Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 novembre 2012 4 29 /11 /novembre /2012 03:00

 

parenthèse :

pour les commentaires relatifs aux notifications, j'ai pris la liberté de les recopier en commentaires sous l'article concerné et de les supprimer sous ce billet.

 

Ben voui ! encore !

Jill Bill (JB) à la barre nous demande de causer poétiquement de notre parentelle.

Comme j'ai coutume de mettre dans cette rubrique des poèmes de poètes, j'aurais pu en choisir parmi ceux de Victor Hugo dans L'art d'être grand-père, quand il évoque sa petite fille Jeanne ou son petit fils.

Ou cette délicate Poésie pour un Grand-Père, trouvé il y a bien longtemps dans une petite revue de poésie, écrit par un jeune de 13 ans

Je me suis souvenue de mon Tonton Gaston que j'avais décrit pour sa cour de récré, celle de JB, quand le prénom Gaston avait été le prénom du mercredi.

 

 

Le veston de Gaston

 

Une fois n'est pas coutume,

 j'en ai connu qui n'est plus

et c'est à titre posthume

qu'ici même vous l'avez vu.

 

C'était mon tonton Gaston

Il ne mettait son veston

que dans les grandes occasions

Repas de fêtes et communions.

 

Mieux valait un bleu de travail

A genoux avec la truelle

en construisant vaille que vaille

charriant le sable avec la pelle.

 

Le dimanche en casque et lunettes

il roulait en motocyclette

et quand c'était la saison

chassait avec ses compagnons

 

Avec son chien et son fusil

Il partait au petit matin

traquer une ou deux perdrix

et même un lièvre ou un lapin

 

Sans plus, il n'était pas question

de prélever plus que raison.

La joie était dans la sortie

les bottes dans les orties.

 

J'étais encore petite fille,

déjà un peu scandalisée

qu'on pût aller jusqu'à tuer

des bêtes comme on joue aux billes.

 

Quand il s'agissait de la pêche

dont on faisait de la réclame

avec une petite canne à pêche

je n'avais pas ces états d'âme !

 

Il est vrai que nous respections

avec nos pièges en hameçons

la rivière et ses poissons

comme nous en avait fait la leçon

 

Notre tonton

Gaston

 

Jeanne Fadosi, pour le prénom du mercredi 29 décembre 2010

 

 

tonton Gaston et tante marcelle

pour les autres illustrations du billet d'origine, clic sur le titre d'Un veston pour Gaston

Ma tante, c'était la femme du maçon, dans Un autre temps de lessives ...

.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jeanne Fadosi - dans jeudi-en-poésie-etc
commenter cet article

commentaires

fanfan 30/11/2012 18:52


Un tonton Gaston bien sympathique  somme toute  , comme la photo! Bises

Jeanne Fadosi 01/12/2012 17:31



En tant que petite fille qui ne le voyait qu'en vacances et en dehors de ses heures de travail, je n'en connaissais à l'époque que son côté "sympathique". bises



Josette 29/11/2012 18:41


oui je m'en souviens de tonton Gaston !


tu as bien fait de le remettreà l'honneur.


bonne soirée Jeannne

Jeanne Fadosi 30/11/2012 10:09



tu as bonne mémoire Josette merci de ta fidélité


belle journée



chloé 29/11/2012 17:53


C'est vrai que Victor hugo avait l'art d'être grand père et je m'en étais inspiré pour faire un texte sur Mil et une. Bel évocation de ce gaston  qui au fil des mots m'ont ramenée aux
parties de pêches et promenades que je faisais avec mon oncle Jean§ merci à toi de ce partage. chloé

Jeanne Fadosi 29/11/2012 18:35



les souvenirs d'enfance sont souvent habités de personnes de sa famille grands-parents, oncles ou tantes, cousins frères soeurs , parents ... 



Monelle 29/11/2012 10:20


Une très belle évocation de ce Tonton que tu aimais !


Bonne journée 



Jeanne Fadosi 29/11/2012 12:11



je ne sais pas si c'est le mot approprié. Je l'aimais bien comme on aime un memebre de la famille auquel on est habitué. 


belle journée



ABC 29/11/2012 10:00


Heureux souvenirs !

Jeanne Fadosi 29/11/2012 10:50



Souvenirs ... heureux, non ...



Quichottine 29/11/2012 09:11


J'aime beaucoup cette évocation. Merci, Jeanne.


Si j'avais été un garçon, j'aurais aimé être maçon. Un métier dur mais construire un jour ma propre maison... un rêve !


Bisous et douce journée.

Jeanne Fadosi 29/11/2012 10:49



rares sont les ouvriers du bâtiment qui construisent leur maison et rares sont les entrepreneurs du bâtiment qui mettent la main à la truelle ...


Certains le font mais si peu nombreux et les lois et réglements ne sont pas de ce côté.


bises et belle journée



LANGLAIS 29/11/2012 07:49


Belle évocation d'un temps à jamais révolu


amicalement

Jeanne Fadosi 29/11/2012 10:47



Il y a des aspects de ce temps qu'il est préférable de ne pas exhumer. 


Amicalement



mamazerty 29/11/2012 07:47


une vie rythmée avec simplicité mais efficacité,travail, plaisirs....

Jeanne Fadosi 29/11/2012 10:46



une vie avec ses qualités et ses défauts ... je ne pense pas que ma tante y ait eu beaucoup de plaisir ... Evoquer le passé est toujours un exercice difficile. Je ne veux pas juger ni encenser ce
qui a été. 



patriarch 29/11/2012 07:42


Très joli poème...C'est un très beau métier... maçon !! belle journée avec bises d'un ancien compagnon....

Jeanne Fadosi 29/11/2012 10:45



Rude aussi. Je vois en ce moment travailler des charpentiers couvreurs qui ont refait toute la toiture d'une maison voisine. Ils ont dûi composer avec la météo.


Je me souviens et j'aimais bien tes articles sur ta vie de travail ...


bises



jill-bill.over-blog.com 29/11/2012 07:32


Bonjour Jeanne ! En relisant ta poésie je me suis rappellée de Gaston... Chasseur/pêcheur raisonnable !! Merci à toi, je te souhaite le bon jeudi, bises de jill

Jeanne Fadosi 29/11/2012 10:42



comme beaucoup de ceux qui vivaient à la campagne. C'était avant le remembrement qui n'était pas en soi une mauvaise chose mais dont l'unique logique financière a entrainé cette marche en avant
irrespectueuse des fragiles équilibres entre la terre et les humains.


Bises



Présentation

  • : Fa Do Si
  • Fa Do Si
  • : Au fil de mes réflexions, en partant du quotidien et ou de l'actualité, d'une observation, ou à partir de thèmes des communautés de blogs ...
  • Contact

Sur les blogs, les jeux d'écriture témoignent de la vitalité

de la langue française sans tapage

Recherche

 

 Ephéméride de ce jour

 

et chaque jour

je n'oublie pas Anne-Sophie

les yeux dAnne-sophie

et ses compagnes d'infortune :

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015

(clic sur son regard pour comprendre ... un peu)

 

Profitez des instants de la vie :

le temps s'écoule à sa cadence,

trop vite ou trop lentement,

sans retour possible

VOYAGE

TheBookEdition - Les anthologies Ephémères

La 5ème anthologie est parue

Informations sur 

 Les anthologies éphémères