Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 juin 2013 4 20 /06 /juin /2013 02:00

Pour le défi n°105 des CROQUEURS DE MOTS sous la houlette de l'initiateur de la communauté Brunô, la suggestion du jeudi en poésie (juste une suggestion à suivre ou à ne pas suivre) est

"En attendant l'été"

 

Il y a quinze jours, sur les chats, je vous avais présenté une version légère et courte avec Le chat et le soleil, de Maurice Carême, une version longue est pleine de tristesse avec Epitaphe d'un chat, de Joachim Du Bellay.

Ce poète de la Pléiade a aussi écrit des vers plein de douceur et de légèreté qui me semblent convenir à la suggestion de Brunô, même si le temps de saison va nous faire attendre un peu les moissons.

 

D'un vanneur de blé aux vents

 

A vous, troupe légère,

Qui d'aile passagère

Par le monde volez,

Et d'un sifflant murmure

L'ombrageuse verdure

Doucement ébranlez,

 

J'offre ces violettes,

Ces lis et ces fleurettes,

Et ces roses ici,

Ces vermeillettes roses,

Tout fraîchement écloses,

Et ces oeillets aussi.

 

De votre douce haleine

Éventez cette plaine,

Éventez ce séjour,

Cependant que j'ahanne

A mon blé que je vanne

A la chaleur du jour.

 

Joachim DU BELLAY, 1522-1560, Voeux rustiques

 

Jean-François Millet (II) - The Winnower - WGA15688

Le vanneur, Jean-François Millet, source wikipedia

Partager cet article

Repost 0
Published by Jeanne Fadosi - dans jeudi-en-poésie-etc
commenter cet article

commentaires

Quichottine 21/06/2013 10:16

Il nous faudra attendre encore un peu, c'est vrai... Merci pour ce poème, Jeanne.

Bises et douce journée malgré la pluie.

Jeanne Fadosi 26/06/2013 20:19



et encore et encore ...



Catheau 21/06/2013 09:59

Une veine moins mélancolique que celle des Regrets. Merci, Jeanne.

Jeanne Fadosi 26/06/2013 20:17



oui heureusement. Du Bellay est le poète de Heureux qui comme Ulysse, où l'on sent plein de sentimens mêlés mais aussi une grande joie de vivre



Willow 20/06/2013 16:07

En attendant l’été

Sur ma table à dessein
J’ai disposé des fleurs
Pour que naisse la faim
Attendue de cent heures
Le printemps fut pluvieux
Si glacé dans ses eaux
Que même au coin du feu
On risquait notre pot
Chat leurre tant espéré
Egayant le mot râle
Apporte-nous l’été
Car il est notre Graal

Jeanne Fadosi 26/06/2013 20:16



j'ai publié ce malicieux et subtil poème ici merci



Lenaïg 20/06/2013 14:03

Merci, Jeanne, d'avoir ainsi réuni du Bellay et Millet pour marquer l'arrivée de l'été, très belle page. Gros bisous.

Jeanne Fadosi 26/06/2013 20:15



l'été n'a pas eu l'air ravi, lui ! toujours frais bises



flipperine 20/06/2013 12:10

un métier qui doit être rude

Jeanne Fadosi 26/06/2013 20:14



Il devait oh oui ! ce sont des machines qui le font maintenant



jill bill 20/06/2013 08:03

Un joli panier fleuri nous offre cette poésie... Bon jeudi Jeanne, bises

Jeanne Fadosi 26/06/2013 20:14



n'est-ce pas. Plein d'énergie et de bonne humeur sans masquer la rudesse de la tâche


Bises



patriarch 20/06/2013 07:12

Un très beau tableau... Et bonne journée Bises

Jeanne Fadosi 25/06/2013 10:55



un peu sombre je trouve. Je ne sais si cela tiens à la photo ou au tableau lui-même qui aurait besoin d'être nettoyé pour retrouver ses couleurs d'origine.


bises et belle journée



juillet58 20/06/2013 06:49

c'est d'une douceur encheteresse

Jeanne Fadosi 25/06/2013 10:49



et pourtant leur tâche (aux vanneurs) devait être épuisante



Présentation

  • : Fa Do Si
  • Fa Do Si
  • : Au fil de mes réflexions, en partant du quotidien et ou de l'actualité, d'une observation, ou à partir de thèmes des communautés de blogs ...
  • Contact

Sur les blogs, les jeux d'écriture témoignent de la vitalité

de la langue française sans tapage

Recherche

 

 Ephéméride de ce jour

 

et chaque jour

je n'oublie pas Anne-Sophie

les yeux dAnne-sophie

et ses compagnes d'infortune :

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015

(clic sur son regard pour comprendre ... un peu)

 

Profitez des instants de la vie :

le temps s'écoule à sa cadence,

trop vite ou trop lentement,

sans retour possible

VOYAGE

TheBookEdition - Les anthologies Ephémères

La 5ème anthologie est parue

Informations sur 

 Les anthologies éphémères