Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 juillet 2012 1 02 /07 /juillet /2012 19:45

 

Pour Quichottine et ses "quichotrains",

 

Evidemment, ce n'était pas sans y avoir pensé, mais sans arrière-pensées, que j'avais choisi, le 21 juin si proche des vacances d'été, de la fin de l'école tant attendue par certains, (pas tous), pour le jeudi en poésie "Le monde" de ABC,

 En sortant de l'école, de Jacques Prévert    et la photo qui l'accompagne.

Même si je n'avais pas mis de lien vers ce chemin de fer blogquichottinien, découvert avec retard, et qui avait déjà une belle collection de wagons-lectures.

 

sentier sur chemin de fer Vexin - reduc Ce lundi-là, le 14 mai 2012, j'avais enfin profité du soleil pour découvrir le sentier fraichement défriché sur l'ancienne voie de chemin de fer.

J'avais bien l'intention aussi d'en faire quelque chose pour le blog, mais quoi au juste ? Je n'ai jamais d'idée préconçue, elles prennent forme à mesure que je découvre les choses et les histoires croisées, de lieux, de gens, de ... tant de choses et d'idées qui m'interpellent, suscitent ma curiosité et où je m'égare si souvent en chemin sur leurs pistes multiples.

Cette histoire de voie ferrée, plus je creuse, plus elle me semble infiniment plus complexe qu'il n'y paraissait.

 

Ce jour-là, je m'étais perdue en chemin, à moins qu'un tronçon restât encore à nettoyer, ou qu'il n'eût pas été1 rendu accessible ...

attentive aux accidents du terrain sous mes pieds ...

 

travée chemindefer - reduc

 

... davantage plongée  en pensée dans mes lectures et mes  activités non bloguesques du moment.

 

Le train de Quichottine, si je me réfère aux dates des commentaires qui ont impulsé cette idée, était, qui sait, juste une petite graine clandestine et encore ignorée, qui ne demandait qu'à germer dans ses pensées et devenir une idée en passant ... par la Quichottinie.

 

Pour parcourir le monde. ... non pas pour buter contre des frontières et des barrières fermées.

 

je ne suis pas dans un état d'esprit à avoir envie de trop bloguer, en ce moment. Lassitude, petits chaos, Grands départs ... Il est des petits cailloux qui vous font tordre les pieds et vous conseillent des chemins plus solitaires.

 

Je n'aurais probablement pas accroché mon petit wagon de traverse au quichotrain sans le commentaire de Quichottine sous le poème de Prévert.

 

Je ris... et, tu vois, j'en suis ravie !

Depuis un moment, je me demandais qui citerait ce poème de Prévert... et je suis contente que tu l'aies fait !

Merci, Jeanne.

Ce serait un très joli quichotrain. 

Commentaire  posté par Quichottine le 21/06/2012

merci Quichottine pour tes mots et lutineries le long de ces rails pleins de souvenirs, comme les miens le long d'autres chemins.

 

deux lectures juin 2012 - reduc

Ces lectures-ci sont plus récentes. 

 

Le Mur invisible du moins, dont on m'avait parlé avec enthousiasme ... et que j'ai beaucoup aimé aussi.

Développer pourquoi sur ce billet m'emmènerait trop loin et trop longtemps.

 

Juste deux ou trois citations qui laissent assez bien imaginer l'intrication2 si bien tricotée entre la description d'un quotidien dans ses détails et une pensée, débarassée en grande partie de nos béquilles habituelles. Peut-on d'ailleurs s'en affranchir vraiment ?

 

Le Mur invisible, Marlen Haushofer, Actes Sud, éd. 1985, p42 :

"Après avoir poussé aussi loin que mon intelligence me le permettait mes tentatives d'explication, je rejetai ma couverture et entrepris d'allumer le feu, car il faisait froid ce matin."

p137 :

"J'étais devenue très sage mais ma sagesse venait trop tard et d'ailleurs, même si j'étais née sage, je n'aurais rien pu faire dans un monde qui ne l'était pas."

p242 :

"Les choses arrivent tout simplement et, comme des millions d'hommes avant moi, je cherche à leur trouver un sens parce que mon orgueil ne veut pas admettre que le sens d'un événement est tout entier dans cet événement. Aucun coléoptère que j'écrase sans y prendre garde ne verra dans cet événement fâcheux pour lui une secrète relation de portée universelle. Il etait simplement sous mon pied au moment où je l'ai écrasé : un bien-être dans la lumière, une courte douleur aiguë et puis plus rien."

 

Je me demande juste pourquoi le titre original, Die Wand (Le Mur) a été transformé dans la traduction française. Il n'avait pourtant sans doute pas été choisi par hasard.

 

Cette lecture m'a donné envie de relire ou de lire d'autres réflexions de solitaires ...

Malicorne de Hubert Reeves, que j'ai déjà lu plusieurs fois et qui continue à m'enchanter ; le seul livre de ce grand savant qui me soit accessible. J'ai bien essayé de lire Patience dans l'azur, mais il a vraiment fallu que je m'accroche.

 

Les rêveries d'un promeneur solitaire, de Jean-Jacques Rousseau. Mais en lisant la première rêverie, me prend un doute. Est-ce bien les rêveries que j'ai lues ou Les confessions ?

 

Naufragé volontaire, de Alain Bombard, lu dans ma période passionnée de grandes aventures, à la même époque que Expédition Orénoque Amazone, de Alain Gheerbrant, suivi de Tristes Tropiques de Claude Lévi-Strauss. 

 

Peut-être Vendredi ou la vie sauvage de Michel tournier, plutôt que Robinson Crusoé de Daniel  Defoe dont je n'ai lu qu'une version condensée pour enfants, mais dont j'ai vu plusieurs adaptations au cinéma ou à la télévision.

Sourires ... un flash me revient mais il s'agit de L'île au trésor : Le mousse court sur les rochers, fuyant un danger ... Un détail a échappé à la script, il court en chaussures de ville.

 

L'envie, comme toujours lorsqu'il s'agit de méditer sur le sens de la vie, de relire aussi Si c'est un homme de Primo Levi.

 

Et d'autres suggestions qui m'ont été faites depuis. Pour les livres récents, Sylvain Tesson, Isabelle Autissier. Mais aussi Nicolas Bouvier et d'autres encore.

 

La Controverse de Valladolid, c'est une autre démarche. J'en avais découvert l'existence par le film. Je l'avais lu il y a quelque temps, disons quelques années, et, comme toutes mes lectures, s'il m'en restait l'essentiel, c'était vague.

Pas assez pour argumenter en l'utilisant.

Alors je suis allée exprès le racheter dans une librairie.

Et j'en ai entrepris la relecture attentive, entre d'autres lectures. Je viens d'écrire plus légères, moins importantes ...

Ces termes ne conviennent pas à ces autres lectures. Certaines le sont sans doute, mais comment le saurais-je ?

 

L'approche de Jean-Claude Carrière me convient bien. En dépit de la liberté prise avec la réalité historique, ce dont l'auteur s'explique avec honnêteté dans l'introduction. Encore faut-il se donner la peine de lire les introductions.

 

Je voulais en terminer la relecture avant samedi dernier. Je n'y suis pas arrivée.

 

D'ailleurs, j'ai été déjà bien trop bavarde ici, c'est que j'ai envie de profiter de ces chansons qui nous ressemblent, bien calée dans un fauteuil, avant de terminer par quelques pages du soir, au lit.

 

Comment je lis ? C'est un petit tag qui avait circulé à l'été 2009 et j'avais joué le jeu :

A propos de lecture : 1er épisode, 2ème épisode, 3ème épisode

 

Et quelquefois, très rarement je dois bien l'avouer, il m'arrive d'avoir la nostalgie de l'ambiance des bibliothèques d'antan ... et je me souviens d'une exposition qui m'avait enchantée, contée dans Et si la lecture se donnait à voir.

 

1. J'ai vérifié la conjugaison. Je suis à peu près sûre pour restât même si je doute encore, mais pas vraiment pour eût été.

2. le mot n'est pas joli à la lecture et encore moins à l'oreille, mais je n'en ai pas trouvé de meilleur pour décrire le contenu de ce livre, aussi bien dans son acception ordinaire que dans le lien qu'il m'a fait faire vers la dimension quantique qui m'a encore ouvert d'autres portes de réflexion.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jeanne Fadosi - dans rêve-et-quotidien
commenter cet article

commentaires

Galet 05/07/2012 09:33


Je fais le chemin inverse de l'habituel : j'arrive ici avant d'avoir sivi les liens de Quichottine. Comment ? Je ne sais déjà plus, et ce n'est pas important. Sans doute que je musais, en sortant
de l'école, et que j'ai buté sur une traverse, ce qui m'a fait revenir sur terre ! Merci pour cette promenade littéraire...Je demanderai à être réincarnée en chat (de bibliothèque) pour avoir
plusieurs vie à consacrer à la lecture !

Jeanne Fadosi 05/07/2012 16:45



Sourires ... peu importe les itinéraires, on arrive souvent quelque part ...


je ne sais si les chats aiment les bibliothèques mais nombreux sont les écrivains qui aiment les chats ...


On ne peut lire qu'une toute petite partie de ce qui est éditée. et Internet multiplie encore les occasions de lecture !



erato:0059: 03/07/2012 23:49


Un article passionnant et convivial , j'aime beaucoup.  Sous la houlette de Prévert et Jean Ferrat , avec des rails conducteurs de la vie , le billet  se lit avec beaucoup d'intérêt.
J'ai aimé  si c'est un homme mais je ne connais pas le mur invisible. Merci pour ce partage merveilleux .Douce soieé Jeanne

Jeanne Fadosi 04/07/2012 11:53



je l'ai découvert, conseillée par une bibliothécaire bénévole dont c'est, m'a-t-elle dit l'un des deux ou trois livres les plus importants pour elle. Nous avons tous "ces quelques livres" où se
mêle l'intérêt du sujet et les circonstances du moment où on l'a lu.


Et c'est vrai que ce livre mériterait à mon sens d'être plus connu


belle journée



M'annette 03/07/2012 15:04


Ton article est un régal;


je ne connais pas tous les livres que tu cites, et les passages du mur invisible me donnent envie de le feuilleter.


Il m'arrive souvent de chercher un sens aux titres.. N'est-ce pas parfois une question d'accroche commerciale???


Bonne journée

Jeanne Fadosi 04/07/2012 11:40



Celui-ci publié en Autriche en 1983 n'a sûrement pas été choisi au hasard. Le Mur était un peu partout en Europe, en dehors des pays de l'Est, le nom que l'on donnait en raccourci pour désigner
le Mur de Berlin. A cette époque, s'il y en avait qui se construisait sur d'autres frontières (Mexique, Palestine, Gibraltar ...), nous l'ignorions (moi en tous cas)


belle journée 



fanfan 03/07/2012 11:17


De bonnes lectures; l'été je lis des ouvrages plus "légers" .


j'avais beaucoup aimé "tristes tropiques"


Quelques  rails perdus dans la forêt   sur lesquesl va se promener le Quichotrain: c'est l'aventure !


Bises

Jeanne Fadosi 04/07/2012 11:27



oui bien sûr je ne vais relire tout cela et j'aime me détendre aussi en lisant et faire d'autres choses aussi.


des traverses oubliées pour que le Quichotrain prenne des chemins de traverse ... c'était tentant


Bises et belle journée



ABC 03/07/2012 09:19


Une très belle idée en passant, sous le regard de deux grands poètes Préveret et Ferrat et la complicité amicale de deux amies bloggueuse, Quichottine et Jeanne, une promenade dans le temps, les
vieilles rails parlent toujours sans en avoir l'air... une promenade littéraire, aussi, avec les livres que l'on a lu et ceux que l'on a feuilleté ou eu envie de lire...


Avec l'été les petits trains de Quichottinie vont se disperser dans la nature, chacun trouvera sa gare pour continuer sa propre avanture, car ainsi va l'été et ses multiples coupures...


Bon été et merci pour tous les partages de l'année écoulée...

Jeanne Fadosi 04/07/2012 12:09



Un été aux multiples envies pas toujours réalisables. Il faut profiter de cette nature généreuse et trop malmenée parfois.


et je vais me réserver des journées sans ordinateur. Comment faisait-on avant ?


Bises et passe un bel été toi aussi



emma 03/07/2012 08:29


un article brillant, dense et documenté, que serait-ce, Jeanne, si tu n'étais pas lasse de bloguer ?

Jeanne Fadosi 04/07/2012 12:06



Il m'a pris beaucoup de temps, tu sais. Ce n'est pas temps de bloguer dont je suis lasse, que de pianoter sur un clavier d'ordinateur, ou lire sur un écran, ne pas savoir faire de priorités aussi
...


être déroutée par les changements annoncés et les départs sur d'autres plateformes ...


Je ne sais pas s'il est documenté comme tu l'écris gentiment, ma ressource principale, j'y reviens souvent, est l'encyclopédie participative wikipedia. un défi de partage des savoirs plutôt bien
régulé.


Je crois que le concept plairait bien à Diderot et aux autres collaborateurs de son Encyclopédie



patriarch 03/07/2012 07:17


Je reviendrai lire plus tard... belle journée. Bises

Jeanne Fadosi 04/07/2012 11:04



A quand tu veux. C'est un billet en forme de tartine désolée ... La concision n'est pas mon fort


bises et belle journée



Quichottine 02/07/2012 23:00


Ne t'en fais pas pour les conjugaison, tout est OK. :)


Pour le reste, il me faudra un peu de temps pour compulser tes livres, et retrouver ceux que j'ai lus.


Tu nous as donné ici de multiples propositions de lecture et une belle présentation de ce Mur invisible. Ce dernier, je suis certaine de ne pas l'avoir lu.


 


Les bibliothèques d'antant... tu sais, j'adore. Aujourd'hui, l'atmosphère feutrée ne l'est plus autant car on a beau être très silencieux, les ordinateurs sont présents. :)


 


Merci encore pour ce superbe quichotrain.


Bisous et douce journée à venir.

Jeanne Fadosi 04/07/2012 10:59



je n'y vais plus depuis longtemps, dans des bibliothèques d'étude, je veux dire. Quand je vais à La Rochelle, très rarement, il m'arrive d'y accompagner quelqu'un juste le temps de rendre et de
choisir des livres. J'aprécie beaucoup l'ambiance lumineuse de la médiathèque Michel Crépeau. 


La dernière fois que j'y suis allée, maintenant que j'y pense, coïncidence (?), pendant le festival du film 2011, c'était pour voir une exposition er un documentaire sur Jean-Claude Carrière



Clio Francine 02/07/2012 22:21


Bonsoir chère Jeanne ; que tu sais en écrire de jolies choses ; c'est parfois un peu tortueux   , mais j'aime
bien ; ça fait fonctionner mon cerveau   !


Je te souhaite une bonne nuit .


Pas "à demain" car je ne suis pas chez moi , mais à bientôt .


Bisous.


Francine .

Jeanne Fadosi 04/07/2012 10:48



hihihi ... tu sais bien me définir. Oui c'est vrai mes textes sont à l'image de la manière dont je les écris assez spontanément, sans chercher à les structurer. Reflexe de retraitée qui cherche à
s'émanciper des contraintes que j'imposais pourtant à mes élèves.


Je ne te promets pas non plus de passer chaque jour, ni de laisser un commentaire. Mes prochaines journées vont être bien et joyeusement remplies.


Bises



Solange 02/07/2012 22:06


Et bien avec toutes ces suggestions de livre de quoi passer un bel été et se cultiver

Jeanne Fadosi 04/07/2012 10:38



Inutile de te dire qu'il me faudra plus qu'un été pour les relire, d'autant que j'ai aussi d'autres envies.


Quant à lire pour "se cultiver", tel n'est pas mon but, c'est plutôt une soif de satisfaire mes curiosités et aussi d'esayer de comprendre



Présentation

  • : Fa Do Si
  • Fa Do Si
  • : Au fil de mes réflexions, en partant du quotidien et ou de l'actualité, d'une observation, ou à partir de thèmes des communautés de blogs ...
  • Contact

Sur les blogs, les jeux d'écriture témoignent de la vitalité

de la langue française sans tapage

Recherche

 

 Ephéméride de ce jour

 

et chaque jour

je n'oublie pas Anne-Sophie

les yeux dAnne-sophie

et ses compagnes d'infortune :

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015

(clic sur son regard pour comprendre ... un peu)

 

Profitez des instants de la vie :

le temps s'écoule à sa cadence,

trop vite ou trop lentement,

sans retour possible

VOYAGE

TheBookEdition - Les anthologies Ephémères

La 5ème anthologie est parue

Informations sur 

 Les anthologies éphémères