Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 août 2010 1 09 /08 /août /2010 06:00

Comme nous l'avons découvert pour le jeudi en poésie, c'est Tricôtine qui est de quart à la barre des Croqueurs de mots cette quinzaine.
Elle a placé la barre haut en soumettant le challenge suivant, mais nous sommes des matelots bien équipés, pour danser sur les vagues et l'écume des pages blanches ...

 

Songez donc :

 

" Vous êtes une Oeuvre

en cours d'écriture

racontez vos états d'âmes "        

nous suggère Tricôtine 

 

falaise du soir - reduc1

 

- Hé, pstt ...

- ...

- Oui, toi, le cahier bleu, là ...

- Oui, quoi, hein, qu'est-ce ? Des pirates ? où ça ?

- Mais non, on n'est pas dans l'histoire, c'est moi, la catégorie en panne sur ce blog.

- La quoi ?

- Mais tu sais bien, la catégorie en rade, Le roman du ponant !

- C'est bien ce que je disais ! des pirates ! des pirates !

- chut, calme-toi, ce n'est que moi, le petit éditeur de blog de Jeanne Fadosi chez OB.

- Dites donc, c'est bientôt fini ces papotages ! Eh le cahier, tu n'entends pas le vrombrissement d'un ventilateur.

C'est encore l'aspirateur qui va nous bousculer sans ménagement ...

- Tiens, copie double, tu ne dors pas ? Je croyais que tu avais renoncé à jamais à être noircie. Il faut dire qu'une histoire de chat noir, c'était couru qu'il y aurait des problèmes avec le turbo du balai de la sorcière.

- Tu en as de bonnes, cahier, toi au moins, les premiers épisodes ont été mis en ligne. Moi, avec mes quatre pages en format A5, je vais encore être froissée par ce suceur goulu, si ce n'est pas déchirée. Même dans mon dernier sommeil, je revendique la sérénité !

- Ne t'inquiètes pas inutilement, petite feuille, tu n'entends que le ventilateur de mon ordinateur. Et puis, de toutes façons, elle ne l'écrira jamais ton histoire.

- D'abord, ce n'est pas Ton ordinateur et ce n'est pas Mon histoire, c'est celle de Toby. Et elle avait promis ...

- Oh, elle en a promis des choses, mais la vie ne lui a pas permis de tenir ses promesses. Maintenant, elle ne promet plus rien ! Et puis, ton chat au moins, il a eu droit à une fin,

- Tu parles d'une fin, ... sinistre, brrr, j'en ai encore la chair de poule et la rage au coeur.

- La rancoeur ne le ressucitera pas, et puis, il a eu droit à une épitaphe.

- Ah oui ? où ?

- Mais sur ce blog, voyons  : Epitaphe à des chats IV : A Toby

- Ne vous chamaillez pas tous les deux, mon sort ne vaut guère mieux maintenant qu'elle tape directement ses textes sur le clavier. Les pages de mon cahier en sont réduites à continuer à jaunir sans nouveaux caractères.

- Inutile de lui répondre, la feuille a déjà refermé l'oeil.

- C'est vrai qu'elle ne dort jamais que d'un oeil ... Ah, si seulement Nous pouvions nous noircir de nous-même, nous en aurionsdes choses à raconter !.

- Oui mais vous vous éloigneriez de votre sujet !

- Eh tu ne vaux pas mieux ! Le roman devait être au centre de ton blog.

- Oh, je ne me plains pas d'être oublié, il est des escales moins accueillantes.

- Tout de même, ils ont oublié d'où ils viennent, ces européens ...

- Ce n'est pas cela, d'abord, ta rubrique attend toujours de nouveaux mots sur mes pages. Tu sais, finalement, elle aime bien aussi écrire avec un bon vieux stylo bille

- ou même un crayon à papier et une gomme ...

- La gomme, elle ne connait pas trop, non, elle préfère biffer ou recommencer. C'est pour cela qu'elle utilise tant de feuilles volantes.

- Oui et après, elle les égare. En attendant, tes voyageurs ne sont pas prêts d'arriver ! Alors tes orientaux, ils

- tes occidentaux, on dit les occidentaux.

- Ah non, ils viennent de leur ouest, tes voyageurs

- Tu as raison mais ils se proclament occidentaux

- Oh, appelles les comme tu veux après tout. Ils n'ont pas pu être éduqués par nos civilisations du ponant.

- Oh, ne prononce plus ce nom, elle a été traumatisée par cette coïncidence.

- Tu parles du titre et de cette histoire de piraterie ?

- Oui, elle avait déjà choisi le titre, ... et ce n'est pas une histoire, c'est la réalité des mers du XXIème siècle et les flibustiers les plus redoutables ne sont pas sur les vagues !

- Dommage que ceux qui écrivent des romans ne respectent plus cette règle d'or ! ils ne nous entendent pas, Nous le savons pourtant bien, nous les pages blanches,

- jaunes,

- jaunes si tu veux, ne m'interromps donc pas tout le temps.

- ...

- Nous les pages jaunies, nous le savons bien qu'il ne faut jamais commencer par le titre.

- De toutes façons, reprendre la mer, pour être rejeter de tous les ports ...

- Tu te vois errer comme le petit navire ?

- Non, allez, je me rendors, bonsoir ...

- bonsoir, peut-être à plus tard ...

- Si tu veux, dans deux ans peut-être ... 

- Bzzzzz,

- Dis cahier ?

- Oui ?

- Tu crois que je pourrais dormir un peu aussi ?

- Oui, mais éteins tout, et vides-toi la tête, je veux dire l'historique qui t'encombre la mémoire.

- Alors, j'arrive, fais moi une petite place sur la moquette ...

- Chut ! 

 

Texte inédit de La feuille de copie double, du Cahier bleu et de la Page vierge ECRIRE UN ARTICLE de l'éditeur de texte OB du blog de votre moussaillon Jeanne Fadosi, le samedi 7 août 2010

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

M


Très jolis dialogues d'objets dont l'imagination est débordante ! Bises


PS : j'ai beaucoup aimé tes Haïkus de jardin, mais pas trouvé où  poser un commentaire ......



Répondre
J


Je pense que tu évoques les haïkus sur les primevères, certains sont de moi beaucoup ont été déposés par des copinautes. Je les avais mis sur une page et non sur un article et c'est vrai qu'OB ne
permet pas de déposer de commentaires sur les "pages".



O


Charmant dialogue, et puis "Petite feuille" c'est adorable comme prénom !



Répondre
J


n'est-ce pas ?



D


Je suis passée relire ce texte, que je trouve vraiment trop bien.


Et puis aussi pour te dire que je suis allée chez Quichotine et que je suis scandalisée de ce qui s'est passé pour le musée !


Gros bisous.



Répondre
J


et maintenant Quichottine qui se met en pause à durée indéterminée ! Elle a bien le droit à du répit pour s'occuper d'elle et de ses proches. Et puis, il y a tant de bonnes choses à voir sur son
blog et aussi en suivant ses liens.
Bises et merci



J


Bonsoir Jeanne, merci pour plyson, ici quel hors d'oeuvre délicieux... Dialogues géniaux... défi réussi Jeanne, au prochain alors... Bonne nuit, tu peux éteindre...



Répondre
J


hihihi, c'est souvent au milieu de la nuit que feuilles et cahiers taillent la bavette, surtout quand je rallume la lumière pour trouver une occupation en attendant le prochian sommeil. Alors, il
m'arrive d'attrapper une feuille ou un cahier et de le noircir un peu ...



D


Je te souhaite une bonne et douce nuit.


Bisous.



Répondre
J


merci Dany à bientôt



A


Dilemme entre stylo et clavier, cahier et dossier. Papier crayon pour les notes, le développement devant l'écran. Tout le monde participe. Belle soirée. Adamante



Répondre
J


Pour avoir le temps et ce qui va autour pour écrire, j'aurais besoin d'être libérée des autres contraintes. Et je crois que là le blog est un concurrent redoutable de l'écriture car il fagocite
(pas sur de l'orthographe, tant pis) le temps. Pourtant c'est un lieu d'exercice très utilepar la régularité qu'il demande et l'entrainement à l'écriture qu'il permet.
Mais bien sûr ce que le blog m'a le plus apporté, ce sont les échanges à travers les commentaires.
Belle journée ...



M


Bonjour Jeanne, je te remercie pour le gentil message déposé amicalement au musée à ciel ouvert.


Je te souhaite une très belle journée.


Bises,



Répondre
J


Je suis sincèrement désolée de ce qui est arrivé et de la décision que tu as prise de tout fermer ! C'est ton choix bien sûr, mais ton musée à ciel ouvert était une magnifique vitrine pour des
artistes dont certains ne méritaient sans doute pas cette promotion si généreuse !
Je te souhaite de rebondir sur cette mésaventure avec tout le succès que tu mérites.



T


hihi!! quel remue ménage d'hors d'oeuvre Jeanne !! sensations  d'aspiration et d'inspiration !!! j'ai adoré ces renvois de balles et ces jalousies .... les petits cahiers, les feuilles
doubles et l'ordi Hisse et Ho .... iront au bout de l'oeuvre du Ponant j'en suis certaine !!! bravo et bizzzzoux à tous !!!



Répondre
J


je ne sais pas. Mais ce n'est pas grave. car le reste me semble plus intéressant finalement net c'est vrai que l'aspirateur est un concurrent redoutable de l'inspiration ...


bises à toi aussi



Q


Il n'y a que le dialogue qui donne un rythme aussi soutenu, j'adore... Les états d'âme de ses objets devenus obsolètes, quelle tristesse!... Tiens je vais reprendre mes cahiers et mon
stylo pour la peine... Merci Fa Do Si pour ce récit...



Répondre
J


le papier et le crayon bille ont encore une vie chez moi. Par contre, j'ai essayé de reprendre le stylo plume. Est-ce moi qui ne savais plus le ménager ou les plumes actuelles, elle n'a pas
résisté très longtemps et j'ai renoncé à la remplacer devant le prix disproportionné qu'on m'en demandait. J'en suis triste mais c'est si peu de chose à côté d'autres soucis ...



P


superbe cliché



Répondre
J


je suis fatiguée à 11 h du matin, je ne me souviens plus de ce que j'ai mis en ligne pour illustrer ce défi. Ah oui, un bord de mer du côté de Dieppe je crois.



P


Je passe juste vous saluer et déposer une assiettée de bises !!!!



Répondre
J


Je prends, ça fait du bien un peu de réconfort. bises aussi et belle soirée



C


ah que j'aurais aimé pouvoir alligner les mots comme tu le fais!


bonne journée Jeanne



Répondre
J


Et moi savoir et avoir le courage de faire de si jolis meubles à partir de vieilleries qui semblent piteuses avant la métamorphose que tu sais leur faire faire.
belle journée et semaine si je ne peux pas revenir sur le net.



H


Un texte très vivant, je le trouve un peu stresser ton cahier jauni, il ne faudrai le négliger.


Gros bisous Jeanne



Répondre
J


Ca fait un moment que je ne peux plus écrire dans la sérénité. Heureusement qu'il y a ces jeux et défis qui me donnent des contraintes. J'aspire à plus de tranquillité, mais ce n'est pas encore
pour le moment.
bises et merci de ton commentaire



E


j'ai apprécié ces échanges, ces objets qui se permettent de parler


belle inspiration ! j'imagine un bureau à la nuit tombée et les cahiers et feuilles qui chuchotent...un peu comme les jouets dans le magasin..je crois qu'il y a


un film non c'est très vivant et on vit ton texte


bises



Répondre
J


Oui, je crois qu'il y a un film. Un vieux cont musical aussi, sans oublier le spectacle chanté Le soldat rose, avec M et Vanessa Paradis, je crois. Juste que ces brouillons qui sont encore bien
plus nombreux (mais cela aurait été une cacophonie, n'ont même pas le droit à un bureau ...



R


Bonjour Jeanne


Le texte de ton défit N°35 est dèja tout un roman : bravo


Amicalement



Répondre
J


merci, c'est plus facile d'écrire quelques phrases que tout un livre !
Amicalement



Présentation

  • : Fa Do Si
  • : Au fil de mes réflexions, en partant du quotidien et ou de l'actualité, d'une observation, ou à partir de thèmes des communautés de blogs ...
  • Contact

Sur les blogs, les jeux d'écriture témoignent de la vitalité

de la langue française sans tapage

Recherche

 

 Ephéméride de ce jour

 

et chaque jour

je n'oublie pas Anne-Sophie

les yeux dAnne-sophie

et ses compagnes d'infortune :

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015 ; 123 en 2016 et en 2017 ; 121 au moins en 2018 ; 150 en 2019 (au moins 122 confirmés)

(clic sur son regard pour comprendre ... un peu)

 

Profitez des instants de la vie :

le temps s'écoule à sa cadence,

trop vite ou trop lentement,

sans retour possible

N'oubliez pas que

"Tous les matins du monde sont sans retour"

Métiers improbables

TheBookEdition - Les anthologies Ephémères

La 6ème anthologie est parue en mai

Informations sur 

 Les anthologies éphémères