Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 août 2014 1 18 /08 /août /2014 05:30

 

Dans la saga, j'exhume mes brouillons. Celui-ci va bien avec mes réflexions précédentes (Dire ou se taire ? ... (1), (2), (3)

 

Ce poème1, je l'ai vu publié par un ou même des CROQUEURS DE MOTS pour le jeudi en poésie.
Il fait partie de mes poèmes fétiches, pas seulement pour avoir été la parole des résistants de cette époque, mais pour son intemporalité, l'espace infini, indéfini aussi de sa plainte et de sa force de vie.

Alors, je suis comme toujours allée à la recherche de liens pour en enrichir le billet.

J'ai fait ces promenades un lundi après midi, et comme j'avais mis le son pour entendre les récitations, j'entendais les jingles de ma boite aux lettres me signalant de nouveaux commentaires sur le Rien de Félicité.

Hier, je n'ai pas eu beaucoup d'effort à faire pour laisser dérouler les facéties de ce petit billet sur le métier imaginaire de Félicité. Son prénom m'était venu comme ça ces jours derniers, je ne sais pourquoi, avant même l'idée du rien.
Au coeur de la nuit, quelques petites notes avaient sussuré à mon oreille, avec la voix de Fernandel ...

Félicie aussi ... J'ai hésité. J'ai gardé Félicité. Pourquoi ? 

Et là ! hasard ? Il n'y a pas de hasard, écrit Kri en entête de son blog, je découvre que son nom de résistance et de plume, il le doit à sa grand-mère Félicie Eluard !

Je n'étais pas au bout de mes trouvailles.

Troublée par la reproduction sur plusieurs sites d'un vers qui ne correspondait pas à mon cahier, je voulais voir sur le sable sur la neige, tel qu'il est d'ailleurs récité par Gérard Philippe et Jean-Louis Barrault et d'autres.

J'ai suivi quelques liens, (mes doigts ont trébuchés et j'avais tapé niens, comme j'aurais pu pianoter riens)

et à partir d'un blog éphémère d'un """""""libertarien""""""", j'ai découvert un lien dont le visonnage m'a une fois de plus interpelé sur le danger des images et de la manipulation de slogans sommaires dans un montage pps.

 CECI (le visionnage prend quelques minutes mais si vous voulez comprendre ma "surprise", il faut aller jusqu'à la fin et mettez le son sur votre ordi car il démarre dès l'ouverture du lien).

 

complément du 17 août 2014. Le lien sur CECI ne fonctionnant plus, j'ai retrouvé d'abord la vidéo en anglais, puis grâce au titre et à Google (pardon pour la pub mais c'est pour l'instant le moteur de recherche le plus efficace), la vidéo "La Philosophie de la Liberté" en français. Il faut attendre 7 minutes pour comprendre que tout ce qui précède n'a qu'un but : l'apologie de l'économie de marché sans aucune régulation.

"Comprendre" est un verbe bien trompeur. Bercé par toutes ces belles expressions auxquelles il est tentant d'adhérer, le lecteur se laisse imprimer ce dictat directement dans son cerveau sans y prendre garde et se donner le temps de réfléchir sur la pertinence. Et comme il est plus difficile de faire adhérer au rejet des fonctionnaires, c'est la technique publicitaire de la répétition qui est utilisée à leur encontre. Sans oublier les écrans que j'ai eu à peine le temps de lire mais que j'ai sans doute enregistrés dans mon cerveau.

Précision : cette vidéo a été mise en ligne en 2007. Il n'est peut-être pas inutile de regarder dans le rétroviseur pour faire le point sur les conséquences depuis lors de la mise en pratique de la dérégulation.

Je recommandais quelques précautions : elles étaient bien nécessaires.

 

Mais avant d'ouvrir ce lien, quelques précautions pour ne pas se laisser convaincre car la vidéo est un modèle de propagande habile à l'instar des ultra-libéraux qui, effectivement, sont, au sens littéral de l'expression, des libertaires.

On pourrait se laisser convaincre en effet par ces soi-disant belles idées 

SAUF

Que le consentement mutuel et librement consenti est toujours un leurre, le consentement est toujours le résultat d'un jeu de séduction dans lequel le plus convaincant l'emporte. Ce n'est pas répréhensible en soi, tout dépend des circonstances, des enjeux et des conséquences.

Que la libre concurrence est impossible : là encore, c'est le résultat de rapports de force où il y a toujours des perdants dans une économie de marché comme dans les autres systèmes essayés.

Que la propriété découle de l'appropriation privée qui dans l'histoire, a initialement été une captation d'un individu ou d'un groupe sur le collectif de l'humanité.

"On" a pris parce qu'on pensait que cela n'appartenait à personne et donc pouvait lui appartenir.

D'autres sociétés n'appréhendent pas l'usage de la terre mère selon ces "valeurs" qui ne sont que celles formées au cours des siècles dans nos civilisations dites occidentales.

 

archivé en brouillon le 25/02/2011 à 11:45

 

1.- Liberté, de Paul Eluard, Poésie et vérité, 1942

Le poème dit par Paul Eluard

2.- Paul Eluard, poète français, 1895 - 1952

liberte-de-Paul-Eluard---reduc1.jpg

.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Q
Trop de livres, disait mon prof de lettres à la Fac...

Tu as raison, c'est difficile de faire le tri. :(
Répondre
J


plus de 600 encore pour la rentrée littéraire 2014 ... et de moins en moins de vraies librairies



Q
En réponse à ta dernière question... :)
Je crois qu'entre un bon faussaire et un nouveau génie, il y a le don reçu...

Nous ne sommes pas tous égaux devant la création et il n'y a aucune école qui puisse compenser le manque de talent ou de créativité.

Mais combien de véritables artistes resteront dans l'ombre faute de l'occasion, de la chance, de la rencontre qui leur aurait permis de s'épanouir ?

... et combien de médiocres accèdent néanmoins à la célébrité ?

Tant de questions...
Répondre
J


plus de célèbres usurpateurs que de génies reconnus et bien plus de mozarts assassinés ou de matheux détournés en boursicoteurs ...


 


La rentrée littéraire croule à nouveau sous les livres ... comment faire le tri dans cette foison, même si on est professionnels de la lecture ...?



M
Pas inspirée pour le commentaire tant il y a de choses dans ton billet mais j'ai lu avec plaisir.
Répondre
J


tu sais je comprends bien. Mon article part dans plusieurs sens. L'important est qu'il soit compris



Q
Nous ne sommes rien d'autre que le résultat de ce que nous avons appris de ceux que nous avons côtoyé, que ce soit de visu ou par écrit, de ce que nous écoutons.

Je m'interroge beaucoup sur la création... les créateurs.

Mozart avait copié et recopié de nombreuses partitions avant d'écrire les siennes. Les grands peintres ont tous commencé un jour par copier ce qui existait.

Je me demande s'il est possible aujourd'hui d'écrire une phrase qui n'ait pas déjà été écrite...

Ce qui fait l'originalité de l’œuvre est peut-être la manière dont le créateur s'est servi de ce qu'il a appris.

Ce ne sont que quelques pensées, il me faudrait sans doute aller plus loin.

Tu me fais toujours m'écarter un peu de ce que tu as écrit... finalement, lire, c'est aussi interpréter et laisser sa pensée s'évader.

Passe une douce journée. Bisous.
Répondre
J


Oui c'est vrai tu fais un pas de côté vers la création. Le "matraquage" par pps est à l'opposé de la création. Mais on ne crée souvent qu'en s'imprégnant de ce que d'autres ont fait avant soi.


Il faut que je te retrouve un montage très documenté sur tous (ou presque) les tableaux de Van Gogh et ceux de Millet à partir desquels il les a peint. 


Quand j'allais en atelier de pastel, nous travaillions beaucoup à partir de peintres. et je suppose qu'une partie des études de beaux arts consiste à faire à la manière de tel ou tel.


Après, qu'est-ce qui fait un bon faussaire ou un nouveau génie ???


 



L
On (en tous cas, moi) en redemande, des "exhumations de brouillons" comme celle-là !
Répondre
J


il y en aura quelques autres. 



J
Merci Jeanne.... ;-)
Répondre
J


amicalement



M
je n'en reviens pas d'apprendre qu'au départ c'était en quelque sorte un poême d'amour pour une femme avant d e devenir quelque chose d e plus universel...il est pour moi qui ai vu il y a un an ou
deux les tapisseries, immanquablement lié aux tissages de Lurçat.
Répondre
J


C'est du moins ce que j'ai lu aussi sur internet. Mais c'est tout à fait crédible. Une idée vient au poète pour un être, cher ou non et l'inspiration l'élève à tutoyer les étoiles


Lurçat, tapisseries sublimes.


J'ai découvert l'an dernier, grâce à une exposition temporaire à Beauvais celles de Dom Robert. et je suis tombée sous le charme



Présentation

  • : Fa Do Si
  • : Au fil de mes réflexions, en partant du quotidien et ou de l'actualité, d'une observation, ou à partir de thèmes des communautés de blogs ...
  • Contact

Sur les blogs, les jeux d'écriture témoignent de la vitalité

de la langue française sans tapage

Recherche

 

 Ephéméride de ce jour

 

et chaque jour

je n'oublie pas Anne-Sophie

les yeux dAnne-sophie

et ses compagnes d'infortune :

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015 ; 123 en 2016 et en 2017 ; 121 au moins en 2018 ; 150 en 2019 (au moins 122 confirmés)

(clic sur son regard pour comprendre ... un peu)

 

Profitez des instants de la vie :

le temps s'écoule à sa cadence,

trop vite ou trop lentement,

sans retour possible

N'oubliez pas que

"Tous les matins du monde sont sans retour"

Métiers improbables

TheBookEdition - Les anthologies Ephémères

La 6ème anthologie est parue en mai

Informations sur 

 Les anthologies éphémères