Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 novembre 2013 4 21 /11 /novembre /2013 06:00

 

Pour le second jeudi en poésie du défi n°111 des CROQUEURS DE MOTS, piloté par Eglantine-lilas, j'ai eu envie d'évoquer ceux qui n'ont, de tous temps, pas les moyens d'aller au café, à travers deux chansons qui se font écho l'une l'autre

 

le poème La grasse matinée, de Jacques Prévert, mis en musique par Joseph Kosma, paru dans le recueil Paroles en 1946, au lendemain d'une guerre et chanté par Montand ou Mouloudji ou encore Marianne Oswald

 

et cette chanson de 1914, dont j'ai mis en ligne les paroles en entier ICI

 

Sous les ponts de Paris, lorsque descend la nuit, 

Tout’s sort’s de gueux se faufil’nt en cachette 

Et sont heureux d'y trouver une couchette, 

Hôtel du courant d’air, où l’on ne paie pas cher, 

L’parfum et l’eau c’est pour rien mon marquis 

Sous les ponts de Paris. 

 

1er Refrain de Sous les ponts de Paris, 1914, paroles de Jean Rodor sur une musique de Vincent Scotto.

 

interprètes Aimé Doniat, Maurice Chevalier, Lucienne Delyle et Georgel, Albert Préjean**.

 

* Vincent Scotto, compositeur français, 1874 - 1952

Jean Rodor, parolier et chanteur français, 1881 - 1967

** Albert Préjean, acteur et chanteur français, 1894 - 1979, père de l'acteur Patrick Préjean

 

Paris Seine 18-12-2011 - reduc1

.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jeanne Fadosi - dans jeudi-en-poésie-etc
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Fa Do Si
  • Fa Do Si
  • : Au fil de mes réflexions, en partant du quotidien et ou de l'actualité, d'une observation, ou à partir de thèmes des communautés de blogs ...
  • Contact

Sur les blogs, les jeux d'écriture témoignent de la vitalité

de la langue française sans tapage

Recherche

 

 Ephéméride de ce jour

 

et chaque jour

je n'oublie pas Anne-Sophie

les yeux dAnne-sophie

et ses compagnes d'infortune :

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015

(clic sur son regard pour comprendre ... un peu)

 

Profitez des instants de la vie :

le temps s'écoule à sa cadence,

trop vite ou trop lentement,

sans retour possible

La Marguerite des possibles

TheBookEdition - La marguerite des possibles

130818 couverture 200

La 4ème anthologie est en préparation

Informations sur 

 Les anthologies éphémères