Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 août 2012 4 23 /08 /août /2012 10:00

 

Oui, je sais, ce n'est pas original, c'est dans l'air du temps.

J'aurais pu ou dû choisir ... l'un des mots du lire, livre, lecture, mais lire quoi ? ... Je l'ai d'ailleurs fait au billet précédent L comme lecture

ou la loi qui réglemente les libertés et les non libertés ...

les langages (ou langues) qui donnent la liberté de la rencontre avec les autres, enfin ceux qui comprennent les mêmes, ou avec la lecture ... ou même l'écriture ...

J'aurais pu continuer dans la ligne du bestiaire de Robert Desnos, et vous livrer les larmes de Sabine, ma gentille limace.

 

J'aurais pu remettre en ligne le magnifique poème de Paul Eluard : Liberté

 

Quand il écrivait ces lignes, du fond de sa cellule, le mot liberté avait un goût d'espoir et d'absolu.

En réfléchissant au mot de la lettre L pourtant, je me méfiais du mot liberté, un mot au goût de larmes, de sang, d'argent, de compromissions et souvent de trahisons. Liberté vraiment ? mais liberté pour qui pour quoi ? Libre de dire ici et pas là-bas ?  un mot aux mains sales pour au final déboucher sur d'autres asservissements.

 

Ceux qui me connaissent comprendront sans doute, entre les lignes, mon choix pour cet extrait d'un récit que j'ai été amenée à découvrir à l'occasion de la redécouverte de Valéry Larbaud et de son poème Images

 

 

 

 

Eleuthera1, la liberté, définit la possibilité d'aller où l'on veut. Qu'on soit bête ou homme, le désir d'aller où on veut demeure immuable. Qu'on soit grec ou pas, libre, on ne l'est pas. Ils ne l'étaient pas. Aucun de ces hommes que nous recevions dans nos bureaux ne l'était. Ils ne le seront jamais.Mais ils seront libres de dire ce qu'ils ont à dire. Ils seront libres de dire ce qu'ils veulent croire être leur vérité. Dire est une liberté. Maigre, mais tout de même. Mais Liber - le dieu de la vigne et de la parole - ne les attend pas à la fin. Ils s'en fichent du sens latin, ils s'en fichent d'être épanouis ou fleuris. Ils définissent comme ils peuvent leur liberté. Pour errer où ils veulent. Pour croître comme ils peuvent. Rabougris, difformes, borgnes, entassés les uns sur les autres dans les sous-sols. Ils poussent pendant la nuit, s'enracinent dans une terre qu'ils n'aiment pas mais qu'ils désirent.

Et parfois, un homme parmi tous ces hommes arrive comme une parenthèse, le temps s'arrête, commence l'espoir. On dirait qu'il a compris le mouvement secret des racines, la moiteur de la terre, leur étreinte heureuse, on dirait qu'il a rencontré Liber2.

Assommons les pauvres, Shumona Sinha, éditions de l'olivier pageS 97-98

 

 

1. Eleuthera, grec ancien eleutheros, libre. Eleuthera est aussi le nom d'une île des Bahamas

2. Liber ou Liber Pater, dieu du vin de la vigne et de la fécondité   

 

une autre façon de décliner la liberté (ma liberté intérieure pour les pussy riot)

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Fa Do Si
  • : Au fil de mes réflexions, en partant du quotidien et ou de l'actualité, d'une observation, ou à partir de thèmes des communautés de blogs ...
  • Contact

Sur les blogs, les jeux d'écriture témoignent de la vitalité

de la langue française sans tapage

Recherche

 

 Ephéméride de ce jour

 

et chaque jour

je n'oublie pas Anne-Sophie

les yeux dAnne-sophie

et ses compagnes d'infortune :

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015 ; 123 en 2016 et en 2017 ; 121 au moins en 2018 ; 150 en 2019 (au moins 122 confirmés)

(clic sur son regard pour comprendre ... un peu)

 

Profitez des instants de la vie :

le temps s'écoule à sa cadence,

trop vite ou trop lentement,

sans retour possible

N'oubliez pas que

"Tous les matins du monde sont sans retour"

Métiers improbables

TheBookEdition - Les anthologies Ephémères

La 6ème anthologie est parue en mai

Informations sur 

 Les anthologies éphémères