Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 avril 2014 7 20 /04 /avril /2014 07:35

 

Cette fois c'est sûr, ils sont revenus à Pâques, sans attendre la Trinité.

Ils ... ne sont pas allés comme Malbrough à la guerre pour la faire.

Ils y sont allés pour faire savoir. C'est la grandeur et le courage des reporters.

 

Les quatre journalistes français, Didier François, Edouard Elias, Nicolas Hénin et Pierre Torres, enlevés en Syrie il y a dix mois ont été retrouvés vendredi soir 18 avril à poste frontière entre la Syrie et la Turquie.

300 jours de captivité, et le retour le jour de cette date symbolique de Pâques. Ce n'est certes pas un hasard.

 

Ce n'est pas un hasard non plus si ce matin Yvan Levaï, lors de sa revue de presse sur France Inter, a choisi de la commencer par le poème Liberté, de Paul Eluard.

 

Un poème écrit et publié clandestinement le 3 avril 1942, un mot qui s'est imposé à lui, à la place de celui de la femme pour qui il avait commencé ces vers.

 

Il y a des mots ...

 

Il y a des mots qui font vivre

Et ce sont des mots innocents

Le mot chaleur le mot confiance

Amour justice et le mot liberté

Le mot enfant et le mot gentillesse

Et certains noms de fleurs et certains noms de fruits

Le mot courage et le mot découvrir

Et le mot frère et le mot camarade

Et certains noms de pays de villages

Et certains noms de femmes et d'amis.

 

Paul Eluard*

Extrait du poème "Gabriel Péri"

 

 

Pâques, pour moi, a pendant environ 25 ans signifié la réception d'une carte de Joyeuses Pâques. Une carte venue d'Allemagne, envoyée par un vieux monsieur rencontré en été 1970 et qui a tenu jusqu'au bout à m'adresser deux signes par an, à Pâques et pour Noël et le jour de l'an.

 

Un vieux monsieur de près de quatre-vingt ans qui avait pleuré devant la petite jeune fille de vingt ans que j'étais alors, en demandant

pardon

 

pour ce que les allemands avaient fait jusqu'à 25 ans auparavant. (Récit dans mon billet Des vacances en partage)

 

Parce que le train de l'Histoire est plus vaillant que toutes les blessures, toutes les meurtrissures, toutes les tortures ...  que les hommes qui la font infligent aux peuples qui la subissent.

 

Liberté, Paul eluard, mis en musique par Francis Poulenc

 

train-de-Paques---reduc1.JPG

décoration en vitrine vue dans le XIVè arrondissement de Paris, confiseur artisanal, Chris Kettel'z

 

 N'oublions pas les autres otages, en Syrie et ailleurs. 

N'oublions pas les peuples pris en otage, là-bas et ailleurs.

.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Quichottine 21/04/2014 14:33

Merci pour ces rappels, et pour ce bel hommage à la liberté à travers les mots d'Eluard, et tes mots partagés.
J'espère qu'un jour tous rentreront.
Il ne devrait pas y avoir d'otages... jamais.
Passe une douce journée. Bises.

Jeanne Fadosi 22/04/2014 16:57



Un monde entièrement pacifié, c'est malheureusement utopique. Les reporters prennent des risques mais il faut être informés. 


On parle bien trop peu de ce qui contineu à se passer dans le sud Soudan par exxemple



fanfan 20/04/2014 15:34

Un beau cadeau de Pâques pour les familles ! Oui, ce poème est de circonstance !
C'est très touchant ce vieux monsieur qui se sentait coupable de ce que ses compatriotes avaient fait!
Bonnes fêtes de Pâques, bises

Jeanne Fadosi 23/04/2014 10:02



une joie dans cet horizon de mauvaises nouvelles


bises



jill bill 20/04/2014 11:18

Ah rendus à la liberté... tant mieux pour eux et leur famille... un métier pas sans risque sur certains terrains.... Merci pour le tout Jeanne.... Bon dimanche de Pâques, jill

Jeanne Fadosi 23/04/2014 10:01



ils sont indispensables. Ce ne doit pas être simple d'être de leur famille


bises



Présentation

  • : Fa Do Si
  • Fa Do Si
  • : Au fil de mes réflexions, en partant du quotidien et ou de l'actualité, d'une observation, ou à partir de thèmes des communautés de blogs ...
  • Contact

Sur les blogs, les jeux d'écriture témoignent de la vitalité

de la langue française sans tapage

Recherche

 

 Ephéméride de ce jour

 

et chaque jour

je n'oublie pas Anne-Sophie

les yeux dAnne-sophie

et ses compagnes d'infortune :

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015

(clic sur son regard pour comprendre ... un peu)

 

Profitez des instants de la vie :

le temps s'écoule à sa cadence,

trop vite ou trop lentement,

sans retour possible

La Marguerite des possibles

TheBookEdition - La marguerite des possibles

130818 couverture 200

La 4ème anthologie est en préparation

Informations sur 

 Les anthologies éphémères