Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 juin 2013 1 24 /06 /juin /2013 02:00

 

Dernière escale des CROQUEURS DE MOTS avec le défi n°105 piloté par l'Amirâl historique Brunô, avant une pause d'été. Mais pas de point final, les défis continuent à la rentrée et les nouvelles candidatures seront bienvenues.

Pour tous renseignements s'adresser au bureau du port, je veux dire La Coquille.

 

Consigne : "A partir du tableau de Balthus, le peintre et son modèle, donnez libre cours à votre imagination, en prose ou en vers ... Les choix sont multiples, ouverts et libres."

 

(lui)

Elle est marrante la greluchette. Franchement, elle ne doute de rien à vouloir faire le modèle. Qui a bien pu lui fourrer cette idée dans son crâne ? Regardez-moi ses guiboles toutes maigrichonnes. Y a pas de formes là-dessus. Cet air d'enfant naïf, comment savoir sous ce sac ? Elle est nippée comme l'as de pique. J'espère qu'elle est majeure au moins ! Pourquoi veut-elle gagner des sous déjà ? Ah oui, pour ses cours de théâtre. Et des inscriptions à des concours. Qu'elle semble studieuse en m'attendant, à lire ainsi avec cette attention ! De la géométrie en plus !

Elle arrive bien trop tôt. Je lui avais dit 13 heures. Après tout, je vais mettre le retardateur pour quelques clichés, on verra bien. 

- Puisque vous prenez des cours de comédie, mademoiselle, imaginez que vous êtes en train de lire une lettre de rupture. Non, non restez par terre c'est bien comme ça. Je veux juste l'expression. Prête ? 30 secondes, rafale. C'est parti ... Ah zut, le rideau n'est pas assez ouvert. Que le soleil est haut ! Il est si tard ?

 

Clic, clic, clic, clic, clic ....

 

(elle)

Si j'avais su qu'il dormait si longtemps, je lui aurais proposé 14 heures ou 15. Cela m'aurait laissé le temps de finir mes révisions.

Quel regard bizarre quand il m'a ouvert sa porte ! Il m'a traversé comme si j'étais transparente !

Je lui avais bien dit à ma copine, que je n'avais pas un corps de modèle. Pourvu qu'elle ne dise rien à ma mère, elle serait capable de le répéter à mon père. Et à imaginer n'importe quoi ! Ce que je veux, c'est peindre. Faire les Beaux Arts. Pas être peinte. Mon père m'a dit, si tu veux faire des études, d'accord, mais c'est pour avoir un vrai métier. Pour les frais accessoires, tu te débrouilles.

Il lui en a fallu du temps pour émerger ! Allez, vite mon bonhomme ! Demain, j'ai les premières épreuves pour architecture et je voudrais bien me coucher tôt. Et ne juge pas ma personne, si tu crois que tu as un corps d'Apollon ! Tu me tourne le dos dans le contre jour. C'est sûr, ça peut faire illusion. Quel âge peut-il avoir ? 40 ans ? En tous cas, c'est un vieux. Est-ce de lui, cette lettre de rupture imaginaire ? vite chassons cette idée, je sens monter le fou rire.

 

Clic, clic, clic, clic, clic ....

Jeanne Fadosi, pour le défi n°105 des CROQUEURS DE MOTS

 

Balthus, peintre figuratif français du XXe siècle, 1908 - 2001

et si par curiosité, vous voulez avoir une histoire plus vraie de ce tableau, j'ai trouvé cet extrait d'un livre de Adélaïde Russo, Le peintre comme modèle, du surréalisme à l'extrême contemporain, Perspectives, Septentrion, presses universitaires, 2007. Dans cet extrait, Adélaïde Musso fait référence au récit de François Rouan, artiste plasticien et essayiste, Balthus ou son ombre, éd Galilée, 2001

à lire aussi, cet article du Point du 31/08/2001, peu de temps après la mort du peintre et à l'occasion d'une exposition Balthus à Venise

 

Piero_della_Francesca_Ideal_City.jpg

Ci-dessus, en clin d'oeil à l'architecture, La cité idéale, longtemps attribuée à Piero della Francesca (1420–1492) , l'une des références de Balthus, puis à  Luciano Laurana et maintenant à Francesco di Giorgio (1439–1501)

.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Q
101 finalement... un message avait été enfoui parmi ceux de La Petite Fabrique... :)

Mais tout va bien. ;)
Répondre
J


et même 102. merci pour cette bonne action à venir



Q
Pour l'instant, tout va bien pour notre Marguerite. Il ne manque plus que les participations annoncées pour trois illustrations.
Je sais que je les aurai bientôt. ;)

Bises et douce journée.
Répondre
J


donc 100 pétales ... un chiffre symbolique ! Solyzaan va avoir du travail mais je suis sûre qu'elle aura une belle idée.


bises et belle soirée



L
ce n'était pas facile ! bravo Jeanne !!
on croirait que tu es derrière la toile-
bonne soirée- bises !!
Répondre
J


j'ai bien aimé rêver une histoire pour ce tableau



F
Je suis allée voir la vraie histoire de ce tableau ; c'est étonnant que cette gamine ait eu un pouvoir pareil sur cet homme !
Ton histoire illustre la malentendu entre les générations ! J'aime bien ! Bises
Répondre
J


Et qui ne date pas d'hier quand on se replonge dans l'histoire de sétudiants de la Sorbonne en ses débuts ...


La Corse doit avoir l'effervescence du Tour en ce moment ! Entre Ajaccio et Calvi, ça va être rude ! avant aussi je suppose


bises



T
Moi aussi Jeanne le fou rire monte.... tu as pris une super tangente mathématique ! Je me suis régalée de ce dialogue de sourds télépathique et antipathique de l'un envers l'autre.GRand Merci pour
ce joli moment malgré la verdeur de la toile. :o) Bizzoux
Répondre
J


purement imaginaire, encore qu'une vieille expérience d'ensaignante télépathe ...


bises et bel été Tricôtine en attendant ta proposition de la rentrée



L
J'aime beaucoup ton interprétation du thème. Très drôle! Ah, si l'on savait ce que l'autre a dans la tête, nous serions parfois bien surpris ! Pas très fiers, peut-être ...
Répondre
J


oh là là ! je pense au film Menteur menteur avec Jim Carey dans le rôle du menteur ... Il y a d'autres films sur ce sujet dont le titre ne me revient pas à l'esprit. 


Heureusement que l'on ne sait pas tout ce que tous les autres pensent de nous en effet ...



S
Intéressant de voir la pensés de chacun, bravo pour le défi.
Répondre
J


Je me suis inspiré d'un exercice un peu différent à partir de deux images chez Miletune


J'aime bien les exercices d'écritures à partir d'images, quand celles-ci m'inspirent. Et puis je n'ai aps toujours le temps non plus ...


belle fin de semaine



M
Un beau cheminement de la pensée de part et d'autre, très vivant, tellement humain: juger l'autre en connaissant si peu de lui!
Répondre
J


C'est un travers, non même pas, un penchant tellement  pratiqué, tellement humain. Beaucoup hélas, s'arrêtent à ces pseudo-connaissances ...



Q
Bien vu !
J'aime bien ce "dialogue" dont aucun des deux ne connait la réplique de l'autre.

Tu as traité le sujet de façon très originale, comme toujours.

Bises et douce soirée.
Répondre
J


heureusement que je n'avais pas lu sa véritable histoire. J'en aurais été bien embarassée.


bises et bon courage pour la dernière ligne droite de la Marguerite ou plutôt des marguerites



F
un beau texte pour un défi pas évident
Répondre
J


tu trouves qu'il était difficile ? Il m'a bien plu. Mais c'est vrai que j'aime bien faire parler les images


belle fin de semaine



B
Coucou jeanne,

Dialogue en monologues intérieurs, tu fais parler la toile et la scène se dévoile en une histoire court-métrage de destins croisés, rencontre de regards pressés, on ne se parle pas, on imagine
l'autre, on aimerait connaître la suite de ces vies...un texte rieur mais profond...merci
Bises
Répondre
J


coucou Brunô. Merci d'avoir trempé ta plumle dans l'encre de tes mots pour nous faire tricoter ce défi. Le tableau est fort intéressant et sa vraie histoire aussi


bises et bel été



M
coucou Jeanne ! en effet ce dialogue intérieur est très drôle bravo
bises
Répondre
J


malentendus de générations ... malentendus et machisme aussi d'une société qui a bien du mal avec l'égalité des hommes et des femmes


bises



C
Passionnant cet extrait d'Adélaïde Russo en regard de votre texte. Et quelle belle expression que ce "mutisme d'équinoxe" qui pourrait qualifier aussi la peinture de Balthus.
Répondre
J


je suis absolument d'accord avec toi et cette expression est magnifique, mais elle m'interpelle. Dans ma tête, l'équinoxe est liée au rugissement des grandes marées où nous allions dans mon
enfance comme une sortie à la mer avant la rentrée des classes (nous habitions à 100 km de la Manche et la rentrée était le 1er octobre)



M
Bonjour Jeanne,

j'aime ces pensées que ta plume facétieuse nous dévoile. C'est très original. Une excellente lecture
Bises de bonne journée
Martine
Répondre
J


purement imaginaire ce dialogue mais je me souviens de la manière dont nous considérions "vieux" les personnes qui ne l'étaient finalement pas encore tant que cela ...


Bises et belle fin de semaine



J
Les pensées de lui et elle... Voilà une autre façon bien sympathiquue d'aborder ce tableau, merci Jeanne !
Répondre
J


quand je pense que lundi je disais que je prendrais connaissance des défis à partir de mardi et j'ai à peine commencé. Ce tableau est inspirant et heureusement que j'ai lu son histoire après
avoir rédigé mon texte à ma fantaisie. Cette histoire est aussi fort intéressante



P
Des écrits toujours plaisant à lire..... belle journée avec bises
Répondre
J


merci belle fin de semaine



Présentation

  • : Fa Do Si
  • : Au fil de mes réflexions, en partant du quotidien et ou de l'actualité, d'une observation, ou à partir de thèmes des communautés de blogs ...
  • Contact

Sur les blogs, les jeux d'écriture témoignent de la vitalité

de la langue française sans tapage

Recherche

 

 Ephéméride de ce jour

 

et chaque jour

je n'oublie pas Anne-Sophie

les yeux dAnne-sophie

et ses compagnes d'infortune :

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015 ; 123 en 2016 et en 2017 ; 121 au moins en 2018 ; 150 en 2019 (au moins 122 confirmés)

(clic sur son regard pour comprendre ... un peu)

 

Profitez des instants de la vie :

le temps s'écoule à sa cadence,

trop vite ou trop lentement,

sans retour possible

N'oubliez pas que

"Tous les matins du monde sont sans retour"

Métiers improbables

TheBookEdition - Les anthologies Ephémères

La 6ème anthologie est parue en mai

Informations sur 

 Les anthologies éphémères