Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 décembre 2012 1 17 /12 /décembre /2012 03:00

 

Le défi n°92 des CROQUEURS DE MOTS est lancé cette fois-ci de Chez Lilou

 

Rendez- vous au musée pour l’exposition Marc Chagall.

Un tableau vous impressionne : La cuillerée de lait

Alors vous nous racontez !  placez les mots suivants :

binocle, bonsaï, bénévole, bistrot, barrir

 

La ressemblance sautait aux yeux ! Comment était-ce possible ! Dans un même élan, ils avaient ajusté leurs lunettes sur leur nez.

(elle) - Tiens tu mets ton binocle maintenant ? Il te fascine donc tant ce tableau.

(lui) - Et toi donc ! Cela fait un quart d'heure que tu es plantée devant. Moi je te dis que c'est la femme que j'ai vu l'autre jour à la permanence de l'épicerie solidaire.

(elle) - Et moi je te dis que c'est celle que j'ai vu dans le RER en train de se servir du couvercle comme d'une cuiller.

(lui) - Et si c'était la même ? Que mangeait-elle déjà ?

(elle) - un yaourt qui semblait délicieux; Et toi, que lui as tu remis ?

(lui) - Oh elle n'a presque rien emporté, juste un paquet de yaourts aux fruits et un bonsaï. De toutes façons, Chagall a peint son tableau en 1912, alors tu ne peux pas l'avoir vue même très vieille, dans ton RER.

(elle) - Ni toi dans ton épicerie ! Mais pourquoi un bonsaï d'abord ? ça ne sert à rien !

(lui) - Pourquoi pas ? Si elle avait envie de bichonner une plante. N'empêche ! elle lui ressemble drôlement. Tu viens prendre un café au bistrot d'à côté ? Il ne sera pas aussi bon que celui des bénévoles. Elle a dit l'arbre, c'est pour son bonhomme. "Vous comprenez, qu'elle disait, il a plus l'goût à rien mais au moins il aura le coeur d'en prendre soin."

(elle) - hmmm ... c'est peut-être une de ses petites filles

(lui) - ou une arrière petite cousine

(elle) - ...

(lui) - ...

(elle) - Dis ...

(lui) - Quoi ?

(elle) - Non, rien

(lui) - Dis ...

(elle) - Oui  ?

(lui) - tu crois que c'est héréditaire, la misère ?

(elle) - J'en sais rien moi !

(lui) - Je me souviens que c'était le jour où le vieux cirque a fait sa parade. Il y avait un vieux clown tout cabossé, tout boiteux qui tirait deux éléphants encore plus vieux que lui. Même que les éléphants toute cette musique, ça n'avait pas l'air de leur plaire. Ils n'ont pas cessé de barrir pendant tout le défilé.

(elle) - et tu m'as raconté que la vieille s'était mise à trembler. 

(lui) - "c'est mon homme" qu'elle avait dit la bonne femme. "L'est très malade, mais veut pas lâcher le cirque. Qu'est-ce qu'elles deviendraient les bêtes ?" Elle a même ajouté, je m'en souviens très bien maintenant :

"Est-ce qu'ils savent, ces gosses qui rient et courent, et se moquent ... est-ce qu'ils savent que si je le nourrissais pas à la cuiller, mon homme, il se laisserait mourir de faim et de chagrin. Est-ce qu'ils savent ?"

(elle) - tu sais, c'est peut-être la même que j'ai vu. Elle savourait un yaourt aux fruits.

(lui) - Que vont-ils devenir les éléphants, s'ils arrêtent le cirque ?

 

cirque au phare - reduc 

.

Partager cet article
Repost0

commentaires

F

Très b eau vu sous ce angle là :l'épouse -maman qui soigne son homme comme un bébé!


Joli texte !
Répondre
J


le tableau permet d'y lire bien des choses différentes ... merci pour le compliment



S

Très intéressant à lire ce défi, bravo pour l'idée.
Répondre
J


j'ai lu la proposition de défi le lundi et j'ai vu cette femme dont je parle le lendemain dans le RER. Le reste est brodé à partir de là



Q

J'aime beaucoup ce que tu écris.


Même lorsque tu le dis ainsi, dans un texte de défi, les pensées sont toujours les mêmes. Merci de toujours penser aux défavorisés.


La misère est partout, je sais qu'il est difficile d'en sortir... hélas !


Passe une douce journée. Je t'embrasse.
Répondre
J


Quand on les croise, il est difficle de faire comme si ... et cette femme dans le RER, je l'ai réellement vu et se servir ainsi du couvercle comme d'une cuiller


bises et belle fin de journée



M

pas si drôle que cela  le  petit texte, i lfait réfléchir et  bien que ce fichu tableau ne me  plaise pas il nous a quand  même  fait écrire de belles choses ,
ton récit en est la  preuve  bises et bravo
Répondre
J


Chagall, on a tout à fait le droit de l'aimer ou non. Ce tableau n'est pas celui que je préfère de lui sur le plan esthétique, mais c'est vrai qu'il fait réfléchir. bises



M

Une conversation animée et dans le ton des indications de Lilou, bravo!
Répondre
J


pas simple de caser ces mots. l'histoire s'est inventée au fil de l'eau à partir d'une observation réelle (celle du jeudi en poésie)


bises et belle soirée



M

Un joli texte qui mélange le passé et le présent qui nest guère réjouissant !


Bon début de semaine



Répondre
J


je suis partie de cette rencontre (vraie) décrite jeudi dernier. Le reste est inventé le bonsaï et barrir m'ont donné du fil à retordre !


belle journée



L

Très original et magnifique : la misère hériditaire ? sais pas mais en tout cas pas éradiquée.


avec le sourire
Répondre
J


je mets cette question dans la bouche de quelqu'un. Il y en a qui le pensent ... en partie.


La misère peut rattraper tout le monde, mais c'est difficile de s'en extirper quand on la connait. et quand on nait dnas la misère, la difficulté est d'autant plus grande ...



F

Bonjour Jeanne


C'est magnifique!


Bisous du lundi


Frieda
Répondre
J


je t'ai envoyer le courriel promis, mais je crois avoir oublié de te rappeler mon blog. en même temps entre le pseudo et le nom du blog ... même si j'ai ouvert un blog d'essai avec le pseudo en
entier sur la nouvelle plateforme d'OB. Pas ravie de ce côté et inquiète de la tournure des changements ...


bises du mardi



L

et eux me^mes que deviendront ils s'ils vendent leur cirque?...ah....en venir là en passant par c etableau d eChagall c'estd e l'art en soi
Répondre
J


elle est trop soumise et résignée pour oser même évoquer cela ... à nous de le penser comme tu le fais ... merci


quand j'ai vu la femme du RER juste après la consigne de Lilou, je ne savais pas comment je m'en inspirerai, mais je savais qu'il fallait que je le fasse



M

Super! Bon lundi.
Répondre
J


merci belle semaine. 



J

Bonjour Jeanne !!  J'aime ce que tu es a fait, la misère un thème qui sera tjs de ce monde je le crains... merci, bises de jill
Répondre
J


quand on la croise, en ce qui me concerne, je ne peux pas faire comme si je n'avais rien vu


bises



P

Tu crois que c'est héréditaire la misère ?  parfois on se le demande....


 


Bonne journée avec bises
Répondre
J


moi, je ne crois pas. Elle peut atteindre tout le monde. Mais il est difficle de s'en extriper ...


bises et belle semaine



J

pas si facile l'exercice ! très bien réussi , le tableau je l'apprécie pas trop , mais je n'y connais rien et surtout pas l'histoire un barbu qui goûte sa soupe , pourquoi pas
Répondre
J


comme tu dis. C'est un tableau de jeunesse de Chagall. Le sujet m'interpelle beaucoup et j'aurais pu en dire bien autre chose sans cette rencontre dans le RERE



Présentation

  • : Fa Do Si
  • : Au fil de mes réflexions, en partant du quotidien et ou de l'actualité, d'une observation, ou à partir de thèmes des communautés de blogs ...
  • Contact

Sur les blogs, les jeux d'écriture témoignent de la vitalité

de la langue française sans tapage

Recherche

 

 Ephéméride de ce jour

 

et chaque jour

je n'oublie pas Anne-Sophie

les yeux dAnne-sophie

et ses compagnes d'infortune :

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015 ; 123 en 2016 et en 2017 ; 121 au moins en 2018 ; 150 en 2019 (au moins 122 confirmés)

(clic sur son regard pour comprendre ... un peu)

 

Profitez des instants de la vie :

le temps s'écoule à sa cadence,

trop vite ou trop lentement,

sans retour possible

N'oubliez pas que

"Tous les matins du monde sont sans retour"

Métiers improbables

TheBookEdition - Les anthologies Ephémères

La 6ème anthologie est parue en mai

Informations sur 

 Les anthologies éphémères