Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 octobre 2012 3 10 /10 /octobre /2012 22:00

1ère mise en ligne 10/02/2011 8:00

J'avais mis ce poème en ligne pour le Jeudi en poésie des CROQUEURS DE MOTS   sous la houlette d'une quinzaine de Anne Lesonneur.

Il me semble que l'un des plus grands progrès de l'humanité, peut-être l'un des rares, a été la maîtrise du feu, pour sa protection contre son environnement et pour l'amélioration d'un confort certainement fort sommaire dans ces temps lointains.

Aussi je le remets volontiers en ligne pour Lilou-Fredotte, dont le deuxième mot pour les jeudis en poésie du défi n°87 est le mot FEU.

D'autres usages du feu sont ludiques, d'autres encore plus ou moins dévastateurs. Ce qu'aurait pu illustrer un poème que j'avais écrit et que j'ai réédité cet été pour miletune : Jeux de la vie ...

 

Le mendiant

 

Un pauvre homme passait dans le givre et le vent.

Je cognai sur ma vitre ; il s'arrêta devant

Ma porte, que j'ouvris d'une façon civile.

Les ânes revenaient du marché de la ville,

Portant les paysans accroupis sur leur bâts.

C'était le vieux qui vit dans une niche au bas

De la montée, et rêve, attendant, solitaire,

Un rayon de ciel triste, un liard de la terre,

Tendant les mains pour l'homme et les joignant pour Dieu.

Je lui criai : " Venez vous réchauffer un peu.

Comment vous nommez-vous ?" Il me dit : "Je me nomme

Le pauvre." Je lui pris la main : "Entrez, brave homme."

Et je lui fis donner une jatte de lait.

Le vieillard grelottait de froid ; il me parlait,

Et je lui répondais, pensif et sans l'entendre.

"Vos habits sont mouillés, dis-je, il faut les étendre

Devant la cheminée." Il s'approcha du feu.

Son manteau, tout mangé des vers, et jadis bleu,

Etalé, largement sur la chaude fournaise,

Piqué de mille trous par la lueur de braise,

Couvrait l'âtre, et semblait un ciel noir étoilé.

Et, pendant qu'il séchait ce haillon désolé

D'où ruisselait la pluie et l'eau des fondrières,

Je songeais que cet homme était plein de prières,

Et je regardais, sourd à ce que nous disions,

Sa bure où je voyais des constellations.

       Victor Hugo, , V, 9 ; décembre 1854,

       Les contemplations publié en 1856

 

Je n'ai plus guère de poèmes de mon anthologie d'adolescente à vous montrer. L'essentiel, je vous les ai déjà présentés.
Celui-ci est un poème que j'ai redécouvert en feuilletant tout simplement mon Lagarde et Michard du XIXème siècle, fatigué de tant d'usage, à la recherche de quelque texte allant avec les consignes d'Anne, d'abord le repas, puis le partage.

 Et pourtant celui-ci, comme tant d'autres textes, n'a pas été soumis à notre dissection d'élèves besogneux et ignorants de l'âpreté de la vie. Je l'ai lu certes, car j'ai plus tard lu presque l'entier des Contemplations, sans m'y arrêter.
Ces derniers jours, je l'ai lu plusieurs fois, hésitant à le choisir sous le signe du partage. Pas de place ici pour le commenter. Et le temps me manque pour mettre en ligne tout ce que j'ai déjà dans mes brouillons ...

En attendant, un détour vers un de mes billets anciens Solidarité ou charité business, vous aurez un petit aperçu de mes réflexions et de mon vécu. Le fils est de nouveau depuis un an hébergé en pointillés avec toutes les difficultés dues à ses errances et à sa fragilité et à la mienne. Il a depuis deux chiens et non plus un seul et cet été. Ils se sont même multipliés ...

.    

Partager cet article

Repost 0
Published by Jeanne Fadosi - dans jeudi-en-poésie-etc

Présentation

  • : Fa Do Si
  • Fa Do Si
  • : Au fil de mes réflexions, en partant du quotidien et ou de l'actualité, d'une observation, ou à partir de thèmes des communautés de blogs ...
  • Contact

Sur les blogs, les jeux d'écriture témoignent de la vitalité

de la langue française sans tapage

Recherche

 

 Ephéméride de ce jour

 

et chaque jour

je n'oublie pas Anne-Sophie

les yeux dAnne-sophie

et ses compagnes d'infortune :

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015

(clic sur son regard pour comprendre ... un peu)

 

Profitez des instants de la vie :

le temps s'écoule à sa cadence,

trop vite ou trop lentement,

sans retour possible

La Marguerite des possibles

TheBookEdition - La marguerite des possibles

130818 couverture 200

La 4ème anthologie est en préparation

Informations sur 

 Les anthologies éphémères