Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mars 2014 1 03 /03 /mars /2014 18:00

Grâce aux frères Lumière ... (1)

 

Quand j'ai zappé sur ARTE hier soir pour voir Devine qui vient dîner, un film de 1967 que j'avais vu dans ma prime jeunesse comme on dit, dont je me souvenais du thème, que je pensais avoir vu une fois en noir et blanc sur une télé de la fin des années 1960, et que j'ai entendu le présentateur annoncer toutes les récompenses qu'il avait eu aux Oscars et aux Golden globes de 1968 (meilleur film, meilleur réalisateur, meilleur acteur ... clic), j'ai immédiatement pensé que les Etats-Unis étaient à peu près mûrs pour accepter de primer Twelve years a slave (douze années esclave), en dépit de la manière dont il traite ce sujet, manière et à laquelle je n'ai pas entièrement adhéré.

 

Je ne suis donc pas surprise de son palmarès.

 

Même si je n'aurais pas insisté sur les mêmes évènements, même si j'aurai rendu plus lisibles les notes de fin concernant le destin juridique d'impunité complète des trafiquants d'esclaves. 

En les écrivant plus gros, en ne les faisant pas défiler à toute vitesse, en doublant ces notes d'une lecture en voix off.

 

Mais là, j'en demande un peu trop ! Pensez que Devine qui vient dîner, qui peut paraître délicieusement démodé, s'il s'agissait d'une histoire moins sensible, est contemporain du sujet que son auteur avait l'immense courage d'aborder.

Tellement contemporain qu'un important problème soulevé dans le film (les lois anti-métissage dans les Etats du sud-est des Etats-Unis en feraient des criminels et leur interdiraient d'y aller) a été résolu, du moins en théorie, dans les moeurs, c'est autre chose par la Cour Suprême qui les a déclarées anti-constitutionnelles à peu près au moment de la sortie du film.

Songez que Martin luther King a été assassiné quelques semaines après la cérémonie des oscars qui récompensait ce film. Songez qu'il était encore dans les salles de cinéma à ce moment-là et qu'une réplique du film a été coupée à la mort de Martin Luther King par égard pour sa famille.

 

Alors espérons que ce film sera un premier pas dans une prise de conscience indispensable de cette part sombre de l'histoire des Etats-Unis. Une histoire qui a, faut-il le préciser, à peine 50 ans et que les préjugés ou d'autres pas plus recommandables sont toujours à l'oeuvre et que les idéologies les plus rétrogrades sont de plus en plus agressives dans leurs propagandes, là-bas, comme de ce côté, en Europe.

 

twelve-years-a-slave.jpg

le "héros" de Twelve years a slave récoltant du coton

.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jeanne Fadosi - dans Le-coin-du-crieur
commenter cet article

commentaires

Quichottine 08/03/2014 13:21

Je n'ai pas vu le film... mais tu poses comme toujours très bien le problème.
Merci, Jeanne.
Bises et douce journée.

Jeanne Fadosi 08/03/2014 18:49



Un beau film. Esthétiquement et par le choix de montrer. Si tu en as l'occasion ...


bises



mansfield 03/03/2014 23:35

Je te remercie d'aborder les thèmes de la différence et de la tolérance par conséquent, toutes les manières de les rappeler sont bons, et sont un pas vers l'égalité et le partage!

Jeanne Fadosi 06/03/2014 18:21



Certes mais il y a des progrès à faire encore considérables. Notamment pour réduire les inégalités sociales qui sont autant d'obstacles 



Solange 03/03/2014 21:53

Il y a eu amélioration, mais le ségrégation est encore bien présente chez nos voisins du sud.

Jeanne Fadosi 06/03/2014 18:19



J'oublie toujours que tu es canadienne. Je suis convaincue qu'elle reste bien présente, larvée ou décomplexée hélas. Et au Canada ?



jill bill 03/03/2014 20:18

Je ne suis pas de près l'actu des Oscars et autres César mais j'ai regardé ce film hier soir, je ne m'en souvenais plus mais au premières minutes oui... L'amoureux de mademoiselle présenté aux
parents... Je me suis demandée ce que j'aurai fait et dit à leur place aussi... Merci Jeanne, bises

Jeanne Fadosi 06/03/2014 18:16



je n'ai pas vu le film à sa sortie mais le sujet en a été médiatisé, oscars oblige je suppose. J'avais 17 ans et j'ai posé demandé à mon père que je croyais avoir les idées larges sur ce sujet de
la couleur de la peau quelle serait sa position si je lui présentais un fiancé de couleur. (hypothèse toute théorique mais je voulais le tester) Je te fais grâce de sa réponse mais tu la devines.


bises



Catheau 03/03/2014 19:19

J'ai revu comme vous ce film hier soir. Bien qu'un brin désuet, il demeure terriblement d'actualité.

Jeanne Fadosi 11/03/2014 16:53



Désuet si l'on transpose en 2014. Mais j'aime beaucoup l'élégance des dialogues et la modernité des arguments. On était à l'époque où les noirs ne pouvaient pas se mettre aux places des blancs
dans les bus et où les Etats du sud en étaient encore à considérer comme un crime les mariages mixtes.



Présentation

  • : Fa Do Si
  • Fa Do Si
  • : Au fil de mes réflexions, en partant du quotidien et ou de l'actualité, d'une observation, ou à partir de thèmes des communautés de blogs ...
  • Contact

Sur les blogs, les jeux d'écriture témoignent de la vitalité

de la langue française sans tapage

Recherche

 

 Ephéméride de ce jour

 

et chaque jour

je n'oublie pas Anne-Sophie

les yeux dAnne-sophie

et ses compagnes d'infortune :

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015

(clic sur son regard pour comprendre ... un peu)

 

Profitez des instants de la vie :

le temps s'écoule à sa cadence,

trop vite ou trop lentement,

sans retour possible

La Marguerite des possibles

TheBookEdition - La marguerite des possibles

130818 couverture 200

La 4ème anthologie est en préparation

Informations sur 

 Les anthologies éphémères