ne sais pas. Les cimetières sont fréquentés et bien fleuris. Il est difficile d'y aller car nous habitons souvent loin de là. Par contre, la manière dont les autorités mettent fin aux
concessions n'est pas toujours très glorieux


vu avec amusement un reportage sur le cimetière de Bonifacio il y a deux ou trois jours ...


bises



Quichottine 01/11/2014 15:58

Je crois aussi que nos défunts sont dans nos coeurs plus que dans une tombe...
Pas facile aujourd'hui.

Jeanne Fadosi 02/11/2014 19:14



Difficile quand on habite loin et quand les lieux sont dispersés. Mais c'est sûr qu'ils sont dans nos souvenirs et nos pensées



Monelle 01/11/2014 10:22

Je délaisse moi aussi le cimetière, mes disparus sont dans mon coeur et encore "bien vivants" !!
Bonne journée - bisous
Monelle

Jeanne Fadosi 02/11/2014 19:15



J'essaie d'y aller. comme je l'explique un peu en dehors de ces dates mais pas trop.


belle soirée



jill bill 01/11/2014 10:14

Par la pensée, par la visite en ce jardin, chacun ses façons de retenir, de voir, ses défunts... merci Jeanne, bises de JB

Jeanne Fadosi 02/11/2014 19:16



Chacun sa façon oui. la mort fait partie de la vie et ils sont là dans nos pensées


bises



Délires en liberté 03/06/2011 21:17



J'ai un peu vadrouillé sur tes pages et ai été horrifiée par ce qui est arrivé à ta petite-nièce. Je n'ai pas laissé d'autre commentaire, mais j'ai le coeur serré, atrocement ! Je pense à mes
petites nièces... grandes elles-aussi ! Je pense à ta soeur, aux parents de cette jeune femme, à son petiot.


Pour moi, la visite au cimetière n'est pas une obligation. Quand je vais en Bretagne, je passe, ou je ne passe pas sur la tombe de "famille" où reposent des personnes que j'ai tant aimées. Elles
sont toujours avec moi, et un rien me ramène à elles par la pensée.


Amitiés de Délires ^!^



Jeanne Fadosi 04/06/2011 20:07



Merci



Fabie 11/07/2009 23:03

Aujourd'hui, j'ai fait un crochet de 350 kilomètres pour aller près de la tombe de Lil. C'est vrai qu'elle repose en face de montagnes bien belles, comme il me semble aussi que ses infimes poussières ne sont pas retenues en ce lieu. J'aime la pensée de ce poème anonyme.

denis 15/11/2008 21:26

merci de ta visite et de ton partage sur anne vanderlove...

et merci aussi pour ce très beau texte...

je te souhaite une très bonne soirée...

marie 03/11/2008 09:24

bien pensé et bien formulé , exactement ce que je pense !

Jeanne Fadosi 05/11/2008 15:02


je me suis contentée d'adapter un poème d'un anonyme, et ces anonymes qui traversent le temps sont ce qui reste de plus précieux de la sagesse universelle, quand elle peut s'exprimer par-dessus le
bruit et la fureur. Merci


Présentation

  • : Fa Do Si
  • Fa Do Si
  • : Au fil de mes réflexions, en partant du quotidien et ou de l'actualité, d'une observation, ou à partir de thèmes des communautés de blogs ...
  • Contact

Sur les blogs, les jeux d'écriture témoignent de la vitalité

de la langue française sans tapage

Recherche

 

 Ephéméride de ce jour

 

et chaque jour

je n'oublie pas Anne-Sophie

les yeux dAnne-sophie

et ses compagnes d'infortune :

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015

(clic sur son regard pour comprendre ... un peu)

 

Profitez des instants de la vie :

le temps s'écoule à sa cadence,

trop vite ou trop lentement,

sans retour possible

La Marguerite des possibles

TheBookEdition - La marguerite des possibles

130818 couverture 200

La 4ème anthologie est en préparation

Informations sur 

 Les anthologies éphémères