Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 avril 2012 3 04 /04 /avril /2012 22:00

 

Après le livre et/ou la lecture, c'est l'imaginaire qui à l'honneur avec mémette pour le 2nd jeudi en poésie du défi n°78 des CROQUEURS DE MOTS

 

L'imaginaire ! voilà bien un mot polysémique qui pourrait faire l'objet d'un beau Casse-tête de la semaine !

 

Mais comme il s'agit de poésie, laissez-moi vous emmener faire la navette entre imagination et concret dans la prose poétique de deux contemporains.

 

Je me voulais événement

Je me voulais événement. Je m'imaginais partition. J'étais gauche. La tête de mort qui, contre mon gré, remplaçait la pomme que je portais fréquemment à la bouche, n'était aperçue que de moi. Je me mettais à l'écart pour mordre correctement la chose. Comme on ne déambule pas, comme on ne peut prétendre à l'amour avec un tel fruit aux dents, je me décidais, quand j'avais faim, à lui donner le nom de pomme. Je ne fus plus inquiété. Ce n'est que plus tard que l'objet de mon embarras m'apparut sous les traits ruisselants et tout aussi ambigus de poème.

René Char, Premières alluvions

cité dans Pierre Seghers, Le livre d'or de la poésie française, des origines à 1940, éditions Marabout page 437

 

L'évidence poétique (extrait)

Le poète est celui qui inspire bien plus que celui qui est inspiré. Les poèmes ont toujours de grandes marges blanches, de grandes marges de silence où la mémoire ardente se consomme pour recréer un délire sans passé. Leur principale qualité est non pas , je le répète, d'invoquer, mais d'inspirer. Tant de poèmes d'amour sans objet réuniront, un beau jour, des amants. On rêve un poème qu'on on rêve un être. La compréhension, comme le désir, comme la haine, est faite de rapports entre la chose à comprendre et les autres, comprises ou incomprises.

C'est l'espoir ou le désespoir qui déterminera pour le rêveur éveillé - pour le poète - l'action de son imagination. Qu'il formule cet espoir ou ce désespoir et ses rapports avec le monde changeront immédiatement. Tout est au poète objet à sensations et, par conséquent, à sentiments. Tout le concret devient alors l'alimentation de son imagination et l'espoir, le désespoir passent, avec les sensations et les sentiments, au concret.

Paul Eluard, L'évidence poétique, 1936, conférence donnée à Londres pour l'exposition internationale du surréalisme.

cité dans Le livre d'or de la poésie française des origines à 1940 de Pierre Seghers, Marabout 1972, p 385-386.

 

 

René Char, 1907 - 1988, Capitaine Alexandre pendant la résistance

 

Paul Eluard, 1895 - 1952

 

Le poète inspire ... qui ... le lecteur ? Pour y mettre mon grain de sel, je dirais qu'entre le poète et le lecteur, deux imaginations plus ou moins fécondes, plus ou moins teintées de rose ou de sombre, plus ou moins malléables, se frottent, se confrontent, s'assemblent, se confondent en une alchimie subtile et singulière. Chaque trio (auteur, lecteur, média) y jouera sa partition et pour chaque circonstance,  moment,  lieu, âge, météo, santé ... feront naître et renaître tout à la fois la familiarité du re-senti et du pré-senti comme la nouveauté d'une découverte à chaque lecture renouvelée.

Jeanne Fadosi, pour le jeudi en poésie des CROQUEURS DE MOTS, mercredi 4 avril 2012

 

Quant à la pomme, je la vois plutôt comme cela

coeur de pomme telle une origine du monde* ...

 

En clin d'oeil au célèbre tableau de Gustave Courbet

Partager cet article
Repost0

commentaires

Q
<br /> Joli clin d'oeil en tout cas... :)<br /> <br /> <br /> ... ta propre définition du poète, du lecteur et de leurs ressentis me plaît infiniment.<br /> <br /> <br /> Merci pour ce partage.<br />
Répondre
J
<br /> <br /> j'ai trouvé intéressant de rapprocher ces deux réflexions qui me semble-t-il se complètent.<br /> <br /> <br /> <br />
L
<br /> Bonsoir Jeanne, tu nous gâtes avec le partage de ces deux textes. Char et Eluard sur la même page !<br /> <br /> <br /> Comme toi, je vais donner mon point de vue. Il y a autant de poèmes que de lecteurs. Chacun porte en soi une histoire. Parfois, l'imaginaire du poète et celui du lecteur se rencontrent.<br /> Parfois... Le poète est un semeur de sensations...<br /> <br /> <br /> Bonne soirée à toi, Mireille<br />
Répondre
J
<br /> <br /> merci pour ton point de vue et la manière de l'exprimer.<br /> <br /> <br /> Bises et belle journée<br /> <br /> <br /> <br />
A
<br /> De la force du poème qui pousse le lecteur dans son imaginaire, et comme tu le dis justement différentes interprétations naissent, ainsi la pensée évoulue. Merci du rapprochement de ces deux<br /> auteurs. Bises<br />
Répondre
J
<br /> <br /> la pensée évolue en circulant oh oui tu as bien raison. et en pouvoir échanger des points de vue est indispensable pour que ces évolutions permettent des progrès (avec des précautions sur le sens<br /> de ce mot)<br /> <br /> <br /> bises<br /> <br /> <br /> <br />
M
<br /> Beau choix. Bon jeudi.<br />
Répondre
J
<br /> <br /> merci<br /> <br /> <br /> <br />
D
<br /> salut, et oui l'imaginaire peut se décliner d'un millier de façons....<br /> <br /> <br /> bon aprem<br /> <br /> <br /> Aurélie<br />
Répondre
J
<br /> <br /> de bien de façons et quelquefois de belles oeuvres ou des trajectoires de vies sont aussi récupérées de bien mauviase façon.<br /> <br /> <br /> Pauvre roi de Thule, pauvre Jeanne d'Arc ! et pauvre Jaurès ...<br /> <br /> <br /> <br />
M
<br /> C'est vrai que l'imaginaire du poète et celle de son lecteur est parfois différente !!!<br /> <br /> <br /> Gustave Courbet serait jaaloux de ta photo !!!! <br /> <br /> <br /> Bonne journée - bisous<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
J
<br /> <br /> Aaaah non ! il manquait juste un peu d'imagination ...<br /> <br /> <br /> bises<br /> <br /> <br /> <br />
J
<br /> A la lecture de mon billet je constate que j'ai fait quelques erreurs, dans le premier texte, René Char avait mis en italique certains mots.<br /> <br /> <br /> Dans celui de Jacques Eluard, il faut lire objet à sensations (et non objet de comme je l'ai écrit)<br />
Répondre
J
<br /> <br /> erreurs réparées. S'il y en a d'autres, les indiquer sera bienvenu<br /> <br /> <br /> <br />
C
<br /> Merci Jeanne de ce partage! J'aime beaucoup le regard de Paul Eluard! Il a écrit en autre,  un poème sur la liberté "Et par le pouvoir d'un mot, je recommence ma vie", c'est une phrase qui<br /> m'est restée! Re-sent et pré-senti voilà aussi des mots qui font écho! Belle  perception de l'origine du monde symbolisée par cette pomme!BBonne journée Jeanne. Chloé<br /> <br /> <br /> PS je ne connaissais pasRené Char, voila donc une occasion de le découvrir!<br />
Répondre
J
<br /> <br /> C'est son poème le plus célèbre et cette célébrité est méritée ! j'avais noté ce poème dans mon anthologie d'adolescence.<br /> <br /> <br /> René Char est moins connu et à mon avis tout aussi important comme poète du XXème siècle que Paul Eluard<br /> <br /> <br /> <br />
J
<br /> Bonjour Jeanne !  Merci pour les extraits choisis sur le thème et le cliché de la pomme, je suis d'accord avec ton point de vue quand présentée ainsi ! Bizz de jill<br />
Répondre
J
<br /> <br /> sourires ... il y a longtemps que j'ai ce cliché et qu'il m'évoque ce tableau<br /> <br /> <br /> Bises<br /> <br /> <br /> <br />
M
<br /> Bonjour Jeanne,<br /> <br /> <br /> Ce que j'ai aimé ton billet. Un délice.  je partage ce que dit Eluard. Ce mélange de sensations, de ressentiss , cette alchimie  des imaginaires... au vu de mon expérience toute neuve<br /> de publication.<br /> <br /> <br /> Ta chute référence au tableau est superbe sur ce beau cliché.<br /> <br /> <br /> Bises de bonne journée<br /> <br /> <br /> Martine<br />
Répondre
J
<br /> <br /> c'est vrai qu'on peut écrire pour soi et enfermer ses écrits dans des tiroirs, mais des écrits publiés prennent tout leur sens par les lectures et que chaue lecture est différente d'une autre<br /> <br /> <br /> bises et belle journée<br /> <br /> <br /> <br />

Présentation

  • : Fa Do Si
  • : Au fil de mes réflexions, en partant du quotidien et ou de l'actualité, d'une observation, ou à partir de thèmes des communautés de blogs ...
  • Contact

Sur les blogs, les jeux d'écriture témoignent de la vitalité

de la langue française sans tapage

Recherche

 

 Ephéméride de ce jour

 

et chaque jour

je n'oublie pas Anne-Sophie

les yeux dAnne-sophie

et ses compagnes d'infortune :

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015 ; 123 en 2016 et en 2017 ; 121 au moins en 2018 ; 150 en 2019 (au moins 122 confirmés)

(clic sur son regard pour comprendre ... un peu)

 

Profitez des instants de la vie :

le temps s'écoule à sa cadence,

trop vite ou trop lentement,

sans retour possible

N'oubliez pas que

"Tous les matins du monde sont sans retour"

Métiers improbables

TheBookEdition - Les anthologies Ephémères

La 6ème anthologie est parue en mai

Informations sur 

 Les anthologies éphémères