Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 décembre 2013 4 19 /12 /décembre /2013 06:00

 

Alors qu'Automne va laisser officiellement sa place à Hiver, juste le nez au vent des CROQUEURS DE MOTS, se souvenir de ses fragrances

 

Automne,

 

Odeurs des pluies de mon enfance

Derniers soleils de la saison !

A sept ans comme il faisait bon

Après d'ennuyeuses vacances

Se retrouver dans sa maison !

 

La vieille classe de mon père,

Pleine de guêpes écrasées,

Sentait l'encre, le bois, la craie

Et  ces merveilleuses poussières

Amassées par tout un été.

 

Ô temps charmant des brumes douces,

Des gibiers, des longs vols d'oiseaux.

Le vent souffle sous le préau,

Mais je tiens, entre paume et pouce,

Une rouge pomme à couteau.

 

René-Guy Cadou, 

 

René-Guy Cadou, 1920 - 1951, poète français

 

derniers coings reduc

 

un poème qui était programmé :

Deux vers de ce poète  pour compléter, à l'intention de Jill Bill et de sa famille :

 

« Je ne ferais que quelques pas sur cette terre

[ ... ]

Le temps qui m’est donné, que l’amour le prolonge.»

René Guy Cadou

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

R
très bon texte d'un poète exceptionnel
Répondre
J


et je trouve bien dommage que l'on ne connaisse guère ses textes. J'avais appris cette poésie à la rentrée des classes quand elle était encore le 1er octobre


Le disque d'hommage de Gilles Servat doit être un collector. Dommage qu'il n'ait pas été édité en CD



F
en ce moment nos pensées vont toutes vers Jill Bill
Répondre
J


mon dieu oui. Quel drame affreux !



N
Un poème écrit peut-être à l'époque où la rentrée des classe avait lieu le 1er Octobre, donc bien en automne.
Répondre
J


absolument. J'ai connu cette époque et sa fin. Les vacances d'été commençaient le 14 juillet



L
Ce poème a été mis en musique, je crois, par Gilles Servat. On nous l'apprenait à l'école, et nous nous sentions si près de ce poète ...
Répondre
J


C'est juste. Il a consacré un album Hommage à René Guy Cadou dans un 33 tours. Mais je ne sais pas à quoi les chansons ressemblent. J'aimais bien Gilles Servat et à l'époque je suivais ce qu'il
publiait. C'était dans une autre vie.


Je suis bien contente qu'il continue à tracer sa route et avoir le succès qu'il mérite, loin des medias convenus qui sont bien trop oublieux



M
Je ne connaissais pas ce poète et j'ai découvert avec plaisir. Bon jeudi
Répondre
J


il était breton et a été instituteur en Loire inférieure comme on disait alors puis dans le Maine et Loir, finalement pas si loin des sables d'Olonne à vol d'oiseau. Il a beaucoup écrit pour sa
courte vie (31 ans). Un poème que bien des écoliers, dont je suis ont apris une année ou l'autre à la rentrée des classes



M
Tu nous offre un beau poème ce matin !!!
Bonne journée - bisous
Monelle
Répondre
J


encore deux jours d'automne qui résiste bien maintenant alors que la semaine passée ...


bises



J
Merci Jeanne, déjà en hiver samedi... Que le temps, assassin, file... Bises de jill
Répondre
J


le temps assassin ne doit pas avoir la notion du temps pour vous faire ce coup-là !


Je vous embrasse



Présentation

  • : Fa Do Si
  • : Au fil de mes réflexions, en partant du quotidien et ou de l'actualité, d'une observation, ou à partir de thèmes des communautés de blogs ...
  • Contact

Sur les blogs, les jeux d'écriture témoignent de la vitalité

de la langue française sans tapage

Recherche

 

 Ephéméride de ce jour

 

et chaque jour

je n'oublie pas Anne-Sophie

les yeux dAnne-sophie

et ses compagnes d'infortune :

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015 ; 123 en 2016 et en 2017 ; 121 au moins en 2018 ; 150 en 2019 (au moins 122 confirmés)

(clic sur son regard pour comprendre ... un peu)

 

Profitez des instants de la vie :

le temps s'écoule à sa cadence,

trop vite ou trop lentement,

sans retour possible

N'oubliez pas que

"Tous les matins du monde sont sans retour"

Métiers improbables

TheBookEdition - Les anthologies Ephémères

La 6ème anthologie est parue en mai

Informations sur 

 Les anthologies éphémères