Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 février 2014 6 15 /02 /février /2014 09:30

 

Pour le 2e jeudi en poésie sous la houlette de Jill Bill qui a laissé aux CROQUEURS DE MOTS libre inspiration pour ce défi n°116, j'avais initialement prévu de faire écho à L'oiseau du Colorado1,2, de Robert Desnos, en vous proposant ce texte en prose extrait de Désert solitaire4, de Edward Abbey3.

 

Un scrupule avait retenu mon geste au moment même d'une visite d'Etat du président de la République, au nom de la France, invité par le président des Etats-Unis, au nom des Etats-Unis d'Amérique, première visite d'Etat depuis février 1996 avec Jacques Chirac reçu par Bill Clinton.

Scrupule perturbé par une erreur dans la correction de la programmation qui l'a laissé en ligne environ deux heures jeudi matin.

 

Scrupule ? oui. Ne pas brouiller les messages. 

 

Désert solitaire4 est un essai tour à tour philosophique, lyrique, méditatif et poétique, paru aux Etats-unis en 1968. 

Un hymne à la nature sauvage que les créations des premiers parcs nationaux étaient supposés préserver et qui déjà en ces années 1960 étaient en train de disparaître.

Les lieux évoqués sont actuellement ceux de l'exploitation des gaz de schiste américains.

 

L'extrait qui suit est une tentative désespérée de s'abstraire des références humaines, du moins c'est ce que Edward Abbey3 prétend dans ces lignes. Est-il sincère ? Il avoue ne pas être dupe de cette impossibilité. Car l'auteur semble ici aux antipodes des intentions de Robert Desnos dans L'oiseau du Colorado. A la recherche du premier degré immédiat, au plus près du dépouillement de toute pensée, de toute sensation humaine. Tentative, ces lignes en laissent malgré tout entrevoir les failles, vouée encore et encore à l'échec.

Son récit commence lorsqu'il débutait en avril, en qualité de ranger du parc national des Arches,1,2 sa première de trois saisons de presque solitude "in the wilderness", vocable intraduisible en langue française pour en rendre toutes les nuances.

 

C'est peut-être la plus belle heure du jour, même si c'est un point difficile à trancher. Cela dépend beaucoup de la saison. Au coeur de l'été, l'heure la plus douce commence au coucher du soleil, après la terrible chaleur de l'après-midi. Mais là, en avril, j'opte pour l'inverse : pour l'heure qui commence au lever du soleil. Les oiseaux, de retour de leur lieu d'hivernage, semblent être d'accord avec moi. Les geais des pinèdes tourbillonnent par vols braillards et grégaires d'un arbre rabougri à l'autre, et retour, en un jeu erratique et exubérant sans fonction pratique apparente. Quelques gros corbeaux traînent dans le coin et croassent de rudes et claquantes déclarations de satisfaction hautaine depuis le sommet de la falaise, étirant de temps à autre leurs ailes pour chercher les vermines. J'entends mais vois rarement les troglodytes qui poussent leur chant caractéristique depuis un point indéterminé sur les à pics : une descente - jamais une montée - de toute la gamme chromatique sur un timbre de flûte. Ils clament leurs nouveaux territoires de nidification, m'a-t-on dit. Egalement invisibles mais invariablement présentes à une distance indéfinissable se trouvent les tourterelles tristes dont le cri plaintif évoque irrésitiblement une sorte de quête effrénée, l'effort de deux âmes séparées pour recouvrer une communion perdue :

Bonjour ... semblent-elles chanter, qui ... êtes ... vous ?

Et la réponse arrive, d'un autre lieu.

Bonjour ... (silence) où ... êtes ... vous ?

A l'évidence, ce genre d'analogie doit être combattu. Il est naïf et injuste d'attribuer aux tourterelles, qui ont des préoccupations sérieuses bien à elles, un intérêt à l'égard de questions plus appropriées à leurs voisins humains. Pourtant leur chant, s'il n'est ni nuptial ni d'alarme, doit être ce qu'il semble être, une méditation triste sur l'espace, sur la solitude. Le jeu.

D'autres oiseaux, des oiseaux silencieux que je ne sais pas encore reconnaître, sont également tapis dans les environs, à m'observer. Ces p.o.g. (petits oiseaux gris) comme les appellent les ornithologues, volettent sans bruit de place en place, en provenance d'origines incertaines.

 

Edward Abbey, Désert solitaire, édition française Gallmeister 2010, page 39

traduction de Jacques Mailhos


1.- le fleuve Colorado long d'environ 2330 kilomètres, prend sa source dans les Rocheuses dans l'Etat du Colorado, traverse l'Utah et l'Arizona avant de se jeter au Mexique dans le Golfe de Californie où péniblement plus ou moins 9% des eaux du fleuve parviennent (ou non) jusqu'à son embouchure.

2.- Les Etats-Unis comptent 59 Parcs Nationaux dont le plus ancien a été créé en 1872 par une loi de protection et de conservation de la nature sauvage et primitive

le Parc National de Canyonlands (Utah), le Parc National des Arches (Utah) se situent à proximité de Moab. En aval se trouve Le Parc National du Grand Canyon (Arizona), mondialement réputé.

3.- Edward Abbey, 1927 - 1989, écrivain et essayiste américain    

4.- Désert solitaire, parution en 1968, traduit en français en 2010

 

corbeaux-a-la-lune---reduc1.JPG

.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jeanne Fadosi - dans jeudi-en-poésie-etc
commenter cet article

commentaires

Martine 20/02/2014 08:15

Un monde en voie de disparition. Oui, surtout après l'horreur de l'exploitation du gaz de schiste.

Merci Jeanne
Bise

Jeanne Fadosi 21/02/2014 19:19



en effet ! et l'appât d'un gain pourtant ephémère affute les crocs ...


Bises



Quichottine 18/02/2014 09:31

Je ne connaissais pas du tout ce livre...
Merci, Jeanne.
Bises et douce journée.

Jeanne Fadosi 20/02/2014 18:48



Découvert récemment.


bises et belle soirée Quichottine



jill bill 15/02/2014 10:45

Bonjour Jeanne, je préfère encore un parc natiaonal à un zoo... voire un cirque qui détient des animaux dits sauvages.... Bon W-E à toi... Bises

Jeanne Fadosi 17/02/2014 11:01



Je crois qu'on ne peut pas faire de généralisations. Il y a des cirques qui prennent soin de leurs animaux et d'autres non, des zoos idem. eet des parcs qui ne sont plus guère protégés et qui
subiessent l'invasion de hordes de touristes et de contrebandiers ...


bises



flipperine 14/02/2014 00:28

et que c'est agréable de voir des oiseaux

Jeanne Fadosi 17/02/2014 10:50



pas sûr que ce soit le sens profond des mots de Abbey


Il célébrait un monde en voie de disparition déjà en 1960 ...



Présentation

  • : Fa Do Si
  • Fa Do Si
  • : Au fil de mes réflexions, en partant du quotidien et ou de l'actualité, d'une observation, ou à partir de thèmes des communautés de blogs ...
  • Contact

Sur les blogs, les jeux d'écriture témoignent de la vitalité

de la langue française sans tapage

Recherche

 

 Ephéméride de ce jour

 

et chaque jour

je n'oublie pas Anne-Sophie

les yeux dAnne-sophie

et ses compagnes d'infortune :

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015

(clic sur son regard pour comprendre ... un peu)

 

Profitez des instants de la vie :

le temps s'écoule à sa cadence,

trop vite ou trop lentement,

sans retour possible

La Marguerite des possibles

TheBookEdition - La marguerite des possibles

130818 couverture 200

La 4ème anthologie est en préparation

Informations sur 

 Les anthologies éphémères