Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 novembre 2012 7 25 /11 /novembre /2012 03:00

 

Parmi les violences aux femmes, l'accent est mis cette année sur le viol. Et pour une fois, malgré l'actualité dense, les medias font entendre les voix qui les dénoncent.

 

Si banal (un viol tous les 8 minutes en France), si peu ... et parmi eux les viols conjugaux, reconnus comme tels seulement depuis 1992. Non mentionné comme tel dans le code pénal, la jurisprudence considérait qu'il n'y avait pas de viol entre époux ... Il existe encore des pays qui en sont là.

 

On fait bien de dénoncer ces pratiques inqualifiables. En n'oubliant pas que des hommes et des garçons peuvent aussi en être victimes.

 

Et bravo à ces femmes meurtries au plus profond de leur être (corps et âme confondus), de rompre le silence

Viol, les voix du silence, dossier sur le site de France Inter, le site de FranceTV

 

N'oublions pas pour autant les autres violences, celles qui s'installent insidieusement, celles qui dérangent la tranquillité des voisins, celles dont toutes les alertes de proches plus clairvoyants ont rencontré des impuissances compatissantes ou des fins de non recevoir.

 

Il ne suffit pas d'inscrire une pratique sociale inacceptable dans la loi pour l'éradiquer.

 

Il ne suffit pas d'appeler le 3919 quand on est victime de violences conjugales, il vaut mieux le faire.

      en parler avant de ne plus pouvoir le faire

 

Avec la plus grande prudence à une personne digne de confiance

et en n'oubliant pas d'effacer les traces de l'appel immédiatement après ou de sa navigation sur Internet.

Ce numéro est maintenant accessible même les jours fériés pendant de larges plages horaires.

 

 

Anne-Sophie detail journal1 - reduc

 

C'était l'une de mes petites nièces, l'une des petites filles de ma soeur aînée et de son mari

 

Pour Anne-Sophie, il est trop tard. 

Son enfant grandira sans sa maman.

 

Anne-Sophie et Noa encadré - reduc

(pastel sec sur pastel card que j'ai fait à partir d'un cliché instamatic pris par ma soeur, de sa petite-fille et de son arrière petit fils)

 

Il n'y a  aucune solution facile et acceptable. J'ai apprécié la manière fouillée dont les problèmes de violence ont été abordés dans leur complexité dans la serie de France2 vendredi soir 23 novembre 2012 "Main courante".

 

Deux ou trois choses cependant :

briser le silence, ... mais ne pas se mettre inutilement encore plus en danger

prévenir et éduquer éduquer éduquer ... d'autres relations humaines entre les êtres humains, apaisées, sont possibles, sont nécessaires ...

ne pas tout attendre de la judiciarisation. Une très petite minorité des victimes obtient la reconnaissance de la justice, même parmi celles qui brisent le silence. Alors, heureusement qu'on peut se réparer en dehors d'une reconnaissance par la justice !

Victime oui ... ... mais.

Je vous vois venir, ne craignez rien, je ne vais pas faire chorus avec toutes celles et ceux qui disent qu'elles doivent bien y être pour quelque chose. Et quand bien même y seraient-elles même un peu, même beaucoup, pour quelque chose, d'ailleurs ? Les violences subies par ces femmes en seraient-elles moins odieuses ?

 

Non, ce que je veux dire dans mon "mais", c'est que si nous voulons faire admettre que ces violences sont inadmissibles, il faut que les femmes relèvent la tête, qu'elles fassent d'abord reconnaître leur dignité de femme en tant qu'être humain à part entière : il faut ne considérer que les faits dont les femmes sont victimes et non pas les maintenir dans un statut de victime, ce qui alimente la représentation de la femme "mineure", telle qu'elle a traversé, en France du moins, deux siècles de code civil et pénal et sa très lente émancipation juridique et citoyenne.

 

Et lutter ensemble, tous ensemble, contre toutes les violences ...

 

Voir aussi Viols : "Des drames noyés dans la honte ... "  ou le déni Viols : "Des drames noyés dans la honte" ... ou le déni

.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jeanne Fadosi - dans Le-coin-du-crieur
commenter cet article

commentaires

Harmonie37 02/12/2012 01:02


Tes articles sur le sujet sont toujours très fort et très criant.


 


Je vais te répondre peut-être un peu bizarrement, parce que ce soir, jai une multitude de choses qui me passent par la tête en te lisant.


 


Difficile de dire non, difficile de dire stop, difficile de tourner une page quand on ne sait où tourner les talons.


Difficile d'être quand un esprit nous harcèle !


 


Il existe tant de forme de violence, tant de façon de manipuler l'autre et tzant de choses derrière l'histoire de chacun !


 


Violence et amour que ces mots me semblent inassociable et pourtant l'amour nous fait souvent violence.


Qu'il est difficile d'aimer parfois même son enfant !


 


Je ne sais pas, je ne sais plus, ces bruits hurlent dans la ma tête, des cris d'amour, des cris de honte, les cris du mépris !!!!


 


L'amour méprisant l'aimé !!!!


 


Mais mot résonne dans le vide de mon esprit un peu tordu.


Tout se mèle dans cette pagaille, une histoire bien différente et pourtant tellement pareille.


 


Merci Jeanne de ces articles fort, je sais pas si tu vas comprendre un traite mot de ce com, jespère que oui quand même, sinon c'est pas le top comme partage.


Gros bisous Jeanne

Jeanne Fadosi 02/12/2012 11:20



Il était bien tard quand tu as déposé ce com. Rassures-toi, tout ce que tu y as écrit est compréhensible et pertinent.


Chaque histoire est singulière évidemment


Bien amicalement



marie chevalier 01/12/2012 12:01


je ne  peux qu'approuver cette analyse Jeanne. On doit toutes lutter tous les jours contre ce fléau. il n'y a  pas que  les  bleus  visibles, il y a  le corps 
martyrisé par des brutes, voire des  malades.


Rien n'est fait encore  pour éduquer les parents des garçons car  souvent, malheureusement, les coups  ne sont  qu'un remake de ce que l'homme a vécu ou vu chez  lui,
 adolescent ou gamin.


c'est vrai aussi que des hommes et des  jeunes  gens  subissent des  maltraitances et  là aussi il faut le dire. Bonne  journée Jeanne

Jeanne Fadosi 01/12/2012 17:44



je ne peux qu'être d'accord avec toi. Rompre avec les habitudes sociales, car c'est bien de cela dont il s'agit quoiqu'en disent ceux qui disent que ça n'arrive pas dans leur milieu ... par
l'éducation , les témoignages, ne pas oublier que chaque année de nouvelles générations sont à avertir. Mais éviter que la mise en garde devienne juste un bruit de fond dont on ne fait plus
attention. bises et belle fin de  semaine



leblogdhenri.over-blog.com 01/12/2012 11:49


Bonjour Jeanne,


Un grand BRAVO ! Une loi oui bien sur mais il y en a tant qui n'ont jamais connu de décret d'application. Un petit détail à attiré mon attention. A la suite du procés de Régis de
Camaret condamné pour "viol et attoucchements sexuels sur mineures de moins de 15 ans", Aprés sa condamnation la fédération nationale de tennis à écarté du siège Nathalie Tauziat à l'origine du
procés mais dont on n'a pas tenu compte de sa plainte parce qu'il y avait prescription.Pour moi une décision incompréhensible. Bises amicales.


Henri.

Jeanne Fadosi 01/12/2012 17:21



les outils juriqidues existent. c'est surtout les moeurs et les mentalités qu'il faut faire évoluer (pour la prévention) et pour la protection, c'est dans la mise en oeuvre à tous les niveaux
avec une véritable volonté de protéger, encore une fois, les dispositifs juridiques existent


bises amicales



mansfield 25/11/2012 12:34


Tu as raison de nous marteler ce fléau dans le crâne et de nous obliger à ouvrir les yeux, on n'en parlera jamais assez, merci jeanne

Jeanne Fadosi 26/11/2012 12:29



oui  mais il faudra continuer à le faire et veiller à ce que cela ne devienne pas non plus un bruit de fond qui ne dérange plus guère. Mieux vaudrait encore trouver des vraies solutions pour
améliorer les moeurs des humains ...



Quichottine 25/11/2012 10:32


C'est un sujet qui n'est pas facile... mais je crois aussi qu'il faut en parler.


Merci de le faire ainsi, Jeanne.


Passe une douce journée. Bises.

Jeanne Fadosi 26/11/2012 12:05



Oui, je crois qu'il faut en parler. Même si pour elle on ne peut plus empêcher ce qui s'est passé


bises



mamazerty 25/11/2012 08:43


je te suis complètement y compris pour les conseils de prudence...une éducation à la non violence aussi de façon plus générale....et apprendre aux filles que leur corps leur appartient comme un
bien dont elles seules disposent librement (en choisisssant quoi en faire, avec qui,ou pas)...pas facile d'aborder ces sujets là....pour ce,j'ai dû me faire violence moi même, passer au dessus
d'une éducation très prégnante où les maux du corps n'existaient pas et le corps non plus sauf comme image impeccable....merci pour tes réflexions

Jeanne Fadosi 26/11/2012 12:00



Aux filles et aux garçons. Ca n'arrive pas qu'aux filles et les garçons de par la culture dominante ont encore plus de mal à le réaliser et quand ils osent parler à se faire croire ...


Sujet tabou autant que l'acte et on met le couvercle dessus.


merci d'avoir eu le courage de me laisser un commentaire. Ce n'est pas facile d'évoquer ce sujet, que l'on soit directement concerné ou non



patriarch 25/11/2012 07:18


Et il pense être des hommes......Bises et bon dimanche tout de même

Jeanne Fadosi 26/11/2012 11:49



les stéréotypes ont la vie dure ... bien sûr que la lutte contre ces pratiques immondes passent d'abord par une autre éducation


bises et merci de ton commentaire



jill-bill.over-blog.com 25/11/2012 05:21


Bonjour Jeanne !!  Violentée, violée... De quel droit !!!  Aucun... Un drame dans la vie d'une femme, qu'elle soit femme battue à répétition ou violée ne fut-ce qu'une fois...  La
mort de cette jeune femme dans votre famille laissera des traces à jamais et un enfant orphelin de sa maman... La bestialité masculine; parlons-en !  Merci... Jill

Jeanne Fadosi 26/11/2012 11:45



D'aucun. Un drame tu,  répété ... et longtemps compté dans les statistiques comme 1 lorsqu'il est compté ! la bestialité tout court ... ce n'est hélas pas forcément l'apanage des hommes et
si je ne l'excuse pas, je comprend l'étonnement des hommes qui se comportent bien


bises 



Présentation

  • : Fa Do Si
  • Fa Do Si
  • : Au fil de mes réflexions, en partant du quotidien et ou de l'actualité, d'une observation, ou à partir de thèmes des communautés de blogs ...
  • Contact

Sur les blogs, les jeux d'écriture témoignent de la vitalité

de la langue française sans tapage

Recherche

 

 Ephéméride de ce jour

 

et chaque jour

je n'oublie pas Anne-Sophie

les yeux dAnne-sophie

et ses compagnes d'infortune :

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015

(clic sur son regard pour comprendre ... un peu)

 

Profitez des instants de la vie :

le temps s'écoule à sa cadence,

trop vite ou trop lentement,

sans retour possible

La Marguerite des possibles

TheBookEdition - La marguerite des possibles

130818 couverture 200

La 4ème anthologie est en préparation

Informations sur 

 Les anthologies éphémères