Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 janvier 2013 4 31 /01 /janvier /2013 03:00

 

Défi n°95 chez Lénaïg pour les CROQUEURS DE MOTS sous le signe du vent et du petit et du grand en poésie.

 

Il est un poète juste connu pour charmer les petits écoliers francophones avec un seul poème.

Si je vous murmure :

"La biche brâme au clair de lune ...

 

vous enchainerez sans doute :

"Et pleure à s'en fondre les yeux ...

 

Je l'avais mis en ligne ICI pour faire suite à une anecdote racontée et que j'ai dépoussiéré avec quelques retouches pour MiletUne ces jours-ci.

 

Et pourtant, Maurice Rollinat est un poète qui me semble mériter une place bien plus grande que celle qu'il a eu de son vivant et maintenant. 

Je n'ai pour illustrer petit et inouï, que l'embarras du choix dans son oeuvre abondante. Et j'ai hésité :

La petite couturière ; La petite gardeuse d'oies ; Les petits taureaux ; Le petit coq ; Le petit fantôme ; Le petit chien ; Le feu follet ... Il décrit les gens dans la vie de son temps, plutôt à la campagne, sans donner de leçons. Ses tableaux impressionnistes et réalistes parlent d'eux-mêmes.

 

 

LE VER LUISANT

 

 

Le petit ver luisant dans l’herbe

S’allume cette fois encor

A la même place ! Le cor

Pleure au loin ; la nuit est superbe.

 

Au doux âge où l’on est imberbe,

Je l’admirais comme un trésor.

— Le petit ver luisant dans l’herbe

S’allume cette fois encor.

 

Mais, dira le penseur acerbe :

« Tout ce qui reluit n’est pas or ! »

Moi, je réponds à ce butor,

Que j’aime, en dépit du proverbe,

Le petit ver luisant dans l’herbe.

 

 

Maurice Rollinat — Dans les brandes, poèmes et rondels, 1877

 

Maurice Rollinat, poète, 1846 - 1903

Son oeuvre en ligne sur wikisource

 

Lampyridae2_verluisant_wiki.jpg

cliché de Herky, licence creativ common, source wikimedia

clic sur l'image pour accéder à ses informations

Partager cet article

Repost 0
Published by Jeanne Fadosi - dans jeudi-en-poésie-etc
commenter cet article

commentaires

un soir bleu 03/02/2013 10:07

Fort joli poème d'un écrivain que je ne connaissais pas ... Il est, comme ça, des auteurs quasi inconnus, et pourtant talentueux ...

Jeanne Fadosi 05/02/2013 10:54



avant de l'évoquer sur mon blog, je me souvenais des premiers vers de la biche mais pas du tout du nom du poète. Me l'a-ton seulement appris ?



Hauteclaire 02/02/2013 13:44

Bonjour Jeanne,
je n'ai jamais vu de ver luisant "en vrai" mais je sens que je l'aime ce petit brillant.
Un auteur que je découvre (quelle ignorance) et un moment que je partage. Merci à toi !
Gros bisous

Jeanne Fadosi 05/02/2013 11:37



Cela fait très longtemps que j'en ai vu pour la dernière fois. J'imagine que la vie moderne et les pesticides leur mènent la vie dure mais j'espère qu'il en reste


bises



flipperine 01/02/2013 00:22

je ne connaissais pas ce poète et ce poème sur le ver est très joli

Jeanne Fadosi 05/02/2013 11:41



Peu de gens le connaissent mais le poème de La biche est lui très connu au moins de ma génération. Je ne sais pas s'il est toujours appris maintenant



Mansfield 31/01/2013 21:45

Je ne le connaissais que de nom et tout ces petits poèmes pleins de fraîcheur répondent parfaitement au défi!

Jeanne Fadosi 01/02/2013 10:03



avant 2010, je me souvenais bien du poème La biche, je connaissais son célèbre portrait en tant que chanteur de Montmartre mais j'ignorais son nom



Josette 31/01/2013 18:32

c'est vrai je ne connais que la biche qui brame depuis fort longtemps son faon délicieux !

Jeanne Fadosi 01/02/2013 10:13



et figures-toi que je connaissais le poème mais pas du tout le nom de son auteur !



Alice 31/01/2013 17:29

Beau poème pour ce petit ver luisant qui allume les étés. Unique, il fait la joie des enfants. Merci pour les notes sur Maurice Rollinat, cela ajoute à notre culture.
Amitiés
Alice

Jeanne Fadosi 01/02/2013 10:15



j'ignorais son nom et son histoire alors que je me souvenais encore des premiers vers de ce poème appris dans les petites classes. Internet avec la possibilité de mettre des liens permet de faire
partager ses découvertes


amicalement



M'amzelle Jeanne 31/01/2013 15:48

Que de douceurs dans ce poème, c'est une belle réflexion sur le petit monde qui gravite dans l'herbe la nuit !
J'ai appris la fable de la "biche brame au clair de lune" mais le nom de l'auteur n'était pas resté dans ma mémoire.. Je vais retourner sur le site.
Merci.. Belle soirée et au plaisir d'une autre visite !

Jeanne Fadosi 02/02/2013 11:26



oubli ou ce nom n'a-t-il jamais été appris. C'est ce que je me demande en ce qui me concerne et je suis heureuse de le redécouvrir grâce à Internet. Il en a chanté aussi beaucoup avant de se
retirer à la campagne


belle fin de semaine



Quichottine 31/01/2013 11:15

Tu as raison, il mériterait une autre place... et pourtant, la biche est sans doute l'un des poèmes qui ont marqué le plus mon enfance. :)

Bises et douce journée.

Jeanne Fadosi 31/01/2013 12:41



l'un des premiers apprsi par coeur à l'école. renforcé par le dessin animé Bambi et surtout par jody et le faon, vu au ciné-club et dans un cinéma de quartier de la rue de la Roquette qui
n'existe plus depuis longtemps.


bises



leblogdhenri.over-blog.com 31/01/2013 10:40

Bonjour Jeanne,

Un bien joli poème que je ne connaissais pas. Difficile de trouver plus petit qu'un "Vers luisant" Excellente façon de relever ce défi du mardi. Bravo. Bises amicales.

Henri.

Jeanne Fadosi 31/01/2013 12:37



à l'oeil nu sans doute. Surtout maintenant avec ma vue qui baisse ! 


mais le petit se décline en de plus en plus petit et le monde microscopique est fantastique j'imagine pour les passionnés


bises amicales



Tit'Anik 31/01/2013 10:24

Ce petit poème, m'a ramenée ... il y a 30 ans ...
" a pusunte guing guing" criait mon fils benjamin, aprés le souper,... Je tradduis : a pusunte = la poussette, guing guing, était sa vache en peluche qui avait une clochette autour du cou.
L'été était à son apogée et le soir nous avions pris l'habitude de nous promener à la fraicheur, pour calmer et endormir un enfant, plein d'énergie, trop même. mes deux autres enfants partaient
alors à la chasse aux vers luisants, qu'ils ramenaient à leur petit frère émerveillé. Un superbe souvenir. Merci ma grande
Je t'embrasse très fort

Jeanne Fadosi 31/01/2013 12:35



un beau souvenir que tu nous fait partager. Merci. Les vers luisants commençaient à se faire rares et je me souviens que c'était un événement quand on en trouvait


bises



patriarch 31/01/2013 09:51

Je connaissais que "le petit chien" sans me souvenir de qui était ce poème....

Belle journée avec bises !

Jeanne Fadosi 31/01/2013 10:38



j'aime beaucoup ce poème tendre, si juste et malicieux mais il est un peu long et j'ai eu peur de décourager les lecteurs


Bises et belle journée



ABC 31/01/2013 09:49

Trop joli, ce petit ver luisant, je sens que je vais aller découvrir plus avant les poésies de Maurice Rollinat que je connais fort mal...

Jeanne Fadosi 31/01/2013 10:41



ravie de t'en avoir donné le goût. Je pense que tu ne perdras pas ton temps à cette découverte



Monelle 31/01/2013 09:30

Grâce à toi je découvre ce poète qui semble être une mine d'or pour les enfants !!
Bonne journée - bisous
Monelle

Jeanne Fadosi 31/01/2013 10:44



absolument. bises



Lenaïg Boudig 31/01/2013 09:23

Bonjour Jeanne. Tu nous gâtes, et je suis ravie ! Merci beaucoup pour tous tes liens et de nous faire bien connaître Maurice Rollinat (qui va devenir une de mes lectures de chevet, à condition que
je remplace ma loupiote, qui m'a lâchée cette nuit, hi hi !).
Je n'ai jamais vu de vers luisant mais le poète me le fait voir, quel plaisir ! Gros bisous !

Jeanne Fadosi 31/01/2013 10:58



ravie que les petites choses visibles te plaisent. Le monde de l'infiniment petit est aussi fascinant. Peut-être y a-t-il des poèmes qui le subliment. J'en suis même à peu près sûre.


Pour remplacer ta petite lampe de chevet, il faudrait une grande quantité de vers luisants ...


Bises et merci pour ce thème



jill bill 31/01/2013 07:58

Mimi tout plein et comme il a bien raison Maurice... Merci Jeanne ! Bises de jill

Jeanne Fadosi 31/01/2013 10:59



On peut s'émerveiller d'autre chose que de l'or en effet


bises



juillet58edwige 31/01/2013 06:25

c'est vrai que les vers luisants sont un souvenir rangé dans un coin du coeur de l'enfant qui à grandi , très joli poeme

Jeanne Fadosi 31/01/2013 11:11



Je me demande s'il en reste beaucoup dans les campagnes. Ils se faisaient déjà rares quand mes enfants étaient petits et en voir était un événement


belle journée



Présentation

  • : Fa Do Si
  • Fa Do Si
  • : Au fil de mes réflexions, en partant du quotidien et ou de l'actualité, d'une observation, ou à partir de thèmes des communautés de blogs ...
  • Contact

Sur les blogs, les jeux d'écriture témoignent de la vitalité

de la langue française sans tapage

Recherche

 

 Ephéméride de ce jour

 

et chaque jour

je n'oublie pas Anne-Sophie

les yeux dAnne-sophie

et ses compagnes d'infortune :

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015

(clic sur son regard pour comprendre ... un peu)

 

Profitez des instants de la vie :

le temps s'écoule à sa cadence,

trop vite ou trop lentement,

sans retour possible

La Marguerite des possibles

TheBookEdition - La marguerite des possibles

130818 couverture 200

La 4ème anthologie est en préparation

Informations sur 

 Les anthologies éphémères