Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 mai 2013 1 27 /05 /mai /2013 02:00

 

Deux sujets au choix chez Fanfan pour ce défi n°103 des CROQUEURS DE MOTS sous la tutelle cool et confiante de Tricôtine.

Je suis sûre que des aminautes tricoteront des textes divers et inattendus à partir des titres de Tino Rossi, le payse de Fanfan, chanteur-interprète de charme de son état. J'ai eu peur de faire fuir le soleil pour toute cette année en invoquant petit papa noël à la veille du mois de juin.

J'ai donc opté pour la manière de Pérec : "Je me souviens". A vrai dire, le choix était déjà fait quand j'ai entendu François Morel se souvenir, non seulement de Geroges Moustaki qui vient de tirer sa révérence à la grande farce de la vie, mais qui s'est souvenu aussi et a fait dénicher par les archivistes un enregistrement de "Sans la nommer"    ...    en langue corse.

 

J'ai écrit plein de je me souviens ... au point d'être obligée de faire des tris et des choix. Alors, comme ce dimanche est parait-il "la fête des mères", voici ma petite participation :

 

 

Je me souviens de la joie dans la maison quand mon père et ma mère, à la fin d'un repas de fête, se mettaient à chanter en choeur le célèbre duo de l'opérette Rose-Marie1 (Chant indien en français)

Je me souviens des étoiles dans les yeux de ma mère lorsqu'elle évoquait la sienne, perdue trop tôt à l'aube de son adolescence.

Je me souviens du voile qui ombrait fugacement ceux d'une de mes tantes lorsque je lui demandais avec la cruauté ingénue de mes sept ans pourquoi elle n'avait pas d'enfant.

Je me souviens de cette autre tante, adorable avec sa nièce de trois pommes, arborant fièrement son célibat en insistant sur le mademoiselle à l'âge où on lui servait du madame par déférence.

Je me souviens de cette réfugiée cambodgienne, me disant la paix que lui procurait la contemplation du fil de l'eau, alors que nous promenions mon dernier-né après la leçon de piano qu'elle venait me donner depuis Paris pour survivre.

Je me souviens du ton atone pour me dire sa vie d'avant, sa mère au pays, son terrible exil.

Je me souviens dans une salle d'attente de l'hôpital des enfants malades, cette mère déroulant délicatement les bandes des tout petits, bien trop petits pieds de sa petite fille , sous l'oeil réprobateur du père, jusqu'à la peau cyanosée, à la limite de la nécrose, comme pour témoigner devant le monde ...

Je me souviens que ce n'était pas au début du XXème siècle et en Chine, mais en 1982, en France2.

Je me souviens de cette femme lasse dans le RER, dégustant un yaourt en se servant du couvercle comme d'une cuiller.

Je me souviens, tenant ma toute petite, mon aînée dans les bras pour la première fois, d'avoir oublié les heures précédentes, et même d'avoir oublié que j'avais pensé, au plus fort de cette attente difficile et douloureuse : "mais qu'est-ce que je f... dans cette galère ?"

 

1 Rose-Marie, opérette américaine créée à Broadway en 1924

2 voir pieds bandés (article de wikipedia) ou ce dossier - les pieds bandés, fort bien documenté ou celui-ci aux photos saisissantes ou encore cette traduction du témoignage d'une femme médecin chinoise

 

Pour toi maman qui est dans nos coeurs, pour toi ma fille, pour vous mes fils

mère et fille 30 ans après

 

et toujours, à toutes les mères courage

.

ps, je n'utilise pas twiter mais il parait que depuis jeudi dernier il y a un concours de twits à la manière de Perec

.

Partager cet article
Repost0

commentaires

C
Beaucoup d'émotion dans le jaillissement de ces moments intenses. Merci à vous.
Répondre
J


merci



J
merci pour l'émotion ressenti
Répondre
J


et merci à Fanfan qui a initié cet exercice et fait remonter plein de souvenirs



S
De très beaux souvenirs, merci pour ce bon moment de lecture.
Répondre
J


merci à toi



Q
UN très beau témoignage, Jeanne.

Je crois que je vais me souvenir longtemps de tes "je me souviens" d'aujourd'hui.

Merci pour ce moment partagé et pour ces souhaits.

Passe une douce journée malgré tout.
Répondre
J


un exercice que nous devrions faire pour nous même de temps en temps. J'ai plus de mal à me projeter dans l'avenir


bises



F
que de souvenirs on peut avoir mais mieux vaut garder les meilleurs pas ceux qui nous blessent
Répondre
J


Je crois que le tri doit surtout porter sur leur importance, qu'ils soient bons ou mauvais. Il est des choses dont il faut porter témoignage.



D
Ah je comprends mieux pourquoi je n'ai pas reçu beaucoup de visites aujourd'hui mdr!!! bé oui passer "petit papa Noël" en plein mois de mai hihi!!! Ceci dit on m'a toujours dit, en mai fais ce
qu'il te plait ;)
Bravo pour ta prestation à ce défi.
Bisous
Domi.
Répondre
J


mdr itou ! la voix de Tino n'est pas celle que je préfère même pour les tubes qu'il a créé ou bien plus suvent repris d'ailleurs.


bises et belle journée



M
sympa tout ça et bien dans le ton !! bisous
Répondre
J


souvenirs doux et souvenirs graves, il faut se souvenir de ce qui importe



P
C'est cela la vie, après 80 ans... des souvenirs..... Bises et belle après midi
Répondre
J


ils y en a d'inoubliables ... beaux ou moins


bises et belle journée



L
Beaucoup de sensibilité et de tendresse dans cette belle évocation
amicalement
Répondre
J


c'est un exercice utile que d'écrire de temps en temps des je me souviens


et autant dire ce qui n'est pas suffisamment su ou oublié



F
un bel hommage aux mamans et aux femmes en général.
Merci pour cela
Mon plus jeune fils me parlait hier soir de Moustaki qu'il avait vu en Corse, et qui lui a laissé un souvenir ému .
Mreci pour ce défi ; bises
Répondre
J


et merci à toi pour ce défi. Bises



M
Tes souvenirs sont magnifiques et très forts, de ceux qui aident à la construction d'une vie comme ces petits bouts de laine et de branchages qui participent à la fabrication du nid des oiseaux.
Répondre
J


j'aime bien ta comparaison avec le nid d'oiseau. j'ai l'impression qu'on peut moins transmettre à nos enfants (manque de temps ? d'intérêt de leur part ou du nôtre ?) que je n'ai reçu de mes
parents, mais il est vrai que mes frères et soeurs ainés n'ont pas eu ces échanges privilégiés. Les temps aussi avaient changé



L
une belle participation et " fête des mères "
de la tendresse et de la souffrance aussi-
des souvenirs impérissables-
bonne journée- bisous !
Répondre
J


merci. et quand on est témoin, il est important de le rappeler aussi 



A
Émouvants, ces souvenirs que tu égraines avec tendresse...
Répondre
J


il y a des scènes émouvantes, d'autres (celle des pieds bandés) qui m'ont alluciné. Comment était-ce possible à notre époque ?



L
Bonjour Jeanne,

Bravo pour ta manière de relever ce défi! Ton texte est des plus émouvant je l'ai relu plusieurs fois, tout est tellement réaliste mais si bien écrit. MERCI ! Bises bien amicales.

Henri.
Répondre
J


merci à toi, Henri


sympathique aussi la randonnée en Corse de ton Maxime


bises



M
Très émouvant sont tes souvenirs, j'ai aimé "entendre" tes parents qui chantaient.. les miens aussi.. toujours des opérettes.. je me demande où ils avaient pu les entendre les apprendre..Tes
tantes.. j'ai eues les mêmes !Des réfugiés.. ils étaient d'ailleurs.. Nous avons de notre jeunesse des souvenirs qui se ressemblent !
Merci Jeanne pour ce partage !
Répondre
J


beaucoup de gens avaient la TSF. C'était un "meuble" précieux dont mon père prenait grand soin. Il y avait les chanteurs de rues malgré l'interdiction qui leur était faite. Il y avait les
partitions qui s'achetaient chez le disquaire. Il y avait chez l'un ou l'autre le tournedisque qu'on écoutait les jours de pluie ... etc


Quant aux réfugiés chaque époque a les siens hélas.


Je me suis demandé d'où sortaient ces parents chinois pour perpétuer cette coutume barbare interdite dans leur pays d'origine depuis 1950 environ et quand même peu pratiquée au XXe siècle ...


 



F
Bonjour Jeanne
De doux souvenirs...
Il m'arrive de prendre mon yaourt
avec comme cuiller...Le couvercle
Bisous et bon lundi
Frieda
Répondre
J


tous les souvenirs ne sont pas doux mais il est important de se souvenir et aussi de dire ...


sourires, je t'imagines en train de manger ton yaourt


Bises



E
tant qu'il est encore possible de se souvenir ...
Répondre
J


les souvenirs les plus lointains sont ceux qui restent le plus sûrement ou qui s'effacent en dernier ...



J
Pleins de souvenirs dans la vie d'un "homme" au sens large, bons et moins bons... Après les douleurs de laccouchement le bonheur de découvrir son bébé... et oui pas une partie de plaisir que
l'enfantement... Merci Jeanne !
Répondre
J


mais quel émerveillement aussi



Présentation

  • : Fa Do Si
  • : Au fil de mes réflexions, en partant du quotidien et ou de l'actualité, d'une observation, ou à partir de thèmes des communautés de blogs ...
  • Contact

Sur les blogs, les jeux d'écriture témoignent de la vitalité

de la langue française sans tapage

Recherche

 

 Ephéméride de ce jour

 

et chaque jour

je n'oublie pas Anne-Sophie

les yeux dAnne-sophie

et ses compagnes d'infortune :

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015 ; 123 en 2016 et en 2017 ; 121 au moins en 2018 ; 150 en 2019 (au moins 122 confirmés)

(clic sur son regard pour comprendre ... un peu)

 

Profitez des instants de la vie :

le temps s'écoule à sa cadence,

trop vite ou trop lentement,

sans retour possible

N'oubliez pas que

"Tous les matins du monde sont sans retour"

Métiers improbables

TheBookEdition - Les anthologies Ephémères

La 6ème anthologie est parue en mai

Informations sur 

 Les anthologies éphémères