Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 novembre 2011 2 15 /11 /novembre /2011 11:45

un des rares billets de mon éphémère communauté coulisses-contrechamps et contre-chants

 

Aurait-on trop évoqué le triangle des Bermudes ces derniers temps avec LE CASSE-TÊTE DE LA SEMAINE ? ou les étranges étrangers de l'univers avec la disparition des blondes aux CROQUEURS DE MOTS ?

 

Pourquoi faut-il que j'ai fait une ode au vin du Bordelais programmée la semaine dernière bien avant les dernières péripéties de communication politiciennes ?

 

Je suis en colère que ce billet soit mal interprété ou pire encore récupéré.

 

Initialement, j'avais développé cette remarque dans le billet consacré aux dernières turbulences d'OB, malgré l'intention de ce billet. 

 

Par souci de clarté j'ai mis cette parenthèse dans cet autre billet que je publie ici.

 

Qu'on se le dise : les joies que je décris dans Défi n°68 : l'instant d'après ... n'ont pu être apportées par notre père à notre famille que grâce aux luttes sociales de 1936 et de 1945 qui ont conduit aux acquis sociaux qui sont en train d'être jetés aux orties dans nos sociétés bien plus opulentes que celles de  ces époques.

 

1945 : nos dirigeants étaient encore en culotte courte et se foutaient que leurs mères aient encore à user de tickets de rationnement jusqu'en 1950.

 

1945, l'Europe sortait tout juste de la guerre avec des champs de ruines et tout à construire et reconstruire ... autrement.

 

C'est grâce à la réunion des sociétés de production de l'électricité et à la nationalisation de EDF qui en est résulté, et parce que les entreprises publiques, EDF, SNCF, GDF, Air France, Renault, etc. (pardon ne de pas les citer toutes) étaient en pointe dans les avancées sociales, à travers le dynamisme de leurs comités d'entreprise, animés à l'époque par l'esprit qui avait initié l'organisation coopérative et mutuelle, que mon père avait les moyens de commander presque tous les ans, un ou deux ou trois tonnelets de petits crus à mettre en bouteilles et bonifier.

 

La bonne société empesée et snob ne s'y serait pas retrouvée dans nos fêtes. 

 

Pas plus que dans nos fins de banquets faits de discours, d'histoires drôles (sans obcénités), de chansons (même pas paillardes), de bonne humeur SANS SAOÛLERIES. 

 

J'en ai vu au restaurant, de ces cols-et-montés, guindés au début de leurs repas et abominables de vulgarité et de brouillard éthylique avant même la fin de leurs soirées.

 

Nos agapes n'étaient pas des orgies. Notre plaisir à déguster de l'excellent vin à petites gorgées parcimonieuses n'était pas de vider des bouteilles. Notre plaisir était de sublimer notre odorat et nos papilles, pas de nous rouler sous les tables.

 

La bouteille de Sainte Croix du Mont de 1950, l'unique, la soi-disant dernière, ouverte pour mon vingtième anniversaire, a dû être partagée entre sept ou huit adultes, plus l'équivalent d'un demi-centimètre cube pour les enfants grâce à des verres à liqueur dont la forme permettait d'en mettre peu sans paraître pingres.

 

Alors oui, je suis en colère, contre ces puissants plein de morgue, qui sont en train de détruire avec constance et cynisme l'espoir et la jeunesse de notre planète. 

 

Il y a d'autre joie que dans la débauche, d'autres bonheur que dans de mauvaises ivresses ... car il n'y a que de mauvaises ivresses.

 

La sobriété n'est pas abstinence, encore moins privation, tristesse ou morosité.

Ceux qui se goinfrent de caviar à la louche en connaissent-ils encore le goût ? Ceux qui refusent par idéologie toute forme d'art et de dégustation savent-ils qu'ils s'amputent de ce qui est aussi fondamental à notre vitalité que l'air ou l'eau ?

Il y a d'autres voies que ces extrêmes aussi vains et dangereux l'un que l'autre.

 

transparence-vin-verre---reduc1.jpg

 un des pastels que j'ai fait d'après une photo du net et dont le thème était de travailler sur les transparences.

.

Partager cet article
Repost0

commentaires

T


j'ai sûrement manqué un épisode informations en Bordelais mais tout ce que tu évoques dans le plaisir d'une bouteille
partagée est exactement cela, la beuverie est bien loin de la convivialité raisonnable merci pour ta mise au point
souvent l'amalgame est rapide ..  vin = alcoolisme



Répondre
J


Et il quand il est utilisé pour la recherche d'ivresse, c'est du gâchis !



E


Un sacré coup de gueule !!!! Tu as raison. Je n'ajoute rien, je serai gauche ! Bisous



Répondre
J


Quand j'ai entendu à la radio le programme de déplacement de la journée, évidemment ce n'était pas rattrapable ...


Bises



Q


Je ne peux qu'être d'accord avec toi... mais j'ignore s'il y aura des remèdes à cela.



Répondre
J


Je ne sais pas. Je l'espère



Présentation

  • : Fa Do Si
  • : Au fil de mes réflexions, en partant du quotidien et ou de l'actualité, d'une observation, ou à partir de thèmes des communautés de blogs ...
  • Contact

Sur les blogs, les jeux d'écriture témoignent de la vitalité

de la langue française sans tapage

Recherche

 

 Ephéméride de ce jour

 

et chaque jour

je n'oublie pas Anne-Sophie

les yeux dAnne-sophie

et ses compagnes d'infortune :

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015 ; 123 en 2016 et en 2017 ; 121 au moins en 2018 ; 150 en 2019 (au moins 122 confirmés)

(clic sur son regard pour comprendre ... un peu)

 

Profitez des instants de la vie :

le temps s'écoule à sa cadence,

trop vite ou trop lentement,

sans retour possible

N'oubliez pas que

"Tous les matins du monde sont sans retour"

Métiers improbables

TheBookEdition - Les anthologies Ephémères

La 6ème anthologie est parue en mai

Informations sur 

 Les anthologies éphémères