Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 juin 2014 7 22 /06 /juin /2014 08:00

 

Voilà encore un billet resté dans mes brouillons depuis au moins novembre 2009. C'est la réaction de quelques candidats au bac de Français de la série S (Celui qui n'a jamais ...) qui le met dans l'actualité. Je ne me souviens plus s'il devait compléter d'autres billets, publiés ceux-là ICI et ICI ou s'il en était une alternative abandonnée.

Billets en liens avec celui-ci : 

Celui qui n'a jamais ... ; Du paradoxe à l'oxymore ; Marron paradoxe


Un paradoxe est une vérité qui dérange
un oxymore est une expression qui comprend deux mots opposés le plus souvent un nom et un adjectif.
Mais aujour'hui c'est la contradiction entre une posture générale et quelque chose en particulier qui m'alerte.
paradoxale ou ambigue ? l'injonction paradoxale.

Sur mon blog, je m'efforce de privilégier l'usage de la langue française, je m'en expliquerai sans doute dans un billet. voilà un sujet que j'ai depuis longtemps dans mes carnets.

et en même temps j'écoutais Stéphane Guillon qui jouait les rallonges sur France Inter. Comment est-ce que j'explique que ses détracteurs lui reprochent en premier lieu d'être méchant, que si je crois avoir un sens de l'humour, je n'aime pas le rire méchant, que la plupart du temps, j'appréciais beaucoup les rubriques de Stéphane Guillon ? Et que ses rubriques pleines de sel me manquent ?

Peut-être parce que je devine la complexité pleine de paradoxes, ses contradictions, ses prises de position tantôt pertinentes, tantôt irréfléchies.
Je n'aimais pas quand il attaquait de manière récurrente et injuste de mon point de vue Nicolas Hulot.
Encore moins quand il défendait des personnes indéfendables.
Mais il a eu le courage de s'élever à contre courant de la vox mediati contre l'indulgence envers le tourisme sexuel.
Parce qu'il n'a pas hésité à défier l'un des "puissants de la terre" pour une attitude inqualifiable et qu'il a osé dénoncer en faisant rire.

Sur mon blog, je privilégie la langue française, que les pays francophones défendent bien mieux que les métropolitains. Au point d'en agacer quelques uns par mes "belle fin de semaine" en lieu de bon week end.
N'allez pas croire que je n'aime pas la langue anglaise. Je la maîtrise mal à l'oral mais je la lis assez facilement. Enfin lorsqu'il s'agit de littérature et avec un bon dictionnaire à porter de main. Pas lorsqu'il s'agit d'essayer de comprendre des travaux scientifiques rarement accessibles dans une autre langue puisqu'il est passé dans l'usage courant du monde de la recherche de publier en anglais pour être reconnu.
Il me semble que par cette seule pratique de désertion, on se prive des meilleures idées sur le sujet au profit de la maîtrise d'une langue véhiculaire standardisée. Le contraire de ce qui peut élargir la pensée et appeler à des idées nouvelles !

 

A l'origine de ces réflexions ? Une carte et son slogan à faire circuler sur les blogs, alternative aux récompenses et autres tags destinés à découvrir d'autres blogs et à faire connaître le sien. Il y a cinq ans ! la préhistoire de la communication avec le web ...

J'adhérais à une moitié du slogan (encore que la pratique généralisée des bisous les vident de leur élan et de leur sincérité) et je rejetais l'autre. Je la rejette plus que jamais, tant ce mot, terrible, (la guerre), ne doit pas être détourné de son sens et de son contenu. 

 

bisous-papillons---reduc1.jpg

.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Quichottine 28/06/2014 15:52

Voilà donc que nous nous sommes comprises.
Je partage tout à fait cette opinion. ;)

Merci, Jeanne.

Jeanne Fadosi 29/06/2014 12:31



entendu ce matin que la francophonie était plus que jamais le parent pauvre de la culture qui elle-même ...


 



Quichottine 28/06/2014 15:24

En fait, je répondais à ta réponse à mon commentaire.
C'est vrai que ce n'est pas facile à suivre dans l'administration du blog.

J'évoquais la position de mon directeur de thèse quant à la prédominance de certaines langues...

Jeanne Fadosi 28/06/2014 15:44



oups pardon. C'est vrai que je ne suis pas habituée à ces "conversations" permises par les sms ou les messageries instantanées. et je ne réagis pas non plus immédiatement.


Oui ton directeur de thèse anticipait mais il constatait déjà que pour être reconnu en tant que chercheur, même dans les disciplines littéraires, il fallait déjà publier ses contributions en
anglais quelque soit le sujet.


La conséquence ne est terrible d'ailleurs pour la langue française qui n'est plus maniée correctement y compris par ceux qui en sont les spécialistes


(dixit un cadre d'une maison d'édition à la retraite qui ne m'a pas cité de nom mais qui déplorait le charabia qui lui était soumis notamment en sciences humaines ... no comment  )



Quichottine 27/06/2014 11:22

Il parlait bien de ce qui pourrait se passer en France, hélas. :(

Jeanne Fadosi 28/06/2014 10:26



j'ai publié ce billet resté au brouillon sans le retravailler mis à part peut-être quelques fautes de français et de coquilles qui m'ont sauté aux yeux. J'en laisse toujours passer. Il se trouve
qu'en le relisant aujourd'hui, je le trouve bien méandreux et compliqué.


si bien que je ne sais plus qui tu évoques dans ce il Stéphane Guillon ? A moins que ce commentaire s'adresse aussi à mon billet d'hier sur le silence et Sylvain Tesson


bises et belle fin de semaine Quichottine



Quichottine 25/06/2014 10:34

Notre langue est belle et j'ai été horrifiée d'entendre mon directeur de thèse dire au cours d'une conférence que ça ne le gênerait pas du tout de devoir lire du Molière en Anglais.

Sachons mesure garder, même si nous ne pouvons rien contre la pression d'une langue commune qui n'est plus le français.

Passe une douce journée.

Jeanne Fadosi 26/06/2014 12:00



tout dépend de l'endroit où il cause ... S'il faut en passer par là pour que les anglais ou les américains ou même les japonais ou les ... découvrent Molière. Je ne maitrise pas assez bien
l'anglais pour suivre une pièce de Shakespeare qui serait donnée en version originale 


Mais si c'est en France (ce que ton commentaire me fait craindre) alors je trouve que les universitaires sont les premiers responsables de ce recul de la langue française dans le monde



Martine 22/06/2014 11:11

Tu es une puriste de la langue et tu la défends bien. J'aime prendre parfois des libertés avec. Bon dimanche

Jeanne Fadosi 22/06/2014 12:02



tu vas dire que je pinaille mais tout dépend de ce que l'on entend par "puriste". Je ne défend pas la langue française pour la langue française. Pour vivre elle doit continuer à évoluer en
cotoyant les autres langues. Mais il faut aussi contineur à la parler et à la parler juste (je pense au sens plus qu'à la forme).


Belle journée Martine



jill bill 22/06/2014 11:09

La langue française est riche... je n'en connais pas d'autre hormis un peu de notre seconde langue nationale... ;-) Bon dimanche alors... Bises, jill

Jeanne Fadosi 22/06/2014 11:59



Et j'imagine que le flamand a fort à faire pour poursuivre son originalité entre le néerlandais et l'allemand et dans une moindre mesure l'anglais. Bises et belle journée



Présentation

  • : Fa Do Si
  • Fa Do Si
  • : Au fil de mes réflexions, en partant du quotidien et ou de l'actualité, d'une observation, ou à partir de thèmes des communautés de blogs ...
  • Contact

Sur les blogs, les jeux d'écriture témoignent de la vitalité

de la langue française sans tapage

Recherche

 

 Ephéméride de ce jour

 

et chaque jour

je n'oublie pas Anne-Sophie

les yeux dAnne-sophie

et ses compagnes d'infortune :

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015

(clic sur son regard pour comprendre ... un peu)

 

Profitez des instants de la vie :

le temps s'écoule à sa cadence,

trop vite ou trop lentement,

sans retour possible

La Marguerite des possibles

TheBookEdition - La marguerite des possibles

130818 couverture 200

La 4ème anthologie est en préparation

Informations sur 

 Les anthologies éphémères