Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 mars 2014 1 31 /03 /mars /2014 06:00

 

Pour faire suite à ma participation au défi n°119 des CROQUEURS DE MOTS, Il était tentant de continuer en poésie à décliner le RIEN

Pas gai gai ce que j'ai trouvé, mais tellement percutant

Je n'avais pas envie de plomber l'ambiance plus que ça et j'ai confié à Raymond Devos le soin de vous enchanter avec plus ou moins rien en attendant ce rendez-vous de ce lundi prochain pour vous faire partager mes autres découvertes

 

 

avec Léo Ferré, grandiose, déclamant Il n'y a plus rien L'écouter demande un peu de temps (environ 13 minutes) ICI mais franchement en ces temps bizarres ici et ailleurs, cela vaut le coup d'écouter sa hargne et de la méditer

 

avec Fernando Pessoa Bureau de tabac (l'écouter ICI (environ 12 minutes)

 

Vincent Van Gogh terrasse de café le soir

.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jeanne Fadosi - dans jeudi-en-poésie-etc
commenter cet article

commentaires

Quichottine 07/04/2014 10:59

ça va mieux... mais il me reste deux séances de kiné et j'en sors toujours KO. :(
Bises et douce journée Jeanne.

Jeanne Fadosi 07/04/2014 11:32



c'est bon signe ... bises



Quichottine 03/04/2014 10:26

Merci pour ces choix. Je dois dire qu'en ce moment, c'est un peu difficile de tout faire.

Passe une douce journée.

Jeanne Fadosi 07/04/2014 10:57



Je te comprends. J'ai fait exprès de différer la publication de ces choix. Notamment pour ce que clame Léo Ferré


J'espère que tu récupère bien ton bras


bises



emma 31/03/2014 09:23

merci pour ces beaux choix, Jeanne, et le plaisir de réécouter Léo, slammeur indigné enragé...
As tu lu ce livre si intense "le dieu des petits riens" ?
et pour toi un joli petit rien, mode d'emploi du suicide raffiné :
"Avant de se faire brûler vif dans une rue fréquentée sur un trottoir ensoleillé, par une belle matinée d’automne, ou de s’écraser sur le bitume en se jetant d’un gratte ciel, on prendra soin de
rédiger quelques vers, un quatrain, au besoin un distique, en l’honneur du petit pont de son jardin japonais. Rien ne peut mieux mettre en paix un homme avec lui même pendant qu’il flambe sur un
trottoir, que de penser qu’il n’a plus de dette protocolaire envers le pont microscopique de son petit jardin japonais. Un pont si petit, si petit, qu’on ne quitte plus rien…"
(Alexandre Vialatte, Almanach des quatre saisons)

Jeanne Fadosi 31/03/2014 16:45



ah emma, ce livre fait partie de ceux que je dois lire absolument et je ne l'ai toujours pas fait.


Quant au petit pont japonais, je n'en ai même pas en propre, mais j'aime contempler le pont miniature qui a été fait pour les oiseaux éventuels sur la mare près de chez moi.


Alexandre vialatte en a de drôles d'idées. Je ne sais si elles sont efficaces. 



eMmA 31/03/2014 08:24

Jeanne, si je peux ajouter ma toute petite patte de rien du tout à ce concert :

- d'abord le merveilleux Souchon : http://www.emmacollages.com/article-question-de-philosophie-ou-de-point-de-vue-109896206.html

- et mon petit poème : ww.emmacollages.com/article-une-bulle-une-plume-la-lune-qui-s-allume-97902064.html

Bonne semaine.
eMmA

Jeanne Fadosi 31/03/2014 16:41



Bien sûr la vie ne vaut rien rien ...


Bien jolie chanson qui a eclipsé les mots de Malraux dans La condition humaine :


"Une vie ne vaut rien mais rien ne vaut une vie" 


Merci pour tes liens je vais aller y faire un tour


belle semaine à toi aussi



Présentation

  • : Fa Do Si
  • Fa Do Si
  • : Au fil de mes réflexions, en partant du quotidien et ou de l'actualité, d'une observation, ou à partir de thèmes des communautés de blogs ...
  • Contact

Sur les blogs, les jeux d'écriture témoignent de la vitalité

de la langue française sans tapage

Recherche

 

 Ephéméride de ce jour

 

et chaque jour

je n'oublie pas Anne-Sophie

les yeux dAnne-sophie

et ses compagnes d'infortune :

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015

(clic sur son regard pour comprendre ... un peu)

 

Profitez des instants de la vie :

le temps s'écoule à sa cadence,

trop vite ou trop lentement,

sans retour possible

La Marguerite des possibles

TheBookEdition - La marguerite des possibles

130818 couverture 200

La 4ème anthologie est en préparation

Informations sur 

 Les anthologies éphémères