Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 septembre 2013 3 18 /09 /septembre /2013 14:00

 

Il va y avoir un trou d'air dans mon espace bloguesque. Plus de ses chansons du samedi et du dimanche qui correspondaient si souvent à mes goûts, plus de ses timbres avec lesquels il me faisait réviser les grands événements de l'Histoire récente ou plus lointaine ou des sciences ou des arts etc. Plus de ses commentaires quelquefois simples 

 

Bel après midi avec bises
Commentaire n°7 posté par patriarch le 22/08/2013 à 13h49

 

C'est son tout dernier commentaire sur mon blog et pour cause, auquel je n'ai répondu brièvement que quelques jours plus tard, sans prendre le temps d'aller sur son blog.

 

C'est par le Cahier à spirales de Quichottine, et encore, visité cet après-midi après ma sieste, que j'ai appris la triste nouvelle du décès de Patriarch.

 

L'ironie du calendrier, c'est qu'en début d'après-midi j'ai suivi l'émission La tête au carré de France Inter sur le thème les réseaux sociaux et l'amitié.

 

J'ai fait quelques billets ici rebondissant sur un texte que Bernard Pivot a consacré au mot "vieillir" dans l'un de ses derniers livres, Les mots de la vie

Ce sujet lui a inspiré plusieurs commentaires. Je n'ai pas prêté assez d'importance à lire entre les lignes du premier

 

Ce n'est pas l'âge qui rend vieux, ou plutôt rend la vie moins facile. Pour moi, c'est l'asbestose et la myasthénie et encore plus l'asbestose que la myasthénie que j'ai appris à gérer. L'asbestose ne se gère pas et progresse avec les années....

Tu as raison, notre génération a une belle vieillesse en vue... 

Pourtant celui de Quichottine s'inquiétant pour lui aurait dû m'alerter.

 

Il faut dire à ma décharge qu'un peu plus tard , Patriarch m'a déposé celui-ci :  

Vieillir... c'est occuper sa vie d'une autre façon que lorsque l'on travaillait. On a tout son temps pour l'enrichir au contraire.....
 patriarch l

ou encore ... 

Pourquoi ? Ne se considère t-il pas comme un vieillard.....

Bonne journée Bises
Commentaire n°6 posté par patriarch le 18/08/2013 à 09h41

nb, Patriarch parle ici de Bernard Pivot

 

Ce soir j'ai envie de rendre mon petit hommage de peu, à ce monsieur que je ne connaissais pas, mais dont les échanges, par blogs interposés, dont l'exemple de vitalité, en dépit des maux de son âge, étaient de ceux qui me permettaient de croire en la nature humaine et de continuer à dire

 

"rien ne vaut la vie"

 

A Eliane, sa femme, qu'il associait souvent à son salut dans un 

"Bises de nous deux"

A ses enfants, ses petits enfants ...

 

S'il-vous-plait, ne fermez pas son blog, pas tout de suite. Il y a dedans une mine d'informations et de témoignages.

J'ai tout particulièrement apprécié quand il évoquait ses souvenirs de compagnon, de maitre-ouvrier.

Un témoignage précieux pour les plus jeunes et tous ceux qui n'ont pas vécu cette vie-là.

 

Respect, Patriarch, Walter. Et merci.

.

Partager cet article
Repost0

commentaires

C
Un bel hommage.
Tant de fichues maladies qui rongent ..
avant même de vieillir et parfois si jeunes !
Je voyais passer son pseudo...discrètement...souvent..
chez les uns et les autres.
Oui l'amitié virtuelle n'est pas qu'un vain mot.
bises
christelle
Répondre
J


Patriarch, je ne sais comment il a réussi à prolonger sa vie, a pu vieillir avec ces foutues maladies, dans un combat contre elles qui le maintenait debout et vaillan


oui l'amitié virtuelle n'est pas un vain mot  mais comme toute amitié, elle est rare


bises



L
j'ai vu des hommages chez beaucoup d'entre vous-
je ne le connaissais que de pseudo -
il va créer un blog avec ses potes du paradis-
mieux vaut voir cette alternative-
bisous !! à plus
Répondre
J


s'il existe un paradis, c'est certain



F
Oui Jeanne, Patriarch laisse un grand vide.
Je l'admirais, c'est (c'était) un grand monsieur.
Bises.
Francine
Répondre
J


j'aimais bien visiter son blog. C'était toujours intéressant.


un homme droit qui avait su rester dynamique, même s'il ne parlait plus guère de ses promenades matinales. Sans doute elles se raréfiaient avec la progression de ses difficultés respiratoires.


Bises



F
il est tjs dur de perdre un être cher mais là sur nos blogs on ne se connaît que virtuellement mais quand qq manque à l'appel ou part pour le long voyage on est très peiné et il nous manque comme
un véritable ami que l'on voit réellement
Répondre
J


J'ai de la peine pour Jill Bill. C'est toujours difficile de perdre son papa. Patriarch, je ne le connaissais pas en vrai mais je suis sûre que c'était un homme droit et bon. Sévère aussi
peut-être.  et qui aimait transmettre. Mes visites sur son blog vont me manquer



Q
Tu sais, la première fois que je suis allée chez lui, c'était pour lui dire que Siratus avait des problèmes aux yeux et qu'elle ne pouvait venir le saluer comme elle le faisait chaque jour.

A ce moment là, il recopiait ses fiches animaux sur son blog... je me suis demandée pourquoi les personnes qui allaient chez lui étaient si nombreuses et attentives... J'étais un peu "jeune et
naïve".

Parce que Siratus ne pouvait le faire, je suis allée chaque jour chez lui, et je me suis aperçue que ce qui comptait était davantage dans les relations qu'il créait avec chacun, dans sa
gentillesse, dans tout ce qu'il faisait "en plus". Et puis, j'ai cherché, j'ai trouvé dans son blog les moments où il évoquait sa vie, son activité, tout ce qu'il avait connu... ses amis.

Peu à peu, j'ai compris combien tout cela était bien davantage que ce que je pouvais donner avec mes histoires à dormir debout... Il connaissait bien des choses, il était droit, carré, comme
j'aurais aimé que le soit mon propre père.

Il ne reculait jamais devant le travail, et encore moins devant la maladie, même quand elle le faisait terriblement souffrir.

Il en plaisantait...

Moi, je l'admirais pour tout cela, et aussi pour le temps que nous avons mis à nous connaître un peu plus.

Tu sais, ces bonjours, ces "bises de nous deux", il avait pris le temps avant de les déposer aussi chez moi... comme si je devais aussi faire un peu mes preuves.

Je me souviendrai toujours de ses participations à nos jeux... Il m'avait offert un merveilleux quichottinier.

Et puis... il passait, et quand j'avais mis une histoire sur mon blog, et qu'elle lui plaisait, il le disait à Éliane pour qu'elle passe aussi...

J'adorais ces moments... Il est de ceux qui me manqueront toujours parce que c'est patiemment qu'il a tissé les liens de blog en blog, en lisant, en écrivant, et en gardant chaque choses en bonne
place.

C'était quelqu'un de bien, et tu lui rends un merveilleux hommage.

Merci, Jeanne.
Répondre
J


ses fiches animaux oui je m'en souviens. C'était fort intéressant. Même s'il avait un faible pour les serpents. J'ai particulièrement aimé le suivre dans ses déplacements professionnels.


Et même si je ne collectionne pas les timbres, il savait en profiter pour donner à relier l'image et ce qu'il représentait.


C'est étrange en effet la manière dont tes pas t'ont conduit sur son blog.



M
les blogs comme la vraie vie en ce moment sont empreints de douleur et de tristesse,et on reste stupéfait en constatant que ces liens virtuels avaient tant de profondeur....
Répondre
J


ce sont de vrais liens qui se tissent au fil des mois et ici des années. Je ne saurais dire à quand remonte le premier commentaire de Patriarch Un monsieur qui ne se laissait pas aller en dépit
des maux dont il souffrait, liés à des maladies professionnelles évoluant avec l'âge.



Présentation

  • : Fa Do Si
  • : Au fil de mes réflexions, en partant du quotidien et ou de l'actualité, d'une observation, ou à partir de thèmes des communautés de blogs ...
  • Contact

Sur les blogs, les jeux d'écriture témoignent de la vitalité

de la langue française sans tapage

Recherche

 

 Ephéméride de ce jour

 

et chaque jour

je n'oublie pas Anne-Sophie

les yeux dAnne-sophie

et ses compagnes d'infortune :

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015 ; 123 en 2016 et en 2017 ; 121 au moins en 2018 ; 150 en 2019 (au moins 122 confirmés)

(clic sur son regard pour comprendre ... un peu)

 

Profitez des instants de la vie :

le temps s'écoule à sa cadence,

trop vite ou trop lentement,

sans retour possible

N'oubliez pas que

"Tous les matins du monde sont sans retour"

Métiers improbables

TheBookEdition - Les anthologies Ephémères

La 6ème anthologie est parue en mai

Informations sur 

 Les anthologies éphémères