Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 novembre 2011 1 28 /11 /novembre /2011 07:00

 

C'est Lilou-fredotte qui nous propose le défi n°69 des CROQUEURS DE MOTS en ces mots

 

Défi   69       « Les huit éléments » 

Pour ce défi, je vous propose d’écrire une histoire vers ou prose en utilisant les éléments suivants. Peu importe l’ordre.

des personnages : un grand-père et un enfant,  Jean-Mimi

une profession :   clown

une période :       mars 1889

des lieux :            Le pont Charles à Prague

                             et le département du  Rhône  

un objet :             un pendentif

un animal :          un  lapin

 

Mais ce n’est pas tout vous devrez aussi placer la phrase  

«  et pourtant, je t’avais prévenu(e) »

 

J'ai eu dès le départ envie de fronder.

Alors ce qui suit respecte ces consignes à ma manière quelquefois souterraine.

 

Un enfant perdu

comme des milliers

perdu dans les rues

et sur les sentiers

 

un très vieux monsieur

sorti d'un autre âge

des sillons en creux

ont fait des ravages

 

un clown au milieu

fait un tour de piste

il parait joyeux

quel illusionniste

 

un enfant perdu

un vieillard si triste

un clown tout nu

de ses rêv's d'artiste

 

traversant la route

deux lapins perdus

sont mis en déroute

retournent au talus

 

l'un s'en va au bois

la voie traversée

l'autre est aux abois

revient dans ses prés

 

un enfant perdu

un vieillard si las

lapins éperdus

clown tombé si bas

 

Des milliers de ponts

dans le paysage

des milliers de tours

cim' vers les nuages

 

la dame de fer

ses cent vingt-deux ans

construite éphémère

traverse le temps

 

et bien trop de murs

partout sur la terre

autant de blessures

entre peuples frères

 

Gamin et Grand-père,

lapins sans raison

un clown solitaire

au pilier d'un pont.

 

Pont Charles de Pragues

Tour Eiffel cent'naire

flux, reflux des vagues

révolutionaires

 

Pont du Golden Gate, Viaduc de Millau

Tour de Pise et Tour de Nesle

Monuments dev'nus joyaux

à prix de sueur et douleur mortelle

 

un clown un enfant des ponts

un aïeul des jeunes lapins

mettant leurs rêves en action

pendentif au creux de ma main.

 

Nul "pourtant je t'avais prév'nu"

n'arrête l'élan de l'Histoire

qui lève les monts vers les nues

quand l'énergie se veut espoir.

Jeanne Fadosi, dimanche 27 novembre 2011

pour le défin°69 des CROQUEURS DE MOTS

pendentif de mémé Louise - reduc1

.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Q

Le poème est magnifique... et j'aime la façon dont, finalement, l'énergie déployée devient ou est espoir...


Tant de mots à trouver pour que le rêve devienne réalité.


Merci, Jeanne.
Répondre
J


merci quichottine. J'ai comme toujours eu du mal à le finir. et pour le Net je n'ai pas voulu le faire plus long. Pourtant j'aurais bien aimé faire allusion à la colombe (eh oui apparition
surprenante) que j'avais vu s'envoler sur la route un matin à peu près au même endroit où une semaine plus tard, ma voiture a mis ces deux lapins imprudents en déroute.



L

J'adore ta fronde. D'ailleurs c'est une façon de respecter une consigne et de la contourner . Je suis ravie que tu aies écrit un texte aussi ingénieux qu'audacieux?


Merci de ta participation


A tantôt lilou
Répondre
J


merci de ta gentillesse. J'aurais pu mélanger fiction et réalité car mon parrain était clown de music hall ...


Bises



T

j'aime ta façon de détourner le défi Jeanne, tu mèles le tout pour en faire un étourdissant poème... ça me fait tourner la tête comme la chanson de Piaf !!


soulevons les nues et abattons les murs avec des lapins des enfants, des clowns, pour remettre le monde dans le bon sens    bizzzoux tardifs à te lire
Répondre
J


remettre le monde dans le bon sens ? y a-t-il jamais été ? essayons au moins de l'améliorer il y a déjà fort à faire bises et belle fin de journée Tricôtine



H

Et que d'histoires derrière ces mots.


 


Très joli défi.


 


Gros bisous Jeanne
Répondre
J


tu le devines et bien sûr ces mots veulent dire tant de choses ...


bises Harmonie



A

J'en suis baba ! Bravo Jeanne !
Répondre
J


et j'en suis rouge de confusion



M

Ce récit profond au rythme dynamique superbement enlevé est un régal, merci! 
Répondre
J


merci. chargé de sens et de souvenirs pour moi ...



P

merci pour cet écrit... avec bises de nous deux
Répondre
J


bises et belle soirée à vous aussi



D

Bonsoir Jeanne,


C'est très beau et cette façon de rajouter à chaque strophe le nouvel arrivant qui vient ainsi grossir le rang et le tout en en vers. J'ai aimé !!


Bises


Dominique
Répondre
J


merci Dominique. Pourtant au départ, toutes ces contraintes m'affolaient !


bises



L

Bonjour Jeanne. Une fronde très sympathique et qui apporte une jolie originalité dans les belles histoires que nous avons tous inventées ! J'aime beaucoup, bisous !



Répondre
J


Je me suis régalée d'histoire en histoire ...



H

Bonjour Jeanne,


quel élan dans ce poème ! et quelle maîtrise pour répondre à ce défi.


J'ai plus qu'aimé, j'ai adoré !


Merci pour ce moment de très belle lecture,


et des bisous



Répondre
J


Ceux de mes proches qui lisent mon blog, il y en a, savent à quel point ces mots sont pleins de sens multiples. 


Les lapins sont vrais, effrayés par mon auto sur une route de campagne en revenant du marché l'autre samedi ...


Bises



F

je me suis prise dans tes mots avec bonheur


quel talent !


dommage que je sois trop prise ailleurs (2 opérations que l'on prépare pour décembre) car j'aimerais te lire tous les jours


c'est un plaisir et un enrichissement


ma maman avait une montre comme celle que je vois sur la photo


belle semaine


gros bisous, Jeanne


françoise-sarah
Répondre
J


Tu sais on ne peux pas se démultiplier. Sur la photo, il s'agit d'un médaillon qui m'a été offert il y a très longtemps de ceux qui s'ouvrent et qui contiennent ce que l'on veut y mettre toute
petite photo ou mèche de cheveux ...) je l'ai investi d'une sorte de pouvoir talisman alors que normalement je ne suis pas superstitieuse.


Bises et bon courage pour cette semaine au programme chargé



P

J'ai cherché le pendentif, croyant qu'il n'était qu'en image puis, regardant mieux, je l'ai trouvé au creux de ta main...
Répondre
J


Il a sa place entre les lignes. ...



A

Très beau, effectivemnet j'aurai aimé que cela ne s'arrête pas...
Répondre
J


j'ai eu du mal à finir ...



C

Bonjour Jeanne , je ne vois dans ce texte nul esprit frondeur ; simplement , peut-être , un ras-le-bol de ce qui se passe actuellement dans le monde .


J'adore ce poème !!!!!!Merci de l'avoir écrit .


Bisou et bonne semaine .
Répondre
J


mon ras-le bol n'est pas si récent et mon état d'sprit est plus dans l'interrogation que dans le ras-le-bol. le monde est en effervescence et nul ne peut dire ce qu'il en sortira de bon ou de
mauvais


bises



M

A ta façon tu nous as offert un très joli défi et un très beau médaillon en prime !


Bonne journée - bisous



Répondre
J


Je n'ai pas eu envie d'expliquer ce qu'il veanit faire là, mais il n'y est pas pour rien


bises et belle soirée



F

Bonjour Jeanne


C'est magnifique!


une belle manière de croquer et de mettre en scène


les mots de ce défi


Bisous et bon lundi


Frieda
Répondre
J


merci



J

C'est ma foi vrai au final Jeanne !  Un écrit qui a du ryhtme... J'aime beaucoup ta participation !  Bises de jill  
Répondre
J


C'est drôle, je m'y mets sans entrain et ma plume se délie et m'entraîne. Mais du coup j'ai du mal souvent aussi à finir


bises



Présentation

  • : Fa Do Si
  • : Au fil de mes réflexions, en partant du quotidien et ou de l'actualité, d'une observation, ou à partir de thèmes des communautés de blogs ...
  • Contact

Sur les blogs, les jeux d'écriture témoignent de la vitalité

de la langue française sans tapage

Recherche

 

 Ephéméride de ce jour

 

et chaque jour

je n'oublie pas Anne-Sophie

les yeux dAnne-sophie

et ses compagnes d'infortune :

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015 ; 123 en 2016 et en 2017 ; 121 au moins en 2018 ; 150 en 2019 (au moins 122 confirmés)

(clic sur son regard pour comprendre ... un peu)

 

Profitez des instants de la vie :

le temps s'écoule à sa cadence,

trop vite ou trop lentement,

sans retour possible

N'oubliez pas que

"Tous les matins du monde sont sans retour"

Métiers improbables

TheBookEdition - Les anthologies Ephémères

La 6ème anthologie est parue en mai

Informations sur 

 Les anthologies éphémères