Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 août 2012 4 23 /08 /août /2012 10:00

 

Là pas d'hésitation ! mais si justement, liberté, mais liberté de quoi ? Chacun est pour sa propre liberté. Et chacun y met des limites différentes de celles de son voisin.

Et puis si cet alphabet en poésie a pris corps sur ces pages, c'est avant tout grâce au plaisir et à la liberté que j'ai de lire des poèmes

Parce que je suis né dans un lieu et une époque qui m'a donné, tôt, mais mieux vaut tard que jamais, l'occasion d'apprendre à lire,

à lire et à écrire,

à lire à écrire et à compter.

à conter aussi, dans d'autres espaces plus intimes.

Ah, ces douces fins de repas où mon grand frère, pour je ne sais plus quel entrainement, ou bien était-ce sans enjeu, nous faisait la lecture de quelques pages. 

Pagnol, que mes petites oreilles pouvaient entendre. puis Maupassant ... pas tout

 

La lecture, source d'autres images  pour Victor Hugo et pour Franz Liszt ...

 

« Après une lecture de Dante »

 

Quand le poète peint l’enfer, il peint sa vie :

Sa vie, ombre qui fuit de spectres poursuivie ;

Forêt mystérieuse où ses pas effrayés

S’égarent à tâtons hors des chemins frayés ;

Noir voyage obstrué de rencontres difformes ;

Spirale aux bords douteux, aux profondeurs énormes,

Dont les cercles hideux vont toujours plus avant

Dans une ombre où se meut l’enfer vague et vivant !

Cette rampe se perd dans la brume indécise ;

Au bas de chaque marche une plainte est assise,

Et l’on y voit passer avec un faible bruit

Des grincements de dents blancs dans la sombre nuit.

Là sont les visions, les rêves, les chimères ;

Les yeux que la douleur change en sources amères,

L’amour, couple enlacé, triste, et toujours brûlant,

Qui dans un tourbillon passe une plaie au flanc ;

Dans un coin la vengeance et la faim, sœurs impies,

Sur un crâne rongé côte à côte accroupies ;

Puis la pâle misère, au sourire appauvri ;

L’ambition, l’orgueil, de soi-même nourri,

Et la luxure immonde, et l’avarice infâme,

Tous les manteaux de plomb dont peut se charger l’âme !

Plus loin, la lâcheté, la peur, la trahison

Offrant des clefs à vendre et goûtant du poison ;

Et puis, plus bas encore, et tout au fond du gouffre,

Le masque grimaçant de la Haine qui souffre !

 

Oui, c’est bien là la vie, ô poète inspiré,

Et son chemin brumeux d’obstacles encombré.

Mais, pour que rien n’y manque, en cette route étroite

Vous nous montrez toujours debout à votre droite

Le génie au front calme, aux yeux pleins de rayons,

Le Virgile serein qui dit : Continuons !

 

Victor Hugo (1802-1885), 6 août 1836, publié dans Les Voix intérieures (1837), XXVII

 

 

livre audio ICI 

 

458px-Jan_Vermeer_van_Delft_003.jpg

La liseuse à la fenêtre, huile sur toile de Johannes Vermeer, 1632 - 1675

source wikimedia, image du domaine public

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

L

que ne sommes nosu inspéirés comme ces grands poetes,ce s er a toujours un grand regret


 


bien amicalmement
Répondre
J


je crois qu'il y a plein de gens qui s'expriment bien. tous ne peuvent pas sinon publier, du moins atteindre un public. vu le nombre de livres qui sont publiés déjà !


amicalement



C

Lecture et Liberté , que voilà 2 beaux termes !


Gros bisous , Jeanne.


Francine
Répondre
J


et les deux vont ensemble. La lecture ou plus exactement savoir lire, ouvre à d'autres pensées


bises



J

Merci pour ce partage Jeanne !  C'est bien là la vie poète inspiré... ma foi !  Bon jeudi, bises de jill
Répondre
J


l'écrivant est le plus souvent un lecteur boulimique


bises



Présentation

  • : Fa Do Si
  • : Au fil de mes réflexions, en partant du quotidien et ou de l'actualité, d'une observation, ou à partir de thèmes des communautés de blogs ...
  • Contact

Sur les blogs, les jeux d'écriture témoignent de la vitalité

de la langue française sans tapage

Recherche

 

 Ephéméride de ce jour

 

et chaque jour

je n'oublie pas Anne-Sophie

les yeux dAnne-sophie

et ses compagnes d'infortune :

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015 ; 123 en 2016 et en 2017 ; 121 au moins en 2018 ; 150 en 2019 (au moins 122 confirmés)

(clic sur son regard pour comprendre ... un peu)

 

Profitez des instants de la vie :

le temps s'écoule à sa cadence,

trop vite ou trop lentement,

sans retour possible

N'oubliez pas que

"Tous les matins du monde sont sans retour"

Métiers improbables

TheBookEdition - Les anthologies Ephémères

La 6ème anthologie est parue en mai

Informations sur 

 Les anthologies éphémères