Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 août 2014 7 17 /08 /août /2014 05:00

 

Dire ou se taire ? ... (1) ; Dire ou se taire ? ... (2)

 

nb : si mon blabla vous semble trop long ou inutile, allez au moins au lien figurant en bas de ce billet.

 

Si chacun, en conscience, doit s'interroger sur ce qu'il convient de dire et taire (oui il faut parfois se taire, revoyez le film Menteur menteur, de Tom Shadyac, 1997, avec Jim Carey si vous avez encore des doutes), sur le tempo du silence et de la parole, et à qui ?, et quand ? et comment ? Si la Toile a ouvert de fantastiques opportunités de s'étaler sur les réseaux sociaux, avec tous les excès de la nouveauté, en oubliant que ce que l'on y met est visible par tous ou peut être transféré dans une répétition qui nous échappe, si elle efface la frontière, la protection, entre soi et les autres, tous les autres, longtemps ce sont les medias, qui ne s'appelaient pas encore ainsi, qui étaient les transmetteurs des nouvelles, importantes ou non, lourdes de conséquences, ... ou non.

Et avant cela, n'oublions pas le rôle des colporteurs et des chemineaux,  celui des compagnons du Tour de France, des messagers, des grands voyageurs tels Marco Polo ou des petits glaneurs de nouvelles tels les gardes champêtres ou même le curé ou les crieurs.

 

En ce qui concerne les messages écrits, beaucoup de libelles recopiés le plus souvent à la main mais quelquefois imprimés circulaient sous le manteau. Les informations officielles telles la sinistre conscription ou les appels à impôt ou à corvée faisaient l'objet d'affiches placardées, d'où leur nom de placards.

Les nouvelles prennent leur temps à se diffuser dans les provinces et l'almanach est souvent une source précieuse des potins de l'année comme des conseils pour les culture ou pour l'hygiène, la santé et la moralité.

 

Le premier périodique, un hebdomadaire de 4 pages, est lancé à Strasbourg en 1605 et publié régulièrement à partir de 1609. L'invention de l'imprimerie existe alors depuis les années 1450, soit depuis 150 ans

 

Relation-couv-1609.jpg

image glanée sur wikimedia, Domaine public (informations CLIC)

 

Des mesures politiques ont dès le départ freiné la diffusion des idées et des informations par des censures et des contrôles très stricts et tout écart est radicalement sanctionné.

 

Il faut attendre le XIXe siècle et son essor industriel, pour que la presse puisse se développer, en dépit de la présence omniprésente des ciseaux d'Anasthasie (allégorie de la censure créée par le caricaturiste André Gill). Il fallait aussi que l'instruction progresse. Car il fallait au moins que quelques uns sachent lire. Après, l'information circulait, filtrée, souvent déformée, par le bouche à oreille.

 

Dire ou se taire ... et quoi, et quand, et comment ... Voilà bien les interrogations essentielles que devait, que devrait, se poser tout journaliste.

 

D'autant que, outre les pouvoirs officiels, la méfiance est relayée en chaire, ou par des écrivains utilisant leur notoriété. La presse a des détracteurs redoutables et parmi eux Baudelaire.

 

Vous retrouverez mes réflexions entremêlées dans divers billets :

Le Diable, par Jacques Brel

La gazette de Baudelaire

Que penseraient-ils des gazettes actuelles I

Que penseraient-ils des gazettes actuelles II

Sur les journaux de nos vies

 

L'actualité interpelle plus que jamais sur cette question fondamentale dont les réponses font le ciment ou l'éclatement du vivre ensemble.

 

Les étés du matin sur Franc Inter ont pris l'habitude de nous emmener revisiter des écrivains français parmi les plus connus, il y a deux ans c'était Montaigne, l'an dernier Proust

Cette année, Baudelaire.

Et justement, un matin de cette semaine, c'est Baudelaire et les journaux dit par Zabou Breitman et commenté par Antoine Compagnon

.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Q
Flûte... et navrée. J'avais encore lu un peu trop vite. :(
J'en suis désolée.
Répondre
J


pas de souci. ma mise en page n'était pas des plus heureuse, ta remarque m'a permis d'essayer d'être plus claire



Q
Est-ce intentionnellement qu'une coquille s'est glissée dans ton texte ?

150 ans... c'est peu. :)

Mais je suis d'accord avec toi quant à ce que devraient être ceux qui transmettent les nouvelles.

Aujourd'hui, c'est le plus souvent du n'importe quoi...
Répondre
J


150 ans c'est ce qui sépare l'invention de l'imprimerie de la partuion du premier périodique régulier



E
tu es un "veilleur" sensible, Jeanne, merci
Répondre
J


avec l'intention d'y déposer un peu de mes fardeaux, non en les étalant mais en faisant de cet espace une bulle d'évasion et de gaieté, essayer de partager mes reflexions sur le monde au sens
large, le plus souvent avec des interrogations était ma deuxième préoccupation en ouvrant ce blog. Le fait de participer à des challenges collectifs, je m'en suis éloignée mais revisiter mes
brouillons est une bonne piqûre de rappel. J'espère simplement ne pas raser et apporter ma petite contribution à cette réflexion



Présentation

  • : Fa Do Si
  • : Au fil de mes réflexions, en partant du quotidien et ou de l'actualité, d'une observation, ou à partir de thèmes des communautés de blogs ...
  • Contact

Sur les blogs, les jeux d'écriture témoignent de la vitalité

de la langue française sans tapage

Recherche

 

 Ephéméride de ce jour

 

et chaque jour

je n'oublie pas Anne-Sophie

les yeux dAnne-sophie

et ses compagnes d'infortune :

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015 ; 123 en 2016 et en 2017 ; 121 au moins en 2018 ; 150 en 2019 (au moins 122 confirmés)

(clic sur son regard pour comprendre ... un peu)

 

Profitez des instants de la vie :

le temps s'écoule à sa cadence,

trop vite ou trop lentement,

sans retour possible

N'oubliez pas que

"Tous les matins du monde sont sans retour"

Métiers improbables

TheBookEdition - Les anthologies Ephémères

La 6ème anthologie est parue en mai

Informations sur 

 Les anthologies éphémères