Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 novembre 2011 3 02 /11 /novembre /2011 15:30

Cet après-midi, à 17h30 se tiendra un rassemblement sur le parvis des Droits de l'homme au Trocadéro à Paris, et dans d'autres lieux.

à l'appel de l'ADMD (Association pour le Droit de Mourir dans la Dignité) pour la 4ème année consécutive. L'heure est différente, peut-être pour favoriser la présence de ceux qui travaillent.

illustration-admd.jpg

(affiche empruntée à l'ADMD)

 

Je n'y serai pas parce que toute forme de foule même festive, m'angoisse.

parce que c'est loin et compliqué d'y aller, aussi bien en voiture (embouteillages et stationnement) que par les transports en commmun.

parce que je n'ai su qu'hier soir que je pourrais disposer de mon temps aujourd'hui.

 

Si j'avais pu surmonter ces motifs, j'aurais encore hésité ...

parce que je n'adhère pas inconditionnellement à toutes les propositions et toutes les oppositions de l'ADMD. 

 

parce que je n'oppose pas ces deux approches de la fin de vie que sont Mourir dans la dignité et l'accompagnement en fin de vie (soins palliatifs). Pour moi, elles sont complémentaires, voire se rejoignent quand l'augmentation des doses devient potentiellement ou objectivement létale.

 

parce que ces polémiques sont non seulement stériles mais une entrave aux progrès des idées et des actes collectivement réfléchis et encadrés et qu'elles cachent une grande hypocrisie dans les pratiques réelles (heureusement qu'elles existent) depuis des décennies.

 

De temps à autre, un humain qui n'a fait que ce que lui dictait sa conscience, se retrouve au pilori des médias et des censeurs, alors que tous les jours meurent par ailleurs faute de soins de plus en plus de personnes mal prises en charge par des couvertures sociales qui rétrécissent comme peaux de chagrin, des mutuelles et des assurances pas toujours accessibles, des droits dont on ignore le plus souvent l'existence et qui, de toutes manières, ne sont pas financés à la hauteur des besoins, si par aventure, cette connaissance en faisait réclamer le bénéfice.

 

Parce que des médicaments, nécessaires non seulement au confort mais à la survie dans de bonnes conditions de personnes affaiblies, sont déremboursés ou remplacés par de nouveaux médicaments qui n'ont pas fait leur preuve mais qui sont plus rentables pour les firmes qui les produisent, que la prévention est mal mise en oeuvre et qu'elle connait le plus souvent et odieusement des limites d'âge.

 

parce que le Droit de mourir dans la dignité, quelque soit le chemin emprunté pour y conduire, ne devrait pas "appartenir" à une association mais faire partie des droits de l'Homme et être organisé comme tel pour enregistrer et mettre en oeuvre nos dernières volontés.

 

parce que les conditions ne sont pas toujours souvent réunies pour que l'on puisse avoir un parcours de fin de vie digne.

 

parce que les silences de la loi, comme ses injonctions quelquefois inhumaines (laisser mourir de faim et de soif ...) ne sont pas à la hauteur de cette simple demande : être respecté jusqu'au bout dans sa dignité d'être humain

 

parce que je ne crois pas qu'on puisse tout résoudre par des lois et des réglements.

 

parce que l'on ne peut tout prévoir, tout contenir, ...

 

parce que de bonnes lois en de mauvaises mains pourraient, c'est vrai, se révéler épouvantables.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Q


Merci pour avoir écrit ce que je n'aurais peut-être pas su exprimer.


Je ne sais que penser.


... mais tu as raison, il ne faut pas ouvrir la porte à ce que nous avons hélas déjà vécu dans des temps troublés.



Répondre
J


C'est une question si sensible et difficile ...



O


Bravo Jeanne !


Je n'ai absolument rien à ajouter à ton cri du coeur, si ce n'est que j'adhère à 200% à ce que tu as écrit.



Répondre
J


C'est une de ces mesquineries parmi tant d'autres lourdes de conséquences.



M


Bonjour Jeanne,


Tu abordes un sujet très douloureux et qui nous touche tous, à plus d'un titre. Je partage ton avis. La réponse qui devrait être simple , en fait, se réveèle très compliquée. Comme tu dis, de
bonnes lois dans de mauvaises mains...


Bises


martine



Répondre
J


Il y a rarement des réponses simples mais ce qui concerne pratiquement tout le monde est particulièrement difficile !


Bises



H


Je ne dirais rien sur le sujet, trop complexe, il m'implque dans trop de domaine, personnel, professionnel.


Difficile de savoir, difficile de répondre.


 


Je voulais juste te dire que ton article est très bien.


Merci.


 


Gros bisous Jeanne



Répondre
J


Difficile de répondre d'une manière générale, chaque parcours, chaque situation est particulière.



M


un sujet qui ... me touche (mon mari étant mourrant , longue maladie ... on se dit ???? .... )


BreizhBizz



Répondre
J


c'est une réflexion et un cheminement qui vous appartient. je te trouve bien courageuse.


Bises



C


Bonsoir Jeanne .


Ton article EN ENTIER m'interpelle infiniment .


Je suis d'accord avec toi ; c'est un sujet dont il faudrait discuter au cas par cas.


Je suis belge et  la Belgique est l'un des rares pays à avoir dépénalisé l'euthanasie , mais avec , évidemment ,beaucoup de "précautions" .


Je t'envoie le lien du texte complet de la loi belge (PDF ) :


http://www.mutsoc.be/NR/rdonlyres/8AFF9FA8-AE7E-464D-B5EA-2411462BB27C/0/Loieuthanasie.pdf


ainsi que ce qu'en pense une "over-bloggeuse" que j'ai trouvée via google :


http://jacqueline.salenson.over-blog.com/article-l-experience-belge-des-soins-palliatifs-et-de-l-euthanasie-legale-77679988.html


Gros bisous et à bientôt .





 


 


 


 


 


 






Répondre
J


Merci pour les liens, Clio. J'en prends bonne note. La Belgique a une longueur d'avance en bien des domaines. Dommage qu'il y ait cacophonie aussi 


 



P


Je crois que c'est au toubib à dire la vérité à la famille. Si ce n'est que maintenir en survie artificiellement autant le laisser partir. Ce fut le cas pour mon père....


 


bises



Répondre
J


Chaque situation est vraiment particulière et à évaluer dans toutes ses composantes quand c'est possible ! La vérité n'est pas toujours facile à établir et tout le monde n'y réagit pas forcément
avec pertinence ... Quand il y a rencontre et intelligence de coeur, c'st évidemment le mieux


Bises



M


Personnellement je pense qu'il ne faut pas qu'il y ait de lois dans ce domaine. Nous voulons tous  pouvoir vivre ou mourir dans la dignité. Et ce sont les hommes de cette
terre qui au nom de tas de  prétextes: religion, science, expérience, famille, pays, dictature  laissent certains d'entre nous  mourir dans la douleur.


 



Répondre
J


Je crois que je suis d'accord avec toi, mais il faut bien quand même mettre quelques balises ...



M


Un très gros dilemme, même pour soi-même !


Monelle



Répondre
J


C'est un des dilemmes les plus difficiles non seulement à résoudre mais même à formaliser !



Présentation

  • : Fa Do Si
  • : Au fil de mes réflexions, en partant du quotidien et ou de l'actualité, d'une observation, ou à partir de thèmes des communautés de blogs ...
  • Contact

Sur les blogs, les jeux d'écriture témoignent de la vitalité

de la langue française sans tapage

Recherche

 

 Ephéméride de ce jour

 

et chaque jour

je n'oublie pas Anne-Sophie

les yeux dAnne-sophie

et ses compagnes d'infortune :

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015 ; 123 en 2016 et en 2017 ; 121 au moins en 2018 ; 150 en 2019 (au moins 122 confirmés)

(clic sur son regard pour comprendre ... un peu)

 

Profitez des instants de la vie :

le temps s'écoule à sa cadence,

trop vite ou trop lentement,

sans retour possible

N'oubliez pas que

"Tous les matins du monde sont sans retour"

Métiers improbables

TheBookEdition - Les anthologies Ephémères

La 6ème anthologie est parue en mai

Informations sur 

 Les anthologies éphémères