Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 juillet 2014 3 30 /07 /juillet /2014 05:00

 

épisode précédent ; si vous avez manqué le début

 

[...] Elles avaient toutes eu, à une époque plus ou moins éphémère, sinon le monde à leurs pieds, du moins le tout Paris.

Le fracas brutal de leur chute ou leur déchéance progressive avait souvent fait des ravages.

Nos camarades rentraient lessivés de ces entretiens débordant souvent d'aigreur, de mesquineries envers leurs co-locataires imposées, de hargne envers ceux qu'elles évoquaient en souvenir de leurs jours de stars.

Leur cadre de vie, sans être luxueux (on ne faisait pas alors dans la démesure) leur apportait un confort largement suffisant, tel celui de notre résidence universitaire. A ceci près que leurs appartements (une chambre ou un studio) y était beaucoup plus spacieux que nos 8 m2 réglementaires, sans compter les salons communs (salles à manger, de lecture, de musique, de détente  ...)

Non, ce n'était pas leur misère physique qui était pénible, si l'on fait abstraction des marques du temps et des excès sur leur corps. C'était la misère morale et la solitude intérieure de ces femmes qui avaient mené une vie de luxe et l'avaient pour certaines brûlée par les deux bouts.

Le récit de leurs nostalgies et regrets, l'étonnement de ce qu'elles n'avaient rien anticipé, c'était cela qui était éprouvant à entendre et à constater.

à suivre ...

 

Goya-deux-vieilles-qui-mangent.jpg

Goya, deux vieux mangeant, 1820

.    

Partager cet article
Repost0

commentaires

H
Bonjour Jeanne,

Je pense que se retrouver seul (ou seule)lorsque l'on a été fêté et très entouré toute une vie, cela doit être extrêmement difficile à supporter, mais souvent hélas la vie est ainsi faite.
Bises bien amicales.

Henri.
Répondre
J


je crains hélas que ce ne soit le lot de beaucoup. La solidarité matérielle est importante. Elle ne suffit plus quand manque le lien social


bises et belle fin de journée



M
Cela doit être très difficile à ces femmes de ne plus vivre dans l'opulence, le confort et le succès. D'être la plus part du temps seule avec leurs souvenirs. .....
Je te souhaite une bonne après midi.Bisous.
( plus que deux jours et les vacances arrivent :-) )
Répondre
J


Oui ce devait être difficile à vivre. En tous cas c'était aussi difficile à entendre pour mes collègues



Q
C'est vrai que quand on y pense...

Je me demande combien ont la chance de pouvoir ne faire qu'augmenter ou garder leur niveau de vie...

... à suivre donc.
Répondre
J


Sans garder leur train de vie au sommet de la gloire, il y en a qui savent prévoir et d'autres non. Et puis ne plus être reconnu, cela doit créer un vide pour certains.



M
Avoir brillée ou les projecteurs et être oubliée doit être effectivement difficile à vivre !!
Bonne journée
Monelle
Répondre
J


je présume que mes camarades entendaient surtout celles qui le vivaient mal. Heureusement ce n'est pas le sort de toutes les ex-vedettes. La gloire est bien souvent éphémère



J
Merci Jeanne, à suivre.... Bises de jill
Répondre
J


oui Jill à demain



L
Bonjour Jeanne musicale. Merci beaucoup de partager ces souvenirs avec nous. Ainsi présenté, ton récit nous embarque complètement, il y a les sentiments dans les sentiments, les souvenirs dans les
souvenirs, les jeunes femmes d'alors et les artistes âgées. J'ai lu tes trois premiers chapitres, je continuerai avec un grand intérêt. Gros bisous.
Répondre
J


Quand je me rappelle ceci je regrette de ne pas avoir pris de notes sur ces récits que nous faisaient nos copines. Mais notre temps était compté et nous avions d'autres urgences. De toutes
façons, si j'avais pris des notes, je serais en train de regretter leur disparition car j'ai perdu beaucoup de documents à une certaines époque de ma vie


bises



Présentation

  • : Fa Do Si
  • : Au fil de mes réflexions, en partant du quotidien et ou de l'actualité, d'une observation, ou à partir de thèmes des communautés de blogs ...
  • Contact

Sur les blogs, les jeux d'écriture témoignent de la vitalité

de la langue française sans tapage

Recherche

 

 Ephéméride de ce jour

 

et chaque jour

je n'oublie pas Anne-Sophie

les yeux dAnne-sophie

et ses compagnes d'infortune :

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015 ; 123 en 2016 et en 2017 ; 121 au moins en 2018 ; 150 en 2019 (au moins 122 confirmés)

(clic sur son regard pour comprendre ... un peu)

 

Profitez des instants de la vie :

le temps s'écoule à sa cadence,

trop vite ou trop lentement,

sans retour possible

N'oubliez pas que

"Tous les matins du monde sont sans retour"

Métiers improbables

TheBookEdition - Les anthologies Ephémères

La 6ème anthologie est parue en mai

Informations sur 

 Les anthologies éphémères