Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 janvier 2015 1 26 /01 /janvier /2015 11:00

 

Début ici --->

 

Revenues à la surface, comment trouver son chemin à la sortie de la bouche de métro ? le quartier quadrillé de rues à angle droit avait fait place à une série d'immeubles de grande hauteur, de placettes, de rues piétonnes en arcs de cercle, de passages joliment carrelés, fleuris de corbeilles retombantes ... Un décor pimpant tout droit sorti de l'imagination d'un architecte talentueux. C'était original, surprenant, beau. Bien vite elles s'étaient rendu compte qu'elles venaient de passer pour la troisème ou la quatrième fois au même endroit.

Leur plan était récent et ce "quartier" dans le quartier, derrière lequel on devinait des logements modernes et confortables derrière les portes à digicode y figurait bien. Le sens de l'orientation de son amie n'avait pas de prise dans cette logique qui leur échappait. Sans doute les habitants avaient-ils pris leurs marques et se mouvaient dans cet espace comme chez eux. Mais les deux amies, fatiguées, en sueur sous ce soleil d'été ravageur, sentaient monter un malaise indéfinissable. Elles sont sorties de ce décor futuriste et minéral sans comprendre comment. Soulagement de retrouver des rues, des trottoirs, des boutiques, des noms de rues évocateurs. A deux pas de cette architecture à la fois belle et dépersonnalisante, elle retrouva avec soulagement ses repères.

Un soulagement étonné. Le quartier de l'enfance de sa maman, celui où elle venait en vacances et en visite chez ses tantes, n'avait pas vraiment changé. Les jardins devant les immeubles avaient rétréci ainsi que le square. Mais tout était là, propret, paisible, souriant sous le soleil, rafraichissant sous la ramure des arbres centenaires. Il ne manquait plus que les mômes en blouses grises se bagarrant dans la poussière pour un calot contesté dans un jeu de billes, l'orchestre du dimanche sous le kiosque, les amoureux timides immortalisés par Peynet, Doisneau, Izis ou Willy Ronis ...

 

Paris-XV_1---reduc1.jpg

HBM1de la fondation Rotschild, Groupe Bargue, 1912

 

1.- habitation à bon marché, loi Siegfried du 30-11-1894

.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Quichottine 28/01/2015 01:31

Certaines choses ne changent pas... et pourtant, je ne suis pas certaine que l'on puisse toujours les reconnaître.

Merci pour ces retrouvailles...

Bises et douce journée à venir.

Jeanne Fadosi 12/02/2015 11:19

en parlant de changement, la Tour 3M, ça va faire drôle. Et pourtant les habitants d'avant ont vu des champs à la place de la ville nouvelle

mansfield 26/01/2015 21:04

Une belle plongée dans ton enfance et ta prime jeunesse, une belle comparaison avec notre époque un peu plus métallique...

Jeanne Fadosi 12/02/2015 11:18

le monde change et c'est aussi nécessaire. Qui pourrait regretter les taudis des bidonvilles des années 1950-1960 par exemple

Martine 26/01/2015 20:08

j'ai connu aussi ce sentiment de petitesse des jardins et bâtiments par rapport à mes souvenirs .... un peu réalité mais surtout question de point de vue d'une petite fille qui a beaucoup
grandi;-)
merci de ce beau partage !

Jeanne Fadosi 12/02/2015 11:17

quand on est haut comme trois pommes, le monde nous parait forcément plus grand que lorsque l'on a pris de la hauteur

Martine85 26/01/2015 12:45

Et oui c'est ce qui m'est arrivé à Rueil-Malmaison (92). Mes parents avaitent leur appartement au sommet d'un immeuble de 5 étages sans ascenseur érigé dans un grand terrain vague. J'ai connu mon
époux à Rueil et nous nous y sommes installés tout naturellement dans un pavillon en location dans ce quartier de la gare de Rueil à l'entrée du Pont de Chatou. Notre pavillon a été démoli ainsi
que l'immeuble de mes parents et maintenant ce quartier est devenu Rueil 2000. J'y suis retourné pour des rendez-vous avec des clients entreprise mais cela ne m'a rien fait puisque tout avait
changé et je ne pouvais y retrouver des repères. Par contre j'ai été heureuse de revoir récemment le quartier Pernety et particulièrement la Rue Boyer Barret ou je vivais avec ma grand-mère qui m'a
élevée. Rien n'avait changé et c'était trop émouvant. J'ai revu le square de mon enfance qui n'avait pas changé non plus mais le banc que j'occupais avec ma grand mère était occupée par une nounou
africaine avec son téléphone portable qui était surveillait (enfin d'un œil) les enfants dont elle avait la garde dans le bac à sable. J'étais venue avec ma dernière petite fille dans son landau.
J'espère qu'elle a senti mon émotion et qu'il en restera quelque chose en souvenir de Mamie Jeanne son arrière arrière grand mère. Belle journée

Jeanne Fadosi 12/02/2015 11:16

oh là là Rueil 2000 c'est mon cauchemar quand je vais en voiture dans ce coin-là. Je n'ai toujours pas compris le plan de ce quartier pour en sortir directement après la voie rapide.
merci pour ce beau partage. ça doit faire drôle en effet

jill bill 26/01/2015 12:12

Ouf il restait des souvenirs intacts... ;-)

Jeanne Fadosi 12/02/2015 11:14

il y a des lieux que l'on ne reconnait pas parce que la mémoire flanche, d'autres qui ont été bouleversés et d'autres encore qui semblent immuables. Ceux-ci le semblent d'ailleurs parce qu'ils sont entretenus sinon ils se dégraderaient
bises

Présentation

  • : Fa Do Si
  • : Au fil de mes réflexions, en partant du quotidien et ou de l'actualité, d'une observation, ou à partir de thèmes des communautés de blogs ...
  • Contact

Sur les blogs, les jeux d'écriture témoignent de la vitalité

de la langue française sans tapage

Recherche

 

 Ephéméride de ce jour

 

et chaque jour

je n'oublie pas Anne-Sophie

les yeux dAnne-sophie

et ses compagnes d'infortune :

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015 ; 123 en 2016 et en 2017 ; 121 au moins en 2018 ; 150 en 2019 (au moins 122 confirmés)

(clic sur son regard pour comprendre ... un peu)

 

Profitez des instants de la vie :

le temps s'écoule à sa cadence,

trop vite ou trop lentement,

sans retour possible

N'oubliez pas que

"Tous les matins du monde sont sans retour"

Métiers improbables

TheBookEdition - Les anthologies Ephémères

La 6ème anthologie est parue en mai

Informations sur 

 Les anthologies éphémères