Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 mai 2016 7 29 /05 /mai /2016 05:00

(première mise en ligne 3 octobre 2013)

Réédition jour de la fête des mères en France, date choisie pour les cérémonies officielles du centenaire de la bataille de Verdun (info Le Monde)

Commémoration que certains fort éloignés de l'esprit de paix et de dépassement qu'elle devrait diffuser ont tenté d'accaparer en réussisant à en faire exclure des fêtes en marge un groupe de rap CLIC --->.

Pourquoi ce choix du 29 mai pour une bataille qui s'étira et s'enlisa sur pratiquement toute l'année 2016 de février à décembre ? Peut-être parce qu'elle fit tant de morts et tant de veuves et tant d'orphelins et tant de fiancées dont les ventres resteront stériles ... Mais alors de quel droit exclure les nouvelles générations  ?

 

Quand les poilus regagnaient un monde sans fenêtres ...

 

Pour les jeudis en poésie des CROQUEURS DE MOTS, dans le cadre du Défi n°108 proposé par M'amzelle Jeanne (ce n'est pas moi), je profite de la fenêtre de tir ouverte par la parution d'un rapport officiel remis le 1er octobre 2013 dit "rapport sur les Fusillés pour l'exemple"4, 6 pour mettre en ligne le texte de la Chanson de Craonne, autrement connue sous les titres de La Chanson de Lorette ou Sur le plateau de Lorette5, ou encore Les Sacrifiés.

 

Chanson dont les auteurs nous sont inconnus et pour cause :

Vivement condamnée par les autorités militaires, celles-ci offrirent une petite fortune à celui qui en dénoncerait l'auteur.

 

On doit à Paul Vaillant-Couturier3, avocat et journaliste puis homme politique, capitaine pendant la guerre de 1914-1918, d'en avoir recueilli les paroles telles qu'elles étaient devenues en 1917 après des transformations successives à partir d'une valse-romance de 1914.

 

Je l'ai redécouverte à l'occasion de mes muzardises sur les pas de Pia Colombo, grâce à une autre prodigieuse petite fenêtre qui ouvre grâce à Internet sur bien des ressources documentaires.

Car, oui, dans les années 1950, Pia colombo fut l'une des premières à inscrire cette chanson anti-militariste à son répertoire alors qu'elle était tombée dans l'oubli. Malheureusement, je n'ai pas trouvé d'enregistrement avec la voix de Pia. Celle-ci (CLIC) est chantée par Marc Ogeret, un autre chanteur trop méconnu, et cela me convient tout à fait.

 

 

La chanson de Craonne1,2

 

Quand au bout d'huit jours, le r'pos terminé,

On va r'prendre les tranchées,

Notre place est si utile

Que sans nous on prend la pile.

Mais c'est bien fini, on en a assez,

Personn' ne veut plus marcher,

Et le cœur bien gros, comm' dans un sanglot

On dit adieu aux civ'lots.

Même sans tambour, même sans trompette,

On s'en va là haut en baissant la tête.

 

Refrain

Adieu la vie, adieu l'amour,

Adieu toutes les femmes.

C'est bien fini, c'est pour toujours,

De cette guerre infâme.

C'est à Craonne, sur le plateau,

Qu'on doit laisser sa peau

Car nous sommes tous condamnés

C'est nous les sacrifiés !

 

C'est malheureux d'voir sur les grands boul'vards

Tous ces gros qui font leur foire ;

Si pour eux la vie est rose,

Pour nous c'est pas la mêm' chose.

Au lieu de s'cacher, tous ces embusqués,

F'raient mieux d'monter aux tranchées

Pour défendr' leurs biens, car nous n'avons rien,

Nous autr's, les pauvr's purotins.

Tous les camarades sont enterrés là,

Pour défendr' les biens de ces messieurs-là.

 

au Refrain

 

Huit jours de tranchées, huit jours de souffrance,

Pourtant on a l'espérance

Que ce soir viendra la r'lève

Que nous attendons sans trêve.

Soudain, dans la nuit et dans le silence,

On voit quelqu'un qui s'avance,

C'est un officier de chasseurs à pied,

Qui vient pour nous remplacer.

Doucement dans l'ombre, sous la pluie qui tombe

Les petits chasseurs vont chercher leurs tombes.

 

Refrain

Ceux qu'ont l'pognon, ceux-là r'viendront,

Car c'est pour eux qu'on crève.

Mais c'est fini, car les trouffions

Vont tous se mettre en grève.

Ce s'ra votre tour, messieurs les gros,

De monter sur l'plateau,

Car si vous voulez la guerre,

Payez-la de votre peau !

Anonyme(s), 1917, sur la musique de Bonsoir M'amour 

(Adelmar ou Charles Sablon, le père de  Jean Sablon)

Paroles recueillies par Paul Vaillant-couturier publiées en 1919.

 

Pour aller plus loin :

1. La chanson de Craonne (article wikipedia)

2. La chanson de Craonne (sur le site Découvrez Mussy)

3. Paul Vaillant-Couturier (article wikipedia)

4. Dépêche de l'AFP : les fusillées de 1914-18

5. C'est au plateau de Lorette que se trouve le Cimetière militaire Notre-Dame de Lorette

Pour le centenaire de la première Guerre mondiale, un mémorial international sera édifié sur le plateau, à proximité de la nécropole.

 

6. Pour vous éviter les tentations d'écouter les avis partisans sur cette douloureuse et sensible question de l'Histoire, je vous invite vivement à prendre connaissance du rapport lui-même, il est en ligne et téléchargeable au format pdf. (je croyais avoir relevé le lien du site où je l'avais trouvé. Je vais le chercher)

Complément du 27/05/2016, j'ai retrouvé la page d'un rapport (est-ce le même ?) inscrit à la présidence de l'Assemblée nationale le 17 mai 2016) CLIC --->

 

Quiriace - reduc1

Mieux qu'un monument aux Morts, cette statue commémore les soldats de la guerre 1914 - 1918,

dans le village de Champfleur dans la Sarthe

 

Et comme en écho, Le texte que ma inspiré l'image de la fenêtre de Mil et Une la semaine dernière :

Le Chant des entrailles

 

 

Bonus ajouté vendredi 4 octobre grâce à la chronique  ce matin à la fin du 7 - 9 de France Inter 

C'est sans doute un hasard, mais j'en suis particulièrement émue :

Quand j'étais petit, François Morel 

(à écouter jusqu'à la fin)

.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jeanne Fadosi - dans jeudi-en-poésie-etc
commenter cet article

commentaires

mansfield 02/06/2016 21:59

Une génération sacrifiée, une jeunesse sans futur, ces deux guerres que nous n'avons pas vécues nous marquent aussi, encore, différemment!

ZAZA 29/05/2016 10:16

Un article extrêmement poignant Jeanne. Tout est dit et surtout, rien n'est à oublier. Bises et bon dimanche. ZAZA

emma 29/05/2016 10:12

relu avec émotion, ton article si bien documenté et précis, merci, Jeanne

mamazerty 05/10/2013 21:08

terrible....On en a la gorge serrée encore,un siècle plus tard....

Jeanne Fadosi 14/10/2013 11:40



100 ans déjà et quelles leçons ?



mansfield 03/10/2013 19:33

Novembre n'est pas si loin et cette chanson qui rappelle l'absurdité et l'injustice des guerres tombe parfaitement à pic! D'autant que l'an prochain nous fêterons le centenaire de 14.

Jeanne Fadosi 14/10/2013 11:46



Oui, il va sûrement en être question du centenaire ... et surtout un rapport sur le sujet fort intéressant vient de paraitre. 



Henri de Margaux 03/10/2013 19:25

Bonjour Jeanne ,

Texte et chansons qui nous laisse un goût amer. Tous ces jeune fusillés par leurs camarades car ils avaient hésiter à retourner sur le champs de bataille en passant par dessus les cadavres de leurs
compagnons d'armes. Quelle horreur. Bises amicales.

Henri.

Jeanne Fadosi 14/10/2013 11:47



un texte et une musique qui n'ont pas pris une ride ... et qu'on pourra je le crains chanter encore longtemps


bises amicales



ABC 03/10/2013 16:04

Trop poignant pour rajouter un mot...

Jeanne Fadosi 19/10/2013 16:57



En effet !



flipperine 03/10/2013 12:01

et oui tant d'hommes ont péri durant ces guerres et ont laissé des familles à jamais brisées

Jeanne Fadosi 03/10/2013 16:56



et pas que. Les survivants sont revenus avec leurs souvenirs indiscibles et intransmissibles clairement. Les gueules cassés. Les déshonorés parce qu'un jour ils n'avaient pas pu aller au combat,
même pas avec des idées vraiment rebelles, juste la paralysie de la peur ...



emma 03/10/2013 10:14

cette chanson est un creve coeur...

Jeanne Fadosi 03/10/2013 11:24



oh oui ! surtout quand on songe qu'elle a été dans les tranchées l'un des véhicules des saines rébellions qui ont conduit aux infamies de l'humiliation et pour certains au peloton d'éxecution



rouergat 03/10/2013 08:59

Bonjour Jeanne
Merci de nous faire connaitre cette chanson de Craonne
Bonne journée

Jeanne Fadosi 03/10/2013 11:24



Une chanson qui a participé à l'Histoire


belle journée



jill bill 03/10/2013 07:55

Oui entendue dans certains films sur la guerre... quelle chanson d'adieu si d'aventure on laissait sa peau au combat.... Merci Jeanne, bises

Jeanne Fadosi 03/10/2013 11:25



tout est dit dans ces paroles et je pense que le anonyme peut sûrement prendre un S


Bises



LADY MARIANNE 03/10/2013 07:47

un article interressant, je ne me souviens pas avoir entendu parler de ce chant-
je vais aller écouter l'air, peut'être que ça me dira quelque chose-
bon jeudi- bises !!

Jeanne Fadosi 03/10/2013 17:40



Il est dans la bande son de certains films sur ce sujet


bises



Présentation

  • : Fa Do Si
  • Fa Do Si
  • : Au fil de mes réflexions, en partant du quotidien et ou de l'actualité, d'une observation, ou à partir de thèmes des communautés de blogs ...
  • Contact

Sur les blogs, les jeux d'écriture témoignent de la vitalité

de la langue française sans tapage

Recherche

 

 Ephéméride de ce jour

 

et chaque jour

je n'oublie pas Anne-Sophie

les yeux dAnne-sophie

et ses compagnes d'infortune :

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015

(clic sur son regard pour comprendre ... un peu)

 

Profitez des instants de la vie :

le temps s'écoule à sa cadence,

trop vite ou trop lentement,

sans retour possible

La Marguerite des possibles

TheBookEdition - La marguerite des possibles

130818 couverture 200

La 4ème anthologie est en préparation

Informations sur 

 Les anthologies éphémères