Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 septembre 2013 5 13 /09 /septembre /2013 09:00

 

deuxième poésie du jeudi (thème libre) pour le défi n°106 des CROQUEURS DE MOTS, proposé par Tricôtine.

 

Pour toutes sortes de convergences qu'il serait long et indiscret de vous conter ici, j'ai choisi ce poème de Paul Eluard, dont je n'ai pas trouvé la date d'écriture. Il pourrait aussi bien avoir été écrit sous le feu des tranchées que pendant la seconde guerre mondiale.

Quoiqu'il en soit, il est intégré dans la Cantate de Francis Poulenc, Figure humaine, sur des poèmes de Paul Eluard dont il constitue le 7ème et avant-dernier mouvement sous le titre La menace sous un ciel rouge.

Cette cantate a été achevée à la fin de l'été 1943. La rencontre entre Poulenc et Eluard et l'envie de réunir poèmles et musique date de 1915-1916.

 

L'écouter  par l'Estudio Coral de Buenos Aires

 

UN FEU SANS TACHE

 

La menace sous le ciel rouge

Venait d'en bas des mâchoires

Des écailles des anneaux

D'une chaîne glissante et lourde

 

La vie était distribuée

Largement pour que la mort

Prît au sérieux le tribut

Qu'on lui payait sans compter

 

La mort était le dieu d'amour

Et les vainqueurs dans un baiser

S'évanouissaient sur leurs victimes

La pourriture avait du cœur

 

Et pourtant sous le ciel rouge

Sous les appétits de sang

Sous la famine lugubre

La caverne se ferma

 

La terre utile effaça

Les tombes creusées d'avance

Les enfants n'eurent plus peur

Des profondeurs maternelles

 

Et la bêtise et la démence

Et la bassesse firent place

A des hommes frères des hommes

Ne luttant plus contre la vie

 

A des hommes indestructibles.

Paul Eluard

mis en musique par Francis Poulenc : La menace sous un ciel rouge,

7e mouvement de la cantate Figure humaine

 

Chartres-sculptures-portail-N---reduc.JPG

détail d'un portail de la cathédrale de Chartres

 

En hommage à Albert Jacquard, l'un de mes maîtres à penser, décédé le 11 septembre 2013

 

« Ceux qui prétendent détenir la vérité sont ceux qui ont abandonné la poursuite du chemin vers elle. La vérité ne se possède pas, elle se cherche. »

Albert Jacquard, Petite philosophie à l'usage des non-philosophes, 1998

 

Figure humaine, Francis Poulenc et Paul Eluard

Francis Poulenc

Paul Eluard

Liberté, de Paul Eluard

Albert Jacquard

Partager cet article

Repost 0
Published by Jeanne Fadosi - dans jeudi-en-poésie-etc
commenter cet article

commentaires

flipperine 15/09/2013 11:29

espérons que nous ne vivrons plus de tels moments

Jeanne Fadosi 16/09/2013 12:11



les humains sont ce qu'ils sont. Une espérance chevillée au coeur mais sans illusion sur son irréalisme. 



Quichottine 14/09/2013 14:06

C'est aussi quelqu'un que j'appréciais beaucoup.
Merci pour cet hommage, Jeanne.

Passe une douce journée.

Jeanne Fadosi 16/09/2013 12:23



Les hommages qu'on lui a rendu sont émouvants. Comme j'ai fait une cure sans médias, je ne sais pas si on en a beaucoup parlé ou non. J'aimais beaucoup et sa pensée, et son engagement, et sa
générosité.


Ma bibliothèque s'est enrichie d'un de ses livres il y a déjà longtemps et le dernier est un petit manifeste co-signé avec Stéphane Hessel sur le désarmement nucléaire.


Bises et belle journée



jill bill 14/09/2013 10:58

Ca c'est une ode à la fratenité, à la vie... oui pour monsieur Jacquard, entendu à la télé... Un physique et un scientifique hors pair et un humaniste en plus... Bises, jill

Jeanne Fadosi 16/09/2013 12:26



je suis d'accord avec toi. et un homme engagé jusqu'au bout, à sa manière.


Chapeau bas monsieur Jacquard


 


Quant à Paul Eluard, quel texte ! (j'ai plus de réserve sur la musique, bien que j'apprécie généralement Francis Poulenc, sans doute parce que l'interprétation rend peu audible les paroles
justement)


bises



rouergat 14/09/2013 10:07

Bonjour Jeanne
tu fais bien de rendre hommage à Albert Jacquard, homme intègre et honnête

Jeanne Fadosi 16/09/2013 12:28



Oui, un de ces hommes qui ont compté dans l'avancement de la pensée. Il y a encore fort à faire



mamazerty 13/09/2013 16:28

très belle citation d'un homme admirable....Tout est dit....
quant au poème, ouh violent!!!!!désolé, Paul, tous frères ce n'est pas encore pour maintenant....

Jeanne Fadosi 13/09/2013 20:11



on en rêve depuis des millénaires et c'est cet espoir qui fait bâtir des cathédrales ou autres prouesses du Monde ...


Mais oui, ce n'est pas encore pour maintenant ...



fanfan 13/09/2013 13:50

Un beau poème qui n'a pas pris une ride; un humaniste est mort ; c'est un bel hommage; bises

Jeanne Fadosi 16/09/2013 12:32



Et là, j'aurais bien aimé qu'il prenne quelques rides de sagesse. Je crains que ce ne soit l'inverse.


Bises



Présentation

  • : Fa Do Si
  • Fa Do Si
  • : Au fil de mes réflexions, en partant du quotidien et ou de l'actualité, d'une observation, ou à partir de thèmes des communautés de blogs ...
  • Contact

Sur les blogs, les jeux d'écriture témoignent de la vitalité

de la langue française sans tapage

Recherche

 

 Ephéméride de ce jour

 

et chaque jour

je n'oublie pas Anne-Sophie

les yeux dAnne-sophie

et ses compagnes d'infortune :

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015

(clic sur son regard pour comprendre ... un peu)

 

Profitez des instants de la vie :

le temps s'écoule à sa cadence,

trop vite ou trop lentement,

sans retour possible

La Marguerite des possibles

TheBookEdition - La marguerite des possibles

130818 couverture 200

La 4ème anthologie est en préparation

Informations sur 

 Les anthologies éphémères