Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 juillet 2010 1 26 /07 /juillet /2010 06:00

Le défi n°34 des Croqueurs de mots est proposé cette semaine par Nat :

 

Adresser un voeu ou une prière à un astre (soleil lune planète étoile comète ...et ne pas le nommer : c'est la contrainte de la lyponimie.

 

J'avais programmé ce poème pour le jeudi en poésie du 22 juillet. Intuition ...

 

Ces mots y font écho, ainsi qu'à celui-ci

 

Un ciel de juillet,

Lourd, si lourd

Mille paillettes entre-jour-et-nuit.jpg

rouges, rouge feu

Herbe roulée

qui se consume

Incandescente

La peau grésille

le rire grimace

Elle ne veut pas

Partir si tôt.

Entre les lames

Le store s'embrase

Dans le ciel clair

Si clair encore

Ton éclat

Pour clore

Le jour qui meurt

 

Dis-lui toi

Dans le soir

Première lumière

Qu'il est trop tôt entre-jour-et-nuit-1.jpg

Pour rejoindre

Les poussières

Entre les lames

Ton mince éclat

Sur l'autre lame

Un autre éclat

Sous la lame

Ses larmes

Et mille goutelettes

rouges, rouge sang.

Dis-lui qu'il est trop tôt

Petite, il est trop tôt

Choisira-t-elle, dis-moi ?

A-t-elle le choix ?

Il est bien tôt, petite,

Il est bien tôt.

     Jeanne Fadosi, 20 juillet 2010

 

Du fond du coeur à celles et ceux qui liront entre les lignes.

Et le 21 juillet ma maman aurait eu cent ans.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jeanne Fadosi - dans défiscroqsmots
commenter cet article

commentaires

Suzâme 27/07/2011 21:13



Bonsoir Jeanne,


J'avais repéré ta signature sous quelques commentaires vers d'autres blogs et là ce soir, pour une première visite, je choisis ce poème intense, violent qui, si je lisais à haute voix,
m'arracherait l'émotion du fond de l'âme parce qu'il est écho d'un drame annoncé et qu'il traduit le murmure d'une femme qui se savait chaque jour condamnée. Discrètement avec toi dans ta
peine. Suzâme



Jeanne Fadosi 29/07/2011 11:29



L'année dernière, nous étions plongés dans cette attente de l'inéluctable et dans la sidération de l'horreur.


La vie continue bien sûr pour ceux qui restent et surtout pour son petit garçon qui mérité d'avoir le droit de vivre l'insouciance, si c'est possible, d'une vie d'enfant ...



reinette 22/09/2010 11:19



un touchant poème très révélateur.


comment dénoncer l'inimaginable.


bonne journée



Jeanne Fadosi 22/09/2010 22:47



L'inimaginable, oui, et pourtant la triste réalité, une réalité qui se produit en france presque un jour sur deux en moyenne.



fransua 20/09/2010 15:36



il me semble que je l'ai déjà lu mais il est toujours ausi émouvant



Jeanne Fadosi 20/09/2010 20:48



oui, je pense que tu y étais passé.



Melly 02/09/2010 00:38



j'ai beau fouiller un peu, je n'arrive pas à lire entre les lignes -


je ne vois pas de quoi tu parles mais je vais continuer à chercher ...



Jeanne Fadosi 04/09/2010 18:19



lire entre les lignes, c'était pour pour celles et ceux (les gens qui me sont proches) qui savaient. Ceux qui me connaissent dans la "vraie" vie et qui connaissent aussi mon blog ne laissent
en général pas de commentaires.  Mais maintenant, il est plus facile de comprendre. Pour beaucoup de raisons, je ne peux pas en dire plus. D'abord parce qu'il est bien trop tôt pour mettre
des mots sur ce drame absolu, ensuite pour des raisons légitimes de confidentialité.
Merci de ton passage et de ton commentaire.
amicalement ...



Quichottine 01/09/2010 14:43



...


 


Il est toujours trop tôt aujourd'hui, mais le destin a voulu tourner cette page aussi.


Toujours trop tôt pour un enfant.



Jeanne Fadosi 01/09/2010 18:07



Les dégâts sur son corps étaient considérables ! Mais à 24 ans !



Angeljanvier 30/07/2010 21:28



Un texte chargé d' émotion et beaucoup d' amour entre les mots...


Un bien bel hommage à ta mére.


Amitiés


 



Jeanne Fadosi 01/08/2010 10:57



ma réponse ne semble pas avoir été prise en compte. Je ne sais plus très bien ce que j'avair écrit.


seulement peut-être que ma maman était depuis de longues années retournée à la poussière des cieux et des mondes. Ce qui m'a inspiré ce poème la ferait autant souffrir que nous
merci de ce commentaire



daniel3 28/07/2010 11:42



Magnifique texte dédié à votre mère. Emouvant


Merci du fond du coeur


Ah ! décidément cette Lune en aura fait couler de l'encre cette semaine


Amitiés - daniel


 



Jeanne Fadosi 28/07/2010 17:18



Heureusement que ma maman n'est plus de ce monde pour vivre cette horreur !


Juste une nuance, à rattacher au poème de jeudi dernier, c'est vraie que la lune et l'une des premières lumières à monter le soir dans le ciel, mais là, ce n'es pas évident, j'implore Vénus,
l'étoile du berger, qui porte les messages et montre le chemin, selon les légendes.
Merci de ce gentil commentaire.
Amitiés



hauteclaire 27/07/2010 17:52



Beaucoup d'émotion en te lisant.


Une étoile, des étoiles pour celles et ceux que l'on aime


Bisous et pensées



Jeanne Fadosi 28/07/2010 17:14



merci



rouergat 27/07/2010 06:28



Bonjour Jeanne


QUelle touchante poésie qui m'a émue: merci


Amicalement



Jeanne Fadosi 28/07/2010 16:58



une prière à ma manière, moi qui ne sait pas prier, pour les proches de la "petite".



fransua 26/07/2010 23:05



un texte rempli de sensibilité mais le mot n'atait pas facile à trouver



Jeanne Fadosi 26/07/2010 23:08



Il aurait été trop facile à trouver si j'avais mis plus explicitement le lien avec le poème de jeudi dernier : la première lumière qui s'éclaire dans le ciel c'est ...



Qu'importe 26/07/2010 23:03



Trés beau et trés touchant... Merci pour ce moment...



Jeanne Fadosi 28/07/2010 16:54



Trop peut-être, la laideur du moment ne mérite pas d'être sublimée. J'ai seulement écrit pour les proches de la petite et seulement pour les accompagner dans la peine.



mamylilou 26/07/2010 22:44



Que d'émotion en te lisant, tu écris merveilleusement , un plaisir ... je visite peu les blogs et ce , jusqu'à mi-septembre, trop de choses à mettre au point..bises du soir






Jeanne Fadosi 28/07/2010 16:53



Il n'est pas possible de tout faire et j'apprécie d'autant plus que tu ai pris le temps de ce commentaire et de cette carte. Merci



Oxygene 26/07/2010 22:33



L'émotion pointe entre les lignes, la tristesse pointe entre les vers.... Ce texte est si fort qu'il donne le frisson.


Bises à toi Jeanne !



Jeanne Fadosi 28/07/2010 16:49



les mots embellissent une réalité qui est sinistre !
Merci Oxygene. Bises



Tricôtine 26/07/2010 19:41



emouvant aux larmes entre les lames des stores Jeanne, il est toujours trop tôt pour ceux qui restent ! merci pour ce partage d'autant qu'il est intime ! bizzzoux du soir !!



Jeanne Fadosi 28/07/2010 16:47



et c'est la seule chose que je peux faire, comme je ne crois pas au ciel, je peux au moins imaginer un voeu à une étoile
bises



clementine 26/07/2010 18:31



Jeanne Fadosi, tes poèmes sont excellents. 


Tiens, je te fais une bise pour te remercier de ce beau cadeau. 


clem



Jeanne Fadosi 27/07/2010 09:35



J'aurais aimé en l'occurrence ne pas avoir l'occasion d'écrire celui-ci !



christiane 26/07/2010 17:33



De très beaux mots pleins d'émotion merci Jeanne pour ce doux moment de lecture.


J'ai une pensée pour ta maman


je t'embrasse



Jeanne Fadosi 28/07/2010 16:45



ma maman est poussière depuis longtemps déjà, c'est la petite qui a besoin de nos pensées
Merci de ce doux com, bises



Eglantine 26/07/2010 13:32



entre les lignes ? beaucoup d'émotion...les 21 juillet si ma mémoire veut bien me tenir compagnie encore un peu, j'aurai une pensée pour ta maman, c'est la date de naissance de ma petite-fille


amitiés



Jeanne Fadosi 27/07/2010 09:34



et de souffrance.


Le 21 juillet c'était une petite lumière de douceur de me rappeler ma maman qui est partie il y a une dizaine d'années.
C'est une belle date pour naître. J'essaierai aussi de penser à ta petite fille
amitiés



Nounedeb 26/07/2010 12:38



Salut à toi, Jeanne. J'aime beaucoup le rythme de ce beau poème.



Jeanne Fadosi 27/07/2010 09:27



merci !



Dany58 26/07/2010 12:23



Bien sûr, c'est toujours trop tôt pour ceux qui restent.


Bisous.



Jeanne Fadosi 27/07/2010 09:26



partir rester, comment ... à vingt ans, cest tout simplement absurde !



fabienne 26/07/2010 11:54



encore bien plus beau quand on le relit


bisous



Jeanne Fadosi 27/07/2010 09:24



mais la réalité qu'il décrit est affreuse !



Nat 26/07/2010 11:14



elle entend ta prière, mais n'a pas eu le choix


trop tôt pour partir, elle est si petite


laissant un vide immense en nos coeur


étoile du jour, retient la encore un peu


pour qu'elle ne rejoigne pas encore les poussières d'étoiles


mais acceuille là comme il se doit, en princesse qui brillera de mille feu chaque instant


merci de ta participation, intuition ? peut être... qui sait... merci pour ce chant d'amour empli d'émotions


 



Jeanne Fadosi 27/07/2010 09:16



J'aimerais qu'elle t'entende, ... mis pas n'importe comment



... Quichottine en pause ... 26/07/2010 08:50



Il est toujours trop tôt pour perdre ceux qu'on aime.


Merci pour ce merveilleux poème, Jeanne, et ce partage.


Je t'embrasse très fort.



Jeanne Fadosi 27/07/2010 09:14



Je l'ai écrit d'une traite mais j'ai beaucoup hésité à le mettre en ligne.
Rien n'a changé.
Bises et merci de ta venue régulière.



Présentation

  • : Fa Do Si
  • Fa Do Si
  • : Au fil de mes réflexions, en partant du quotidien et ou de l'actualité, d'une observation, ou à partir de thèmes des communautés de blogs ...
  • Contact

Sur les blogs, les jeux d'écriture témoignent de la vitalité

de la langue française sans tapage

Recherche

 

 Ephéméride de ce jour

 

et chaque jour

je n'oublie pas Anne-Sophie

les yeux dAnne-sophie

et ses compagnes d'infortune :

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015

(clic sur son regard pour comprendre ... un peu)

 

Profitez des instants de la vie :

le temps s'écoule à sa cadence,

trop vite ou trop lentement,

sans retour possible

VOYAGE

TheBookEdition - Les anthologies Ephémères

La 5ème anthologie est parue

Informations sur 

 Les anthologies éphémères