Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 juin 2012 4 28 /06 /juin /2012 06:00

ABC a mis ce second jeudi en poésie du défi n°84 des CROQUEURS DE MOTS sous le signe de la personne.

 

Tristan Corbière, 1845 - 1875, a publié un unique recueil de poèmes de son vivant et ne connut qu'un succès posthume. Affligé d'un rhumatisme articulaire aigu dès l'âge de 14 ans qui l'empêcha de vivre, il a écrit sa propre épitaphe avec un sens aigu de l'auto-dérision, jusque dans le choix de son prénom de plume.

 

 

ÉPITAPHE

 

 

Sauf les amoureux commençans ou finis qui veulent commencer par la fin il y a tant de choses qui finissent par le commencement que le commencement commence à finir par être la fin la fin en sera que les amoureux et autres finiront par commencer à recommencer par ce commencement qui aura fini par n’être que la fin retournée ce qui commencera par être égal à l’éternité qui n’a ni fin ni commencement et finira par être aussi finalement égal à la rotation de la terre où l’on aura fini par ne distinguer plus où commence la fin d’où finit le commencement ce qui est toute fin de tout commencement égale à tout commencement de toute fin ce qui est le commencement final de l’infini défini par l’indéfini — Égale une épitaphe égale une préface et réciproquement

(Sagesse des nations)

 

 

 

Il se tua d’ardeur, ou mourut de paresse.

S’il vit, c’est par oubli ; voici ce qu’il se laisse :

 

— Son seul regret fut de n’être pas sa maîtresse. —

 

Il ne naquit par aucun bout,

Fut toujours poussé vent-de-bout,

Et fut un arlequin-ragoût,

Mélange adultère de tout.

 

Du je-ne-sais-quoi. — Mais ne sachant où ;

De l’or, — mais avec pas le sou ;

Des nerfs, — sans nerf. Vigueur sans force ;

De l’élan, — avec une entorse ;

De l’âme, — et pas de violon ;

De l’amour, — mais pire étalon.

— Trop de noms pour avoir un nom. —

 

Coureur d’idéal, — sans idée ;

Rime riche, — et jamais rimée ;

Sans avoir été, — revenu ;

Se retrouvant partout perdu.

 

Poète, en dépit de ses vers ;

Artiste sans art, — à l’envers,

Philosophe, — à tort à travers.

 

Un drôle sérieux, — pas drôle.

Acteur, il ne sut pas son rôle ;

Peintre : il jouait de la musette ;

Et musicien : de la palette.

 

Une tête ! — mais pas de tête ;

Trop fou pour savoir être bête ;

Prenant pour un trait le mot très.

— Ses vers faux furent ses seuls vrais.

 

Oiseau rare — et de pacotille ;

Très mâle … et quelquefois très fille ;

Capable de tout, — bon à rien ;

Gâchant bien le mal, mal le bien.

Prodigue comme était l’enfant

Du Testament, — sans testament.

Brave, et souvent, par peur du plat,

Mettant ses deux pieds dans le plat.

 

Coloriste enragé, — mais blême ;

Incompris… — surtout de lui-même ;

Il pleura, chanta juste faux ;

— Et fut un défaut sans défauts.

 

Ne fut quelqu’un, ni quelque chose

Son naturel était la pose.

Pas poseur, — posant pour l’unique ;

Trop naïf, étant trop cynique ;

Ne croyant à rien, croyant tout.

— Son goût était dans le dégoût.

 

Trop crû, — parce qu’il fut trop cuit,

Ressemblant à rien moins qu’à lui,

Il s’amusa de son ennui,

Jusqu’à s’en réveiller la nuit.

Flâneur au large, — à la dérive,

Épave qui jamais n’arrive…

 

Trop Soi pour se pouvoir souffrir,

L’esprit à sec et la tête ivre,

Fini, mais ne sachant finir,

Il mourut en s’attendant vivre

Et vécut, s’attendant mourir.

 

Ci-gît, — cœur sans cœur, mal planté,

Trop réussi — comme raté.

 

Tristan Corbière, Les amours jaunes, 1873

 

reflet fleurs et tombes gros plan - reduc

 


 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jeanne Fadosi - dans jeudi-en-poésie-etc
commenter cet article

commentaires

Marie 29/06/2012 18:43


Un beau poème !!! Bisous bon week-end Jeanne

Jeanne Fadosi 01/07/2012 20:25



Beau mais bien désabusé sous sa cinglante ironie ...


bises et belle semaine



M'amzelle Jeanne 29/06/2012 15:19


Beaucoup d'esprit avait ce Tristan, mais quelle tristesse de vivre sans espoir, sans utopie sans rêves..


De très beaux textes que je ne soupçonnais pas.. Merci pour ce partage.


Bizzoudouxx de Jeanne

Jeanne Fadosi 01/07/2012 20:25



Ainsi va le moral des gens face à l'adversité. Certains font des obstacles des leviers pour vivre, dautres se laissent dépérir inéxorablement, et c'est ainsi, ils n'y peuvent rien et il ne sert à
rien de chercher à les faire réagir.


Bises et belle semaine Jeanne



Frieda 29/06/2012 06:15


Bonjour Jeanne,


Un beau partage ces textes


Du commencement à la fin...


Merci et douce journée


Frieda

Jeanne Fadosi 29/06/2012 12:40



Etonnant n'est-ce pas. contente que ces textes t'aient plus


belle journée



Solange 29/06/2012 02:01


Je ne le connaissais pas non plus, très intéressant, merci.

Jeanne Fadosi 17/07/2012 12:23



je l'ai déjà lu car j'ai tout lu de cette anthologie que j'ai depuis longtemps mais je ne m'en souvenais plus vraiment. et je ne l'avais sans doute pas lu aussi attentivement



ABC 28/06/2012 12:09


très riche, il va faloir que je relise plusieurs fois pour en tirer toute la substantifique moëlle !

Jeanne Fadosi 28/06/2012 19:34



et complexe oui. on peut l'interpréter de bien des manières



leblogdhenri.over-blog.com 28/06/2012 11:28


Bonjour Jeanne,


Ce poète est pour moi une découverte. Trés belle page, j'ai beaucoup aimé. Merci pour ce partage. Bises bien amicales.


Henri.

Jeanne Fadosi 28/06/2012 19:36



il a très peu écrit et n'a pas du tout été connu de son vivant. ce sont Verlaine et Rimbaud qui l'ont redécouvert.


bises amicales



Clio Francine 28/06/2012 10:25


Bonjour Jeanne ; j'aime beaucoup l'humour mi-figue mi-raisin de Tristan Corbière .


Merci pour cette belle page !!!


Bisous.


Francine .

Jeanne Fadosi 28/06/2012 19:37



humour grinçant mais je suppose qu'il ne supportait pas d'être diminué par son rhumatisme articulaire aigu. Vive les progrès de la médecine qui ont quand même fait régressé toutes ces maladies


bises



Jean-Pierre 28/06/2012 10:19


Remarquable , j'ai adoré moi aussi ! Merci Jeanne pour ce partage et cette découverte !


Bon jeudi !

Jeanne Fadosi 28/06/2012 19:38



j'ai beaucoup aimé cet autodérision aussi


belle fin de journée



Monelle 28/06/2012 08:45


Il était bien trop jeune pour mourir !!


Bonne journée - bisous



Jeanne Fadosi 28/06/2012 19:33



il a passé 20 ans de sa vie à attendre la mort en s'empêchant de vivre. triste vie en vérité !


bises



jill bill 28/06/2012 08:08


J'ai adoré !  Merci Jeanne ! Bon jeudi poésie !  Jill

Jeanne Fadosi 28/06/2012 19:24



un bien étrange poème. Il ne se voyait pas vivre très longtemps et il avait hélas raison.


On a du mal à reconnaitre les progrès que la médecine a fait depuis cette époque


bises



Quichottine 25/06/2012 20:03


Ce doit être épouvantable, une vie sans avenir.


Enfin, en l'occurence, ça l'est.


Mais ce poème est terrible.


Merci de me l'avoir fait découvrir.

Jeanne Fadosi 28/06/2012 12:46



il me semblait t'avoir répondu en avant première. J'avais fait une erreur de programmation mais ma réponse ne semble pas avoir été enregistrée.


Un poème plein d'humour d'un jeune qui ne s'est pas accepté diminué par la maladie et qui en a fait de la poésie.


Le contraire d'une personne de 82 ans qui a eu une belle vie généreuse et pleinde de bonne humeur et que la maladie a conduit à un nouveau et réussi challenge.


Ce qui ne l'aurait pas empêché d'pprécier tout le sel de ce poème désabusé



Présentation

  • : Fa Do Si
  • Fa Do Si
  • : Au fil de mes réflexions, en partant du quotidien et ou de l'actualité, d'une observation, ou à partir de thèmes des communautés de blogs ...
  • Contact

Sur les blogs, les jeux d'écriture témoignent de la vitalité

de la langue française sans tapage

Recherche

 

 Ephéméride de ce jour

 

et chaque jour

je n'oublie pas Anne-Sophie

les yeux dAnne-sophie

et ses compagnes d'infortune :

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015

(clic sur son regard pour comprendre ... un peu)

 

Profitez des instants de la vie :

le temps s'écoule à sa cadence,

trop vite ou trop lentement,

sans retour possible

VOYAGE

TheBookEdition - Les anthologies Ephémères

La 5ème anthologie est parue

Informations sur 

 Les anthologies éphémères