Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 août 2019 1 26 /08 /août /2019 10:00

Drôle de titre allez-vous penser. Je vais essayer de vous expliquer le cheminement de ma pensée. Tout à l'heure en consultant mes newsletters, j'ai ouvert cet article du Huffingtonpost :

J'ai l'âge d'être grand-mère et ma maman, à mon âge avait même trois ou quatre arrière-petits enfants. Cet article qui répond à certaines de mes réflexions depuis que je vois les gens happés par leurs téléphones portables en tous lieux et en tous temps a eu aussi le mérite de me renvoyer à ma propre enfance.

Point de téléphone mobile à l'époque où moins de la moitié des foyers étaient dotés d'un téléphone fixe.

Avoir une ligne prenait quelques mois, coûtait le raccordement aux lignes téléphoniques sous forme d'un forfait qui permettait la mutualisation des coûts d'infrastructure mais qui était un frein malgré tout pour les bourses les plus modestes.

L'abonnement n'était pas négligeable et surtout les communications étaient facturées à la durée par zone. Tous les deux mois la facture de téléphone était attendue avec crainte quand on en avait usé.

Inutile de vous dire que le téléphone n'était pas un objet en libre service pour les enfants, du moins dans la plupart des familles aux revenus budgétés.

Et la bande dessinée alors ?

J'y viens ! J'habitais en Normandie, une région où les vacances n'étaient pas toujours synonyme de beau temps et où, grâce à l'amélioration des techniques d'imprimerie, et au succès de Walt Disney, la bande dessinée jeunesse s'est développée en force vers la fin des années cinquante et le début des années soixante. 

Il y avait déjà le phénomène Tintin qui a largement contribué à l'épanouissement des la bande dessinée belge.

Il y avait les pro Mickey, dingo Picsou avec le journal de Mickey, et il y avait les pro marsupilami et Spirou et bien sûr le magazine Pilote.

Mais à la maison, le débat se posait en amont entre grand parents privilégiant la lecture de "vrais" livres et des parents appréciant les BD.

L'avantage des étés pluvieux était qu'il y avait du temps à occuper pour les deux formes de lecture. J'ai eu des camarades de classe où les BD étaient proscrites, des oncles qui n'appréciaient pas non plus. Un papa vite rassuré sur mon avidité à lire qui faisait davantage attention aux contenus tant des images que des histoires.

Mais je doute que papa ou maman aient eu le contrôle en amont sur toutes les BD que j'ai lues, ni même qu'il ait été possible d'en mesurer toute la portée. 

Du reste, les journaux avaient leurs planches de BD à la couleur de leurs idéologies et je me souviens avoir lu sur les journaux qui servaient pour s'essuyer dans les cabinets du jardin de ma tante "des voyages de missionnaires qui se terminaient dans les marmites de ces vilains sauvages cannibales." !!! à un âge où j'étais encore tenu à l'écart des BD, à un âge où je savais déjà lire, soit environ 7 ans.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Quichottine 27/08/2019 18:45

Enfant, il y a très longtemps... il y avait Âmes vaillantes et Coeurs vaillants... que nous lisions à la sortie de la messe...
Je ne me souviens plus si nous les apportions chez nous...
Les BD étaient plus ou moins proscrites, même si mon frère aîné avait chaque année en cadeau de Noël l'album annuel de Mickey... Nous nous régalions des pages des dictionnaires et encyclopédies que nous avions en libre service dans notre appartement à Paris. Leur avantage, c'est qu'ils avaient des images...
Mais nous avons tous beaucoup lu... aujourd'hui, les seuls livres qui me déroutent tout à fait sont les mangas. Je n'y arrive pas du tout. :(

J'ai lu Pif à la Fac... plus tard, Tintin et Astérix. J'ai adoré les Schtroumpfs...
Je ne suis pas pour le téléphone à tout âge... j'ai aussi vécu les années où nous n'en avions pas et où l'on se contentait de la cabine téléphonique pour les appels urgents.
J'ai l'impression d'avoir vécu au temps de Cro-Magnon. :(
Bisous et douce journée.

ZAZA 26/08/2019 21:14

Quel plaisir ces BD. Nous étions abonnés au journal de Mickey et à Pif Gadget. L'enjeu avec ma frangine était de piqué à l'autre le journal de Mickey pour lire et faire les petits jeux en avant première. De bons souvenirs de crêpage de chignon ! ????
Bises et bon début de semaine

emma 26/08/2019 12:51

o tempora, o mores. Y a t il eu un temps où les BD les plus innocentes pouvaient paraitre sulfureuses ?
belle semaine, Jeanne !

Présentation

  • : Fa Do Si
  • : Au fil de mes réflexions, en partant du quotidien et ou de l'actualité, d'une observation, ou à partir de thèmes des communautés de blogs ...
  • Contact

Sur les blogs, les jeux d'écriture témoignent de la vitalité

de la langue française sans tapage

Recherche

 

 Ephéméride de ce jour

 

et chaque jour

je n'oublie pas Anne-Sophie

les yeux dAnne-sophie

et ses compagnes d'infortune :

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015 ; 123 en 2016 et en 2017 ; 121 au moins en 2018 ; 150 en 2019 (au moins 122 confirmés)

(clic sur son regard pour comprendre ... un peu)

 

Profitez des instants de la vie :

le temps s'écoule à sa cadence,

trop vite ou trop lentement,

sans retour possible

N'oubliez pas que

"Tous les matins du monde sont sans retour"

Métiers improbables

TheBookEdition - Les anthologies Ephémères

La 6ème anthologie est parue en mai

Informations sur 

 Les anthologies éphémères