Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 août 2017 5 18 /08 /août /2017 17:00

 et la Terre pleure sur les humains

Catalogne 16 - 17 - 18 août 2017

Catalogne, Espagne, Al-andalus, tous humains, tous terriens

Les larmes sont le sang de l'âme

C'est un oeil qui pleure

sur l'humanité abstraite

jusqu'à l'inconscience

 

Et les hommes se déchaînent

et la Terre désespère.

Repost 0
2 août 2017 3 02 /08 /août /2017 10:20

Quand le dernier arbre

aura été abattu

Quand la dernière rivière 

aura été empoisonnée

Quand le dernier poisson

aura été pêché

Alors on saura que l'argent

ne se mange pas

Proverbe amérindien

attribué souvent à Go Khla Ye dit Géronimo

Vexin, 24 avril 2012

Vexin, 24 avril 2012

Repost 0
2 août 2017 3 02 /08 /août /2017 10:15

Une certaine idée de La Femme

une femme contre toutes les idées toutes faites

Repost 0
6 juillet 2017 4 06 /07 /juillet /2017 15:15

Pierre Henry est mort cette nuit, à quelques heures de l'ouverture du Festival d'Avignon, à quelques jours des cinquante ans de la création en juillet 1967 du ballet du chorégraphe Maurice Béjart sur la musique de Messe pour le Temps présent qu'il avait spécialement commandé à Pierre Henry et Michel Colombier, dans la Cour d'honneur du Palais des Papes.

Les dépêches titrent le "compositeur", "père de la musique concrète" ou "père de la musique moderne" "grand-père de la techno" ...

"Compositeur", c'est bien peu dire pour ce musicien hors norme qui a su à la fois capter l'air du temps et le projeter dans la post-modernité, en évitant l'écueil de l'éblouissement des phares du trop grand succès et l'enfermement idéologique du penser et faire nouveau à tout prix.

« Les compositeurs travaillent avec des sons à tout faire, l’équivalent des notes de musique. Moi, je n’ai pas de notes. Je n’ai jamais aimé les notes. Il me faut des qualités, des rapports, des formes, des actions, des personnages, des matières, des unités, des mouvements. /…/ C’est insuffisant, les notes. Ça n’est rien. Ça se perd. C’est bête. On ne peut pas travailler avec les notes. Les notes, c’est bon pour les compositeurs. »
Pierre Henry, Journal de mes sons, Actes Sud, 2004

wikipedia - Pierre Henry

« Il faut prendre immédiatement une direction qui mène à l'organique pur. À ce point de vue, la musique a été beaucoup moins loin que la poésie ou la peinture. Elle n'a pas encore osé se détruire elle-même pour vivre. Pour vivre plus fort comme le fait tout phénomène vraiment vivant. »
Pierre Henry, Pour penser à une nouvelle musique, 1950

wikipedia - Pierre Henry

1949 - 1950, Pierre Henry a 25-26 ans et collabore à l'écriture de Symphonie pour un homme seul, de Pierre Schaeffer, chorégraphiée par Maurice Béjart en 1955

le film premier prix au festival mondial de Rio de Janeiro en 1957 débute par ces mots écrits :

« L'HOMME, hanté par les bruits, par l'agitation mécanique, crie sa peur ...

emmuré vivant, menacé par la foule anonyme, il ne trouve plus dans l'amour un refuge

pour échapper à l'anéantissement total, il lui faut s'évader, s'élever, atteindre ... »

film Symphonie pour un homme seul, voir ci-dessus

Repost 0
1 juillet 2017 6 01 /07 /juillet /2017 10:07

Et surtout une femme.

Non pas une femme de, une femme.

Non pas une femme contre, une femme avec.

Un être humain à part entière.

En d'autres temps j'aurais pu écrire un homme. Mais qui se souvient que homme vient du latin homo qui signifie individu du genre humain ?

Qui se souvient que homo n'est pas seulement  l'apocope devenu la désignation souvent péjorative soft pour remplacer des mots familiers ou argotiques désormais, c'est heureux, considérés par la loi comme des insultes homophobes ?

et qui pense à faire la relation entre hommage et homme ?

 

Quand on requiert Simone Veil sur un moteur de recherche, c'est le plus souvent et encore aujourd'hui des liens concernant Simone Weil, la philosophe, qui apparaîssent en premier.

 

Alors même qu'elle vient de mourir et que son nom restera je l'espère associé à l'une des lois les plus importantes de la deuxième moitié du vingtième siècle

la loi Veil

 

Alors même qu'elle a été la première femme présidente du Parlement Européen, portant l'idée d'Europe vers un horizon qui semble bien oublié de ses dirigeants actuels.

 

Alors même que ne se revendiquant pas le moins du monde  "féministe", et jouant avec brio le rôle d'une "dame" de ses années-là,  elle a incarné le féminisme en menant sa vie en femme libre, en "femme debout" comme titrent des journaux de ce matin pour lui rendre hommage.

 

Alors même qu'elle a été l'une de premières et souvent rares femmes ... haut fonctionnaire de l'administration pénitentiaire, ministre, députée européenne, présidente de ce parlement, et enfin académicienne.

 

Alors même qu'elle était encore en 2016 la troisième personnalité préférée des français (selon le  sondage du Journal du dimanche).

 

Quand bien même elle s'est égarée à faire écarter Le Chagrin et la pitié, de Marcel Ophuls d'une diffusion à l'ORTF, ce qui a valu au documentaire un succès de cinéma et un retentissement qu'il n'aurait peut-être voire probablement pas eu.

 

Quand bien même elle s'est laissée entraîner à saluer les manifestants de la Manif pour tous, opposants virulents au mariage pour tous, ceux-là même et leurs descendants qui s'étaient si violemment et indignement opposé directement à elle lorsqu'elle portait la loi pour la légalisation de l'avortement.

 

Quand bien même elle tire sa révérence le matin même où le parlement allemand a voté en seulement 38 minutes une loi accordant l'accès au mariage aux couples homosexuels allemands envoyant cet événement notable aux oubliettes de l'information.

 

Je n’imaginais pas la haine que j’allais susciter, confia-t-elle dans un livre entretien avec la journaliste Annick Cojean[5] : Il y avait tellement d’hypocrisie dans cet hémicycle rempli essentiellement d’hommes, dont certains cherchaient en sous-main des adresses pour faire avorter leur maîtresse ou quelqu’un de leurs proches.

Les hommes aussi se souviennent, Simone Veil Annick Cojean, ed. stock 2004

Repost 0
30 mai 2017 2 30 /05 /mai /2017 17:16

Dans mon petit coin de Vexin, cela se passe à Montagny en Vexin (dans l'Oise)

Rendez-vous aux jardins : quinzième édition
Rendez-vous aux jardins : quinzième édition
Repost 0
29 octobre 2016 6 29 /10 /octobre /2016 05:00

 

billet réédité et (à peine) actualisé

 

Comme tous les ans, le dernier dimanche d'octobre, on passe à l'heure d'hiver, alors je recycle ce billet de l'an dernier, qui n'a pas pris une ride lui, moi si sans doute, mais je ne les compte pas.

 

Ce dimanche 30 octobre, à 3 heures du matin

 

3-heures.JPG

 

il sera 2 heures

2 heures heure d hiver

 

Inutile de mettre à l'heure nos petits joujoux modernes (décodeur télé, ordinateur relié à Internet, téléphones mobiles) à moins qu'ils ne soient d'une génération de l'autre siècle. Ils seront mis à jour à distance.

 

Mais pendules et horloges anciennes, des montres peut-être, l'horloge du tableau de bord de ma voiture ... J'y penserai demain.

En attendant, je pourrai rester une heure de plus sous ma couette et vous aussi ! (enfin moi sous la mienne et vous sous la vôtre n'est-ce pas)

.

Repost 0
Published by Jeanne Fadosi - dans Le-coin-du-crieur
commenter cet article
20 mars 2016 7 20 /03 /mars /2016 09:00

J'ai ouvert ce premier et unique blog à l'époque vers la fin de juin 2008.

Le choix de la plate-forme Over-Blog me semblait être un bon compromis entre simplicité et souplesse de présentation. Même avec les mises en pages proposées.

Je ne souhaitais pas en faire un "journal extime", ce qui me semble être de l'ordre de l'impudeur, mais un exutoire à un quotidien tristement banal, chargé de désagréments que d'autres plus à plaindre m'auraient pourtant envié.

Dans sa forme, j'ai fait évolué sa présentation au fur et à mesure que je m'appropriais l'assistant de mise en page.

Dans le contenu, j'ai rejoint des "communautés" qui proposaient des thèmes de publication (écriture, photo, mix ...) J'y ai fait de belles rencontres.

La plateforme a évolué avec l'évolution de ses "patrons". J'ai avec bonne volonté joué le jeu de l'adaptation tout en créant en parallèle un petit rejeton sur une autre plateforme que j'expérimentais depuis l'hiver 2013 et qui est devenu un éphéméride que je m'efforce de mettre à jour en prenant le temps de la réflexion dans la hiérarchie des informations à retenir.

Me suivre sur la blogosphère ... explications

ooooooo-----------------> La blog heure de Jeanne Fadosi

J'ai sincèrement espéré maintenir ce blog mais la publicité envahissante, la suppression des facilités de mise en page qui m'avaient fait faire ce choix initial, la difficulté de tenir plusieurs blogs en parallèle ...

Bref, voilà plus d'un an que j'ai basculé l'activité principale sur

Me suivre sur la blogosphère ... explications

ooooooooo-----------------> Fadosi continue

tout en publiant mes articles essentiellement photo sur le petit frère de celui-ci ouvert pour prendre en mains les fonctionnalités de la nouvelle version d'OB

Me suivre sur la blogosphère ... explications

ooooooooo-----------------> jeannefadosi

Repost 0
Published by Jeanne Fadosi - dans Le-coin-du-crieur
commenter cet article
14 septembre 2015 1 14 /09 /septembre /2015 20:00
93 cœurs pour un mariage et des rêves d'enfants

Nous sommes 170 auteurs et illustrateurs à avoir participé depuis Avril 2011 aux projets en faveur de l’association Rêves qui permet à des enfants gravement malades de réaliser leur rêves grâce aux droits d’auteurs et les bénéfices divers générés par nos 4 livres (anthologies éphémères) publiés à ce jour :

Parmi nous, des personnes de nombreux pays et horizons, de tous les âges (neuf ans à plus de quatre-vingts) déjà connues dans leur domaine, dans leur art (artistes – photographes, peintres, sculpteurs, écrivains) et puis d’autres, anonymes qu’on ne connaîtra jamais que sous les pseudonymes qu’ils se sont choisis.

Chaque fois que nous avons réussi à faire sourire un enfant, nous en avons été immensément heureux. Depuis notre premier livre cinq rêves sont déjà réalisés, un autre est en passe de l’être, nous avons versé près de huit mille euros à l’association Rêves

Nous sommes particulièrement fiers de notre nouveau-né : Le Mariage.

Ce livre de 334 pages sur lequel nous avons travaillé depuis février 2012 représentait un défi supplémentaire en ne nous contentant pas de rassembler des textes indépendants mais en écrivant une véritable histoire, celle du mariage de Marie et Clément et de toutes les personnes qui y ont assisté et qui confient leurs sentiments, leurs souvenirs au contact des mariés. Chaque auteur a créé son personnage, lui a donné vie. Ceci a nécessité une communication par courriel entre les différents auteurs et une relecture attentive de coordinateurs pour assurer la cohérence du tout. Les illustrateurs avaient une contrainte : travailler en noir et blanc, pour diminuer le coût du livre.

Nous souhaitons de tout cœur que le mariage, ce livre pas tout à fait comme les autres, aux 186 mains et 93 cœurs, ait une audience record parce qu’il le mérite mais surtout pour qu’il puisse donner de la joie à des enfants malades.

Merci à tous ceux qui achèteront ce livre et qui partageront cette information avec leurs amis et connaissances par mail et sur les réseaux sociaux.

http://www.les-anthologies-ephemeres.fr

Repost 1
Published by Jeanne Fadosi - dans Le-coin-du-crieur
commenter cet article
29 décembre 2014 1 29 /12 /décembre /2014 19:20

~ Billet 28 ~ réédition 29/12/2014 (première édition 29/11/2009  16:09)

Parce que dans ma bal, dans ma boite aux lettres, dans les spots publicitaires, ce qui est systématiquement mis en avant dans les appels aux dons des grandes ONG, de façon de plus en plus récurrente, c'est 

Donnez, c'est déductible des impôts.

Alors vous savez quoi ! ça a le don de me mettre en pétard ...

Moi je donne pour donner par pour que l'Etat en paie les 2/3 ou les 3/4

***


Cachez-moi ce pauvre que je ne saurais voir.

près d'un bidonville années 60 

 photo prise par un de mes frères au début des années 60 sans doute près d'un bidonville

 

Depuis quelques jours (29 novembre 2009), l'actualité est ponctuée par la litanie des morts de la rue. Depuis qu'on veut les obliger à aller dans les centres d'hébergement. Le thermomètre reste pourtant positif et après ces tristes découvertes, on passe à autre chose.

 

Mais cherche-t-on à savoir de quoi ils sont morts ? Est-ce un effet de résonance ? Y en a-t-il plus ou autant que d'habitude, quand on n'en parle pas ? Rien n'est dit de ces magasins qui rendent les produits jetés impropres à la consommation en les arrosant par exemple d'eau de javel ou pire.  Il n'y a pas que l'hypothermie. L'empoisonnement, la contagion, la traque, l'effroi, l'alcool ou le manque,  et toutes ces saletés de drogues qui financent au final les grands trafics d'armes et des régimes corrompus. Tout est hypothèse mais pourquoi met-on ces projecteurs sur un échec de plus de nos civilisations dites avancées.

 

Pas si simple pourtant, d'accueillir certaines personnes quand elles ne vous respectent pas. J'en sais quelque chose qui ai dû, le coeur en berne, mettre un terme aux visites de plus en plus perturbatrices et destructurantes d'un de mes fils, pourtant chair de ma chair comme il est écrit dans des textes anciens.

 

Dignité, un mot bien vulnérable quand tout incite, y compris pour ces personnes, au repli sur soi et à l'égoïsme .

 

Honte, quand un magistrat ose utiliser les ressources du code pénal pour condamner le DAL à 12000 euros d'amendes au titre de l'article xxx pour dépôt d'objets sur la voie publique.

 

Dépôt, dépôt de biens financiers, caisse des dépôts et consignations, banques de dépôts,

Dépotoir, mot prononcé par ce fils paumé pour qualifier la chambre où il pouvait se reposer de temps en temps et où il entrepose quelques objets qu'il a sauvé de ses diverses errances. Même plus des meubles qu'il a dû abandonner en urgence en province après une nuit de non retour.

Dépotoir, cité aussi par une amie dans sa phrase « il te prend pour un dépotoir », ce qui m'a heurté, parce que j'ai son chien en garde depuis continûment une bonne dizaine de jours, garde sporadiquement prolongée par de rares sms ou du silence. Aux dernières nouvelles, c'était pour jusqu'à vendredi, (hier).

Le chien est mieux traité que son maître. Oui mais qu'y faire ? Son maître est tellement en révolte qu'il se saborde tout seul et refuse la sérénité d'une vie plus régulière, voire ne sait plus canaliser sa violence.

 

J'ai fait un tour par le dictionnaire : petit larousse édition 2005 dans la belle édition illustrée de Christian Lacroix

 

dépôt : action de déposer en lieu sûr ; chose déposée ; somme confiée à un organisme bancaire

 

mais aussi lieu relevant de la préfecture de police à Paris où sont détenues les personnes en attente d'être présentées aux autorités judiciaires.

Cane vous rappelle rien ? N'est-ce pas là dans ce genre de lieu que se sont déplacées il y a peu  un tribunal pour auditionner un détenu qui refusait de se rendre au tribunal pour qu'il puisse être constaté l'indignité de leur confinement ! Par des magistrats, tiens !

 

dépotoir. A priori, on aurait pu penser que c'était justement le lieu où l'on faisait un dépôt. Peut-être en a -t-il été ainsi à l'origine. A l'aide Alain Rey, et pardon pour avoir cité un dico concurrent du vôtre.

dépotoir, donc : 1 dépôt d'ordures ; 2 familier et c'est là que ces conclusions prennent un caractère insultant pour les occupants des tentes de Seine : Lieu où l'on relègue des personnes jugées incapables ou trop médiocres.

 

Dois-je encore ajouter un commentaire.

Si pourtant, la plupart des centres d'hébergement d'urgence pour Paris sont relégués loin de Paris et le ramassage se fait par cars.

 

Les médias sont restés plus discrets sur la condamnation des don quichottes pour les tentes du quai de Seine

Quant aux expulsions de squats, c'est silence radio et télé !

 

Un an déjà et rien n'a changé, si ce n'est que ce ne sont plus tous les mêmes.

J'avais écrit ça.

 

ND quai Seine1 - reduc 

               Corolles écarlates

 

Corolles écarlates sur les berges glacées,

Vous n'avez qu'un instant fait fleurir les pavés.

La charge a été brève tout autant que musclée,

La matraque en action derrière les boucliers,

Sans considération pour les eaux menaçant

De geler le corps sec des campeurs imprudents.

Ils pensaient donc encore, inconsciente candeur

Qu'il suffisait de croire en l'instinct de grandeur

Des complaisants humains obéissant aux ordres !

Des sans logis sous tentes auraient trop fait désordre ;

La nuance est ténue du zélé au servile ;

Entre Seine et parvis, cars et files dociles

De touristes oublieux de la misère du monde

 Le temps si éphémère d'un p'tit tour à la ronde.

 

 

Voilà les jours d'avant qui faisait plus classieux ND quai Seine2 - reduc

La tente d'un bédouin au confort luxueux,

Posée comme un OVNI sur les Champs Elysées*

Dans le tumulte froid d'un hiver supplicié,

Pour y faire allégeance au roi des Oasiens,

Et accepter l'aumône de ce grand argentier.

Que j'ai mal à ma France, que j'ai honte à ma France,

Quand nos représentants s'humilient sans décence,

Chaque jour un peu plus, chaque jour plus indignes

Sourds à tous ces symptômes qui sont autant de signes.

Jusqu'où certains pourront avaler leur chapeau ?

Nier le rire sous cape, le pli sous le manteau ?

Idéaux sacrifiés au fronton des mairies

Avec les oripeaux de la démocratie !

Trois mots en onze pieds dans la pierre gravés :

Liberté, égalité, fraternité

Ces mots sont-ils à ce point donc antagonistes ?

Nos puissants sont d'habiles illusionnistes !

Ce cynisme masqué au nom du réalisme,

Voire affiché dans l'habit gris du pragmatisme.

Ils osent, sans vergogne, prétendre à l'éthique,

Lors qu'ils n'essayent que fuir le mendiant étique

Sublime, universel, humble en son corps noueux,

Celant une âme pure sous son aspect rugueux.

 

Décembre 2007 - Jeanne Fadosi-

Modifié et complété 19 avril 2008

 

* (complément du 30/12/2014) Le colonel Kadhafi avait été invité par le président Sarkozy pour une visite de cinq jours en décembre 2007 (informations Libération 07/12/2007 ; Ina.fr)   

 .

Repost 0
Published by Jeanne Fadosi - dans Le-coin-du-crieur
commenter cet article

Présentation

  • : Fa Do Si
  • Fa Do Si
  • : Au fil de mes réflexions, en partant du quotidien et ou de l'actualité, d'une observation, ou à partir de thèmes des communautés de blogs ...
  • Contact

Sur les blogs, les jeux d'écriture témoignent de la vitalité

de la langue française sans tapage

Recherche

 

 Ephéméride de ce jour

 

et chaque jour

je n'oublie pas Anne-Sophie

les yeux dAnne-sophie

et ses compagnes d'infortune :

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015

(clic sur son regard pour comprendre ... un peu)

 

Profitez des instants de la vie :

le temps s'écoule à sa cadence,

trop vite ou trop lentement,

sans retour possible

La Marguerite des possibles

TheBookEdition - La marguerite des possibles

130818 couverture 200

La 4ème anthologie est en préparation

Informations sur 

 Les anthologies éphémères