Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 septembre 2012 6 29 /09 /septembre /2012 02:00

 

La lettre T pourrait aussi bien se décliner avec le temps, celui de la durée et celui des tempêtes, ou avec la tristesse tant présente dans les poèmes ou chercher dans les superlatifs le tant, le trop, le tellement, scruter les étoiles au téléscope, troquer les abréviations à la rime avec le téléphone. J'entends d'ici les esprits tatillons dire on ne respecte plus la langue ... m'enfoncer dans l'immensité tellurique pour m'éloigner des travers de la terre ...

Oui certes, j'aurais sans doute aussi trouvé moult poèmes soulignant la tendresse d'un sourire, ou cette absolue nécessité du toucher pour continuer à exister.

et combien d'autres mots jonglant avec cette initiale téméraire ...

 

Je choisis Jules Supervielle et Tout ce que que l'on peut poser sur ses moTs.

 

 

Le regret de la terre

 

Un jour, quand nous dirons : « C'était le temps du soleil,

Vous souvenez-vous, il éclairait la moindre ramille,

Et aussi bien la femme âgée que la jeune fille étonnée, 

Il savait donner leur couleur aux objets dès qu'il se posait. 

Il suivait le cheval coureur et s'arrêtait avec lui, 

C'était le temps inoubliable où nous étions sur la Terre, 

Où cela faisait du bruit de faire tomber quelque chose, 

Nous regardions alentour avec nos yeux connaisseurs, 

Nos oreilles comprenaient toutes les nuances de l'air 

Et lorsque le pas de l'ami s'avançait nous le savions, 

Nous ramassions aussi bien une fleur qu'un caillou poli. 

Le temps où nous ne pouvions attraper la fumée,

Ah ! c'est tout ce que nos mains sauraient saisir maintenant »

 

Jules Supervielle, Le regret de la terre, Les Amis inconnus, 1934

 

Jules Supervielle, poète et écrivain français né en Uruguay, 1884 - 1960    

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jeanne Fadosi - dans Alphabets-en-poésie
commenter cet article

commentaires

Nickyza@free.fr 03/10/2012 23:43


Merci Jeanne pour ce poème que j'avais oublié. J'étais contente de le relire...


C'était le temps, c'était le temps...et il est trop tard désormais.


Douce nuit

Jeanne Fadosi 05/10/2012 12:37



ravie de constater qu'il te plait aussi. Il m'a fallu une énième lecture pour découvrir tout à la fin l'origine de maintenant


belle journée au doux soleil d'automne depuis ce matin ici



leblogdhenri.over-blog.com 03/10/2012 15:55


Bonjour Jeanne,


Je ne connaissais pas du tout Jules Supervielle, j'ai essayé d'en savoir un peu plus et j'ai appris entr-autre qu'il était né d'un père Béarnais et d'une mère Basque (un bon mélange)
j'ai beaucoup aimé ce poème sur la terre. Merci. Bises amicales.


Henri.

Jeanne Fadosi 03/10/2012 22:47



oh mais alors c'est un payse à toi ... de belles racines ...


bises amicales



fanfan 29/09/2012 13:06


un beau poème  , j'aime bien tes "t" aussi !


beaucoup de choses à écrire avec cette lettRe.bises

Jeanne Fadosi 04/10/2012 12:15



beaucoup sinon tout en effet et je me souviens d'unexercice d'écriture sans cette lettre. Ce n'est pas facile du tout


bises



Monelle 29/09/2012 11:45


J'ai aimé son poème et suis allée faire plus ample connaissance avec ce poète ....


" On voyait le sillage et nullement la barque
Parce que le bonheur avait passé par là "


Bon week-end - bisous





 

Jeanne Fadosi 04/10/2012 12:13



un auteur que je redécouvre. J'avais beaucoup aimé dans "mon jeune âge" Le voleur d'enfants et L'enfant de la haute mer (et autres nouvelles). Je ne sais comment j'apprécierais ces textes
quelques 50 ans et une vie d'expérience plus tard ...


bises



Quichottine 29/09/2012 11:00


Sachons profiter de ce qu'elle nous offre sans la détruire...


Merci pour ce très beau poème, Jeanne.


Bises et douce journée.

Jeanne Fadosi 03/10/2012 23:20



fragile terre que les humains malmènent, se mettant plus en danger que la terre en elle-même


bises



emma 29/09/2012 09:09


ah que c'est beau, merci, Jeanne

Jeanne Fadosi 03/10/2012 23:18



Je trouve aussi. Merci de l'aprécier Emma



jill bill 29/09/2012 07:39


Le regret de la Terre... On le dit oui un jour plus de soleil... Merci Jeanne, bises

Jeanne Fadosi 03/10/2012 23:17



à quoi pensait-il ? Je l'imagine pur esprit ne pouvant plus voir le soleil ... mais je me trompes peut-être


bises



patriarch 29/09/2012 07:01


Passes une belle journée. Bises

Jeanne Fadosi 03/10/2012 23:15



merci bises



Présentation

  • : Fa Do Si
  • Fa Do Si
  • : Au fil de mes réflexions, en partant du quotidien et ou de l'actualité, d'une observation, ou à partir de thèmes des communautés de blogs ...
  • Contact

Sur les blogs, les jeux d'écriture témoignent de la vitalité

de la langue française sans tapage

Recherche

 

 Ephéméride de ce jour

 

et chaque jour

je n'oublie pas Anne-Sophie

les yeux dAnne-sophie

et ses compagnes d'infortune :

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015

(clic sur son regard pour comprendre ... un peu)

 

Profitez des instants de la vie :

le temps s'écoule à sa cadence,

trop vite ou trop lentement,

sans retour possible

La Marguerite des possibles

TheBookEdition - La marguerite des possibles

130818 couverture 200

La 4ème anthologie est en préparation

Informations sur 

 Les anthologies éphémères