Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 janvier 2014 5 31 /01 /janvier /2014 12:00

boni du vendredi en bas de billet 

 

François Cavanna est mort mercredi 29 janvier 2014

Dessinateur et caricaturiste, journaliste, écrivain. il est co-fondateur du journal satyrique Hara-kiri puis de Charlie-Hebdo

 

Et quand bien même Daniel Mermet nous a invité dans son  hommage, en rediffusant aujourd'hui une émission de fin mai 2010,  à ne pas jouer aux vieux cons, il m'est bien difficile d'y échapper.

 

Je me suis en effet plongée dans un livre que des collègues m'avaient offert pour ma retraite, il y a dix ans.

 

Cavanna-murs-de-la-classe.jpg

 

Surtout quand, passée l'introduction de la première partie, Cavanna commence ainsi l'évocation des leçons d'antan au filtre de sa propre enfance :

La morale. La morale c'est pas dur. Les dictées, ça oui c'est dur. Le calcul aussi, même pire. Mais la morale, non. Le maître nous explique bien bien, mais nous, on le savait déjà, ce qu'il nous explique. Par exemple qu'il faut respecter ses parents et leur être obéissant. Ou que c'est malhonnête de voler. Ou que ne pas se dénoncer quand on a commis une bêtise, c'est une lâcheté et ça peut faire punir toute la classe, et alors c'est une injustice, en plus.

Je veux dire, la morale, c'est pas dur à comprendre, mais à faire, là, ça peut être dur, des fois. Parce que la morale, c'est de s'empêcher de faire des tas de choses qu'on a envie de faire, ou alors de se forcer à faire des choses qu'on n'a pas envie. Par exemple, il y a un nouveau, dans la classe, il n'arrive pas à parler, il fait bé-bé-bé ..., il bégaie, c'est ça. Nous, ça nous fait rire, c'est normal. On se moque de lui. Eh bien, la morale c'est qu'il ne faut pas rire, parce que ça lui ferait de la peine, et alors il pleurerait, et nous on serait des chenapns et des sans-cœur. C'est comme ça, la morale.

[ ...

François Cavanna, Sur les murs de la classe, éditions hoëbeke, octobre 2003, page 9

 

Est-ce si démodé que cela ? Cette présentation de la morale, faite avec le sourire, n'est-ce pas un socle sur lequel tout le monde ou à peu près pourrait s'entendre ? Mais attention, après, ça se complique ! 

 

François le rital, ton regard, ton acuité, ton coup de crayon, ta plume, nous manque déjà cruellement en cette actualité plombée

 

Boni :

l'hommage de François Morel, France Inter vendredi 31 janvier 2014, 8h55

 

celui de Cabu dans le Parisien du vendredi 31 janvier 2014

 

lire aussi mon billet poupées russes, en principe ... (4)

.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Q
Je l'aimais bien, même si j'avoue qu'il m'agaçait parfois. :)
Merci pour cet hommage, Jeanne.
Passe une douce journée.
Répondre
J


Ah évidemment je n'aimais pas toujours ses outrances. Mais la controverse est un moteur et il savait prendre du recul.



N
Merci pour cet hommage à un grand humaniste. Il a écrit jusqu'au bout d'émouvants billets, plein d'humour douloureux, dans Charlie Hebdo.
Répondre
J


cela fait un bail que je n'ai pas lu Charlie Hebdo. Dans ma campagne de toutes façons il n'est pas facile à trouver.


Je ne savais pas qu'il avait cet âge là ni qu'il était si malade. J'ai lu avec grand intérêt plusieurs de ses livres, notamment celui que je cite dans l'autre billet et les ritals et bien sur sur
les murs de la classe



J
Ah bon, j'apprends... ! Merci Jeanne, bises
Répondre
J


ben oui il va manquer, comme Coluche et Desproges ...



M
Quand j'ai su qu'il avait quetre-vingt dix ans, je suis restée bouche bée, je ne le pensais pas si âgé, j'adorais ses coups de gueule!
Répondre
J


C'est vrai que je l'ai toujours connu (par médias interposés j'entends) avec des cheveux blancs mais cela faisait des années et des années qu'il semblait ne plus vieillir. Je ne pensais pas qu'il
avait 90 ans. J'aurais dû le citer en exemple quand j'ai égratigné gentiment dans une série de billets Bernard Pivot qui se plaignait de la vieillesse et de vieillir ...


Oui ses coups de gueule étaient salutaires car ceux d'une grande intelligence



F
la morale devrait être remise au programme car c'est apprendre à se respecter les uns les autres
Répondre
J


mais elle y est dans les programmes. Encore faut-il la mettre en actes et il est difficile de la faire admettre quand les parents ne donnent pas le bon exemple



Présentation

  • : Fa Do Si
  • : Au fil de mes réflexions, en partant du quotidien et ou de l'actualité, d'une observation, ou à partir de thèmes des communautés de blogs ...
  • Contact

Sur les blogs, les jeux d'écriture témoignent de la vitalité

de la langue française sans tapage

Recherche

 

 Ephéméride de ce jour

 

et chaque jour

je n'oublie pas Anne-Sophie

les yeux dAnne-sophie

et ses compagnes d'infortune :

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015 ; 123 en 2016 et en 2017 ; 121 au moins en 2018 ; 150 en 2019 (au moins 122 confirmés)

(clic sur son regard pour comprendre ... un peu)

 

Profitez des instants de la vie :

le temps s'écoule à sa cadence,

trop vite ou trop lentement,

sans retour possible

N'oubliez pas que

"Tous les matins du monde sont sans retour"

Métiers improbables

TheBookEdition - Les anthologies Ephémères

La 6ème anthologie est parue en mai

Informations sur 

 Les anthologies éphémères