Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 octobre 2009 7 11 /10 /octobre /2009 23:42

~ Billet 220 ~

Pour la communauté des
Croqueurs de mots en ses sixièmes mots de tête occasionnés par l'enigme d'un testament particulier, sur les traces duquel Brunô a lancé ses fins limiers (nous), voici ma petite contribution, subtil mélange de rêve et de réalité.(pas modeste, la blogueuse ...)

L'indice : l'auteur du testament est celui qui ne possède rien mais donnera beaucoup.

Avis important : historiquement, si le testament évoqué existe bien, ce que je laisse supposer de son contenu, et de sa rédaction sont le fruit de mon imagination, même si c'est plausible. En revanche, tout le reste est véridique.

En ce jour sombre du 5 septembre de l'an 1658, voilà plus d'un an que la gente Dame Marthe de la Perrière garde le lit, affligée d'une langueur inguérissable.
Lasse de ne pas recouvrer la santé, elle se décide, en ce jour triste, à faire venir le clerc du notaire d'à côté, et fait préparer son écritoire avec tout ce qu'il fallait d'encre, de plume et de velin, le tout de la meilleure qualité.

Elle désespèrait de reprendre un jour son ouvrage, les médecins ne lui avaient laissé aucun espoir.
Qu'importe qu'elle n'ait rien de tangible à léguer, elle va mourir, une autre fille doit reprendre le fil.

La rédaction du testament fut longue et laborieuse. Le brave clerc n'entendait rien aux mots qu'elle lui dictait et Marthe ne lui était d'aucun secours, n'ayant elle-même qu'une connaissance minimale des lettres et de l'écrit.
Le testament était destinée à la personne qui lui succéderait dans son activité et devrait ainsi être transmis de génration en génération.
Son contenu devait impérativement en être tenu secret.

Fort heureusement, elle finit par se rétablir et eut encore le temps d'apporter des améliorations à sa première création, le "vélin" qui faillit bien être la seule. En 1660, sa ville eut son point. Celui-ci devint vite si réputé que le Grand Colbert y créa la manufacture royale en 1665, laquelle eut l'exclusivité de la fabrication du point de France jusqu'en 1675.
Pendant ce temps Madame de la Perrière continua de perfectionner son propre point et  d'en organiser la fabrication clandestinement, en en protègeant le secret par une division du travail poussée. Chaque dentellière n'avait la parfaite connaissance que d'une seule étape du processus.

Dès 1903 une école dentellière est créée pour perpétuer ce précieux travail et au mileu du vingtième siècle la soeur dentellière Marie du Sacré coeur, dépositaire du secret de fabrication, décide de permettre à toutes les dentelières d'en connaitre la totalité des étapes.
En 1976, à la suite d'une nouvelle menace de disparition, l'Ecole Dentellière est transformée en Atelier National du Point d'Alençon, composé d'une douzaine de dentellières.

Ces informations ont été compliées sur la page du point d'Alencon de netenvies.free
ICI , ou encore ICI ICI ou ICI
sans oublier le recours à wikipédia, Dentelle d'Alençon

Le maire d'Alençon a annoncé en 2009 la candidature de la dentelle d'Alençon comme patrimoine culturel immatériel de l'Unesco.

Si vous avez encore un peu de temps, une visite virtuelle au
Musée des Arts et de la Dentelle d'Alençon vous montrera quelques échantillons des merveilles que l'on doit à cette Dame qui n'avait rien à léguer en 1658.

Et en prime, un petit bout de dentelle d'Alençon encadrée par ma soeur, Jacotte, cliché de son mari (avec son aimable autorisation).

Partager cet article

Repost 0
Published by Jeanne Fadosi - dans défiscroqsmots
commenter cet article

commentaires

Tricôtine 18/11/2010 22:21



et bien je vois qu'à l'époque j'avais raté ce billet là, pourtant si interessant !!  c'est bien de faire des post
it  Jeanne !! 



Jeanne Fadosi 20/11/2010 16:35



Toi qui aime voir et faire des travaux d'aiguille, je comprend que cela t'intéresse, notamment une visite au musée. Si tu as l'occasion d'aller à Alençon, c'est une visite à ne pas manquer.



Melly 18/11/2010 10:35



Très jolie cette dentelle -   c'est un vrai héritage que de recevoir les explications pour ce point de broderie !


dommage qu'aujourd'hui la vie moderne ne nous facilite pas l'utilisation de ces broderies -  mais un joli col brodé sur un twin-set fait toujours son effet !



Jeanne Fadosi 20/11/2010 16:51



Merci pour ton jeu de mots. Je crains que même si je pouvais matériellement mettre un col en dentelle au point d'Alençon je n'ai pas du tout les moyens d'en acquérir ! Il faut des heures de
travail pour faire la surface de l'ongle du pouce !
Mais j'ai un col en broderie de Bretagne et je ne sais hélas qu'en faire.



Quichottine 15/10/2009 11:18


Tu as profité de la consigne de Bruno pour nous parler des dentellières... C'est superbement écrit !

Merci, Jeanne. Passe une belle journée. Bisous.


Jeanne Fadosi 15/10/2009 23:11


Pour une autre raison aussi si j'arrive à trouver le temps.
Belle fin de semaine Quichotine


clementine 13/10/2009 19:44


bonsoir,
On dirait une histoire vécue, réelle.. et tu l'écris un peu avec les mots d'autrefois. c'est très émouvant..
bonne soirée
clem 


Jeanne Fadosi 13/10/2009 19:59


Salut Clem, figure-toi que mis à part l'épisode du testament, qui a bien été rédigé à cette date-là mais dont j'ignore tout, tout le reste est vrai. Si tu as un tout petit peu de temps, tu
retrouveras l'histoire de la dentelle d'Alençon en suivant les liens que j'ai mis dans cet article.
belle soirée


Le Bigorneau : 13/10/2009 13:58


super Jeanne, une belle idée et de bonnes infos pour traiter ce sujet... étonnant ! bravo à toi... bisous...bonne journée...


Jeanne Fadosi 13/10/2009 18:55


j'aime beaucoup la dentelle mais j'admire encore plus les dentellières qui travaillaient à s'user la vue et bien souvent elles devenaient aveugles.
Belle fin de journée.


krismalo 12/10/2009 19:56


instructif!merci à toi
krismalo


Jeanne Fadosi 12/10/2009 23:37


De rien mais ce n'est pas avec les conseils de BrunÔ qu'on va s'en tirer (rires )


Bruno 12/10/2009 16:58


Un point bien particulier effectivement et un secret bien gardé mais heureusement finalement transmis.......
Merci pour cette belle histoire jeanne
Grosses bises


Jeanne Fadosi 12/10/2009 23:16



Le secret fut sa force en face de la dentelle de Venise qu'elle a égalé puis dépassé. Mais ce fut aussi sa faiblesse car elle a failli de nombreuses fois disparaitre quand la transmission en
était menacée et que la clientèle riche se faisait plus rare.



Annie 12/10/2009 10:29


Cela me fait penser à une amie dentellière que j'admire.
Belle écriture!


Jeanne Fadosi 12/10/2009 23:12


Ce doit être merveilleux de la voir travailler.


patriarch 12/10/2009 09:56


Merci pour la leçon entrecoupée de faits très divers !!


Bonne journée avec bises.


Jeanne Fadosi 12/10/2009 23:11


Je n'ai pas beaucoup brodé, pratiquement tout est vrai. Sauf que j'ignore le contenu du testament et si elle l'a dicté à un tiers ou l'a rédigé elle-même, car je ne sais pas si elle savait ou non
lire et écrire. Je ne sais pas nonplus ce qu'il est advenu du testament mais il a bien été rédigé à cette date-là ou au moins est-ce la date d'enregistrement.


harmonie37 12/10/2009 07:42


Voici, un point de testament ui fait jolie oeuvre.
Bisous


Jeanne Fadosi 12/10/2009 23:08


La Dame vécut encore longtemps et on lui doit le point d'Alençon qu'elle a mis au point après avoir par crainte rédigé prématurément son testament. Elle a encore vécu une vingtaine d'années après.


gypsy 12/10/2009 04:09


bonjour Jeanne
je te souhaite une bonne semaine !
très interessant !!! bisous


Jeanne Fadosi 12/10/2009 23:06


Je suis admirative devant ces dentelles faites à la main et devant la dexterité des dentellières


Présentation

  • : Fa Do Si
  • Fa Do Si
  • : Au fil de mes réflexions, en partant du quotidien et ou de l'actualité, d'une observation, ou à partir de thèmes des communautés de blogs ...
  • Contact

Sur les blogs, les jeux d'écriture témoignent de la vitalité

de la langue française sans tapage

Recherche

 

 Ephéméride de ce jour

 

et chaque jour

je n'oublie pas Anne-Sophie

les yeux dAnne-sophie

et ses compagnes d'infortune :

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015

(clic sur son regard pour comprendre ... un peu)

 

Profitez des instants de la vie :

le temps s'écoule à sa cadence,

trop vite ou trop lentement,

sans retour possible

La Marguerite des possibles

TheBookEdition - La marguerite des possibles

130818 couverture 200

La 4ème anthologie est en préparation

Informations sur 

 Les anthologies éphémères