Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 juin 2012 3 06 /06 /juin /2012 07:00

 

Damon, le chiffonnier

 

"Peaux d'lapins, peaux !"

 

Dam'! on l'aimait bien l'Damon

Aventureux gaillard d'avant

Marchand de tout, partout marchant

Où le vent des collines et la houle

Nourrissaient son errance de mal nourri.

 

Demandait peu

Des vieux chiffons

Des vieux journaux

 

Achetait ballots de plumes

Ainsi que peaux d'lapins

Avec godillots et guenilles

 

Mendiait à peine

Main sur le coeur

Miche rassie un verre de cidre

 

Orgueilleux même gueux

Ombrageux chemineau*

On l'entendait venir de loin

 

Ne daignant obéir

Ni à dieu ni à maître

Ni même à son corps dévasté

 

Damon, le chiffonnier,

Damon, le va-nu-pied.

Jeanne Fadosi, mardi 5 juin 2012

pour le mercredi des prénoms de La cour de récré de JB 

 the-vagabond-1845_Gustave-courbet.jpg

Le chemineau, Gustave Courbet, 1845, musée de Dole, Jura

* Je croyais avoir rectifié l'orthographe, tant pis pour mes premiers visiteurs :

cheminot avec ot est le nom donné aux personnes employées dans les chemins de fer

chemineau avec eau est le nom (désuet) des ouvriers qui parcouraient les campagnes et louaient leur ouvrage de place en place, par extension (désuet et péjoratif) aux vagabonds vivant de petites besognes, de mendicité ou de larcins.

 

Pour les participations des écolier(e)s :  Rassemblement à la cour

La liste des prénoms chez Jill Bill

 Mes prénoms saison1    Mes prénoms saison2    Mes prénoms saison3

Bigornette, présidente d'honneur de La cour de récré de JB 

.

Partager cet article
Repost0

commentaires

F

Bonjour Jeanne,


Pas de chiffonnier mais des fripiers qui vendent


des ballots de vêtements venus de partout dans le monde.


Parfois ces habits sont de vrais chiffons


et souvent on trouve des perles vintage


Bisous et bon lundi


Frieda
Répondre
J


merci pour ces précisions


bises



F

Dur métier pour Damon


Bonne soirée


Frieda
Répondre
J


oh oui et je suppose qu'il y en a en Afrique encore



P

Ce n'était pas son nom, mais il y ressemblait et c'est vrai que cet homme était joyeux et très gentil.


Bonne soirée.
Répondre
J


un surnom qui lui allait bien en tous cas !


belle journée



A

j'ai bien fait de passer 


il est très sympa  ton texte nous rappelant un passé pas si lointain!!! je me rappelle moi en avoir vu des" damon"


 bonne soirée bisous
Répondre
J


50 ans ! hier pour nous, la pré-histoire pour mes enfants. Ils changeront d'avis quand l'âge les rattrappera !


bises et belle fin de semaine et prend soin de toi



L

Superbe, Jeanne et un bel hommage à ce personnage ! Un grand bravo à toi, bises.


 
Répondre
J


celui que j'ai en tête m'a toujours semblé vieux et rabougri. bises



S

Un personnage qui n'exsite plus de nos jours, Bravo pour l'acrostiche.
Répondre
J


non c'est vrai mais devrait-on le regretter ? leur vie était bien miséreuse et difficile 



B

Bonsoir Jeanne,


Sans  flagornerie aucune, j'ai trouvé ton texte super !!


Bises


Dominique
Répondre
J


en tous cas j'ai eu du plaisir à l'écrire


bises



F

Un Darmon pauvre mais fier  !


Merci pour l'explication de l'orthographe  .


Bises
Répondre
J


j'étais persuadée que l'orthographe était la même jusqu'à la découverte du tableau de Courbet.


bises



M

D'acrostiche en acrostiche, il fallait le faire !
Répondre
J


je ne suis pas encore passée à bigorbourg. Car je sais d'avance que j'y prendria le temps de lire l'invité du jour et je n'ai pas envie de lire en diagonale. Promis je vais passer


bises 



M

Belle participation.
Répondre
J


merci et merci pour le poète que tu as mis en ligne et en scène



P

Bravo jeanne ,execllent travail pour un quadruble acrostiche,ces vieux métiers qui passaient dans nos rues ,ramassant ferrailles et chiffons ,aiguisant les couteaux .Ces vieux métiers qui
malheureusement reviennent au goût du jour .
Répondre
J


quadruple je ne sais pas. J'apprécie ta réflexion sur le retour de ces métiers de misère qui marque des temps difficiles. Tu as raison et je préférerais d'autres formules de recyclages qui ne se
fassent pas en comptant sur les plus pauvres que l'on traite aussi en parias, sauf pour l'utilité qu'ils donnent au traitement des déchets



P

Peaux d'lapin peaux ! Oui, c'est tout un monde que nos petits enfants ne connaîtront pas.


La misère était autre.


Encore un souvenir que tu fais remonter Jeanne. J'ai connu ce cri petite fille. Ici, il n'y avait pas de cri, juste, comme disait mon fils, le Père La Joie, qui arrivait et s'installait, au gré
des fermiers dans une grange et préparait ses balais.


Bon après-midi.
Répondre
J


la misère était autre et aussi lourde à porter que celles de maintenant, aux multiples aspects.


j'aime bien ce nom "le père Lajoie". Un autre souvenir d'enfance ...


bises et belle journée



A

Un prénom très joliment illustré par tes mots, bravo !
Répondre
J


un souvenir d'un monde à peu près disparu chez nous. Pas toujours de manière élégante.


A la déchéterie dont je dépend, le responsable n'a pas le droit de récupérer ce qui est récupérable !



Q

Tu me fais penser à Diloy le Chemineau... Je l'aimais bien lorsque j'avais entre les mains les romans de la Comtesse de Ségur.


Et les chiffonniers étaient bien utiles autrefois... il faudrait peut-être retrouver ces vieux métiers qui faisaient qu'on ne jetait pas ce qui pouvait encore servir.


 


Bises et douce soirée, Jeanne.
Répondre
J


je n'ai pas tout lu de la comtesse de Ségur et je ne me souviens pas du chemineau.


Trier et recycler les vieilles choses, c'est indispensable, mais pas en exploitant la misère du monde. J'ai vu avec effroi les images de reportage sur la plus grande décharge du Brésil que les
dirigeants viennent de fermer parce que dans le paysage d'un prochain sommet mondial, cela ne faisait pas beau


bises et belle journée



@

Plaisir doublé ! Je découvre que vous aviez des chemineaux en France et nous, au Québec, nous les nommions, les " guenillous " .  Ils traversaient les ruelles de nos quartiers avec leur
charrette tirée par un vieux cheval en chantant comme une lithanie: " Guenilllll'à vennnnnnnndr " Bonne journée.
Répondre
J


j'évoque ici des souvenirs des années 1950 et 1960 ... Celui qui passait et m'a inspiré achetait (en marchandant). Je ne sais pas à qui il revendait ses collectes, mais en particulier pour faire
des vestes de fourrure de lapin



J

bonjour , j'ai parcouru et c'est prenant , merci d'être passé en mon humble blog , à bientôt edwige
Répondre
J


au plaisir alors ! à bientôt



C

Un damon qui garde sa fierté d'homme : vaille que vaille il avance tête droite ; la misère ne le met à terre.


bien écrit !


bonne journée à toi Jeanne


christelle
Répondre
J


Le monsieur qui m'a inspiré passait deux ou trois fois par an et il était bien utile pour nous débarasser des journaux et des peaux de lapin. Les plumes moins souvent car elles servaient aux
édredons et aux oreillers dont nous avions aussi besoin et même aux matelas de plume qui me faisaient tant transpirer en été !



C

Bonjour Jeanne et merci , car j'ai appris qu'il existait une différence entre les cheminots et les chemineaux ....de plus je découvre aussi ce tableau de Courbet et j'aime beaucoup.


 


Bonne journée malgré la pluie  bisou Jeanne
Répondre
J


il a été redécouvert il y a quelques années dans le grenier d'un musée qui n'avait nulle idée du trasor qu'il détenait !


bises



C

J'adore ton texte , Jeanne ! Très très beau pour le fond mais aussi pour ton originalité dans la présentation .


Et belle illustration aussi .


MERCI  !!


Bises .





 
Répondre
J


je me suis bien amusée à le faire (avec stylo et papier ... à l'ancienne)


après je me suis mise à la recherche d'un chemineua en peinture. Je n'ai trouvé que celui-ci, un tableau qui a été trouvé il y a quelques années dans un grenier de musée, complètement oublié et
noirci. Il est maintenant au musée de Dole (Jura)



M

bel exercice de style!!!!joli hommage, chez nous en Bretagne (région de Lorient) il criait "mar-chand d'pillots" ,je l'avais oublié ce souvenir d'enfance(1965/70) ,il m'est revenu en te lisant
mais j'ignore l'orthographe et l'exacte sens de "PILLOT", rien trouvé sur le net....
Répondre
J


pas la moindre idée. Pillot et Pilleua sont des noms de famille relativement courants semble-t-il mais pas un nom commun ressemblant à ceci ...


mais me vient tout à coup une idée ! marchand de pi_aux marchand de piaux en Normandie on disait plutôt piaux que peaux (mais sans distonguer ou très légèrement)



J

peau de lapin- habits- chiffons ! une litanie des chemineaux


bonne journée
Répondre
J


je suppose que chacun avait sa phrase. Celle que j'ai mise au début était criée par le marchand de peaux qui m'a inspirée. C'est ce qu'il préférait, et je ne me souveins plus combien il en
fallait pour faire un paletot ou même un manteau



M

Bravo pour ce double accrostiche !!!


Ta faute d'ortographe nous a permis de faire la différence entre les deux mots !!!


Bonne journée - bisous



Répondre
J


il ne me semble pas que ce soit un double accrostiche. Je me suis amusée avec les syllabes. 


mais j'ignore comment on peut appeler cela


bises et belle fin de journée



E

excellent, Jeanne !
Répondre
J


je ne sais pas pourquoi j'ai pensé à ce personnage de nos enfances, que je voyais une ou deux fois par an quand son passage coïncidait avec des vacances. On mettait de côté les journaux, les
plumes et les peaux de lapin ...



J

Bonjour élève Jeanne ! Ah un vieux souvenir pour moi... j'en ai connu un dans mon enfance poussant charette et cris dans les rues.... Un beau portrait que ton Damon, qu'il soit le bienvenu à la
cour de récré, merci à toi, bises de m'dame JB
Répondre
J


Je me souviens qu'il passait deux ou trois fois par an. On mettait de côté pour lui ce qu'il avait l'habitude d'acheter


bises



Présentation

  • : Fa Do Si
  • : Au fil de mes réflexions, en partant du quotidien et ou de l'actualité, d'une observation, ou à partir de thèmes des communautés de blogs ...
  • Contact

Sur les blogs, les jeux d'écriture témoignent de la vitalité

de la langue française sans tapage

Recherche

 

 Ephéméride de ce jour

 

et chaque jour

je n'oublie pas Anne-Sophie

les yeux dAnne-sophie

et ses compagnes d'infortune :

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015 ; 123 en 2016 et en 2017 ; 121 au moins en 2018 ; 150 en 2019 (au moins 122 confirmés)

(clic sur son regard pour comprendre ... un peu)

 

Profitez des instants de la vie :

le temps s'écoule à sa cadence,

trop vite ou trop lentement,

sans retour possible

N'oubliez pas que

"Tous les matins du monde sont sans retour"

Métiers improbables

TheBookEdition - Les anthologies Ephémères

La 6ème anthologie est parue en mai

Informations sur 

 Les anthologies éphémères