Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 septembre 2012 7 02 /09 /septembre /2012 04:00

 

Cela aurait pu être N comme naître ou naissance, tel ce magnifique poème que Robinson avait écrit pour La petite fabrique d'écriture, A l'aube de l'humanité :

noN, ON n'existe pas, noM, une parcelle d'identité.

Nommer, c'est reconnaître, re-con-naître (re : encore, con (cum) : avec)

Ou N comme nourrir ou nourrice ou nourriture ... pour que naissance nommée ou non se prolonge ...

nourriture, cuillette nourrie du sein sauvage de la nature brute ou moissons et glanages d'une nature cultivée, humanisée ...

dénaturée parfois ... 

 

L'offrande à la nature

 

Nature au coeur profond sur qui les cieux reposent,

Nul n'aura comme moi si chaudement aimé

La lumière des jours et la douceur des choses,

L'eau luisante et la terre où la vie a germé.

 

La forêt, les étangs et les plaines fécondes

Ont touché mes yeux que les regards humains,

Je me suis appuyée à la beauté du monde

Et j'ai tenu l'odeur des saisons dans mes mains.

 

J'ai porté vos soleils ainsi qu'une couronne

Sur mon front plein d'orgueil et de simplicité,

Mes jeux ont égalé les travaux de l'automne

Et j'ai pleuré d'amour aux bras de vos étés.

 

Je suis venue à vous sans peur et sans prudence

Vous donnant ma raison pour le bien et le mal,

Ayant pour toute joie et toute connaissance

Votre âme impétueuse aux ruses d'animal.

 

Comme une fleur ouverte où logent des abeilles

Ma vie a répandu des parfums et des chants,

Et mon coeur matineux est comme une corbeille

Qui vous offre du lierre et des rameaux penchants.

 

Soumise ainsi que l'onde où l'arbre se reflète,

J'ai connu les désirs qui brûlent dans vos soirs

Et qui font naître au coeur des hommes et des bêtes

La belle impatience et le divin vouloir.

 

Je vous tiens toute vive entre mes bras, Nature.

Ah ! faut-il que mes yeux s'emplissent d'ombre un jour,

Et que j'aille au pays sans vent et sans verdure

Que ne visitent pas la lumière et l'amour ...

 

Anna de Noailles, Le coeur innombrable, 1901*

 

Anna de Noailles, 1876 - 1933

* Le coeur innombrable a été lu en lecture publique dès 1901 par la grande Sarah Bernhardt

mures pas mures - reduc champs au cordeau - reduc

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jeanne Fadosi - dans Alphabets-en-poésie
commenter cet article

commentaires

chloé 08/09/2012 23:27


Magnifique poème que je découvre grâce à toi! Merci de ce partage§ Chloé

Jeanne Fadosi 14/09/2012 20:04



Anna de Noailles en a écrit de très beaux comme celui-ci



Petit Poucet rêveur 06/09/2012 20:16


"La beauté du monde s'admire tous les jours". Absolument ! :)

Jeanne Fadosi 14/09/2012 19:57



je préfère cet aspect du monde ...



leblogdhenri.over-blog.com 04/09/2012 17:03


Bonjour Jeanne,


Je suis trés en retard pour mes commentaires. Magnifique poème pour glorifier la nature. Merci. Bises amicales.


Henri.

Jeanne Fadosi 05/09/2012 16:34



on a enfin un été acceptable. Mieux vaut en profiter maintenant plutôt que de passer son temps le nez sur l'écran d'un ordi. Pas de soucis, Henri


bises amicales



ABC 03/09/2012 23:00


Belle offrande !

Jeanne Fadosi 04/09/2012 11:06



et magnifique poème à mon avis !



Solange 03/09/2012 18:43


Elle a écrit de bien belles chose cette dame.

Jeanne Fadosi 04/09/2012 11:06



c'est bien vrai ce que tu écrits ici. mais on connaiss finalement peu de ces textes



patriarch 03/09/2012 10:12


Très joli poème... merci. Belle journée avec bises de nous deux.

Jeanne Fadosi 04/09/2012 11:05



un texte que j'ai toujours plaisir à relire


bises à vous deux



juillet58 03/09/2012 07:06


c'est beau , quoi dire de plus et ces mûres , très appétissantes

Jeanne Fadosi 04/09/2012 11:04



celles-ci n'étaient peut-être pas encore mûres ... avec la nature, il faut savoir patienter et aussi savoir accepter les irrégularités de ses offrandes



Petit Poucet rêveur 02/09/2012 20:54


Bonsoir Jeanne. Je reviens tout doucement faire un pas et puis l'autre. Ton espace s'est habillé de frais pendant mon absence. S'appuyer à la beauté du monde, oh que oui !!!

Jeanne Fadosi 04/09/2012 11:03



une grande parenthèse hors de la Toile. Ravie de pouvoir relire tes écrits


la beauté du monde, elle s'admire tous les jours


bises amicales



fanfan 02/09/2012 15:50


Une poétesse pas assez reconnue; très beau poème qui encense la nature. bises

Jeanne Fadosi 04/09/2012 11:02



oui, je me demandes pourquoi. Pourtant il y a plusieurs établissements scolaires qui portent son nom


bises



Marie 02/09/2012 14:39


Une superbe poésie !!! Bisous bon dimanche Jeanne

Jeanne Fadosi 04/09/2012 11:01



j'aime beaucoup en effet



Monelle 02/09/2012 11:50


Très beau poème pour glorifier la nature - merci du partage !!


Bon dimanche -  bisous



Jeanne Fadosi 04/09/2012 11:01



j'aime ce poème plus profond et moins lénifiant que ceux de Lamartine


bises et belle journée



Quichottine 02/09/2012 10:33


"j'ai porté vos soleils ainsi qu'une couronne..."


J'adore !


Anna de Noailles a écrit de très beaux poèmes. C'est dommage qu'on en parle peu souvent.


 


Bises et douce journée, Jeanne.

Jeanne Fadosi 03/09/2012 12:22



Elle a en effet écrit de très beaux poèmes. Je ne sais pas trop pourquoi elle est ainsi oubliée, mais c'est vrai que je ne suis pas inconditionnelle de tous ses poèmes.


J'ai rajouté un lien vers le poème de Robinson sur la petite fabrique d'écriture pour illustrer le mot naissance que j'évoque dans mon introduction.


 comme je n'avais pas mis de pense-bête, j'avais zappé ma demande de l'utiliser pour illustrer la lettre N


bises et beau début de semaine Quichottine



Présentation

  • : Fa Do Si
  • Fa Do Si
  • : Au fil de mes réflexions, en partant du quotidien et ou de l'actualité, d'une observation, ou à partir de thèmes des communautés de blogs ...
  • Contact

Sur les blogs, les jeux d'écriture témoignent de la vitalité

de la langue française sans tapage

Recherche

 

 Ephéméride de ce jour

 

et chaque jour

je n'oublie pas Anne-Sophie

les yeux dAnne-sophie

et ses compagnes d'infortune :

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015

(clic sur son regard pour comprendre ... un peu)

 

Profitez des instants de la vie :

le temps s'écoule à sa cadence,

trop vite ou trop lentement,

sans retour possible

La Marguerite des possibles

TheBookEdition - La marguerite des possibles

130818 couverture 200

La 4ème anthologie est en préparation

Informations sur 

 Les anthologies éphémères