Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 novembre 2014 3 19 /11 /novembre /2014 06:00

 

Ô race1, ô désespoir !

ô jeunesse ennemie !2

qu'en ces vaines querelles

vos haines m'écartèlent

 

mon amant et mon frère3

armés pour un défi

de deux villes rivales

dont l'issue est fatale

 

Pour que l'un soit vainqueur

l'autre je pleurerai

De l'un je suis la soeur

De l'autr' j'enfanterais.

 

Quell' connerie la guerre

aujourd'hui comme hier

De tous les continents

nous somm's du même sang.

 

1.- au cas où il serait nécessaire de préciser les choses, ce mot annonce le dernier vers : il faut comprendre la race humaine

2.- et * petit clin d'oeil à deux célèbres tirades de la pièce de Corneille, Le Cid :

Rodrigue, as-tu du coeur ...

Ô rage, ô désespoir, ô vieillesse ennemie ...

 

3.- ma petite fantaisie s'inspire de la légende du combat des Horaces et des Curiaces

 

et pendant ce temps-là le cousin d'Horace ...

1967-picsou-2---en-Bonaparte.jpg

pardon Oncle Picsou pour ce pastiche (inspiration clic)

 

Pour les participations des écolier(e)s :  Rassemblement à la cour

Partager cet article
Repost0

commentaires

R
je passe en retard mais je passe........Un très bel extrait, merci
Répondre
J


oh moi aussi je rame à faire mes visites. Pas de souci



M
et bien figure toi que j'ai failli commencer mon écrit par "ô races ô désespoirs" mais après je me serais embarquée sur races et racismes et du coup je n'ai rien fait....j'aime la dernière strophe
tout particulièrement
Répondre
J


Ah oui je vois en effet. J'ai bien sûr beaucoup hésité à écrire ce premier vers qui m'avait trotté dans la tête. Le singulier m'a aidé je crois. La dernière strophe est venue toute seule



V
joli texte tiré de victor hugo je crois mais si je me trompe tape pas sur la tête
bises et bonne journée
Répondre
J


si le titre et le premier vers sont détournés de Corneille (et pas dans Horace mais dans le Cid) le reste me semble sorti de mon ciboulot, n'en déplaise à Victor Hugo, que j'ai abondamment lu,
"il est vrai"


Quant à te taper sur la tête, ce n'est pas mon genre et tu n'as rien à craindre de ce côté. Pas plus que côté soleil bien caché derrière les nuages aujourd'hui


bises et belle journée



C
Il y n'y a rien de mieux que la paix. je suis d'accord avec toi quand tu dis : qu'elle connerie cette guerre !.
Un très beau poème plein d'amour et de réalisme.
bonne soirée
clem
Répondre
J


merci clem


belle fin de semaine



J
Bravo une tirade qui malheureusement est encore bien d'actualité .
Bonne journée
Bisous
Répondre
J


et pour longtemps encore je le crains ...


bises et belle fin de semaine



F
Bonjour Jeanne
Cruel dilemme
Son frère ou son amant
Bien d'actualité encore dans certaines contrée
Bisous et belle journée
Frieda
Répondre
J


dans la légende ça s'est très mal terminé. Je ne sais si la leçon a été comprise


en tous cas bien oubliée aujourd'hui ! bises et belle fin de semaine



E
Un poème bien d'actualité et tellement triste , où va-t-on?
Belle soirée, bises Jeanne
Répondre
J


je ne sais pas erato mais c'est bien inquiétant


bises et belle fin de semaine



.
... et j'aime bien cette finale Jeanne ! Bonne poursuite de ce mercredi,
Bisous.
Répondre
J


merci colettedc bises



C
Ô race vorace en effet....

Câlinssss!!!!
Répondre
J


les humains ... une race d'ogres ? non mais des ogres parmi les puissants, en effet



F
Un peu de tout ( smile ) qui fait une belle participation. Bises Jeanne ; à bientôt. Francine Clio
Répondre
J


coucou Clio ... à bientôt aussi



J
et le cœur de Camille lui inspire des mots terribles...
tant que la vengeance remplacera la justice !
Répondre
J


et tant que la justice ne sera qu'un substitut de la vengeance ... mais ce n'est pas facile de s'affranchir de la douleur pour penser et agir au-delà du ressentiment



F
Nous connaissons nos classiques !! Les guerres, toujours les guerres ! Depuis la nuit des temps, c'est ainsi! Bises
Répondre
J


mais la technologie la rend encore plus meurtrière



L
Un grand bravo, Jeanne, magnifique poème de la veine classique, merci beaucoup, bisous.
Répondre
J


Je pense aux familles qui voient l'un des leurs partir à la dérive ... quelle connerie la violence


bises



M
de quoi désespérer de la nature humaine .. la barbarie est un éternel recommencement ! :-(
bravo pour l'élégance de ta plume !
belle journée à toi
Répondre
J


c'est ainsi et je crains que ce ne le soit encore bien longtemps. Faut-il pour autant désespérer et baisser les bras ?


belle semaine



J
Bonjour élève Jeanne... Les hommes n'ont jamais de leçon de rien, et ce n'est qu'une poignée qui sème sur terre la mort et le sang versé... Horace tu n'as pas de coeur c'est bien vrai ça foi de
femme ! Sois tout de même le bienvenu à la cour de récré, merci à toi, bises de m'dame JB
Répondre
J


je retiens juste que ce n'est qu'une poignée qui sème la mort. Les autres hommes (et femmes, ô ambiguité de la langue française) prennent leçon du passé.


Oui on va le mater celui-ci plus facile à faire dans la fiction qu'en mode réel


bises et belle journée



M
Corneille t'a bien inspirée pour ton Horace !
Bonne journée
Monelle
Répondre
J


un emprunt qu'on me pardonnera. Mais l'histoire n'a rien à voir avec le Cid encore qu'il s'agit dans les deux cas d'un déchirement entre amour et fidélité à sa famille


belle journée



M
Nous avons débuté nos poèmes du jour par la même évocation au Cid mais nos écrits ensuite divergent. J'ai beaucoup aimé. Merci Jeanne
Répondre
J


l'emprunt au Cid est juste textuel je dirai. en ce qui me concerne du moins. Le poète Horace mériterait d'être mieux connu. Je ne l'ai étudié qu'en cours de latin


belle journée



Présentation

  • : Fa Do Si
  • : Au fil de mes réflexions, en partant du quotidien et ou de l'actualité, d'une observation, ou à partir de thèmes des communautés de blogs ...
  • Contact

Sur les blogs, les jeux d'écriture témoignent de la vitalité

de la langue française sans tapage

Recherche

 

 Ephéméride de ce jour

 

et chaque jour

je n'oublie pas Anne-Sophie

les yeux dAnne-sophie

et ses compagnes d'infortune :

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015 ; 123 en 2016 et en 2017 ; 121 au moins en 2018 ; 150 en 2019 (au moins 122 confirmés)

(clic sur son regard pour comprendre ... un peu)

 

Profitez des instants de la vie :

le temps s'écoule à sa cadence,

trop vite ou trop lentement,

sans retour possible

N'oubliez pas que

"Tous les matins du monde sont sans retour"

Métiers improbables

TheBookEdition - Les anthologies Ephémères

La 6ème anthologie est parue en mai

Informations sur 

 Les anthologies éphémères