Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 février 2013 4 07 /02 /février /2013 03:00

 

Défi n°95 sous le signe du vent pour Lénaïg et les CROQUEURS DE MOTS. La semaine passée ce qui est petit était inouï. Cette semaine ce qui est grand est étonnant.

Aujourd'hui, le début du dernier poème des Fleurs du Mal de Charles Baudelaire1

 

Le voyage

 

A Maxime Du Camp2.

 

I

 

Pour l'enfant, amoureux de cartes et d'estampes,

L'univers est égal à son vaste appétit.

Ah ! que le monde est grand à la clarté des lampes !

Aux yeux du souvenir que le monde est petit !

 

Un matin nous partons, le cerveau plein de flamme,

Le coeur gros de rancune et de désirs amers,

Et nous allons, suivant le rythme de la lame,

Berçant notre infini sur le fini des mers :

 

Les uns, joyeux de fuir une patrie infâme ;

D'autres, l'horreur de leurs berceaux, et quelques-uns,

Astrologues noyés dans les yeux d'une femme,

La Circé tyrannique aux dangereux parfums.

 

Pour n'être pas changés en bêtes, ils s'enivrent

D'espace et de lumière et de cieux embrasés ;

La glace qui les mord, les soleils qui les cuivrent,

Effacent lentement la marque des baisers.

 

Mais les vrais voyageurs sont ceux-là seuls qui partent

Pour partir, coeurs légers, semblables aux ballons,

De leur fatalité jamais ils ne s'écartent,

Et, sans savoir pourquoi, disent toujours : Allons !

 

Ceux-là dont les désirs ont la forme des nues,

Et qui rêvent, ainsi qu'un conscrit le canon,

De vastes voluptés, changeantes, inconnues,

Et dont l'esprit humain n'a jamais su le nom !

Charles Baudelaire, Les Fleurs du mal, 1861

La mort, CXXVI Le voyage I

 

Le texte intégral de Le voyage sur wikisource

 

1.- Charles baudelaire, poète, 1821 - 1867

2.- Maxime Du Camp, écrivain et photographe, 1822 - 1894

 

Et si vous voulez vous attarder, bonus Chanson à grand vent (ce n'est pas loin du thème, non ?)

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jeanne Fadosi - dans jeudi-en-poésie-etc
commenter cet article

commentaires

chloé 11/02/2013 10:11

Oui Baudelaire était un poète plutôt sombre et tourmenté. je n'aime pas tout mais trouve aussi que celui ci est plus aérien ! j'aime beaucoup la partie sur les vrais voyageurs. Merci à toi de ce
partage. Baudelaire fait tout de même partie des incontournables et écrit magnifiquement bien.

Jeanne Fadosi 12/02/2013 18:43



cette première partie en tous cas. La suite est sombre et désabusée, mais c'est vrai moins tourmentée que le sujet aurait pu le lui suggérer. Il écrit magnifiquement c'est incontestable



Mansfield 07/02/2013 14:59

Une superbe idée que de nous rappeler ce poème léger comme un départ en voyage vers la vie et vers soi-même!

Jeanne Fadosi 10/02/2013 11:44



Je n'ai mis en ligne que ce début, encore léger quoique déjà interpelant. La suite est bien plus pessimiste sur la nature humaine en général !



flipperine 07/02/2013 14:36

partir le coeur léger c'est bien difficile à réaliser il y a trop souvent des conrariétés qui nous envahissent

Jeanne Fadosi 10/02/2013 11:48



A quoi servent les contrariétés sinon à pourrir la vie et celle de ceux qui nous entourent ?



LADY MARIANNE 07/02/2013 14:14

bien !! une piqure de rappel qui me plait bien-
merci Jeanne-
bisous du jeudi !!

Jeanne Fadosi 10/02/2013 11:50



un poème à lire attentivement en entier



Alice 07/02/2013 14:04

Le dernier voyage, source de mystère qui nous dépasse. Baudelaire, toujours à découvrir.
Amitiés
Alice

Jeanne Fadosi 10/02/2013 11:54



Je ne sais si l'expression est encore usitée, naguère, on parlait encore "du grand voyage"


Amicalement



Quichottine 07/02/2013 12:47

J'avais oublié ce poème, et je le retrouve avec bonheur chez toi.

Il faut décidément que je relise Baudelaire, je l'ai quelque peu oublié. :(

Merci, Jeanne. Ces mots sont magnifiques... et que j'aime la progression qui nous emmène jusqu'au rêve, à l'imaginaire qui sait dépasser toutes nos connaissances !

Passe une douce journée. Bises.

Jeanne Fadosi 10/02/2013 12:07



Ce n'est pas mon poète préféré ou plutôt disons que je ne suis pas une inconditionnelle mais il était au coeur de mon enfance comme un nom mythique car j'ai musé dans les allées de l'imprimerie
où Les Fleurs du Mal ont été imprimées à une époque où l'atelier n'avait encore guère changé. inutile de te dire que je n'avais pas accès à l'époque à ce livre pour adultes !!!


Je crois bien que je n'avais pas lu en entier ce dernier poème. Pour Baudelaire, le voyage ici, c'est le grand voyage, qui clôture son dernir chapitre sur La mort


bises et belle journée (tiens il neige !)



patriarch 07/02/2013 11:23

partir ???? je l'ai fait souvent, je ne crois pas que j'étais fait pour un travail sédentaire , j'ai essayé , après l'armée, et je l'ai un peu plus de 9 ans...en usine sidérurgique et j'ai repris
la route, un peu ma liberté dans mon travail. Pas de patron sur le dos, responsable de son travail et de son temps !

belle journée avec bises

Jeanne Fadosi 10/02/2013 12:10



oui professionnellement tu as parcour le France et tu as eu la gentillesse de nous le faire partager sur ton blog. 


C'est un autre voyage que Baudelaire évoque et celuic-i le plus tard et le mieux possible !


bises et belle journée



josette 07/02/2013 10:46

bien vu Jeanne j'ai hésité entre Baudelaire et Hugo...les "grands" poètes ne manquent pas...
bonne journée

Jeanne Fadosi 10/02/2013 12:11



Mais ces deux-là (du moins pour les français ...)


belle journée



ABC 07/02/2013 10:04

la grandeur est toute relative !

Baudelaire, lui était un grand poète, sans conteste...

Jeanne Fadosi 10/02/2013 12:12



C'est la mise en perspective de cette relativité qui m'a plu dans ce début de poème. J'aprécie qu'elle t'interpelle aussi



emma 07/02/2013 10:03

ah beau choix, et une valeur sure - je m'interroge sur les statistiques d'emploi de certains mots chez les poetes, sais tu si cela a été fait ? ils doivent avoir des petits chouchous parmi les mots
- ainsi "volupté", celui-ci a du l'employer souvent - on pourrait faire un profil psy des poetes d’après ce genre de stats...

Jeanne Fadosi 10/02/2013 12:17



Je ne suis pas la mieux placée pour t'orienter vers où les trouver mais les études statistiques sur la fréquence des occurences existent depuis fort longtemps grâce à l'informatique (dès le début
des années 1980 au moins). Quant à en tirer des profils psychologiques ou pseudo psychologiques, je n'en ai pas connaissance mais cela existe sûrement ! j'aurais tendance à ajouter hélas !



Monelle 07/02/2013 09:57

Quoi de plus grand que l'Univers ???
Un très bon choix que ce poème.
Bonne journée
Monelle

Jeanne Fadosi 10/02/2013 12:17



... les multivers ...


belle journée



leblogdhenri.over-blog.com 07/02/2013 09:28

Bonjour Jeanne,

Encore une fois tu as su faire le meilleur choix pour relever ce défi. Bravo ! Bises amicales.

Henri.

Jeanne Fadosi 10/02/2013 12:25



merci Henri tu es gentil. C'est vrai que Baudelaire fait partie des grands poètes


bises amicales et belle journée



Lenaïg Boudig 07/02/2013 08:56

Bonjour Jeanne, magnifique choix de ce poème du grand Baudelaire, voilà, le grand est là, terriblement présent dans ses vers. Bises.

Jeanne Fadosi 10/02/2013 12:26



grand et terrible en effet !


bises



jill bill 07/02/2013 08:02

J'aime bien et je découvre, n'ayant pas tout lu de tous les grands... loin de là !! Merci Jeanne, bises

Jeanne Fadosi 10/02/2013 12:27



ben c'est normal ! il te faudrait avoir plusieurs milleires d'années !


je crois bien que je n'avais pas lu en entier ce dernier poème des Fleurs du Mal (son recueil le plus connu)


bises



juillet58edwige 07/02/2013 06:51

les fleurs du mal , j'aime plus la femme aux bijoux devant la cheminée , mais charles me plait toujours autant , merci

Jeanne Fadosi 10/02/2013 12:44



Je n'aime pas tout dans les Fleurs du Mal mais l'ouvrage est suffisamment divers pour satisfaire des sensibilités différentes



Présentation

  • : Fa Do Si
  • Fa Do Si
  • : Au fil de mes réflexions, en partant du quotidien et ou de l'actualité, d'une observation, ou à partir de thèmes des communautés de blogs ...
  • Contact

Sur les blogs, les jeux d'écriture témoignent de la vitalité

de la langue française sans tapage

Recherche

 

 Ephéméride de ce jour

 

et chaque jour

je n'oublie pas Anne-Sophie

les yeux dAnne-sophie

et ses compagnes d'infortune :

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015

(clic sur son regard pour comprendre ... un peu)

 

Profitez des instants de la vie :

le temps s'écoule à sa cadence,

trop vite ou trop lentement,

sans retour possible

La Marguerite des possibles

TheBookEdition - La marguerite des possibles

130818 couverture 200

La 4ème anthologie est en préparation

Informations sur 

 Les anthologies éphémères