Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 mai 2012 7 20 /05 /mai /2012 18:00

 

Il y a tout juste un mois (un tout petit peu moins c'est vrai, vous n'allez pas pinailler, c'est si peu important ...) je mettais en ligne ce billet

Ces petits riens ... 

qui font le sel de ma vie (clin d'oeil au titre du dernier petit ouvrage de Françoise Héritier "Le sel de la vie".

 

La description d'une journée ordinaire jalonnée de ces minuscules événements où je puise, à chaque instant, mon plaisir de vivre.

 

"Qu'est-ce qui te fait plaisir ?????" (sic avec tout plein de points d'interrogation), c'est en effet LE CASSE-TÊTE DE LA SEMAINE que nous a proposé Sherry pour la semaine qui s'achève.

 

Le plaisir, encore un sujet et une question vastes comme une thèse de doctorat et vieux comme le monde !

 

Alors oui, il y a tout au long des jours ces petits riens ... et ces rencontres de connivence quand le regard croise d'autres regards inconnus, attentifs et réactifs aux mêmes petits riens. 

 

Mais il y a aussi ces moments rares, de ces rendez-vous d'affection pour lesquels on s'habille le coeur à l'avance, comme le renard apprivoisé attendant le Petit Prince*.

 

Trois mots dans un message, "à ce soir", qui auraient pris dix secondes, qui auraient habillé la journée de soleil.

Un message qui n'est pas parti, ou qui n'est pas arrivé ...

 

Et le souci tout bête qui perdure tout le jour, qui empêche de goûter les petits riens habituels.

Et si elle ne venait pas ?

 

Qui flotte dans la tête malgré la circulation fluide, malgré la place de stationnement trouvée du premier coup. C'est pourtant si rare.

 

Qui empêche aussi de remarquer le carton sur la grille de métro, à trois mètres de la voiture. Mais qui rend tous ces complets sombres, l'oreille collée à leur mobile banal ou à leur ordiphone, étrangement présents et absents, tels des fantomes, indifférents à ce qui est sans doute un décor habituel dans leur paysage urbain.

 

Enfin le sms tant attendu.  

 

Ce soir-là, je vais au théâtre. Nous allons au théâtre.

A Paris. voir "Deshabillez mots". Pouvu que ça lui plaise. J'ai fait le tour des rues, retiré les billets réservés.

C'était quand déjà, la dernière fois ? 

 

Le coeur plus léger maintenant. L'oeil plus attentif. Quelques piécettes dans le gobelet tendu par un homme aimable, qui passerait inaperçu parmi les passants, s'il ne quêtait pas. Nous échangeons même quelques banalités.

 

J'ai fait le tour du quartier. Retour près du Crazy Horse devant lequel j'ai trouvé à me garer. J'avise le carton et une jambe qui en dépasse, toute menue.

Dans un pantalon de ville en tissu léger, qui cache la chaussure. 

Les hommes en costume devant le cabaret y sont indifférents. La jambe bouge légèrement comme pour me signaler qu'un peu de vie l'habite dans son sommeil.

 

Je prend la brioche et la bouteille d'eau. Il est encore trop tôt et je n'ai pas faim. Cette fois je vais vers le fleuve.

 Assis sur le parapet, en surplomb du parking d'autocars, des jeunes gens attendent sagement, le visage las et joyeux, sacs à dos à leur pieds. Dans le soir, les bateaux de croisière se croisent. Les tables nappées de blanc y ont remplacé les rangées de sièges en plastique.

 

De l'autre côté de la Seine, je me souviens d'une promenade et de quelques bancs. Près de l'entrée pour la visite des égouts de Paris. Tiens, c'est vrai, je ne les ai jamais visités. Faut-il le faire avec une pince à linge sur le nez ?

Une évocation qui suffit à me faire sourire. Comme ça ... Un jeune couple s'est photographié, l'ordiphone à bouts de bras.

Sourire intérieur à leur bonheur affiché.

 

Devant la Seine qui ondule dans la lumière déclinante, je relis "Le sel de la vie" de Françoise Héritier en grignotant ma brioche. 

 

Sans même un carré de chocolat noir.

 

Tout à l'heure, j'attendrai, confiante, m'étonnant en les admirant de l'élégance de certaines tenues. Le plaisir de s'habiller pour sortir. Me souvenant de cette époque pas si lointaine où "s'habiller" pour sortir au spectacle, était pour certains lieux une obligation. Un obstacle de plus pour ceux qui n'avaient pas les moyens d'ajouter au billet le luxe de tels vêtements.

 

La montée vers le studio n'en finit pas. Je comprend l'ascenseur que j'ai étourdiment snobé tout à l'heure.

Quelques mots échangés. Je raconte les vitrines des grands couturiers. Elle grignote une tranche de brioche.

Les lumières s'éteignent ...

 

Ce soir, le plaisir du spectacle se partage, dans un silence bienveillant et attentif, entre sourires et rires.

Ce soir, les applaudissements, chaleureux,restent suspendus jusqu'à la fin du spectacle, comme pour ne pas rompre le charme bienveillant du silence**, entre deux strip-texte.

 

      Un soir entre parenthèse, avant de retrouver ces petits riens quotidiens qui habillent la vie ...

 

*Le Petit Prince, Antoine de saint Exupéry, .

** Eléonore Chaix et Flor Lurienne nous en  proposent l'écoute (du silence tel qu'elles le déshabillaient déjà avec talent en 2008) sur leur site officiel.

.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jeanne Fadosi - dans lhebdo-des-casse-tête
commenter cet article

commentaires

harmonie37 04/06/2012 17:03


Des petits riens plein la tête, des choses trop simples pour en parler et tu en parles si bien.


Oui, juste des petits riens mis bout à bout ce sont des sourire qui marquent le visage.


 


Gros bisous Jeanne

Jeanne Fadosi 04/06/2012 18:42



c'est tellement mieux de profiter des instants qui s'offrent au lieu d'attendre de s'apercevoir que le bonheur c'était juste ça ... à écouter François Morel sur France Inter ou mis en ligne par
papiluc.


bises et belle semaine Harmonie



catiechris 26/05/2012 16:49


instant précieux ..


Bon week end


Jeanne Fadosi 27/05/2012 19:49



merci pour ton lien. oui, un instant précieux



mansfield 22/05/2012 14:11


J'ai pris beaucoup de plaisir à cheminer avec toi tout en bavardant, tu es tellement pipelette que je n'ai pu placer un mot... Pour mon grand bonheur!

Jeanne Fadosi 24/05/2012 12:09



je bavarde beaucoup comme tous les taiseux quand ils se décident ...


belle journée



Frieda 21/05/2012 12:39


Coucou Jeanne,


Toutes mes excuses, celà m'arrive ces temps-ci


Faut que je ferme aussi un peu le PC


Dois avoir besoin de repos


Pour me faire pardonner





Please scuse-me


Bisous


Frieda

Jeanne Fadosi 22/05/2012 09:55



C'est vrai qu'on a tendance à passer trop de temps devant ces écrans d'ordinateurs. Essaye de te reposer si tu le peux. ton bouquet est magnifique, merci


bises et belle journée



fanfan 21/05/2012 12:33


Des petits plaisirs faits de petits riens ,un soir d'attente et ensuite le plaisir d'une présence et d'un bon spectacle  , que demander de plus . Le plaisir est fragile et éphémère .. Bises

Jeanne Fadosi 22/05/2012 09:49



tu as raison le plaisir est fugace et pour moi, je ne crois guère au grand bonheur, mais à l'accumulation de ces instants qui jalonnent nos jours à condition d'y être plus attentifs qu'aux tracas
(inévitables pour les petits)


pour les grands, se raccrocher à ces petites lumières aussi, pour ne pas sombrer, pour continuer à rester debout


bises



Quichottine 21/05/2012 09:55


Je crois que je ne vais rien dire...


J'ai tant aimé ce moment passé avec toi, à te lire, que ce serait trahir l'impression ressentie que de ne pas trouver les mots qui la diraient.


Douce journée, Jeanne. Juste "merci".

Jeanne Fadosi 22/05/2012 09:53



tout est vrai. j'ai juste laissé les sensations revenir. et travaillé un peu les plus grossières maladresses de style. je n'ai pas décrit tout ce que j'ai observé non plus. Les cuisiniers qui
prenaient leur pause avant le coup de feu à l'arrière d'un restaurant, la rencontre joueuse d'un petit chien en laisse et d'un autre petit chien sans laisse qui contrastait avec le regard vache
échangé entre leurs deux maitres ...


bises



Frieda 21/05/2012 09:08


Bonjour Clio


Rien n'est rien à lire ta belle page


Des plaisirs de la vie, des instants figé


qui donnent le bonheur ou déroutent


Des instants de vie


Bisous


Frieda

Jeanne Fadosi 21/05/2012 10:52



sourire Frieda, moi ce n'est pas clio c'est Jeanne. Je viendrai te visiter dans la journée. mais il est sage que j'éteigne mon ordinateur pour faire quelques tâches quotidiennes indispensables.


Bises et belle journée



jill-bill 21/05/2012 08:37


Bonjour Jeanne... Un soir entre parenthèse... Un soir pour se faire plaisir... Deshabillez-mots, j'eusse aimé le trouver !  Bon lundi à toi... Bises de jill

Jeanne Fadosi 22/05/2012 09:43



C'était déjà le titre de leur chronique quand FranceInter les a prises à l'essai pour le premier été. Elles ont une façon décalée et percutante de mettre les mots à nu. Je les avais écouté à la
radio. autant dire que j'avais un préjugé favorable. Mon interrogation portait sur la mise en scène qui s'est construite et étoffée pendant la première série de spectacles.


J'ai beaucoup aimé (moins la très grande et grosse tête juste devant moi qui était dans mon champ de vision)


je ne sais pas si elles prévoient une tournée. Un spectacle qui le mériterait


bises et belle journée



Présentation

  • : Fa Do Si
  • Fa Do Si
  • : Au fil de mes réflexions, en partant du quotidien et ou de l'actualité, d'une observation, ou à partir de thèmes des communautés de blogs ...
  • Contact

Sur les blogs, les jeux d'écriture témoignent de la vitalité

de la langue française sans tapage

Recherche

 

 Ephéméride de ce jour

 

et chaque jour

je n'oublie pas Anne-Sophie

les yeux dAnne-sophie

et ses compagnes d'infortune :

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015

(clic sur son regard pour comprendre ... un peu)

 

Profitez des instants de la vie :

le temps s'écoule à sa cadence,

trop vite ou trop lentement,

sans retour possible

VOYAGE

TheBookEdition - Les anthologies Ephémères

La 5ème anthologie est parue

Informations sur 

 Les anthologies éphémères