Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 novembre 2011 6 12 /11 /novembre /2011 07:00

un des rares billets de mon éphémère communauté coulisses-contrechamps et contre-chants

 

Commentaires déposés sous le défi n°65 et mes réponses. Juste l'envie de les partager avec vous et de vous en remercier;

corolle en pluie - reduc1

Belle écriture , bravo .

Belle semaine.

Commentaire n°1 posté par Marilène

 

merci. Je me suis glissée dans ces deux personnes.

belle semaine aussi

 

Touchant de vérité...  Une maladie qui s'appelle l'oubli et qui elle ne vous oublie pas jusqu'à la mort.... Merci Jeanne

Commentaire n°2 posté par jill-bill

 

J'ai essayé de me glisser dans la tête et le coeur de mes personnages. Je n'en suis qu'aux oublis immanquables qui viennent avec l'âge. Mais les témoignages (et ma soeur Jacotte, atteinte d'une maladie proche de celle-ci) nous permettent d'être sensibilisés à son existence.

La Belgique me semble-t-il est mieux organisée pour prendre en charge ces malades et leur entourage.

 

Je ne sais pas pourquoi ton texte me fait pleurer ce matin... mais c'est comme ça.

Une maladie que pourtant je n'ai pas encore dans mon entourage.

 

Peut-être une maladie qui me fait peur.

Je t'embrasse. Passe une belle journée.

Ton texte est sublime.

Commentaire n°3 posté par Quichottine 

 

On en a parlé de façon émouvante récemment. Ma soeur Jacotte est atteinte de la maladie des corps de Lewy, qui lui ressemble sur le plan de la mémoire et de caractère. C'est une invalidité difficile à accepter et une mise à l'épreuve pour l'entourage.

Belle journée Quichottine. Je t'embrasse

 

Texte émouvant, merci. Ainsi va la vie...

Commentaire n°4 posté par Marie de Cabardouche

 

Ainsi va la vie, plus dure pour certains ...

 

 

Ah qu'il est beau ce texte !!!!

 

Des moments bien précieux.

 

Gros bisous Jeanne

Commentaire n°5 posté par harmonie37

 

Les malades n'ont pas besoin que de soins et les soignants le savent bien qui souffrent de ne pas avoir le temps trop souvent !

 

 

J'aime bien la façon que vous avez toutes d'amener ces mots dans un texte..

 

Chapeaux mesdames. Bonne journée avec bises

Commentaire n°6 posté par patriarch

 

A transmettre à notre capitaine Tricôtine ...

Merci pour nous tous et bises et belle fin de journée Patriarch

 

 

Bonjour Jeanne,

Par la tristesse  et la terrible vraisemblance  de ton récit, tellement  poignant où les mots imposés trouvent si bien leur place, je me suis laissée envahir et ne me suis même plus rendu compte tellement c'était prenant qu'il s'agissait d'un défi.

Bises

Dominique

Commentaire n°7 posté par Dominique

 

Je me suis glissée dans le coeur de ces deux personnes et ma plume a tricoté presque seule cette histoire ...

 

 

Ton vagabondage, comme tu dis, t'a menée à nous raconter une histoire qui malheureusement conte une situation de plus en plus fréquente ! en sommes-nou protégée ? nul ne le sait !

Bisous et merci !

 

Commentaire n°8 posté par Monelle

 

C'est une maladie dont nous ne sommes pas à l'abri et dont la prise en charge, en France, est encore bien insuffisante à tous points de vue.

 

 

Magnifique défi !!! superbe texte et une cause défendue qui en vaut vraiment la peine. Bisous

Commentaire n°9 posté par Elo 

 

Une maladie dont la prise en charge est insuffisante et dont on n'a pas trop envie d'en connaitre certaines des causes environnementales, ce qui permettrait de faire de la prévention

 

 

excellente participation accrochée à un sujet que l'on évite trop parfois. Merci pour ce joli texte. bon lundi

Commentaire n°10 posté par Sherry le 03/10/2011 à 16h20

 

je l'ai faite avec mon coeur ...

 

 

Tu touches de près un sujet qui est bien d'actualité et qui fait peur, très émouvants le fil de tes mots !

Commentaire n°11 posté par ABC

 

C'est un sujet qui fait peur et à juste titre car pour l'instant, la prise en charge n'est pas au top et l'entourage doit être solide !

 

 

très poignante, cette histoire si bien contée.

Il nous faut tous aborder ces problèmes, d'abord pour les parents, et puis un jour, ce sera notre tour..

Belle soirée à toi,

bises

Commentaire n°12 posté par m'annette

 

Ce n'est pas inéluctable pour ce qui est des maladies de la mémoire, même si la mémoire en perd avec l'âge. Mais la dépendance peut-être. Et les solutions auxquelles nous conduit l'organisation de nos sociétés modernes ne sont pas souvent glorieuses.

Ceci étant, je me refuse aussi à idéaliser le passé des "vieux".

 

 

Bonsoir Jeanne, tu as produit un magnifique texte au fil de ta plume, émouvant et fort à la fois !! Cette jeune infirmière qui se dévoue pour reculer l'heure de la faucheuse... Bravo ! j'ai manqué ce merveilleux téléfilm dont tu parles avec Clémentine Célarié j'espère qu'il sera rediffusé dans peu de temps !! gros bizzzoux du soir  merci Jeanne pour cette merveilleuse page que je n'oublierai pas

Commentaire n°13 posté par Tricôtine

 

Je ne sais pas quand il sera rediffusé mais c'est vrai que c'était un bien joli film, émouvant et pas du tout larmoyant.

 

 

ah joli tableau au fil de la vie lorsque le tissu s'effiloche

Commentaire n°14 posté par C comme Corinne

 

Oui, j'imagine qu'on a cette impression d'un tissu qui s'éffiloche, belle et juste image.

 

 

C'est une belle et triste histoire; j'ai vu le téléfilm l'autre soir . C'est un peu inquiétant de savoir qu'il y a de plus en plus degens atteints par cette maladie Bisous

Commentaire n°15 posté par fanfan

 

Il est bon parfois de laisser vagabonder sa plume. Elle t'a menée à nous offrir un texte où l'émotion se mêle au jeu d'écriture. Bravo !

Commentaire n°16 posté par Rébecca

 

Poignant et malheureusement trop près de la réalité.

Merci

Commentaire n°17 posté par LCS

 

Je viens de découvrir votre site.. je suis agée et surprise de découvrir toutes les possibilités..  toutes les portes qui s'ouvrent devant moi par l'intermédiaire de ces croqueurs de mots.. gloutons ! Vous êtes venue chez moi, et j'ai été... honorée de votre remarque sur le petit défi fait avec tant de plaisir ! Je suis bouleversée par votre texte que je viens de lire, les larmes aux yeux. Vous avez  décrit la maladie .. cette maladie de la vieillesse avec les mots du coeur. C'est un bonheur pour moi de tenter d'être près de vous.

Bisous doux de M'moizelle Jeanne

 

Commentaire n°18 posté par jeanne (ce n'est pas moi c'est M'zelle Jeanne)

 

Bonjour Jeanne

un très beau texte sur ce sujet pour le moins douloureux. Mémoire, dépendance, peu de moyens et indifférence ... Que deviendrons-nous ?

Merci pour ce texte poignant et ses questions.

Gros bisous à toi

 

Commentaire n°19 posté par Hauteclaire 

 

C'est sûr que pour garder le moral il vaut mieux ne pas se poser trop de questions sur l'avenir ...

 

 

Ton texte est très émouvant.

Commentaire n°20 posté par Lilie-Norlane

 

C'est un sujet qui m'interpelle et je n'ai pas de solution ...

 

 

que dire à part chapeau, je suis bien incapable d'en faire autant! bises

Commentaire n°21 posté par Stacia 

 

Tu ne peux pas dire cela si tu n'as pas essayé. Après, il ne faut pas se forcer à ce qui n'apporte pas de plaisir, du moins quand on se donne soi-même des obligations. Dans la vie courante, il y a des tâches ennuyeuses qui sont nécessaires, comme sortir les poubelles les soirs de ramassage ... Chacun fait des choses que d'autres ne savent pas faire et on se complète ...

 

Quelle magnifique vagabondage Jeanne! Je suis très émue à la lecture de ce très beau texte écrit avec sensibilité... Cette maladie est terrible, tant pour les patients que pour leur entourage et tu viens de leur rendre à tous un bel hommage! Bravo.

J'ai manqué de temps pour participer à ce défi mais je sens bien que je n'aurais pas eu une si belle inspiration, merci! 

Commentaire n°22 posté par Féline 

 

Merci Féline. Je viens de découvrir ton blog et je ne suis pas étonnée que tu sois sensible à ce sujet de notre temps. (mais pas seulement, il est plus visible comme bien d'autres maux)

On est inspiré par ce qui nous interpelle de près ou de loin. Je témoigne ici en tant qu'entourage, même si je ne suis pas en première ligne. Mais j'ai toujours été éponge, (et réciproquement) de ce que peuvent ressentir mes proches, ici ma soeur Jacotte.

 

      quel magnifique vagabondage, pardon pour la faute d'orthographe sur précédent message; aïe, un peu de fatigue ce soir! Amicalement

Commentaire n°23 posté par Féline 

 

Je n'avais même pas remarqué l'erreur. D'ailleurs, pourquoi est-il masculin le vagabondage ?

 

Quoi de plus terrible que de devenir ce "voyageur sans bagages " ? Merci de nous rappeler que demeure la tendresse.

Commentaire n°24 posté par Catheau 

 

Je ne sais pas. Paut-être d'être coupé du monde (syndrome d'enfermement) et de garder pourtant toutes ses facultés mentales intactes. ... Quand personne ne le remarque

La tendresse oui, indispensable et garder un regard d'humain sur un autre humain.

 

      Bonsoir Jeanne,

Dans mon parcours blogs à part de ce soir, je venais de chez Hauteclaire, me souvenant que tu étais passée chez moi, et c'est les larmes aux yeux que je termine ton récit réaliste d'un être atteint par cette maladie qui dévaste la mémoire et l'intégrité. Pourquoi cette sensibilité devant des mots justes et réalistes. Ma mère en était atteinte. Et cela m'a ravivé ces moments jusqu'à la fin. Nous n'oublierons jamais que nous avons eu la chance d'être reconnus distinctement ce qui n'est pas le cas lorsque la Faucheuse s'attarde sur d'autres lits. Je te suis reconnaissante de cet instant imprévu et profond suscité par un défi des croqueurs de mots auquel d'ailleurs je n'ai pas participé. Suzâme

Commentaire n°25 posté par Suzâme 

 

Merci de ce témoignage, Suzâme. Les mots des uns et des autres si ils peuvent servir à donner du sens à ses expériences, c'est ainsi que j'ai souvent conçu la lecture puis l'écriture.

Mon stylo m'a conduit là. Ce n'est pas un hasard et sans doute la réunion de sensations auprès de plusieurs personnes en fin de vie. Même si ma soeur Jacotte est au coeur de mes pensées.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

J


je teste juste comment fonctionne le dépot de commentaire et son alerte



Répondre
J


ça marche mais j'ai reçu l'alerte avec bien du retard



F


C'est intéressant de voir que tout le monde à été ému par ton texte.


J'ai un cousin qui a cette maladie " dégénerescence des corps de Lévy" ,il est en phase terminale .


C'est terrible de voir la dégradation d'une personne   et ne pouvoir rien faire .


Bisous



Répondre
J


Oui, c'est ce qu'a ma soeur également. Avec d'autres maux liés aux séquelles de son opération.


J'admire la qualité de l'accompagnement et le courage de mon beau-frère. Pour le moment, Jacotte s'accroche à la vie quand elle le peut et continue à peindre et à broder.


Mais elle s'alimente si peu.


Bises



J


Bonjour Jeanne !  J'ignore ce qu'il en est chez vous, chez nous oui il y a des institutions et même certains homes ont une pièce de vie accueillant les personnes souffrant ce trouble de la
mémoire.... Patients passifs et d'autres turbulents, pas évident à gérer !! Les familles les soignent à domicile jusqu'à ce qu'elles n'en plus aussi.... Ce fut le cas de mon voisin qui
a fini par placer son épouse décédée en mai....  Bon W-E  Jeanne



Répondre
J


Je ne connais pas bien le problème car mon beau-frère et ma soeur préfèrent le maintien à domicile tant que c'est possible mais je crois aussi que les institutions existent ou du moins une partie
dans des maisons médicalisées, mais que les besoins sont bien plus importants que les places ...


Une ou un aide-soignant vient tous les matins sauf le dimanche.


Bises et belle fin de soirée Jill



Présentation

  • : Fa Do Si
  • : Au fil de mes réflexions, en partant du quotidien et ou de l'actualité, d'une observation, ou à partir de thèmes des communautés de blogs ...
  • Contact

Sur les blogs, les jeux d'écriture témoignent de la vitalité

de la langue française sans tapage

Recherche

 

 Ephéméride de ce jour

 

et chaque jour

je n'oublie pas Anne-Sophie

les yeux dAnne-sophie

et ses compagnes d'infortune :

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015 ; 123 en 2016 et en 2017 ; 121 au moins en 2018 ; 150 en 2019 (au moins 122 confirmés)

(clic sur son regard pour comprendre ... un peu)

 

Profitez des instants de la vie :

le temps s'écoule à sa cadence,

trop vite ou trop lentement,

sans retour possible

N'oubliez pas que

"Tous les matins du monde sont sans retour"

Métiers improbables

TheBookEdition - Les anthologies Ephémères

La 6ème anthologie est parue en mai

Informations sur 

 Les anthologies éphémères