Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 décembre 2011 1 12 /12 /décembre /2011 07:00

Tradition, tradition, ... Lilie nous convie pour le Défi n°70 des CROQUEURS DE MOTS à réchauffer le coeur de l'hiver (coeur encore timide cette année, mais ne nous en plaignons pas, trop ont déjà bien du mal à se chauffer !) en illuminations.

... à partir d'une deux ou trois photos qu'elle nous propose, ou toutes, à parsemer de mots, (mais pas trop), à touiiler pour illuminer l'hiver approchant ...

 

Cinq, quatre, trois, deux un, TOP pour une rétrospective de celles de Paris avec une charmante archive de l'INA.

 

et une archive perso Illuminations de Noël ... et coulisses (décembre 2010 pour le récit-témoignage, décembre 2008 et 2009 pour les photos)

 

C'est sans doute ce qui ce sera passé un de ces jours du début décembre 2011, pour perpétuer une tradition de lumière ... à moins que ...

 

Que de trouvailles et d'inventivité depuis les premiers embrasements aux flambeaux ...

 

J'ai longtemps aimé sillonner les rues de Paris les soirs de décembre, gardant au fond de mon coeur le même émerveillement enfantin que je croyais reconnaitre dans les yeux de mes enfants.

Pour eux, je dominais mon envie de fuir la foule pour leur montrer les vitrines des Grands boulevards. Une sortie quand c'était possible ; pas chaque année, évidemment.

 

J'allais même quelquefois jusqu'à braver la circulation des centre ville pour que nos trajets s'éclairent de cette fête scintillante.

Quelquefois même, un monstre laid s'en trouvait transfiguré

photo1-Norlane-Deliz.jpglaissant danser les ombres en un ballet surané.

photo3-Norlane-Deliz.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De ces moments qu'on maquillait en rêves, il ne me reste qu'impressions fugaces, un pierrot lunaire, géant captif d'un entrelac de branches, âme errante sortie de son sommeil de pierre. Redevenu pour un temps le tailleur qui bâtissait des cathédrales avec tant d'autres compagnons.

Tâches de toute une vie, de tant de vies, qui ont érigé ces monuments que l'on admire, d'un bout à l'autre de la terre, que l'on habille de lumière ces jours d'hiver, tant de bâtisses, oeuvres de démesure, défiant les règles de tout calcul d'optimisation, et qui continuent à susciter d'autres projets, d'autres réalisations incongrues, qui n'ont meêm pas l'alibi du divin. 

      photo2-Norlane-Deliz.jpg

Admirera-ton dans cent ans, dans mille ans, ces phallus dressés cherchant à dépasser le kilomètre de hauteur ? comme nous le faisons des pyramides, de la cité interdite ou des cathédrales ?

 

Il me semble que depuis tout ce temps, il devrait y avoir un toit décent pour chacun, pour chacune, quelques fenêtres où, les soirs quand vient l'hiver, on pourrait allumer sur leur rebord des bougies pour noël.

photo4-Norlane-Deliz.jpg

Partager cet article
Repost0

commentaires

Q

Je ne dis rien... mais ce texte est digne de ma plus profonde admiration.


Merci pour ces pensées qui seront du soir pour moi.
Répondre
J


Bises Quichottine. Alors tu mets la bibliothèque en dormance ? C'est nécessaire de temps à autre et avec les péripéties du deuxième (ou second ?) opus de la sorcière Mijoty, tu mérites bien de te
ressourcer dans d'autres vies ...


Amicalement



P

Ainsi de la lumière naquit la réflexion... et un soupçon de mélancolie
Répondre
J


Ah nostalgie plutôt que mélancolie. les jeunes années de ses enfants ne se vivent qu'une fois. il faut bien qu'ils grandissent fort heureusement ... et si j'ai un jour des petits enfants, je
n'aurai plus l'énergie de les accompagner pour voir les illuminations ...



M

Comme toi, je pense que c'est beaucoup d'argent dépensé, mais il y a certainement des recherches et beaucoup de travail en amont....


Donc bravo .. et Joyeux Noel


Bisous
Répondre
J


Plus ou moins et ce n'est pas en supprimant ces décos qu'on rééquilibrera les budgets : il y a bien d'autres dépenses autrement somptuaires !


bises



A

Chez nous on les allume ne serait-ce que pour faire un clin d'œil aux voisins....
Répondre
J


Chez nous le concours pour les maisons décorées ne fait pas recette mais on sait les maisons où il y a des enfants et il y a quelquefois, même sans lumières, de belles inventions ...



M

Tu as raison de poser l question : où seront nos bâtiment actuels, dans cent ou mille ans ? sûrement ps debouts et sans vestiges pour s'en souvenir !!


Bon début de semaine - bisous



Répondre
J


On en a déjà une idée lorsque l'on constate ce que sont devenues des ruines industrielles construites au XXème siècle.


bises



M

J'aime beaucoup les illuminations de Noël... mais je n'ai pas encore eu le temps de m'y rendre... Il faut quand même que j'y aille avant le 25!
Répondre
J


Moi aussi, je dois croire encore un peu au père noël !



L

J'aime que ces photos d'un 8 décembre lyonnais nous emmène à Paris, puis parmi les ouvriers bâtisseurs, puis en pensée jusqu'à ceux qui n'ont pas de rebord de fenêtre où mettre ces petites
bougies colorées !


Je ne nie pas le côté outrageant du "trop" mais à Lyon, cette fête n'est pas qu'une question de "frime" : elle a d'abord une âme (d'ailleurs, il y a une place pour une association chaque année),
elle a une raison historique populaire, ensuite elle laisse de la place aux artistes (dont le monde a besoin, misère ou pas misère) débutants et professionnels, et puis ces illuminations sont la
base de réflexions autour de "comment faire joli en consommant moins" (énergie et financement). Ce n'est pas juste "illuminer les champs-élysées pour faire venir dans les grands magasins"...

Répondre
J


Je crois que le summum du trop avait été provisoirement atteint pour fêter le passage à l'an 2000, mais de nombreuses installations ont été mises à mal par la tempête du 26 décembre et du 28
décembre 1999. Les années d'après on est revenu à plus de modération mais en lançant la mode des maisons décorées. 


La fête est nécessaire et pas de fête sans artistes, qui doivent vivre aussi. Ce n'est pas gérer correctement un budget que de supprimer les subventions aux spectacles, notamment aux spectacles
de rue. Bravo aux villes qui laissent de la place aux artistes !


 


Quant à faire joli en consommant moins, c'est tout à fait possible et l'avenue des champs elysées en sont un bon exemple où les lampes ont été remplacées par des ampoules tout aussi scintillantes
sinon plus en divisant leur consommation d'énergie par je ne sais combien.


Et bravo aux fêtes de la lumière de Lyon et d'ailleurs



H

Oui, juste une lmière qui s'allum au coeur de noël, au couer de l'hiver, au couer de l'espoir.


 


Gros bisous Jeanne
Répondre
J


Lumière nécessaire mais qu'il faut savoir éteindre pour se reposer ...


Bises



M

toutes ces lumières qui devraient rendre heureux, avec tes mots remplissent leur rôle. bravo
Répondre
J


A défaut de rendre heureux, elles apportent de la joie et du rêve, et  de la beauté aussi. la beauté, c'est peut-être moins mesurable, mais c'est aussi nécessaire pour se sentir bien ou
seulement moins mal ...


Bises



P

je suis d'accord avec toi... voilà un exemple de faire des économies, mais les mairies vont nous dire que ce sont les commerçants qui désirent ces illuminations, ces marchés de Noël....Pouvant
même aller jusqu'à nous dire "Ils rapportent de l'argent à la ville, avec la location des endroits où sont implantés les baraques...


 


Voilà. Belle journée avec bises
Répondre
J


C'est ce qui se passe cette année déjà mais il me semble qu'il faut aussi mettre des guirlandes pour les habitants, pas tout laisser au bon vouloir des commerces ...


Bises



F

Coucou Jeanne,


c'est ce que j'avais compris


c'est la mm chose sous tous les cieux


malheureusement


merci pour le lien


Bisous bisous


Frieda
Répondre
J


Oui et il faut un peu de fête et un peu de rêve ...


Bises



F

Bonjour Jeanne


Défi superbement relevé qui dépient l'atmosphère


de ces rues illuminées et de l'inquiétude de ce que sera


demain avec les inégalités sociales


Bisous douceur


Frieda
Répondre
J


Mon intention n'est pas de plomber l'ambiance ... un monde gris et sans lumière et sans fête ne rend pas la misère moins insupportable et quelques guirlandes mettent de la joie et du sourire à
peu de frais. Mais la débauche de tralalas finit par être outrageant.


Bises Frieda et merci de ton com


ps j'ai rajouté un lien depuis ta visite. Comme toujours, j'ai l'esprit d'escalier je n'y avais pas pensé, et pourtant ...


 



J

Bonjour Jeanne ! Bien des ouvriers on transpiré pour bâtir ces maisons de Dieu autrefois, de nos jours on élève d'autres temples.... La petite bougie solidaire des sans abri, bonne idée... Une
agréable journée je te souhaite Jeanne ! Bizzz de JB
Répondre
J


la petite bougie d'un monde où il n'y aurait plus de sans abris ...


bises



Présentation

  • : Fa Do Si
  • : Au fil de mes réflexions, en partant du quotidien et ou de l'actualité, d'une observation, ou à partir de thèmes des communautés de blogs ...
  • Contact

Sur les blogs, les jeux d'écriture témoignent de la vitalité

de la langue française sans tapage

Recherche

 

 Ephéméride de ce jour

 

et chaque jour

je n'oublie pas Anne-Sophie

les yeux dAnne-sophie

et ses compagnes d'infortune :

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015 ; 123 en 2016 et en 2017 ; 121 au moins en 2018 ; 150 en 2019 (au moins 122 confirmés)

(clic sur son regard pour comprendre ... un peu)

 

Profitez des instants de la vie :

le temps s'écoule à sa cadence,

trop vite ou trop lentement,

sans retour possible

N'oubliez pas que

"Tous les matins du monde sont sans retour"

Métiers improbables

TheBookEdition - Les anthologies Ephémères

La 6ème anthologie est parue en mai

Informations sur 

 Les anthologies éphémères