Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 mai 2012 4 17 /05 /mai /2012 06:00

Pour le 2nd jeudi en poésie du défi n°81 des CROQUEURS DE MOTS animé par Tricôtine, sous le signe de l'enfance avec les jeux et/ou jouets d'enfants (ou tout autre thème à votre convenance)

 

Ne jouez pas au soldat

 

1er couplet

 

A mon petit garçon pour le jour de sa fête

j'ai dit Viens avec moi acheter un jouet

Au bazar tu verras pantins et marionnettes

Un beau chemin de fer mais l'enfant tout à coup

Répondit je voudrais un fusil, un beau casque

Un sabre avec un sac comme en ont les soldats

Alors tout ahuri par ce désir fantasque

J'ai dit non mon petit non tu n'auras pas ça

 

Ne joue pas au soldat mon cher petit bonhomme

Les sabres et les fusiles ne sont pas des jouets

Plus tard tu en auras quand tu seras un homme

Je ne veux pas voir ces choses entre tes doigts fluets

Ces joujoux-là vois-tu rappellent trop la guerre

Les chagrins et les deuils que l'on voit ici-bas

Ils ont trop fait pleurer le coeur des pauvres mères

Dont les enfants sont morts en jouant au soldat

 

2ème couplet

 

N'as-tu pas remarqué lorsque tes camarades

Font la petite guerre comme ils deviennent méchants

Ne pensant qu'à frapper ils rêvent d'embuscades

Leur grand sabre de bois devient presque arrogant

Pour ceux-là rien n'existe ils en font à leur guise

La grammaire les calculs ne les intéressent pas

Quand vient le mardi gras leurs parents les déguisent

En zouaves en cuirassiers des galons plein les bras

 

Faut-il que des parents n'aient rien dans les méninges

Les soirs de carnaval pour déguiser encor

Leurs enfants en soldats comme des petits singes

Qui seraient habillés dans la veste d'un mort

La capote horizon est le dernierr emblème

Le linceul dans lequel nos fils dorment là-bas

Au moins respectez-les les soirs de mi-carême

Et ne déguisez pas vos enfants en soldats.

 

3ème couplet

 

Pense à nos grands savants ces héros anonymes

Passant leur existence à sauver les humains

Ceux qui se sacrifient dans un rêve sublime

Pour adoucir la vie de leurs contemporains

Curie Péan Pasteur tous ces rois de la science

Ont autant de mérite que nos plus grands guerriers

Ils ont chassé la mort qui rôdait sur l'enfance

Ils ne pensent qu'à guérir et non pas à tuer

 

Il faut que des enfants dans leur jeunesse apprennent

A chérir leur pays à défendre leur honneur

Mais n'leur inculquez pas des sentiments de haine

La guerre et les combats devraient leur faire horreur

Au nom de nos héros morts en pleine jeunesse

Pour que ce drame affreux ne recommence pas

Et pour que la bonté sur le monde renaisse

Il ne faut plus jamais s'amuser aux soldats

Paroles et musique Léo lelièvre et Paul Dalbret 1921

 

repris entre autre par Edith Piaf et en 1967 par les sunlights


Je l'avais mis en ligne en novembre 2009 en vous montrant le cahier  de mon père sur lequel il notait les chansons qu'il entendait à la radio pendant les périodes calmes de son service militaire en 1924 et qui lui plaisaient.

 

en découvrir les extraits chantés sur le blog des cm petitprince 

 

Quiriace - reduc1

.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jeanne Fadosi - dans jeudi-en-poésie-etc
commenter cet article

commentaires

Quichottine 21/05/2012 19:31


Je n'ai pas de réponse à ta question... hélas.


Je pense que les hommes ne sont pas vraiment prêts à construire ensemble au lieu de se battre pour une suprématie illusoire...

Jeanne Fadosi 22/05/2012 10:11



il est encore bien trop tôt, il a fallu beaucoup de siècles pour voir nos "vieux" pays se stabiliser dans nos frontières. La Savoie et Nice sont françaises depuis un siècle et, on y fait moins
attention vu d'Europe, l'ouest des Etats-Unis étaient partagés entre le Mexique espagnol au sud et les russes jusqu'à Monterey ou à peu près.


De toutes façons les formes du vivre ensemble sont encore à inventer. rien de ce qui existe n'est satisfaisant même si c'est mieux que le retour aux guerres de clans (on en est pas loin
d'ailleurs, j'ai l'impression)


bises et belle journée



le-panier-a-histoires-de-memette.over-blog.com 20/05/2012 13:58


Merci Jeanne pour cette belle découverte. Je me souviens de mon refus d'acheter un pistolet à mon fils et de son obsession pour ce jouet. Il en fabriquait avec les leggos, les clipos, les
morceaux de bois... J'ai fini par céder... Le jouet maudit a disparu rapidement au fond du coffre à jouets à mon grand soulagement. Cela ne l'intéressait qu'à cause de mon opposition... Bon
dimanche, bises. Mireille

Jeanne Fadosi 22/05/2012 09:33



j'avais cette volonté là aussi mais je me suis rendue compte que c'était bien dérisoire de lutter contre les tentations ambiantes. c'est une chance que ce jouet ait finalement été boudé. Moi j'ai
essayé la dérision, genre pistolet à peinture et épées molles. L'éducation à la distinction entre les sports d'adresse (jeux de fléchettes et tir à l'arc) et l'usage des armes.


et je ne suis pas naïve, il faut aussi lutter contre les malfrats et quelquefois agir contre les tyrans.


Bises et belle semaine



enriqueta 19/05/2012 18:26


Très émouvante chanson, merci pour la découverte.

Jeanne Fadosi 21/05/2012 20:17



une chanson de l'après première guerre mondiale, celle qu'ils appelaient la der des der. S'ils voyaient notre monde comme il va ...



harmonie37 17/05/2012 20:57


Très bon choix que cette poésie.


 


Les enfants ont toujours jouer à se tuer. Avec les mains, un bout de bois...


ils jouent à la guerre, aux cowboy et aux indiens....


 


Mais l'enfant joue sans penser aux conséquences des faits.


 


En lisant ce poème, je n'ai pu m'empêcher de penser à une chanson d'Enrico Macias.


Une chanson de paix.


http://www.youtube.com/watch?v=RGoNmoasK00


 


Gros bisous Jeanne

Jeanne Fadosi 21/05/2012 19:46



Le font-ils tous ? Les enfants sont tellement baignés d'histoires de guerres (en livres, en images, en films, en jeux vidéos maintenant.


Bien sûr l'enfant ne pense pas aux conséquences



Lenaïg Boudig 17/05/2012 15:13


Bonjour Jeanne, superbe chanson, que je suis allée lire écrite de la main de ton père sur ces émouvantes pages que tu lui as consacrées. Il semblerait que l'instinct guerrier soit ancré en
l'homme, mais pas plus que l'instinct de paix, le tout étant que le négatif ne prenne pas le pas ... Les enfants aiment à jouer à se tuer : "pan ! Tu es mort !", mais la violence actuelle
environnante n'arrange pas les choses.


Un bon WE à toi.


 

Jeanne Fadosi 17/05/2012 19:49



"ancré" dans l'instinct humain, les spécialistes en neurosciences sont partagés sur le sujet. Des études tendraient à montrer que les sociétés humaines sont au moins autant enclins à la
coopération qu'à l'opposition, transmis culturellement par de pultiples moyens, dont la famille, le village, l'école, les médias et le choix des jeux.


Le "pour rire" n'est pas grave en soi, mais quand il n'y a que cela plus celle exposée partout en effet ...


bises et belle fin de semaine



Clio48 17/05/2012 11:47


Je suis bien d'accord avec toi , chère Jeanne ; et je suis heureuse que notre fils n'a jamais demandé des armes pour jouet , sauf une épée car il adorait les chevaliers ; mais c'était et c'est
toujours un calme et un pacifiste .


Cependant , combien d'enfants ne " jouent" - ils pas avec des bâtons et autres armes ?


Merci pour cette chanson ; elle devrait servir de berceuse ...


Bisous et bon congé .





 

Jeanne Fadosi 21/05/2012 19:37



pas facile d'éduquer au pacifisme sans pour autant se laisser faire.


Surtout dans des sociétés où tout est guerrier.


Je n'ai que ces extraits pour me faire une idée de la chanson. 


Bises



Monelle 17/05/2012 09:05


Poème ou chanson, peu importe ce texte est très beau ! Pour ma part, j'aimerai qu'il n'y ai  plus d'images de guerre sur les écrans, quelles soient réelles ou imaginaires. J'ai vu quelques
images des " Experts" hier et voir ce gamin tuer froidement comment veux-tu que les nôtre n'en fasse pas autant !!!


Bonne journée - bisous



Jeanne Fadosi 21/05/2012 19:34



Tout cacher éviterait-il la violence ? vaste question ! La déréalisation et la fascination pour les images me semblent moins innocentes qu'on le dit généralement. On commence à le comprendre pour
les films et la télévision. Mais on est encorre loin du compte en ce qui concerne certains jeux vidéos.


belle semaine bises



emma 17/05/2012 08:33


merci pour ce beau choix, Jeanne...


Veux-tu, pour me sourire, un bel oiseau des bois,
Qui chante avec un chant plus doux que le hautbois,
Plus éclatant que les cymbales ?
Que veux-tu ? fleur, beau fruit, ou l'oiseau merveilleux ?
- Ami, dit l'enfant grec, dit l'enfant aux yeux bleus,
Je veux de la poudre et des balles. (V Hugo)

Jeanne Fadosi 21/05/2012 19:30



toujours les mêmes envies en somme ...


merci pour ces vers de Victor Hugo



jill-bill.over-blog.com 17/05/2012 08:20


Bonjour Jeanne, rien n'est faux là-dedans.... Nous n'achetons plus comme cela se faisait par le passé des jeux guerriers à nos p'tits enfants mâles,  je m'y refuse !  Merci pour ta
quinzaine, ton choix de poème ce jeudi, bonne journée Jeanne ! Bises de JB

Jeanne Fadosi 21/05/2012 19:27



les jeux sont denvenus des jeux vidéos mais on y joue toujours à la guerre. Pas facile quand on est adulte de résister à certaines demandes, il faut tenir bon !


Merci pour toutes ces participations, j'ai bien aimé les découvrir, même si OB ne nous a pas facilité la tâche avec les retard d'affichage des publications ...


bises et belle semaine



Quichottine 17/05/2012 08:20


Je ne la connaissais pas du tout...


Merci pour cette découverte, Jeanne.
Passe une douce journée.

Jeanne Fadosi 21/05/2012 19:25



Après la guerre 14-18, il y a eu un mouvement important pour le pacifisme. La SDN était une belle idée, mais les circonstances n'y étaient pas.


Combien de temps encore pour que les humains vivent bien et en paix sur notre planète ?


bises et belle soirée



Présentation

  • : Fa Do Si
  • Fa Do Si
  • : Au fil de mes réflexions, en partant du quotidien et ou de l'actualité, d'une observation, ou à partir de thèmes des communautés de blogs ...
  • Contact

Sur les blogs, les jeux d'écriture témoignent de la vitalité

de la langue française sans tapage

Recherche

 

 Ephéméride de ce jour

 

et chaque jour

je n'oublie pas Anne-Sophie

les yeux dAnne-sophie

et ses compagnes d'infortune :

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015

(clic sur son regard pour comprendre ... un peu)

 

Profitez des instants de la vie :

le temps s'écoule à sa cadence,

trop vite ou trop lentement,

sans retour possible

VOYAGE

TheBookEdition - Les anthologies Ephémères

La 5ème anthologie est parue

Informations sur 

 Les anthologies éphémères