Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 octobre 2009 1 12 /10 /octobre /2009 15:08

~ Billet 221 ~ (classé dans l'ex-catégorie le geste du colibri)

Le
Colibri zen, sous l'impulsion de Lajemy, nous demandait la semaine dernière de trouver des idées pour l'ère de l'après pétrole.
Oui je sais, c'était la semaine dernière, mais j'ai eu beaucoup de mal à trouver une idée lumineuse et pour tout dire, je ne suis pas sûre d'avoir trouvé.

D'abord, on s'imagine le plus souvent que le pétrole est d'une utilisation récente. Taratata, demandez donc au génie d'Aladin. Il a bien failli se faire griller des dizaines de fois par la cupidité des humains.
C'est toujours pareil avec eux, tant qu'ils usent de ce que leur offre la nature modérément, tout va à peu près.
Ensuite, c'est le grand dérapage dans la lessiveuse d'accélération des particules du temps. Il en est bien qui s'épouvantent, par quelque parcelle de vision résiduelle du futur. Ceux-là, leur sort est quelquefois peu enviable, voyez donc ce qu'il advint de Corpernic et de Giordano Bruno. Alors trouver des idées pour connaître le même sort ... très peu pour moi. J'ai beau avoir plein d'empathie pour les autres et les étoiles, je ne suis pas si courageuse.
D'autres savent trop bien se faire entendre : alors on interdit pour des centaines d'années un usage nouveau même dans leurs modalités salutaires. Sauf peut-être pour honorer les dieux, tel la poudre et le feu d'artifice.
Mais quand une idée, à priori bonne, est enfin traduite en concret, les voies empruntées, immodérées, transforment le progrès en nuisance.
Sans compter, bien entendu cette propension quasi-universelle à privilégier presque systématiquement les mauvais processus parmi plusieurs, telle la mauvaise monnaie d'argent chassant la bonne monnaie d'or au XVIè, XVIIèmes siècles en Europe.

Quand, conscients de la pollution des centrales thermiques, à l'époque au charbon (coke) on s'est mis à multiplier les centrales hydrauliques, ce ne fut pas pour équiper les milliers ou millions de moulins à eau et à vent et d'éoliennes de drainage. On a construit de gignatesques machins, déplacé des villages entiers, bousculé l'équilibre des mileux naturels patiemment élaborés par des millénaires de cohabitation plus ou moins respectueuse de l'homme.

Jusqu'à cette triste catastrophe du barrage de Fréjus au début des années soixante ou la prise de conscinec bien plus tardive encore de certains effets négatifs des barrages de la haute vallée du Nil.

On s'est mis à refaire des centrales thermiques, avec du pétrole, cette fois-ci.

Quand dans le milieu des  années 1960, les experts européens évaluaient les réserves de pétrole à une trentaine d'années de projection de la consommation (en intégrant une progression linéaire de la consommation et une augmentation de la population allant en ralentissant)
En 1996, les réserves évaluées sont supérieures à celles connues de 1966.
Entre temps, on a foré les océans de plus en plus profondément, on a foré la banquise aussi.
Et on a construit des centrales nucléaires, dont on ne sait trop que faire d'une partie des déchets, même si certains nous disent le contraire  et des centrales vieillissantes avaient déjà cruellement révélé, et je ne pense pas seulement à Tchernobyl, c'était facile d'en parler à l'ouest. Certaines avaries, moins importantes il est vrai, ont été bien vite tues quand elles sont parvenues à la connaissance du public.

Alors, maintenant, on parle abondamment des nouvelles énergies renouvelables, le vent de retour, le soleil, longtemps laissé à l'abandon après de très belles réalisations dans les Pyrénées par exemple, le bois...

Sans beaucoup se préoccuper des conditions sociales de leur production et de leur empreinte écologique.
Et toujours en privilégiant les grands machins au détriment de la production d'énergie de proximité.

Et si on commençait par être moins dépensiers en énergie ?
Combien de transports inutiles, je n'évoque pas seulement les transports des humains dont je vois bien qu'au delà même de l'usage de la voiture individuelle, les transhumances quotidiennes n'ont fait que croître depuis un demi-siècle si bien que les trajets durent bien plus longtemps que les trajets piétons d'antan.
Ni des transports de biens dont on arrive pour certains produits finis à faire faire des allers retours sur des milliers de kilomètres .... Et l'on s'étonne du retour de la piraterie maritime.
Je pense aussi à la consommation effective de courant électrique ou de gaz au terminus (radiateurs, cuisinières, ...) par rapport au gigantesque gaspillage que constitue la déperdition tout le long des réseaux d'acheminement.

Sans compter l'inutilité des éclairages nocturnes qui perturbent les animaux et les plantes, quand bien même leur production solaire ne couterait rien. Ce qui n'est pas tout à fait exact, car il faut prendre en compte le matériel et l'intallation et surtout le coût du matériel usagé.

Et si on cherchait à recycler l'énorme énergie que nous dépensons tous en nous activant ou que nos machines produisent en chauffant à commencer par cette merveilleuse petite machine qui m'a permis d'écrire et de publier ce billet ?

eolienneGiel---reduc1.JPG

Eolienne restaurée et en marche du côté de Giel (Orne) en 2009, telle celles que je voyais toutes rouillées depuis des années. Un bémol, elle était assez bruyante mais des maisons environnantes on ne l'entendait pas. Elles ervaient à drainer les terrains humides voire marécageux des bordsde rivière et certaines avaient été équipées d'un générateur de courant électrique.

.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jeanne Fadosi - dans pêle-mêle-jeux-et-défis
commenter cet article

commentaires

Laure-H 25/10/2009 18:05


Que c'est vrai, Jeanne, mais peut-être ces énergies nouvelles nous permettront-elles d'être moins dépensiers, et d'être différemment?
Oui, il va falloir apprendre à réagir autrement, car même le solaire n'est pas sans conséquences écologiques négatives... pffff
bisous quand même


Jeanne Fadosi 25/10/2009 18:17


Rien n'a jamais été simple. Le mieux est d'y réfléchir ensemble et de ne pas en être immobilisés pour autant.
Bises, Laure et belle semaine


marie 20/10/2009 09:47


Soyez bons avec la terre : elle ne vous a pas été donnée par vos parents, elle vous est prêtée par vos enfants." ( proverbe amerindien

j'essaie de penser à tous ces petit geste quotidien pour aider ma planete.Si on s'y mettait tous , les petits efforts de chacun deviendrait un gros effort pour l'humanité ! mais tant de gens
restent sourds, aveugles et parfois muets....
un probleme d'education, de respect de soi et des autres aussi ....
ne desesperons pas..... la vérité est au bout du chemin !
gros bizoux ta ta² d'am's !

     



clementine 13/10/2009 21:14


Un article très écologique et pleins d'idées nouvelles. 
bonne nuit
clem 


Jeanne Fadosi 14/10/2009 00:12


je ne pense pas qu'elles soient si nouvelles.
Je vais revenir sur ton blog. et demain tu verras des copains sur le mien pour ton lapin blanc.
Bises et belle journée demain


india 13/10/2009 14:13


Je trouve que ta réflexion à ce sujet est très réaliste et montre bien qu'il faut prendre en compte tous les aspects possibles. Un très bel article qui valait la peine d'attendre !


Jeanne Fadosi 13/10/2009 18:57


On ne connait jamais tout. Et entre faire des erreurs et ne rien faire du tout. Je crois quand même que je préfère notre époque à l'âge des cavernes.


Annie 13/10/2009 08:54


Sommes nous prêts à revenir à l'huile de coude, à la bougie? Et pourtant il le faudra, ainsi que le recours à l'entre-aide si besoin.


Jeanne Fadosi 13/10/2009 10:27


A l'huile de coude, sans doute un peu plus, ne serait-ce que pour avoir un peu d'exercice physique et pour rétablir du lien social tout en ayant une occupation.
La bougie, il n'y a aucune raison, nous avons déjà toutes les techniques permettant de produire et de recycler d'autres énergies, encore faut-il une volonté de les améliorer.
J'ai vu, pas plus tard que samedi un horodateur fonctionnant avec un capteur solaire.


Melly 12/10/2009 20:39


oui bon, ben on a tous mauvaise conscience avec tous ces discours !

on a pas fini de battre notre mea culpa tellement le monde va mal !

et puis on passe si vite sur Terre que ... ben l'Homme s'adaptera je pense !


Jeanne Fadosi 12/10/2009 23:41


Il y a des hommes capables de s'adapter. Alors soyons d'un optimisme raisonnable. voilà.


patriarch 12/10/2009 20:20


un cours magistral !!!!

Bonne soirée.


Jeanne Fadosi 12/10/2009 23:40


C'est plutôt du vécu. la fillette rebelle d'un papa électricien qui chantait à tue tête "l'eau vive" de Guy Beart quand mes grands frères et soeurs me racontaient leur vallée noyée.


Présentation

  • : Fa Do Si
  • Fa Do Si
  • : Au fil de mes réflexions, en partant du quotidien et ou de l'actualité, d'une observation, ou à partir de thèmes des communautés de blogs ...
  • Contact

Sur les blogs, les jeux d'écriture témoignent de la vitalité

de la langue française sans tapage

Recherche

 

 Ephéméride de ce jour

 

et chaque jour

je n'oublie pas Anne-Sophie

les yeux dAnne-sophie

et ses compagnes d'infortune :

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015

(clic sur son regard pour comprendre ... un peu)

 

Profitez des instants de la vie :

le temps s'écoule à sa cadence,

trop vite ou trop lentement,

sans retour possible

La Marguerite des possibles

TheBookEdition - La marguerite des possibles

130818 couverture 200

La 4ème anthologie est en préparation

Informations sur 

 Les anthologies éphémères