Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 octobre 2012 6 20 /10 /octobre /2012 09:00

 

sur une peinture de Sixte proposée par Mil et Une pour la deuxième quinzaine de septembre.

Où avais-je la tête au début d'octobre ? ce billet était resté dans mes brouillons !

 

Il se souvenait bien de ce moment-là. Il avait troqué ses pinceaux pour un crayon, le plus silencieusement possible, pour ne pas rompre le charme de l'instant. 

 

Quelques croquis à grands traits, des mots pour les couleurs, une photo ; comme celle qu'il prenait à la fin de chaque séance.

Au déclic, le chien a dressé ses oreilles. La vieille dame a souri sans surprise.

- Il va falloir rentrer.

- Oh, pardon, Madame, non, ce n'est pas l'heure !

- Sans doute, mais il faut se mettre à l'abri.

L'horizon qu'elle lui désignait avait le même bleu insolent. Il y avait bien ce trait indigo, juste au dessus de la mer.

- Allez, jeune homme, avec tout votre attirail, il n'y a pas de temps à perdre.

Une rafale souleva un tourbillon de poussière.

Il n'avait donc pas perçu l'air étrangement immobile ?

Le chien, cette fois, s'ébroua et détala en direction du castel.

Sur la plage, en contre-bas, des habitués pliaient leur installation en toute hâte, devant l'air ébahi et ironique des vacanciers. Quelques-uns pourtant les imitaient.

Son oeil de peintre a perçu l'épaisseur du trait de l'horizon, plus net à sa base, semblant se dissoudre en gagnant de la hauteur.

Ils sont remontés cahin-caha, sa toile et ses peintures d'un côté, son chevalet sur son dos, elle, s'accrochant à son bras libre en trottinant.

Le personnel de la pension de famille est venu à leur rencontre pour les aider et les premières gouttes s'écrasèrent lourdement lorsqu'ils atteignaient la terrasse.

Le seuil à peine franchi laissait libre cours au déchainement d'un orage qui a duré la fin du jour et toute la nuit.

 

Sur le banc, la vieille dame semblait lire la même page depuis des heures.

Il lui semblait que ce qu'il ajouterait au tableau ne l'améliorerait plus.

Une peinture n'est jamais finie. Mais il faut savoir le décider malgré tout.

Il fit deux pas en arrière pour apprécier l'effet d'ensemble.

- Comment aviez-vous deviné ? lui demanda-t-il, flottant dans ce souvenir entre deux instants.

- Je n'ai rien deviné du tout. Les oiseaux et les cigales l'ont juste compris avant moi. J'ai entendu le silence des cigales, comme ils avaient perçu celui des frondaisons.

Peut-être la lumière aussi, qui a faibli.

- Vraiment ?

- vraiment ! et vous n'avez pas remarqué la chaleur.

- Il faisait plus chaud ?

- non

- moins chaud ?

- non plus. Mais ... comment dire, elle n'avait pas la même qualité.

Moins brillante, plus diffuse, moins enveloppante et plus envahissante ...

Il l'écoutait chercher les mots hésitants à poser sur les sensations qu'il essayait de mettre dans sa peinture.

Il était à peu près satisfait de sa toile. qu'allait-elle en penser ?

Et soudain, il comprit pourquoi la vieille dame ne pourrait pas le lui dire.

Jeanne Fadosi, pour miletune, 28 septembre 2012

 

 

le portrait de Sixte est présenté comme la leçon au soleil

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jeanne Fadosi - dans Les-semaines-deMiletUne
commenter cet article

commentaires

Oxygène 20/10/2012 22:39


C'est superbe Jeanne. Une histoire à laquelle je me suis totalement laissée prendre, associant sans cesse cette émouvante vieille dame au tableau de Sixte et tes mots qui collent si bien à cette
ambiance. J'avoue que lorsque j'avais vu la longueur de ton article, j'avais douté de ma persévérance à lire et en fait je suis arrivée à la fin de ton texte, déçue qu'il soit déjà fini.


Merci Jeanne pour ce beau moment. Bises à toi et bon week-end.

Jeanne Fadosi 24/10/2012 15:29



merci d'avoir pris le temps de tout lire. il y a des histoires qui ont besoin de s'installer dans le temps. Notrre époque souffre de l'immédiateté constante ... bises et belle journée Oxygene



Quichottine 20/10/2012 19:06


Ce texte est superbe, Jeanne.


J'avais envie de voir le tableau... et je crois que je l'ai vu. :)


Merci !

Jeanne Fadosi 24/10/2012 15:41



je sais qu'Emma m'a dit que Sixte m'autoriserait sans doute à le mettre sur mon blog. Mais j'aime que les gens aillent voir son site et puis je n'ai pratiquement plus de place dans mes documents.
La mutation prévue d'OB et leur silence me mettent à se sujet dans l'embarras car je ne sais pas quoi faire !



Monelle 20/10/2012 18:50


Quel joli texte Jeanne ! C'est vrai que les animaux sentent venir l'orage bien avant nous !


Bon week-end - bisous



Jeanne Fadosi 24/10/2012 15:42



C'est vrai. Les animaux se taisent par exemple ...


bises



jill bill 20/10/2012 12:08


Oui Jeanne lu sur mil et une...   Je te souhaite la bon samedi ! Bises

Jeanne Fadosi 24/10/2012 16:11



merci Jill. Cette quinzaine, je suis encore à la bourre dans mes lectures pour miletune. bises



Clio 20/10/2012 11:48


Tu as bien fait de t'en souvenir , Jeanne ; j'aime beaucoup ce texte ainsi que les liens vers les peintures .


Bises et bon weekend.

Jeanne Fadosi 24/10/2012 16:50



je l'avais préparé et mis en réserve pour laisser miletune le publier sur son site en premier. et puis pfttt ! petite tête ! j'ai oublié !!!!!bises



emma 20/10/2012 11:46


et ça aurait été dommage de le laisser dormir dans tes brouillons, ce joli texte,  Jeanne. Je sais que Sixte t'autoriserait à afficher sa peinture, tu devrais le lui demander

Jeanne Fadosi 24/10/2012 17:09



sans doute Emma. mais outre que cela donne l'occasion d'aller sur son site, je n'ai pratiquement plus de place pour ajouter d'autres images dans mes document OB



Présentation

  • : Fa Do Si
  • Fa Do Si
  • : Au fil de mes réflexions, en partant du quotidien et ou de l'actualité, d'une observation, ou à partir de thèmes des communautés de blogs ...
  • Contact

Sur les blogs, les jeux d'écriture témoignent de la vitalité

de la langue française sans tapage

Recherche

 

 Ephéméride de ce jour

 

et chaque jour

je n'oublie pas Anne-Sophie

les yeux dAnne-sophie

et ses compagnes d'infortune :

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015

(clic sur son regard pour comprendre ... un peu)

 

Profitez des instants de la vie :

le temps s'écoule à sa cadence,

trop vite ou trop lentement,

sans retour possible

La Marguerite des possibles

TheBookEdition - La marguerite des possibles

130818 couverture 200

La 4ème anthologie est en préparation

Informations sur 

 Les anthologies éphémères