Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 janvier 2011 7 02 /01 /janvier /2011 11:30

l'un des rares billets (le premier) pour Coulisses, contrechamps et contre-chants

 

Rassurez-vous, rien de grave, du moins je ne le crois pas. Encore que ...

 

C'est juste une histoire de quelques mots mis à la place d'autres ...

 

Ce matin pour faire le tapuscrit de ce billet, c'est un peu plus embêtant : j'ai les doigts gourds, légèrement insensibles, légèrement douloureux.

 

Et alors ! ce ne sont que des petits soucis. Juste un léger agacement du corps ... somme toute assez normal à son âge ! 

C'est ce que vous pensez, ne le niez pas, vous qui souffrez de plus de maux, vous qui ne souffrez pas mais qui pensez que celle-ci va avec l'usure du temps.

 

La douleur que l'on dédaignait ou ignorait il n'y a pas encore si longtemps quand il s'agissait de soigner des nourrissons ou des animaux.

Et je ne parle pas des végétaux, qui sont d'autres organismes vivants  sans doute sensibles.

 

Mais pourquoi nous raconte-t-elle cela ? Digressions, pendant que je corrige pour la nième fois ma frappe débordant des touches sur une machine assez réactive pour écrire par exemple "justyer" au lieu de juste, pour me rajouter un q à soucis, un k à normal : ça c'est avec le clavier azerty, évidemment avec qwerty, cela donnerait autre choise chose. Tiens voilà mes doigts encore en flagrant délit de débordement. Et pourtant, "choise" c'est presque, mais presque seulement "choice".

Du coup, j'imagine que si j'avais laissé passer cette erreur, j'ouvrais la porte à la croyance, par erreur de lecture sur mon erreur de frappe, que je me mettais à mélanger anglais et français. Et si je vous apprends que plus haut j'ai dû rectifier le pas de "ne le niez paz" car mon doigt avait atterri un peu trop haut sur le clavier.

 

Que nenni non ! Prudence, avec des mots si anciens, certains vont croire que j'écris des gros mots ou que je suis réac, voire ultra réac campant sur la "pureté" de la langue française. Je reviendrai peut-être sur ce sujet au moment de la journée semaine de la francophonie. Nenni, c'est juste un mot dont j'aime la musique et que je fréquente à travers les grilles de mots fléchés.

 

Mais revenons à cette histoire de mot remplacé. Un simple mot dans une phrase. Et pourtant ...

 

C'est dans mon billet Rêver pour bien commencer l'année, j'écrivais selon les mots de Bigornette, du moins c'est ce que je pensais de mémoire, sans prendre la peine d'aller vérifier sur son blog  :

 

[...] Robinson, le compagnon de Bigornette, qui vient, comme elle l'écrit sur son blog, de partir vers d'autres rivages [...]

 

Eh bien non, Bigornette, et cette fois-ci je vérifie et garde le texte sous les yeux, enfin presque, je n'ai qu'un écran et je suis bien obligée d'alterner en torturant ma mémoire immédiate, la plus déficiente.

 

Je vais citer sans coupure et avec des guillemets

 

" Je profite d'un passage chez mon fils pour vous faire part du décès de mon aimé : "Robinson" ... je suis fort mal évidemment ... Il n'était plus lui-même depuis un bon moment et pour lui c'est mieux comme ça, il va atteindre d'autres rivages, où j'espère qu'il sera mieux, du moins je préfère penser ainsi ... "

 

vient de partir vers, à la place de   va atteindre ...

 

Une toute petite différence s'il s'agit de sauter un ruisseau minuscule, c'est rarement le cas.

 

Sans conséquence car Bigornette a cette intelligence du coeur qui lui fera accepter cette différence ... et ne pas en faire querelle,

mais qui, l'émotion et le chagrin du moment s'ajoutant à sa sensibilité habituelle, va la troubler, peut-être la blesser, même inconsciemment si jamais elle vient lire mon billet.

 

Alors, je vais en faire une correction visible pour que les propos ci-dessus restent compréhensibles et gardent leur pertinence, tout en essayant de rattrapper cette bévue dommageable.

 

ruisseau de ruelle - reduc1

.

Partager cet article
Repost0

commentaires

F


Bonjour Jeanne,


Que de malentendus parfois dans les écrits


Cette image est pleine de fraîcheur


Bonne journée à toi


Frieda



Répondre
J


Oh oui que d'incompréhension entre ce qui se pense, se dit ou s'écrit, s'entend ou se lit, se comprend ...
belle fin de soirée 



T


coucou Jeanne, je passe par ici au fil des guirlandes suivies ce soir, j'aime à croire que Robinson "va atteindre" d'autres rivages et qu'il les a trouvés , beaux, calmes, radieux, plutôt que
"partir vers" ! Une certitude après la vie ici n'est pas pour me déplaire , ton erreur était peut-être de cet "ordre
spirituel" sans que tu en sois consciente !!  gros bizzzoux d'un coin de nuit ici



Répondre
J


Oui tu as raison. Déformer le propos de Marie-France (Bigornette), vient de nos différences ou peut-être du moment. Agnostique, je ne sais rien de ce qui se passe après et s'il se passe quelque
chose comme je suis incapable de dire comme les incroyants, qu'il ne se passe rien.
Et une certitude de pouvoir atteindre des rivages calmes et radieux comme tu dis, j'aimerais en effet le croire ...
Bises du plein jour avec une pointe de soleil qui aimerait bien percer l'épaisseur laiteuse des nuages.



M


Je crois bien que nous connaissons tous cela !


-    Michel



Répondre
Q


Cela m'arrive aussi... je crois que personne ne pourra t'en vouloir.


Alors, ne t'en fais pas trop...


 


(Je suis un peu comme Fanfan, j'écris souvent trop vite et mes yeux ne voient pas tout.)


 


Bises et bonne soirée, Jeanne.



Répondre
J


Comme souvent, j'ai brouillé le message en me laissant distraire par les problèmes de frappe. Le plus génant est que j'avais déformé ce que Bigornette a écrit sur son blog pour le décès de son
mari : entre partir et atteindre de nouveaux rivages, cela fait une sacrée différence ...
Bises et profite de tes petites filles



C


Comment vas tu, mon amie ?


Je te souhaite une bonne soirée!


Amitiés,


Cravo



Répondre
O


Comme Fanfan, j'ai une main qui doit taper plus vite que l'autre et je fais souvent des inversions qui transforment mes textes et commentaires en un joyeux (triste) galimatias ...  Notre
cerveau fonctionne aussi à une vitesse différente de nos doigts tapant sur le clavier et il est vrai que l'on fait souvent des erreurs. Ajoutée à cela un peu de fatigue, un engourdissement
(naturel ?!) de nos articulations et de nos neurones... Tout s'explique...


Je profite de ma visite pour te souhaiter une bonne année Jeanne avec le meilleur possible de 2011. Bisous !



Répondre
J


tu as bien résumé notre quotidien sur le clavier ... l'engourdissement est le fait des rhumatismes pour ce qui me concerne mais c'est vrai aussi que mes deux mains ne fonctionnent pas à la même
vitesse ni à la même que mes pensées.
Bises et encore une fois belle année 2011



T


Bonjour Jeanne,


Je te souhaite une bonne et heureuse année 2011.


Bisous, à ++++



Répondre
J


Tata tounette, je suis très en retard dans mes réponses aux commentaires de janvier. Mais il n'est pas trop tard pour te souhaiter une belle et heureuse année 2011
Bises et belle semaine



C


orthographe, clavier, difficultés .. cause santé..


mais mais...même sans souci de santé déjà on frappe souvent une lettre de plus ou de moins, ...


l'important c'est surtout de recouvrir la santé.


Ton écrit à ce sujet est agréable à lire.


bonne année !


christelle


 



Répondre
J


les rhumatismes sont un souci lié à l'âge et qui ne va pas aller en s'améliorant. Mais quand les doigts sont gourds et rajoutent des erreurs aux erreurs c'est vrai que c'est agaçant.
je pense t'avoir souhaité une bonne année mais dans le doute je préfère me répéter ..;
Belle fin de dimanche et belle semaine



N


J'ai toujours pensé que mon ordinateur a une vie personnelle indépendante de ma volonté , qu'il me cache des choses...et qu'il se fiche de moi lorsque j'appuie sur une lettre et qu'il en imprime
une autre...méfiance !



Répondre
J


 avant même l'ordi, ce sont mes doigts qui n'en font qu'à leur tête, si je peux m'exprimer ainsi !



F


cela me rassure de savoir que je ne suis pas la seule  à avoir les doigts qui dérapent , de plus  j'ai une main qui écrit plus vite que l'autre ce qui souvent inverse les lettres! J'ai
prévu de laisser un jour mon texte sans correction,pour voir si mes lecteurs comprendront quelque chose!


Bisous



Répondre
J


Tu sais, cela m'arrive souvent de laisser passer des erreurs, et pas seulement de frappe.
Bises Fanfan



Présentation

  • : Fa Do Si
  • : Au fil de mes réflexions, en partant du quotidien et ou de l'actualité, d'une observation, ou à partir de thèmes des communautés de blogs ...
  • Contact

Sur les blogs, les jeux d'écriture témoignent de la vitalité

de la langue française sans tapage

Recherche

 

 Ephéméride de ce jour

 

et chaque jour

je n'oublie pas Anne-Sophie

les yeux dAnne-sophie

et ses compagnes d'infortune :

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015 ; 123 en 2016 et en 2017 ; 121 au moins en 2018 ; 150 en 2019 (au moins 122 confirmés)

(clic sur son regard pour comprendre ... un peu)

 

Profitez des instants de la vie :

le temps s'écoule à sa cadence,

trop vite ou trop lentement,

sans retour possible

N'oubliez pas que

"Tous les matins du monde sont sans retour"

Métiers improbables

TheBookEdition - Les anthologies Ephémères

La 6ème anthologie est parue en mai

Informations sur 

 Les anthologies éphémères